1. //
  2. //
  3. // Amiens-Troyes

Pélissier : « À Revel, on a été élevé au Get 27 »

Christophe Pélissier a vécu l'extase de la montée en Ligue 2 avec Luzenac, avant la désillusion de la relégation administrative du club ariégeois. Amer mais pas revanchard, l'homme a forcé le verrou du monde professionnel avec Amiens. Après l'accession arrachée lors de la dernière journée du National au printemps dernier, le promu picard trône aujourd'hui en tête de la Ligue 2 au quart du championnat. Entretien où il est question de football, de Laurent Labit et de liqueur maison.

Modififié
Vous avez grandi à Revel, en Haute-Garonne, une terre de rugby. Pour vous, c’était tout de suite le foot ou vous avez joué au rugby ?
Je suis allé au foot de suite, à l’âge de cinq ans. Chez mes amis, c’était partagé. À l’époque à Revel, une ville de dix/douze mille habitants, il n’y avait que deux possibilités si on voulait faire du sport : soit on faisait du rugby, soit on faisait du foot. Laurent Labit, l’entraîneur du Racing (champion de France 2016, ndlr), est mon ami d’enfance. J’ai aussi joué au tennis à côté et j’ai été prof de tennis par la suite. J’ai carrément basculé sur le foot à l’âge de vingt-quatre ans.

Au-delà de votre amitié, vous vous nourrissez l'un et l'autre en tant que coach avec Laurent Labit ?
Oui, parce qu’on discute beaucoup, au grand désarroi de nos épouses respectives. On parle foot, rugby, management, gestion de groupe, parce qu’on se retrouve avec les mêmes problématiques. Laurent Travers (le co-entraîneur du Racing, ndlr) est aussi un ami. Moi, je suis très curieux de nature, c’est important de se nourrir les uns les autres de nos expériences.

Vous avez espéré un temps faire une carrière en professionnel ?
Quand j’étais joueur, je suis allé jusqu’en National avec Muret. J’ai reçu quelques sollicitations par des clubs de Ligue 2, mais ça ne s’est pas concrétisé. Je suis revenu à Revel à la fin de ma carrière en tant qu’entraîneur-joueur. Le passage de joueur à entraîneur s'est fait naturellement. J’avais grandi et joué avec certains joueurs de l'équipe. Ma chance, ça a été de monter en CFA 2 la première année. La dynamique s’est installée d’entrée. Même quand je suis venu à Luzenac, on était en CFA, je travaillais à côté ; dans un premier temps, j’étais entraîneur de tennis et puis ensuite, j'ai été éducateur sportif à la ville de Revel. Il n’y avait pas de plan de carrière. C’est le fait de gravir les échelons, de prendre goût à ce métier.


Qu'est-ce qui vous plaît particulièrement dans ce métier ?
Le sens des gens. Mon objectif numéro un, c’est donner une identité, une mentalité collective à ce groupe de joueurs, au staff. Un état d’esprit qui nous permet d’avancer ensemble vers le même objectif.

« Atteindre la Ligue 2 avec Luzenac, c’est comme atteindre la Ligue des champions pour certains clubs. On vivait un conte de fées. Du jour au lendemain, on nous coupe la tête. »

Après Revel et Muret vient donc Luzenac. Une sacrée aventure. À l'époque, vous avez même conduit le minibus des joueurs...
Quand je suis arrivé en 2007, ma mission était de maintenir le club en CFA. Dans une ville de 600 habitants, c’était déjà un exploit. La première saison, on s'entraînait tard le soir et on rentrait chez nous à minuit. Les joueurs organisaient chacun leur tour le repas dans le mini-bus. La deuxième année, il y a cette montée en National. Pour moi, c'est la bascule parce que je passe entraîneur à plein-temps. À ce moment-là, le club doute un peu de s’engager dans cette voie avec tout ce que cela comporte. Et puis, il se trouve qu’on gagne les quatre premiers matchs de National et on finit la saison dixièmes. On prend goût au truc. La deuxième année, on se maintient. Jérôme Ducros devient président du club la troisième année. Il se dit : « On tente un truc un peu fou pour professionnaliser le club et pourquoi pas envisager une montée en Ligue 2 dans les trois ans. » La suite, tout le monde la connaît. On fait une saison exceptionnelle en 2013-14, on est promus dès le mois d’avril, mais malheureusement derrière…

Vous l'avez vécue comment, cette montée avortée en L2 ?
Comme un vrai ascenseur émotionnel. On a vécu des choses exceptionnelles. Et derrière, ça s’écroule du jour au lendemain. Atteindre la Ligue 2 avec Luzenac, c’est comme atteindre la Ligue des champions pour certains clubs. (Rires) La chute est vertigineuse parce qu’elle est très brutale. Au mois d’avril, on fête la montée, on se pince en se demandant si c’est bien nous et, deux mois plus tard, on est pris dans la tourmente. Nous, on ne comprend pas ce qui se passe. On vivait un conte de fées. Du jour au lendemain, on nous coupe la tête.

Vous êtes toujours en contact avec les anciens joueurs de Luzenac ?
On s'appelle ou on se rencontre souvent au détour d'un match. Cette histoire nous a marqués. Même pour ceux qui ont réussi après. Beaucoup de joueurs ont rebondi à un bon niveau, ce qui prouve que l’on avait un groupe de qualité. Après, il y en a toujours qui restent sur le carreau. Il faut aussi retenir le positif, cette aventure restera quand même dans leur mémoire.


Après le chapitre Luzenac, vous avez passé six mois sans club. Il se passe quoi dans votre tête à ce moment-là ?
Je me pose des questions : savoir si je retournais à mon travail ou si je continuais dans cette voie d’entraîneur professionnel. J’ai passé mon DEPF dans l’idée d’aller au bout de ma formation, en me disant que si jamais ça ne se passait pas bien, je retournais à mon travail. Au mois de décembre, Amiens m’appelle. Derrière, j’enchaîne avec l’obtention du DEPF et puis on monte en Ligue 2. Dans la vie, il faut prendre des risques. Pour moi, ce risque a été payant – du moins professionnellement. La situation a eu un impact sur mon entourage, ma femme. Mais elle a été d’un soutien remarquable. Mon énorme chance, c’est qu'avec l'accord d'Alain Casanova et du Téfécé, j’ai pu travailler avec la CFA 2 et le centre de formation du club toulousain. Ils m’ont super bien accueilli. Je les remercie grandement parce qu’ils m’ont permis pendant trois, quatre mois d’être au contact d’un staff. J’étais sur le terrain, ça me libérait un peu la tête.

« Est-ce que j'ai douté ? Non, j’étais convaincu de la force du groupe. Si on a pu remonter, c’est aussi parce que d’autres équipes se sont écroulées, mais ça fait partie d’un championnat. On est invaincus sur les treize dernières journées de championnat avec huit victoires et cinq nuls. »

Vous quittez donc le Sud-Ouest pour la première fois de votre carrière...
Je pars seul pendant six mois à mille kilomètres de chez moi, ce n’est pas évident. C’est un choc géographique et au niveau des infrastructures. Tout était déjà prêt pour le monde professionnel. Et tu arrives dans un groupe un peu en souffrance, avec l’ancien staff. Il a fallu cinq, six mois pour prendre mes repères. Ces six mois m’ont permis de prendre la température du club. Sur les vingt-six joueurs du vestiaire, il y en a vingt-trois qui arrivaient en fin de contrat en juin 2015. À la fin de la saison, il y en a dix-neuf qui sont partis. La difficulté, c’était d’impliquer tout le monde dans un projet à moyen terme. Avec le recul, je me dis que ça a été une bonne chose d'arriver en cours de saison. Après, on a pu repartir sur une saison « normale » .

La saison dernière, vous avez dit à vos joueurs que tout se jouerait lors de la dernière journée et tout s'est joué lors de la dernière journée à Belfort...
On était treizièmes, à huit points du podium, au mois de février. En matière de management, ça a été un moyen d’impliquer mon groupe. Je les persuadais à petites doses, toutes les semaines. Je leur disais qu’on allait avoir nos cartes en main le 3 juin, et c’est ce qui s’est passé. Et le jour J : « Ça y est, on y est. Je vous le dis depuis février, je vous l’avais promis quand personne ne croyait en nous. » Est-ce que j'ai douté ? Non, j’étais convaincu de la force du groupe. Si on a pu remonter, c’est aussi parce que d’autres équipes se sont écroulées, mais ça fait partie d’un championnat. On est invaincus sur les treize dernières journées de championnat avec huit victoires et cinq nuls.

Sportivement, ça fait deux montées en trois saisons. Mais deux montées dans deux contextes totalement différents...
La première accession est incroyable parce qu’on ne peut pas imaginer Luzenac arriver en Ligue 2. On était dans la peau du petit qui devait défier tous les pros et la logique sportive. À Amiens, on faisait partie des grosses écuries favorites pour la montée. L’approche à l'intérieur et à l’extérieur du club est complètement différente, et donc de fait la forme de management aussi.

Vous avez dit que « ce n’était pas une revanche » (France Football en juillet). Même pas un petit peu après tout ce qui vous est arrivé à Luzenac ?
Non, non, j’ai pris ça comme un nouveau challenge. On pouvait se dire : « Celui-là, il a juste réussi un coup avec Luzenac. » Le challenge, c’était d’arriver dans un club « favori » et de l’emmener en haut.

« Pour moi, la possession, c’est très bien, mais ce n’est qu’un moyen. Sans l’intensité dans le jeu, sans insister sur les transitions, sans l’envie de casser les lignes, sans l’envie de faire mal à l’adversaire, ce n’est pas du tout ma philosophie. »

Comment définiriez-vous votre philosophie de jeu ? Vous avez aussi dit : « La passe à dix ne m’intéresse pas » (On a tous un côté foot, en septembre)...
En fait, la possession, il faut qu’elle serve à quelque chose. C’est pour ça que j’ai caricaturé. Pour moi, la possession, c’est très bien, mais ce n’est qu’un moyen. Sans l’intensité dans le jeu, sans insister sur les transitions, sans l’envie de casser les lignes, sans l’envie de faire mal à l’adversaire, ce n’est pas du tout ma philosophie. Moi, je veux voir mon équipe aller de l’avant. Je ne veux pas enfermer mon équipe dans une seule manière de jouer. Je dis souvent à mes joueurs : « Tout le monde peut attaquer, mais tout le monde doit défendre. »


La photo de la finale de la Coupe de France 2001 (perdue aux tirs au but contre le Racing Strasbourg) est-elle toujours sur votre bureau ?
Oui, elle est au tableau. Denis Troch (le coach qui a emmené Amiens SC au Stade de France, ndlr) est passé me voir. Il m’a dit de l’enlever. Je lui ai répondu que j’enlèverai la photo le jour où je ferai aussi bien. La finale de Coupe de France 2001, c’est la date qui a marqué l’histoire du club.

« Le jour de la montée en Ligue 2, un journaliste m’a apporté une bouteille de Get 27, avec les glaçons, pour fêter ça dans le vestiaire. Ce verre, il était excellent ! »

Est-ce qu’une montée en L1, ça vaut une finale de Coupe de France pour Amiens ?
(silence) Ah, je pense que oui, parce que c’est un club qui n’a jamais connu la Ligue 1, donc ce serait historique. Mais on en est encore très très loin.

Il faut qu'on en parle quand même : vous êtes leader de Ligue 2 avec un promu !
Si vous m'aviez dit qu'on serait leader il y a deux mois… Je crois que France Foot nous avait déjà classé dans les équipes qui allaient descendre. C'est une surprise, mais dans le contenu, je ne suis pas surpris. Je pense que les dix-huit points empochés jusque-là sont mérités. On les a tous gagnés de haute lutte. Sur les neuf premiers matchs, j’ai rarement titularisé plus de trois recrues. Donc ce sont des joueurs habitués à des principes de jeu, ils les mettent en œuvre. Mais la place de leader après neuf journées, c’est anecdotique.

Il y a eu un déclic ?
On a eu la chance de recevoir Reims d’entrée, le favori du championnat. Les joueurs ont été rassurés sur le projet de jeu. Ils ont montré qu’en allant vers l’avant, ils embêteraient beaucoup d’équipes. Les joueurs, je ne leur ai pas parlé de classement. La seule chose que je leur ai dite, c'est de rester ambitieux dans le jeu. Je veux une équipe qui pétille, qui a une mentalité collective. Il n’a jamais été question de parler de maintien parce qu’on sait que c’est normal. Parce qu’on sait qu’à un moment de la saison, ça sera plus difficile. C’est dans les moments faibles de la saison qu’il faudra garder ces attitudes collectives.

Vous venez de Revel, la ville où le Get 27 a été créé à la fin du XVIIIe siècle. Vous en avez forcément emmené une bouteille dans vos bagages ?
À Revel, on a été élevé au Get 27, donc après une bonne soirée, on aime bien boire un verre. Malheureusement, le Get n’est plus fabriqué dans la ville.

Vous avez transmis votre culture locale aux joueurs à Amiens ?
Bon, je ne leur ai pas fait découvrir, mais je leur ai expliqué que c’était fait chez moi. Le jour de la montée en Ligue 2, un journaliste m’a apporté une bouteille de Get 27, avec les glaçons, pour fêter ça dans le vestiaire. Ce verre, il était excellent !



Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Moi aussi je suis un revel, est pour ca que j'y ai pamiers les pieds depuis un bail.
Feijoada e Caipi Niveau : DHR
Il a l'air d'être un bon coach (au niveau des résultats en tout cas). Ca nous changerait d'Antonetti et Girard. Je suis curieux de le voir en Liguain.
Feijoada e Caipi Niveau : DHR
Sinon le Get Perrier ou le Kisscool (Get Vodka) c'est pas mal du tout. Par contre le lendemain tu chies tout vert !
Senzo Meyiwa Niveau : DHR
Cette relégation de Luzenac était un des trucs les plus dégueulasses du foot français contemporain. D'ailleurs le mec passe du fin fond de la Haute-Garonne de sa jeunesse et de l'Ariège de ses débuts d'entraîneur pro à 6 mois de végétation pour rebondir dans la Somme, soit à peu près 800 km à vol d'oiseau. Bref le mec a pas dû être bien, le reste de l'effectif non plus. La LFP détruit des vies, ce sont eux les ultras qu'il faut interdire.
Ça serait super de voir Amiens en L1. Rappelons-nous qu'à la construction du stade de la Licorne, l'objectif (ambitieux) était clairement une montée en L1!
Hier à 21:45 FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 32
Hier à 19:29 Boca et le souvenir de la D2 7 Hier à 14:45 Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) Hier à 13:45 Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 Hier à 12:25 Bagarre générale lors d'un match de charité 35
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:36 La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10
dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 59 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 6 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42