Pendant ce temps-là, à Liverpool…

Révolution du côté d’Anfiled. Les boss américains ont décidé de se mettre au jeu espagnol. Le tout avec un coach nord-irlandais et un nouvel attaquant italien. Un melting-pot qui aura pour tâche de ramener Liverpool en Ligue des champions.

Modififié
0 24
Le Big Four, et vite !

Le Big Four n’est plus. Enfin, n’est plus ce qu’il était. Le sacre des Citizens a redistribué les cartes. Exit Anfield Road, bonjour le City of Manchester Stadium. Cela faisait dix-huit ans que Liverpool n’avait plus pointé à une piteuse huitième place en championnat, c’est désormais chose faite. Et ce n’est pas la maigre Carling Cup, remportée dans la douleur face aux modestes gars de Cardiff, qui va sauver les meubles. Alors, à l’intersaison, les propriétaires américains ont fait le ménage. Kenny Dalglish a fait ses adieux au Kop pendant que Brendan Rodgers y posait ses valises. Des bagages desquels sort un nouvel équipementier qui répond au doux nom de Warrior. Le tout pour un joli chèque de 28 millions d’euros la saison. Un beau pactole qui doit appuyer la remontée du club de la Mersey. La mission fixée par le consortium New England Sports Ventures est clair, le discours limpide : retrouver le Big Four pour rendre à Anfield ce qui est à Anfield. Autrement dit, une place dans le ghotta du ballon rond européen qu’est la Champions League.

Recruter, mais bien

Pour parvenir à cette fin, le board de Liverpool se doit de recruter. Mais bien. Car le problème, dans la cité des Scousers, n’est pas tant l’argent. Quand certains préfèrent la qualité à la quantité, ou inversement, les dirigeants des Reds ont pris la mauvaise habitude d’acheter cher pour des résultats que beaucoup s’impatientent de voir arriver… Les crochets de Stuart Downing sont restés à Birmingham, la précision de Charlie Adam loge fréquemment à Blackpool ; quant au physique de Jordan Henderson, il squatte toujours le Nord du pays. Pourtant, ce trio britannique a valu la modique somme de 54 millions d’euros. Hormis les 27 millions de Luis Suárez (beaucoup de pions pour autant d’insultes), ces investissements paraissent nettement au-dessus du prix du market – le cas Carroll répondant à une toute autre logique. À ce jour, la seule recrue répond au nom de Fabio Borini, 21 piges et déjà cinq clubs au compteur (Bologne, Chelsea, Swansea, Parme et, dernier en date, la Roma). En échange d’une dizaine de millions d’euros, Anfield espère, sans trop d’illusion, avoir trouvé son nouveau Fernando Torres. Jurisprudence Aquilani oblige...

Quel rôle pour Carroll ?

Mais la plus grande – 4 feet 3 inches par la taille, 35 millions de livres par le poids – épine dans le pied liverpudlien se nomme Andy Carroll. Et les débats quant à son possible départ divisent. Malgré une saison délicate, « Andy a montré qu’il était encore en vie, observe Phil McNulty, rédacteur en chef des sports à la BBC. Il a marqué en demi-finale de la Cup contre Everton et a presque réussi à sauver Liverpool d’une situation désespérée face à Chelsea en finale, avec un but et une performance qui aurait fait sonner sa non-sélection pour l’Euro comme un non-sens. » Pendant l’Euro, justement, l’homme à la queue de cheval a sorti une belle performance face à la sélection suédoise. Alors WTF ? Le problème réside dans la tournure tactique que veut offrir Brendan Rodgers à Anfield. En bon apôtre du 4-3-3 qu’il est, l’ex de Swansea n’officiera qu’à une seule pointe. Reste donc à savoir s’il optera pour une grande tige longiligne, style Danny Graham, ou une mobylette en rase-motte, mode Luis Suárez. Le bon Andy attend. Et il espère bien qu’on lui dise oui.

Rodgers, l’anti-Dalglish

Sans trop charrier, les observateurs de la Premier League ont régulièrement loué la qualité du jeu proposé par Swansea la saison dernière et espèrent bien voir Liverpool prendre le pas. Même Thierry Henry, juste après une défaite des Gunners au Pays de Galles, lors de son escapade hivernale à Londres, avait avoué « être plus qu’impressionné par cette équipe (de Swansea, ndlr). Ils jouent au football comme il doit se jouer.  » On a connu pire injure venant d’un mec qui a tout gagné, que ce soit avec les Gunners ou à Barcelone… Au premier abord, le choix des dirigeants des Reds de dépenser quatre millions d’euros d’indemnités pour un coach au palmarès aussi vide qu’une armoire du Stade Rennais pouvait surprendre. Néanmoins, avec des moyens financiers décuplés, le Nord-Irlandais pourrait bien être la nouvelle hype des Scousers. Pour en finir de cette litanie d’éloges, parole est donnée au dernier arrivé, déjà dirigé par Rodgers, le dénommé Borini : « C’est super de jouer au football avec lui, car vous obtenez des résultats tout en vous amusant. À Swansea, j’ai pu observer sa cote de popularité auprès du public, du fait du jeu attrayant qu’il propose. Les gens aiment voir le foot de Rodgers. » Et Fabio aime déjà Brendan, visiblement.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quel rôle pour Carroll ? le banc ?
Il peut mettre Suarez sur le côté à la limite mais bon... entre un joueur exceptionnel et un percheron, le choix ne se fait pas souvent sur des critères tactiques.
la porte definitivement la porte

tu as vu Llorente entrer sur le terrain pendant une des 3 campagnes de l'espagne ?

Sachant que Llorente a la presence physique d'un carroll et une technique balle au pied bien superieur...

Un attaquant de pointe incapable de prendre les espaces est inadapté aux jeux du Barça/Espagne, cependant Downing sur l'aile gauche pour faire du Villa ou de l'Iniesta ça promets de bonne poilade aussi.

ce qui est probable au final c'est que le meilleur recrutement de Liverpool soit le retour de pret d'Aquilani et Joe Cole qui eux rentre tres bien dans le schema
"apôtre du 4-4-3" .... il a le droit de jouer avec un joueur de champs de plus que les autres équipes, Brendan?
Rastashaman Niveau : CFA2
4-4-3 serieux ? Je connaissais pas...
IgorYanovskiTheMachine Niveau : DHR
4-4-3 c'est révolutionnaire comme tactique, c'est un bel avantage quand même, les autres équipes peuvent le faire aussi?
J'ai juste l'intro et cette premiere question me vient a l'esprit:
pourquoi ont-ils decides de se mettre au jeu espagnol en embauchant un coach nord irlandais et un attaquant italien?
Je vais lire l'article pour essayer de comprendre cette equation.
Déjà quand ils avaient Mascherano, Xabi Alonso et Torres ils ne gagnaient rien, alors maintenant...Ils construisent sur des décombres chaque année, nouveau coach , nouveaux joueurs (prometteurs certes) mais dès qu'ils perdent 3 fois d'affilée ils parlent de renouveau. Ils se consoleront avec la Cup comme d'hab...
Vous avez rien compris,ils jouent en 4-4-3 mais sans gardien: c'est le banc direct pour Pepe Reina. Risquée comme tactique mais on sait jamais ;)
Oui 4-4-3 avec un goal volant comme quand tu joue avec les potes !!
Ahah! 4 feet 3 c'est 1,30m plus ou moins.. Pour Carroll c'est plus 6'6 ou 6'7 ;)
@finnagan

4'3 c'est la taille de sa queue... de cheval sans doute...


Sinon, je n'ai toujours pas reussi a resoudre l'equation: nord-irlandais+italien=espagnol?
heeeeelp
Mais ou vous avez vu le 4-4-3 vous autres?? dans l'article??
@ Kigur

Exactement, le retour de prêt d'Aquilani va faire un grand bien à Liverpool au milieu.

Carroll et Suarez ont deux profils tout à fait opposés, peut-être peuvent ils être complémentaires ?!
Dans un 433 ça obligerait à décaler Suarez à la place de Kuyt, pas sur que l'uruguayen apprécie. Vu son très bon rendement depuis son arrivée, il vaudrait mieux s'appuyer en priorité sur Suarez et non sur le prix du transfert de Carroll.
@ irkdlagrace

" En bon apôtre du 4-3-3 qu’il est, l’ex de Swansea n’officiera qu’à une seule pointe. "
Fin 3e paragraphe.
@aslan

tu cite 3 joueurs c'est 3 joueurs que Liverpool a fait

Torres etait personne et depuis qu'il a quitté Liverpool est redevenu personne ( meme pas "super sub" Solkjaer etait 10 fois meilleur que Torres en sortant du banc )
Mascherano depuis qu'il a quitter Liverpool il a fait banquette jusqu'a la meforme de shakira boys
Xabi Alonso, Benitez en a fait un monstre du jeu, ce qu'il n'aurais jamais etait en restant a la real sociedad ou en espagne.

pour finir en 2007 liverpool fait finale ldc en tapant le barça et chelsea sur la route avec le double pivot Mascherano Xabi Alonso.

a part ça Liverpool a rien gagné...
@inzagoal

ils sont complementaires mais jouer avec 2 attaquants centraux, et encore plus avec un pivot, dans le foot moderne c'est has been

L'angleterre a sorti le bon vieux "katkatdeu" des famille a l'euro parce que nouveau coach, aucune preparation tactique et c'est le premier schema qu'on apprends dans les ecoles de foot.
au final l'angleterre c'est pas trop mal demerdé avec un jeux beaucoup moins somnifere que l'espagne.

maintenant " les fans vont adorer le jeu propose par brendan rodgers " personnellement voir ce football de merde a Anfield me gonfle.
en meme temps quand les propriétaire du club viennent d'un pays ou le "balle au pied" ce joue a la main faut pas s’étonner ...
liverpool historiquement a toujours etait le plus continental des club anglais, mais il y a aussi du beau football en allemagne (dortmund m'bach bayern) et en italie (napoli juve)
Liverpool veulent recruter Joe Allen(Swansea)et Clint Dempsey (Fulham), pour ma part, un milieu Gerrard-Allen-Adam ça ne serait pas dégueulasse.. RODGERS aura le choix en attaque Suarez - Borini - Dempsey - Carroll - Bellamy . le duo Skrtel-Agger élu meilleure défense de premier league! et Pep Reina dans les cages. y'a des jeunes pas mal qui pourraient avoir plus de chances, genre Coates, Robinson, Sterling, Shelvey, Pacheco, Suso (new fernando torres)
question de gout personnellement je serrais beaucoup plus emballé par un milieu gerrard leiva aquilani

maintenant pas de soucis pour continuer a recruter des bon joueur de club moyen avec dempsey et allen, je veux dire adams henderson downing sont les preuves que c'est une politique de recrutement qui marche ...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 24