Pep et les maudits Français

Josep Guardiola, l'entraineur tout puissant de la machine Barça, semble n'avoir peur de rien ni de personne. La boule au ventre, il l'a uniquement quand il regarde de l'autre côté des Pyrénées. Le football français lui a tout volé, pourtant il lui voue, aujourd'hui encore, une sorte de fascination teintée d'angoisse. Tentative d'explication.

Modififié
1 68

« Physiquement, ce sont des animaux et il y a beaucoup de pression là-bas. En général, ils sont très bien préparés, physiquement ou tactiquement. Ce sont des équipes très fortes, avec des arguments footballistiques que je n'aime pas » . Coach Pep n'analyse ni Manchester United, ni l'Inter Milan. Pas le Bayern Munich ou le Real Madrid non plus. Cette déclaration d'amour, c'est au football hexagonal qu'il la déclame. A l'heure du tirage au sort pour les 8èmes de finale de la Champions League, Guardiola s'exprime clairement, il ne veut ni de l'OM, ni de Lyon. Tant pis pour lui, il héritera du troisième club français du tirage, Arsenal. Pourtant avare en déclarations, celle-là a le mérite d'être limpide, Guardiola n'aime pas le foot français pour une raison très simple, il en a peur. Pour comprendre, il faut remonter à sa période joueur. Milieu de terrain élégant, doté d'un sens de la passe fabuleux, le n°4 de Barcelone ne compte que deux défauts : un manque de vitesse évident et un physique très moyen. Champion d'Europe 1992, ce Barça-là est la version béta de celui qu'on connaît aujourd'hui, mais déjà, il cherche à régner sur l'Europe. Le 18 mai 1994, finale de C1, Cruyff et sa Dream Team (Laudrup, Koeman, Romario et Stoichkov) se voient facilement massacrer un Milan AC moribond et poussif. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, les Milanais soulèvent la coupe aux grandes oreilles en ayant passé, ni plus ni moins qu'un 4-0. Au milieu de terrain, Guardiola a vécu un vrai cauchemar, Marcel Desailly lui a marché dessus, l'a empêché de toucher le moindre ballon et s'est même payé le luxe de claquer un but. Le Barcelonais vient de rencontrer son bourreau, la formation à la française. La saison suivante, c'est le PSG qui se dresse face à Barcelone pour le quart de finale de la Ligue des Champions. Après un mauvais 1-1 au Camp Nou, ce sont pourtant les Blaugranas qui ouvrent le score au Parc des Princes. En vain, le club français sort Guardiola sur une frappe horrible de Vincent Guerrin. France 2, Guardiola 0. Trois ans plus tard, le monde du football s'est donné rendez vous... en France. La Coupe du Monde 98 doit être pour la Seleccion l'occasion de prouver au monde qu'elle pèse enfin lourd. Problème, son meneur de jeu catalan s'est blessé gravement au genou. Pep tente tout, il suit un traitement... en France, qui ne donne rien. Non seulement il ne la jouera pas, mais l'Espagne se fait sortir au premier tour. En 2000, Guardiola croit tenir sa revanche. De nouveau, il est face à la France, en quart de finale de l'Euro. De nouveau il perd, mais surtout, il n'est une nouvelle fois que simple spectateur d'un football trop puissant et tactique pour lui. Josep Guardiola passe sa carrière de joueur à regarder la génération Deschamps, de trois ans son ainé, absolument tout gagner. Lui, ne gagnera rien. Devenu entraineur, le Catalan n'a qu'une idée, s'inspirer de son cauchemar. Pour sa première saison sur le banc, il exige absolument le transfert de Seydou Keita. Le Malien, alors à Séville, a fait ses armes en Ligue 1, de Marseille à Lens, en passant par Lorient. Pour muscler son milieu de terrain, Guardiola impose dans un premier temps Yaya Touré, footballeur au physique impressionnant, passé par l'AS Monaco. Enfin pour l'attaque, Pep mise tout sur un joueur qu'il admire plus que tout, Thierry Henry, exemple parfait de la génération dorée du football français. Cet été, pour palier le départ de Touré, c'est de nouveau vers la Ligue 1 que Guardiola se tourne : se succèdent les noms des Toulousains Moussa Sissoko et Étienne Capoue, ainsi que le Marseillais Charles Kaboré. Même pas des blagues. Tous ont le même profil, puissants et respectueux de leur position, le milieu de terrain idéal selon Guardiola, le milieu de terrain de Ligue 1 donc. La semaine dernière, c'était même au tour d'Atilan Turan, jeune milieu de Grenoble, d'être supervisé par le club catalan...Autant fasciné que terrorisé par un football qui l'a trop souvent martyrisé, Josep Guardiola conserve, pour la France, un attachement qui va même au-delà du simple ballon rond. Grand amateur de littérature, Pep a révélé le nom de l'ouvrage qui l'a le plus marqué en 2010 : “Éloge du pessimisme” de Lucien Jerphagnon, un Français évidemment : « C'est curieux, il y a des choses que j'ai lues dans ce livre que je n'imaginais même pas. Ce livre m'a servi à mieux me connaître » . Josep Guardiola et la France, c'est finalement un peu l'histoire d'une victime qui développe un syndrome de Stockholm. Le genre d'histoire qui se termine quand même souvent mal...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

étonnant, un article sur le barça et toujours pas de commentaires plus inintéressants les uns que les autres...
Moi aussi j'ai peur des petites bêtes...
Quand Pep regarde cette vidéo, il se fait dessus tellement il a peur des clubs français :

http://www.youtube.com/watch?v=Tt_Uzv9t72k

Si Guardiola le joueur en a certes bien bavé contre les frouzes, je ne pense pas qu'il flippe vraiment de rejouer Lyon ou Marseille. Soyons sérieux.
Et comme Arsenaze est le plus français des clubs anglais, il doit avoir PEUR.
Comme quand il devait jouer contre Saragosse.
Il avait trop peur contre l'OL en 2009...
et sinon, comment ça va du côté des 18 autres clubs de la liga ?

quelqu'un a des nouvelles ?
Le syndrome de Stockholm s'a se termine mal pour qui, pour les otages oo les ravisseurs? Parce que si Pep fut "l'otage", la victime des clubs ou joueurs français dans les 90's, il a quand même mis une fessée (5 à 2) à l'OL, le meilleur club français des années 2000, dans un passé plus récent, même si Lyon (ou plutôt El Maestro Juninho) avait crée la surprise à l'aller. Alors comme preuve de compassion, on a vu mieux.
Hu ,hu..
Alors que nous, quand on voit les gnoles former des Xavi ou des Valeron, on se dit : " qu'est ce qu'ils sont neuneu de l'autre côté des pyrénées, Ils aimeraient bien avoir du Diarra, du M'bia ou du Makoun"
Bah non. Faut pas déconner. Contre un Xavi, on veut bien leur filer dix M'bia.
@Wagneau : ton lien ne marche pas.
M'ouais.

Pas vraiment convaincu par l'article.

Que le foot français ait été supérieur au foot espagnol durant les 90's, oui.

De là à créer un sentiment éternel d'infériorité chez Guardiola, c'est pas évident. Peut-être bien, après tout, si on prend à la lettre ses paroles.

Mais bon, Guardiola n'est plus sur le terrain. Et je ne crois pas que l'effectif du Barça flippe plus que ça au moment d'affronter des équipes de la terrible Ligue Un.
Oups ! http://www.youtube.com/watch?v=Tt_Uzv9t72k
C'était le lien de Barca Lyon...Le match qui hante encore aujourd'hui les nuits de Pep. Le pauvre.
Article sympa pour le flash back de Pep joueur. Sinon aucun intérêt.
à guymove : 10 M'bia ??? Et comment tu fais pour les retrouver quand ils partent en vacances ?
Article interessant et bien structuré.
ceci dit , admettons qu il soit attiré et fasciné par le foot français...je ne pense pas qu il en ait peur non plus....
Més que un Pep !
(tout simplement)
Très bon aricle que comme d'habitude les footix ont compris de travers. l'auteur ne dit pas que le barça a peur des club français ou que les club français pourraient taper le barça mais que pep développe une sorte de crainte irrationnel par rapport au football français.Crainte inspirer par son passé de joueur et cela n'a rien d'absurde c'est un réflexe humain très courant. Sinon pourquoi parler des club français quant peut tomber contre l'inter, totenham ou arsenal il est évident qu'il y a quelque chose derrière tout ça que l'auteur a essayé de creuser et c'est un demarche bien ^lus interessante qu'un article qui nous repete une enième fois que le barça ça joue bien au foot que messi est le meilleur joueur du monde (non franchement on avait pas remarqué).
Il y a quand même quelques arguments un peu tiré par les cheveux... Et je sais pas si j'ai mal compris mais j'ai cru lire que le milieu de terrain idéal pour pep était celui de Ligue1. Vous parlez du milieu de terrain destructeur de jeu, de celui qui n'a aucune vision, incapable de jouer dans de petits espaces? Surtout que le milieu c'est un peu la spécialité catalane...

Bon c'est sur chacun interprète ça différemment, perso ça voulait plus dire que les équipes françaises sont super relou à jouer, les mecs sont au top physiquement, on à plus un football style Athlète/Muscu/Casseur que Talent/Technique (Même s'il y en a)... Et en liga, la vision du foot est totalement différente, quand des petites équipes se mangent 2 ou 3-0 contre le Barça en cours de match elles n'hésitent pas à monter à 4 ou 5 dans la surface adverse, alors qu'en france on aura plus tendance à boucler derrière et "muscler le jeu" comme on dit.
guardiola qui s'incline devant la formation nantaise !!! je vais me branler et je reviens.
Bêtise, quand tu nous tiens : "Eloge du pessimisme" est un ouvrage de Jacques Costagliola. Un peu de travail, messieurs les journalistes, ne vous ferait aucun mal...
Gael quant tu joue comme le barça il te faut quant meme un mec pour faire le sale boulot au milieu c'était le role de yaya touré, sedou keita. Guardiola c'est souvent tourné vers la ligue 1 pour trouver ce type de joueur bien sur il faut que la gars soit quant même bon techniquement il connait suffisamment le foot pour ne pas prendre des chèvres, mais il a dans l'idée que le ligue 1 produit beaucoup de ce genre de joueur ce qui n'est pas faux meme si beaucoup d 'entre eux sont incapables de contrôler une balle et de faire une passe correct il y en a quant même quelques uns d'intéressant noyé dans la masse.
bizarment les clubs qui s'en sortent le mieux sur la durée et qui developpent un football attirant sont ceux ou il y a un minimum de joueurs africains ou blacks.. real, juve, inter, barcelone. voir "aucun" manchester, liverpool, milan, tottenham, bayern munich..

ceci explique cela, comprenez pourquoi les clubs francais ne sont que très rarement bon, dangereux , etc sur la scene euro.. trop physique , trop frileux , trop africains dans le style tout simplement..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Sow Foot
1 68