Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Les penaltys qui ont marqué l'histoire

Penaltys de légende (4e) : Un héros nommé Toldo

« Il est impossible d’imaginer un moment de tension plus grand que le penalty. Deux hommes face à face. C’est un duel comme au XIXème siècle » , écrit Julio Llamazares. Vrai. Dans le jeu ou lors d’une séance de tirs au but, raté ou réussi, en tribune ou sur le poteau, du pointard ou du talon, voilà cent histoires de penaltys. Quatrième : Francesco Toldo, héros de la demi-finale de l'Euro 2000.

Modififié

#4: Pays-Bas-Italie 2000

  • Pays-Bas-Italie, demi-finale d'Euro, 29 juin 2000

  • Mieux vaut en rire, même quand on est roi. Enfoncé dans son siège, à Amsterdam, le 29 juin 2000, Pelé explose : tout ça est irréel. Sous ses yeux, une démonstration : les Pays-Bas de Rijkaard, soit Van der Sar, Stam, De Boer, Cocu, Davids, Zenden, Kluivert, Overmars, Bergkamp et les autres, étouffent une Italie presque impuissante face à tant de réussite. C’est la demi-finale d’un Euro, co-organisé par les Pays-Bas et la Belgique, presque parfait : jusqu’ici, les Oranje ont déroulé, dominant tour à tour la République tchèque (1-0), le Danemark (3-0), la France (3-2) et allumant la Yougoslavie en quarts (6-1) grâce notamment à un triplé de Patrick Kluivert. Qu’est-ce qui peut les arrêter ? Toldo, titulaire à la suite de la blessure en préparation d’un certain Gianluigi Buffon, a sa petite idée : « L’arbitre favorisait les Hollandais parce qu’ils auraient voulu une finale France-Hollande, c’est évident. »

    Vidéo

    Possible, mais une autre évidence saute aux yeux : d’entrée, l’Italie est ligotée, enchaîne les fautes, Bergkamp s’en va même toucher le poteau de Toldo, et Zambrotta, chien fou pendant 37 minutes, est expulsé après deux jaunes. Pire, dans la foulée, Nesta couche Kluivert et De Boer débarque face à Toldo. Première manche : « Lors du match précédent, De Boer avait tiré un penalty à la droite du gardien. Je me suis donc dit : "Il va penser que j’ai vu cette vidéo, et il va donc me tromper en tirant de l’autre côté." J’ai donc décidé de plonger de l’autre côté, à gauche. » Bingo, Toldo s’impose. Puis les vagues qui s’enchaînent, Del Piero replacé en défense par Zoff, Iuliano qui découpe Davids dans la surface et une deuxième manche pour Toldo. Face à Kluivert, cette fois : poteau. D’où les rires, d’où l’irréel. Impossible de s’en sortir, le plus beau 0-0 de l'histoire devra accoucher d'une séance de tirs au but. Une question dans la bascule : et si l’Italie était devenue intouchable ? Assez pour envoyer Di Biagio, le même Di Biagio qui a envoyé son penalty sur la barre de Barthez en 1998. Et alors ? Intouchable, l’Italie lance parfaitement sa séance, et Toldo revient sur scène. Face à lui : De Boer. Même côté, même plongeon, même conclusion. La suite ? Pessoto transforme, Stam touche les étoiles, et Totti... Un regard en arrière, vers ses potes : « Mo’ je faccio er’ cucchiaio. » Oui, Totti a annoncé qu’il allait faire une panenka à Van der Sar. Et il le fait. Au bout, Toldo repousse une nouvelle tentative, celle de Bosvelt, et qualifie l’Italie en finale d’un Euro qu’elle perdra dans un scénario dingue face aux Bleus. Sa dernière lumière avant de voir Buffon débrancher les fils.

    Par Maxime Brigand