Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Musique

Pendentif : « J'ai encore mon autographe de Zizou ! J'ai rencontré Dieu ! »

Mathieu, bassiste des Pendentif et fan des Girondins, prédisait « la fin de l'invincibilité d'Enyeama avec un but de raccroc de Diabaté  » . Un Bordeaux-Lille plus tard, il n'était pas loin de la vérité. Peut-être parce que ça fait bien longtemps qu'il traîne ses guêtres du côté de Lescure. Depuis la sale période post-Claude Bez pour être plus exact. Interview rollercoaster.

Modififié
Tu es supporter de Bordeaux, c'est ça ?
Je suis charentais d'origine mais j'habite depuis super longtemps à Bordeaux donc oui, supporter des Girondins. Depuis que je suis tout petit. Je suis né au début des années 80 donc c'était la grande époque : Aimé Jacquet entraîneur, plusieurs championnats de France et demi-finale contre la Juventus en 1985. Enfin, disons que les bribes de souvenirs qui me restent, c'est surtout les cheveux longs et frisés, les petites moustaches et les shorts hyper hauts ! (rires) D'ailleurs, j'ai revu Coup de tête avec Patrick Dewaere, dans le camion de tournée avec Benoît, le guitaristes du groupe, et on s'est bien marrés. Ça m'a remis dans le bain. Mais le moment où j'ai vraiment commencé à suivre le football, ça coïncide avec la Coupe du monde en Italie en 1990. Pourtant, c'était pas un Mondial très spectaculaire : la France n'était pas qualifiée et cette finale toute pourrie où l'Allemagne gagne sur penalty alors qu'il n'y a pas faute... Mais bon, il y avait eu le match d'ouverture Argentine-Cameroun. L'Argentine tenante du titre qui se fait battre. Du coup, j'étais devenu super fan du Cameroun, d'autant qu'ils avaient fait un super parcours : ils perdent en quart de finale contre l'Angleterre, 3-2 en prolongation. Ça m'a donné envie.

Donc tu as commencé à vraiment suivre les Girondins à la pire période.
Effectivement, ils étaient un peu dans le creux. Le premier match que je suis allé voir à Lescure, c'était un match de Division 2, Bordeaux-Perpignan. C'était pas glorieux mais bon, j'étais hyper content d'être au stade. De toute façon, ils sont remontés assez rapidement. Il y avait déjà Lizarazu, Dugarry, etc. Quelques années plus tard, je me rappelle que le père d'un de mes potes avait réussi à avoir un pass je sais pas où et on a pu rentrer dans les vestiaires des Girondins après le match. J'ai encore mon autographe de Zizou ! J'ai rencontré Dieu ! (rires) À l'époque, il y avait cette triplette magique, donc – Lizarazu, Duga et Zizou - et des joueurs très talentueux comme Richard Witschge. Mais aussi des joueurs un peu moins glorieux comme Didier Sénac, Laurent Croci, Didier Tholot... Ce quart de finale retour contre le Milan AC. Gros match, quoi, avec un doublé de Dugarry. Bon après, on se fait démonter par le Bayern de Munich sur les deux matchs mais on y a cru jusqu'au bout. Un peu plus tard, je me rappelle du match de 1999 au Parc contre le PSG. Le match du titre. On gagne 3-2 à la toute fin avec un but de Feindouno.

D'ailleurs, que penses-tu de la théorie comme quoi le PSG se serait « couché » ?
Mouais. Soit disant les supporters parisiens n'auraient pas voulu que l'OM soit champion et donc, les joueurs du PSG auraient laissé Bordeaux gagner ? J'y crois absolument pas. C'est des conneries ! Faut pas nous enlever le crédit du titre non plus. On n'est pas un club qui gagne souvent de grands titres mais au moins, on est présent. On gagne tous les dix ans mais par-ci par-là, on fait des petites choses : quart de finale en Ligue des champions il n'y a pas si longtemps contre Lyon et on aurait pu faire demi, l'année dernière on gagne une petite Coupe de France. Bordeaux est un club qui existe, en France. Mais bon, les Girondins, c'est un club qui manque d'ambition, faut le reconnaître. Depuis toujours. C'est un club avec une bonne gestion mais sans prise de risque. L'année juste après le titre de 2009, on s'est effondrés en cours de saison et tout le monde disait qu'il fallait recruter au mercato. Loïc Rémy voulait se barrer de Nice et clairement, on avait besoin d'un attaquant pour continuer en Ligue des champions. Ben non, on a fini la saison comme ça. Regarde cette année ? La recrue, c'était Jérémie Bréchet ! (rires)

Finalement, est-ce que Bordeaux ne serait pas une équipe poussive mais capable de coups ?
Ouais, c'est une équipe qui se sublime parfois. Avec Élie Baup en 1999, tu te demandes un peu comment c'était possible. Pareil avec Gourcuff en 2009 : c'est sa meilleure année jusqu'à présent. Rappelle-toi Mathieu Chalmé... (rires) Mais c'est un peu comme Montpellier il y a deux ans, et heureusement qu'on a ça en France sinon on se ferait bien chier à connaître le nom du champion dès le début de la saison. Remarque, cette saison, c'est le cas.

Que penses-tu de l'effectif de cette année ?
C'est un peu un mystère, cette équipe. J'étais dégoûté qu'ils laissent partir Plašil et Trémoulinas, qui étaient de loin les meilleurs éléments girondins. Les mecs comme Jussiê, il serait peut-être temps de les faire partir. Il serait temps que Bordeaux forme. Les jeunes ont gagné la Gambardella l'année dernière et il y en a quasiment aucun qui est monté en équipe pro. Mais bon, c'est à l'image du club, comme je disais tout à l'heure.

Heureusement que Cheick Diabaté est là !
Exactement ! Perso, j'ai un peu de mal. Il a l'air tellement gauche sur un terrain. Mais il arrive quand même à marquer énormément de buts. Il y a deux, trois ans, le public le prenait vraiment en grippe. Je me souviens être allé voir des matchs où je me sentais super mal à l'aise pour lui. Il est tellement grand qu'il sait pas quoi avec ses pattes toutes fines !

Qu'est-ce que tu penses du sujet épineux du Grand Stade ?

C'est bien qu'il y ait un nouveau stade. Mais personnellement, ça me fait chier parce que j'habite pas loin de Lescure et j'y vais en vélo ! (rires) En plus, ce stade, il a un petit côté champêtre, il est en centre-ville, tout ça. Là, le Grand Stade va être excentré. Espérons que ça va attirer les gens, qu'il sera plein.

On peut le remplir d'allemands, au pire.
J'étais en centre-ville pour Bordeaux-Francfort, c'était un truc de malade. On faisait une session dans un bar pour Le Mouv' et du coup, on s'est retrouvés à jouer devant des supporters allemands à moitié bourrés. On a fini le concert vers 19h et c'est aussi à ce moment-là que les CRS ont commencé à rabattre les supporters vers le stade. La Place de la Victoire était complètement recouverte de canettes vides. Quand on est arrivés à 10h du matin pour faire les balances, les serveurs avaient leurs plateaux remplis de pintes. Mais ça avait l'air bon enfant. Et ils ont plutôt bien réagi à notre musique, l'alcool aidant sans doute ! (rires) La chanteuse s'est retrouvée avec un bonnet orange sur la tête à la fin du concert. C'est drôle parce qu'on est justement en train d'essayer de monter une tournée en Allemagne. Je vais demander à ce qu'on passe uniquement par les villes de foot, du coup. Mais je crois que le gros problème de Bordeaux, c'est Jean-Louis Triaud, en fait. Sur ses dernières sorties, quand ils traitent ses joueurs de papys... T'as l'impression qu'il a fait son heure. Ce serait bien de changer pour quelqu'un de plus jeune et de plus dynamique. Triaud, il fait un peu fonctionnaire, quoi. J'ai entendu parler d'un investisseur chinois qui voudrait racheter les Girondins. Il a déjà beaucoup investi dans le vin dans le coin. Donc pourquoi pas une équipe des Girondins avec Wayne Rooney ! Ça lui ferait du bien : il prendrait un peu le soleil et il boirait du bon vin.

Vidéo

L'album Mafia Douce de Pendentif est sorti le 24 septembre dernier chez Discograph
Le site de Pendentif / Pendentif sur Facebook


Propos recueillis par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 20
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom