En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Pendant ce temps-là, au Real…

Le Real Madrid ne peut se satisfaire du simple titre de champion d'Espagne de 2012. Il lui faut plus. La C1, par exemple. Ça tombe bien, José a un plan pour y remédier en 2013.

Modififié
Les grandes oreilles à tout prix

Voilà, c’est fait, la Liga est rentrée au bercail. Trois saisons durant, le Real s’était mué en simple faire-valoir. José a dit stop, et la Liga s’est offerte à un Madrid royal. Avec un campeonato de tous les records – 121 pions au compteur, 100 points dans l’escarcelle – la Casa Blanca avait tout pour entrer dans les annales. En demies de C1, à un missile près, ce Real pouvait même rendre ringard le Barça millésime 2010-2011. Sergio Ramos en a décidé autrement et tout le peuple madrilesta doit patienter un printemps de plus pour s’installer au top des charts. Attendre pour enfin pouvoir dorloter cette Ligue des champions, la dixième, la plus belle. Quitte à faire une croix sur le championnat, s’il le faut. Car la concurrence continentale s’annonce rude. Les Chelsea, Manchester(s), Juventus, Bayern et autres Dumbo feront de la résistance pour s’adjuger la coupe aux grandes oreilles. Paraît que les Blaugranas seraient également de la partie. Une simple rumeur, sans doute...

À qui la bataille pour la terre du milieu ?

Les protagonistes ne s’appellent pas Frodon, Aragorn ou Legolas, mais Modrić, Schweinsteiger et Silva. La monnaie d’échange n’est pas un anneau, mais quelques biftons (des dizaines de millions, bien sûr). En revanche, l’aspiration est la même : à qui le royaume du milieu ? Barberousse, aka Xabi Alonso, étant indéboulonnable, le Mou serait en quête d’un acolyte au profil bien plus créateur que le bon Sami, et ce, même si le Teuton est loin d’être un manche la chique entre les pieds. Alors José scrute tous les cracks en circulation. Le petit tracas, ce sont les sommes astronomiques demandées : 40 millions pour le Cruyff des Balkans, 35 pour le roi de Bavière et pas moins de 100 pour « Magic Silva » . Pour un club qui a réussi à mettre 240 millions en un mercato, ce sont des soldes. La crise, quelle crise ? Bonus-track : pour le petit cocorico, Lassana a décidé de s’exiler. Bien lui en a pris.

Changer une équipe qui gagne ?

La Copa del Rey version 2010-2011 avait été crade, très crade. L’opus Liga 2011-2012 a été beau, très beau. Le temps d’une saison d’acclimatation, Mourinho a réussi à contrecarrer les plans du Pep. Et le tout, sans geste digne d’un boucher de Rungis (cf. finale de Mestalla). Seulement grâce à un quadrillage, une rigueur et un plan de jeu plus proche d’un match de football que d’un combat de boxe. Le casse-tête catalan résolu, le Special One doit maintenant s’atteler à faire monter d’un cran son génie footballistique. Pour rassasier encore un peu plus son égo. Le renfort attendu d’un vrai quarterback pourrait combler ce vide. Pour voir plus vite, plus dur, plus fort, mieux… Bref, que les rampes de lancement s’allient à la vitesse du Sonic de ses dames, alias Cristiano Ronaldo.


Au Mou les super pouvoirs

José, c’est le genre de mec sur lequel il ne faut pas jeter un brin d’ombre. Plusieurs y ont laissé leur carcasse. Valdano ? Dehors. Zidane ? Au coin avec les prépubères. Désormais, le Mou a les pleins pouvoirs. Pour la première fois de sa longue histoire, le Real Madrid connaît un management à l’anglaise. Comprenez par là que le Portugais a dorénavant la double casquette directeur sportif-entraîneur. Il dirige tout, contrôle tout, décide tout. Pour faire dans le raccourci, celui qui a reçu l’appellation de « meilleur entraîneur du monde » par le board de la Maison Blanche incarne le Real Madrid. Preuve de la confiance placée en lui, l’égérie de Braun s’est vu proposer une prolongation jusqu’en 2018. Flegmatique, le Mou a décidé de renouveler son bail pour « seulement » quatre saisons supplémentaires – et un joli pactole de 11 millions à l’année. De peur que son meilleur ennemi Pep ne revienne jamais… Parce que les doigts dans l’œil, ça va cinq minutes. Après…

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs