1. //
  2. // Top 100
  3. // N°2

Pelé, la tête dure

Le football a eu son équipe totale avec l'Ajax et les Pays-Bas de 70. Il a également eu son joueur total avec le Roi Pelé, aussi bon des pieds que de la tête.

Modififié
1k 34

C'est la première Coupe du monde diffusée en couleurs, et les hommes de Mario Zagallo font figure de favoris. Autant dire que le peuple brésilien est aux premières loges pour assister à l'envol de leur Roi. Après une mise à l'écart volontaire de deux ans – Pelé préférant digérer les agressions et la déception du Mondial 66, seul dans son coin – il revient en 70, remonté comme un coucou. Et durant toute la compétition, il s'emploie à dévaliser tous ses adversaires, les uns après les autres. Bien aidé par Jairzinho, Tostão, Rivelino ou encore Carlos Alberto, il marche chronologiquement sur la Tchécoslovaquie, l'Angleterre, la Roumanie, le Pérou et l'Uruguay avant de retrouver l'Italie, en finale, dans un stade Azteca bouillonnant.

Youtube

Et à la 18e, après une touche bien dégueulasse, centrée en galère par Rivelino, le Roi s'envole. Littéralement. Une détente verticale complètement folle. Un décollage de fusée. Du haut de son petit mètre 70 (la taille d'Iniesta), il prend plusieurs dizaines de centimètres sur Burgnich, l'un des meilleurs défenseurs centraux de l'histoire, et pique son ballon dans les filets d'Albertosi. 1-0. Malgré l'égalisation un quart d'heure plus tard de Boninsegna, plus rien n'arrêtera le Brésil. Et pour couronner le tout, c'est sur une autre douceur des cheveux de Pelé que la Seleção touchera le Graal : une remise de la tête millimétrée pour Jairzinho, qui n'a plus qu'à bombarder le gardien italien. Finalement, le Brésil s'impose 4-1 : le Roi est porté en triomphe, c'est déjà sa troisième couronne.

La tête dans les étoiles


C'est aussi durant cette Coupe du monde que Pelé offrira à Gordon Banks l'un des plus beaux arrêts de l'histoire. Deuxième match de poule contre l'Angleterre, un coup de tronche monstrueux que le gardien de Stoke sort, miraculeusement. Après ce match, il marquera le coup d'un désormais culte : « J'ai marqué un but, mais Banks l'a arrêté » , histoire de dire que son geste, sa détente, son coup de casque étaient parfaits.

Youtube

Car il n'y a pas vraiment à tortiller : Edson Arantes do Nascimento est l'un des meilleurs joueurs de tête de l'histoire. C'est d'ailleurs pour cette raison que ses défenseurs, ou lui-même, le considèrent comme le meilleur joueur de tous les temps. En 2006, retraité depuis bien longtemps, mais toujours aussi irrité par les comparaisons avec son plus grand rival argentin, il déclare : « Depuis vingt ans, on me pose la même question : qui est le plus grand ? Pelé ou Maradona ? Et moi, je réponds que tout ce que vous avez à faire est de regarder les faits. Combien de buts a-t-il marqués avec son pied droit ? Avec la tête ? »


Tout ça pour dire qu'il savait tout faire : défendre, courir, dribbler (des deux pieds), tacler, centrer (des deux pieds), frapper (des deux pieds), passer (des deux pieds), sauter plus haut que tout le monde et donc se servir de sa tête. Pour penser, réfléchir, mais aussi pour casser un ballon avec son front et le déposer là où il le souhaitait. Et pas que contre des équipes en carton ou dans des instants sans importance. En 58, en finale (encore) du Mondial contre la Suède, il marque le but de la victoire, du crâne, coincé entre deux défenseurs et sur un centre venant dans son dos. Immense. Surtout qu'il devient le plus jeune vainqueur de la Coupe du monde, à seulement dix-sept ans.

Youtube

Après le match, Sigge Parling, défenseur et martyr suédois, s'incline et reconnaît le volume de jeu hors du commun du phénomène : « Après le cinquième but, j'avais envie de l'applaudir. »

Coup de boule et melon


De nombreux buts de la tête, donc. Mais aussi des coups de sang et un coup de boule. En 64, lors d'un tournoi ponctuel organisé au Brésil, la Copa de las Naciones, l'Argentine sait qu'elle va ramer contre une Seleção forte de deux titres consécutifs en Coupe du monde. Alors, elle décide de sacrifier un joueur et de lui donner une mission ingrate : Mesiano devra coller Pelé pendant tout le match et ne jamais le lâcher, sous aucun prétexte. Une mission parfaitement remplie, puisque privé de ballon pendant une bonne partie du match, le numéro 10 brésilien va péter un câble et briser le nez de l'Argentin.


Finalement, difficile de recenser le nombre de ses buts qui ont été inscrits de la tête, parmi ses 1281 officiels, mais une chose est sûre : il a bel et bien marqué l'histoire du foot de son visage, de son sourire, de son front et de son melon. Quand il se remémore ce but en 70, le Roi ne peut s'empêcher d'y ajouter un soupçon d'arrogance. C'est plus fort que lui et c'est aussi ce qui fait son charme : « J'ai ressenti quelque chose de spécial après ce but, parce que j'ai marqué de la tête. Mon père, qui était joueur lui aussi, a marqué une fois cinq buts de la tête dans le même match. C'est un record que je n'ai jamais pu battre. »

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

el.maestro Niveau : DHR
Décidément, So Foot ne se résoudra jamais à mettre Diego 2e d'un classement, quel qu'il soit ^^
FredAstaire Niveau : DHR
Maradona 1er, Pelé 2ème il fallait oser le faire, ils l'ont fait.J'espère que l'on parlera de sa mimine.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
J'ai écris un truc sur la divine mimine. On en causera demain, l'ami ;)

FredAstaire Niveau : DHR
Gageons que tu vas nous pondre un truc dont tu as le secret.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
C'est le truc le plus probable que j'ai jamais écrit, juré !
4 réponses à ce commentaire.
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
pele derriere maradona?on est vraiment chez so foot.

c'est bien de faire dans l'anti conformisme mais quand meme...
Mon général, je sais que vous étiez déjà mort quand le Pibe de Oro a commencé à danser sur le monde, mais ce n'est pas une raison pour dénigrer ainsi son classement. Tout ce qui vous a été postérieur ne fut pas forcément mauvais.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Certains postérieurs sont restent néanmoins plus affriolants que d'autres !
2 réponses à ce commentaire.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 1
O Rei !

Pelé n'a jamais voulu admettre que Maradona déclenchait plus de passion que lui, le petit brésilien au sourire magnifique. Par contre, sur tous les plans comptables, c'est meilleur.

Il était moins beau à voir jouer que Diego qui reste pour moi le plus beau joueur que le monde ait porté. Donc quelque part, le classement se tient :

1er le beau - le Dieu
2ème le meilleur - le Roi
3ème l'exceptionnel - le Prince

Si Zidane avait été sud-américain, il aurait fini deuxième car lui c'est le demi-dieu.
Totti Chianti Niveau : CFA
Note : 1
Mon cher Didier, ton amour pour Zidane est sincère et beau... mais tu t'enflammes ^^
Zidane a été grand, immense même, mais il reste loin, très loin devrais-je dire de Maradona et Pelé.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 2
Honnêtement j'ai du mal à voir en quoi Zizou est très loin de Diego.
Salut didier,

C'est un peu dommage de te voir apparaître si tard dans ces classements, tu aurais pu nous abreuver de photographies extraordinaires et de réflexions enflammées.
didier gomis Niveau : CFA
Note : 4
J voulais m'enflammer sur Ronaldo et sur Rivaldo, mais le niveau était tellement élevé que j'ai pas osé l'abaisser à un vulgaire concours de pectoraux. Et pourtant y'en avait qqs unes que je kiffais bien !

http://s2.glbimg.com/xPBavGbC2LBt886Nvr … ivaldo.jpg

http://globoesporte.globo.com/platb/fil … naldo1.jpg

Vraiment, je tenais à remercier ceux qui ont apporté une vraie plus value à ce top100. C'est toujours un délice de venir vous lire. Quand je pense que certains du forum ne viennent plus mettre les pieds dans les commentaires sous prétexte qu'ils sont nazes, et bien c'est vraiment dommage pour eux !

Obrigadao !

O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Moi je comprends pourquoi tu places Zidane aussi haut, et sincèrement personne ne peux te le discuter parce que c'est ton panthéon, ta propre cosmogonie.
Elle n'est pas rationnelle certes, elle est passionnelle mais c'est ainsi que se vit le foot et personne n'a le droit de discuter les émotions que Zizou nous a procuré.

Au commencement est l'émotion.
6 réponses à ce commentaire.
Pelé, c'est l'histoire. Maradona c'est l'épique.

Comparez avec l'histoire de France. Louis XIV et Napoléon sont considérés comme les plus grands monarques, alors que les vrais te citent Philippe Auguste et Louis XI.
Jemincruste1 Niveau : CFA
A vrai dire, Napoléon était Empereur.

Jean-Marc Chiant, professeur d'Histoire-Géographie à Neuville-sur-Saône.
Donc monarque, mot dont l'étymologie grecque signifie "qui exerce le pouvoir seul". A ne pas confondre avec "roi", qui signifie "qui exerce la royauté".

Jean-Marc Pédant, professeur de Droit constitutionnel à Rennes-II.
Ce qui me donne l'envie de vous donner ce sujet de dissertation : "La Ve République française est-elle une monarchie constitutionnelle ?"
Jemincruste1 Niveau : CFA
Jean-Marc Chiant, en recherche d'emploi à Neuville-sur-Saône.
Jean-Marc a remplace Jean-Michel? Ou c'est juste aussi de l'anticonformisme So Foot?
Du coup c'est pas gagné :/
7 réponses à ce commentaire.
Totti Chianti Niveau : CFA
Note : 1
J'ai beau être un fervent admirateur de Diego, pour moi le plus grand de tous, je pensais que ce serait Pelé le N.1 du classement.

Pourtant le classement ce n'était pas "les 100 meilleurs joueurs SUDAM" (là, que l'on place Pelé ou Diego en 1, peu importe, les deux se justifient), il me semble, mais les 100 joueurs qui ont le plus marqué le foot SUDAM.

Et donc, dans ce contexte, la place de N.1 revenait à Pelé (même si encore une fois mon coeur penche pour Diego).
3 coupes du Monde, une carrière presque entièrement jouée au Brésil, les + de 1000 buts, la première super star mondiale, la politique, etc.

El Pibe reste El Pibe, bien sûr.
Le plus fort parce qu'il a gagné avec de bien plus petites équipes que le Brésil et le Santos de Pelé.
Mais personne n'a marqué le football mondial comme Pelé.
À plus fortes raisons le football Sud-Américain.
crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
La question de savoir qui à le plus marqué le foot sud am n'est pas si simple je trouve.

Parce que "marquer" ça se joue sur et en dehors du terrain, et pour le coup... Diego à marqué le football, probablement plus que tout autre.

En fait c'est bizarre parce que je suis complètement à contre sens de toi (si ça se dit...) et je pense que, Pelé à probablement été meilleur que Diego, mais que personne n'a marqué ce sport autant que Maradona, et il faudra vraiment un gros gros gros poisson pour qu'il réussisse à le détrôner le Diego.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
@TottiChianti

je suis d'accord, personne n'a marqué le foot comme Pelé. Je ne parlerais pas de Maradona car pour moi, il déborde largement le foot. Je m'expliquerais demain.

Je pense que Pelé est la quintessence du footballeur sain. Une merveille de corps, d'instinct, une ode à l'éternelle jeunesse, l'éternel enthousiasme.

Et c'est en cela que la chanson de Pelé est éternelle.

La détente de Pelé est éternelle (j'avais écrit étrennelle, j'espère qu'il ne me réclamera pas des étrennes).

Pelé pour moi, c'est un sur-Eusébio, c'est-à-dire ce que la jungle footballistique a engendré de plus noble félin, de plus magnanime prédateur.

Pelé est l'oméga de la chaîne alimentaire du foot, son plus légitime souverain.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
100 % d'accord avec la totalité de ton post !

"Personne n'a marqué le foot comme Pelé. Je ne parlerai pas de Maradona car pour moi, il déborde largement le foot."
C'est exactement la vision que j'ai de ces deux monstres sacrés du ballon rond, aussi différents qu'indissociables.
Les deux facettes d'une même médaille (d'or évidemment) !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Les deux facettes d'une même médaille, oui, sauf que Diego a mangé la sienne (elle était à vrai dire, comme toutes les médailles, en chocolat), alors que Pelé a mise la sienne au congélo pour faire croire qu'elle n'était pas comestible.)

4 réponses à ce commentaire.
Donc il reste une seule place pour CR7 et Maradona ??? wtf
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
C'est dommage: parfois un troll peut-etre joli, esthetique, parfois un peu kitsch mais potentiellement drole.

Celui-la ne fait que peu d'effet.
@The Goat

Tu es sévère, il faut bien débuter un jour.
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
Severe mais juste mon cher Algiers:) Mais tu as raison. Il faut apprendre a tomber pour marcher un jour.

J'espere juste que tous les trolls ne lieront pas mon precedent post, au risque de donner une justification artistique a leur demarche.
Celui-là à quand même vraiment très peu d'effet
4 réponses à ce commentaire.
Quelle connerie ce classement... franchement Pelé est LA première star mondiale du foot et sans Pelé, pas sûr que le drogué argentin obèse aux traits tirés telle une Régine des mauvais soir aurait le même impact populaire et médiatique dans les années 80.

Voilà.
Barton_fink Niveau : DHR
2 epoques, 2 pays, 2 equipes aussi. Pele était entouré d'etoiles qu'on a plus besoin de citer. Maradona jouait avec entre autre une attaquant passé par Valencienne Anzin. N'ayant jamais vu jouer Pele en direct ou la vrai emotion et appreciation passent par là, et n'ayant vu que diego à la WC 94 je ne pourrais me prononcer sur qui est le meilleur mais on peut quand meme raison gardée
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Dans le fond, je sais bien que c'est pas ce que tu voulais dire mais dire que Diego a joué avec un attaquant passé par Valenciennes, c'est un peu méséstimer le talent de Burruchaga qui n'a atterri dans le nord de la France qu'en fin de carrière et suite à ses blessures lors de sa période nantaise. Avant cela, Burruchaga avait surtout été un magnifique meneur de jeu qui a formé un superbe duo de milieux offensifs avec Bochini dans le grand Independiente des 80's, équipe qui remporta la Libertadores et domina Liverpool lors de la Coupe Intercontinentale 84 ! Et puis, ses premières saisons à Nantes ont quand même été réussies, avant que les blessures ne sapent sa fin de carrière...
Les blessures, et la dignité de Jean-Jacques Glassmann ! Rappelons-le.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Toute raison est bonne pour enfoncer ce bon vieux Jean-Jacques. Mine de rien, quelle tristesse, Glassman c'est Spartacus qui passe par le judas.

Faudra qu'on pense à le réhabiliter un jour. Mais pas aujourd'hui.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@Pelusa et Alegria, évidemment et loin de moi l'envie de dénigrer ce cher Jacques (et pas Jean-Jacques d'ailleurs) même si je l'avais un peu maudit intérieurement en 93 : à l'époque, j'étais jeune et surtout dégoûté des implications pour mon OM chéri... Mais évidemment, en grandissant et mûrissant, j'ai réhabilité Glassmann et reporté mon courroux sur Nanard, Bernès et Eydelie.

Le but de mon com était surtout de rappeler que Burruchaga, avant d'être ce joueur de Valenciennes impliqué dans une sombre histoire, fut surtout ce superbe milieu offensif d'El Rojo, de l'Albiceleste et des Canaris. Et je préfère me souvenir de lui pour ce 3e but inscrit à Schumacher en 86 !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Ahaha on a dit Jean-Jacques parce qu'il rappelle le Rousseau des Confessions (celui qui dénonçait sa boniche parce qu'elle le fessait tandis qu'il l'appelait de tous ses voeux).

Mais nan, gros respect pour Jacques, Spartacus. On traiterait son cas demain, d'ici là on s'en lave les mains.

Pis demain on parlera de Diego. Pauvre Jacques !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Et Manu, t'es vraiment de tous les combats. Capable de défendre Burru jusqu'à Valenciennes. T'es le Vauban du foot !

Si un jour, on part en guerre, je prierai tous les Dieux pour que tu sois des nôtres.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
J'y réfléchis et c'est évident.

Moi par exemple, je peux défendre mes places fortes. Mais toi Manuel, non seulement tu défends les tiennes, mais tu défends aussi les routes et le territoire.

Alain Proviste, tu es le Vauban de la résistance sofootienne. Tu crées des garde-fous pour permettre la libre circulation, des murailles d'éloquence pour résister à l'envahisseur, des citadelles où l'on réunit ses forces et ses connaissances dans l'attente d'un nouvel assaut des ennemis de l'histoire.

Je l'ai déjà écrit, mais c'est toi Manuel, la formidable locomotive qui nous a tous poussé à vouer notre charbon aux flammes.

Pour ça et pour tout le reste (avoir entres autres ramené l'ami Peludo dans la danse), un immense merci, l'ami.
Ce commentaire a été modifié.
"Ahaha on a dit Jean-Jacques parce qu'il rappelle le Rousseau des Confessions"

C'est bien "pire" que ça : j'ai écrit Jean-Jacques à cause de Goldman. Mea culpa.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Merci pour ces mots et pour cette métaphore que je n'aurais sans doute jamais imaginée ! Venant de toi, ça me touche particulièrement, hermano ! ;)

PS : Pour ceux qui se seraient égarés sur le fil de cet article et viendraient seulement de trouver la porte du top sudam, ne vous étonnez pas : depuis hier, on se jette des fleurs et des galoches en tout bien tout honneur (j'inclus dans le "on" les "serial commentateurs" de ce classement) ! Une séance d'auto-satisfaction mutuelle bienvenue après ces presque trois semaines de riches débats...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
@.Pelusa.

Franchement, tous les Jean-Jacques sont coupables, ils le savent à partir du moment où on les appelle dans la rue "Tss Tss, Jean-Jacques !"

Rousseau, je lui en ai voulu au début mais forcé de reconnaître que c'est un brillant, un frénétique philosophe bien plus lisible et corrigible que son Illustrissime aîné Voltaire, qui lui, me semble hélas incorrigible.

Quant à Goldman, il ne vaut pas l'ombre de l'aile du vautour Voulzy.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Par contre c'est ça le hic, mon Alain. Faudrait que t'arrêtes de t'excuser à un moment.

Tu t'excuses de faire des listes, de légitimes embrassades, tu t'excuses d'apporter ta passion et ta connaissance sur ce site si dépassionné et pourtant avide de connaissance.

Ne t'excuse jamais Manu, c'est un conseil d'ami. Si toi tu t'excuses de poster ici, alors tout le monde doit s'excuser.

Tu répands un savoir, écoute ; je te parle d'homme à homme.

Les mecs comme moi, notre mémoire est vouée au néant. Mes grandes emflammades, j'ai peur qu'elles soient peau-de-chagrin quand il s'agira de s'en souvenir devant la purée patates-bouillies de nos vieux jours.

Tous mes grands élans ineptes, ma rage irrationnelle aura été corrigé. Aujourd'hui merci j'en ai conscience, je chérie des figures absolues, des figures qui violentent mon être, des figures qui finiront par avoir ma peau.

Mais si j'ai la chance de durer, mon plaisir, ce serait de partager cette gourmandise de football que tu proposes à tous. Je me blottirais contre ton épaule, et tu me raconteras ton Didi, ton Eusébio, ton Garrincha.

Et putain ! Ce sera un des très beaux - et innombrables - moments de ma vie.

Manu, je n'aurais jamais peur de vieillir à tes côtés.

Je sais pas si une nana t'as déjà dit ça ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
héhé oui, l'amour de ma vie me l'a dit.
Pour le reste, je tâcherai d'y penser (une mauvaise habitude chez moi). ;)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Si une femme t'a déjà dit ça, tu devrais prétendre au titre du plus Heureux des Hommes (va y avoir compète entre toi, Algiers et moi).

Pourquoi on se rend malheureux alors que l'on est heureux ?

Je suis même pas sûr d'être malheureux.
Et si c était plutôt une fusion de jean Jacques Eydelie et Jacques Glassman ?
15 réponses à ce commentaire.
Note : 1
Je vais faire l'avocat du Diable en disant que Maradona a vengé symboliquement les Malouines.
Pelé n'a jamais "corrigé" aucune guerre.

Outre ce mot d'esprit, je ne céderai pas à la comparaison car je pense deux choses :

- Un tel classement doit être visualisé à l'aune de celui qui le fait, et j'en ai parlé plusieurs fois. Il existe dès lors une cohérence dans ce classement, et je ne veux émettre des critiques que dans le manque de logique interne qu'il y a parfois eu (absence de Caniggia par exemple).
- La confrontation entre ces deux figures est intéressante, mais ce serait dommage de trop céder à celle-ci. En effet, je n'aimerais pas avoir un débat trop long risquant d'empiéter sur nos discussions concernant Pelé, car il y a des choses à dire.
Tout le temps perdu à parler de cette confrontation ne sera pas utilisé pour parler du Rei.

Voilà ma contribution.

PS : envoyez ce classement à Diego. Il serait aux anges, il n'y a pas de petite victoire dans sa guerre avec Pelé.
Ça fait longtemps que la rédaction de sofoot essaie de faire une interview de D10S dans sa version papier. Ces premières places successives dans différents classements sont peut-être une stratégie pour amadouer la bête...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Algiers,

les Malouines, c'est juste un prétexte. Un caprice de gouvernant qui a fait débordé le vase. Diego a vengé bien plus que ça.
@ O Alegria

Tu as raison mon ami, je me suis laissé aller à conter la version officielle. Je ne suis pas partisan des complots, mais cette version est souvent assez fausse pour mes yeux de myope.

Maradona a vengé l'opprimé. Il est allé beaucoup plus loin.
Il a donné de la force à ceux qui n'en avaient pas, et c'est pour ça que je suis triste à chaque fois que je vois le monde lui tomber dessus après ses frasques.
A chaque fois qu'on l'attaque, on lui rend un mauvais côté de pièce et on attaque le symbole de l'opprimé. Je ne pourrai pas m'y résoudre.

Je serai toujours bienveillant envers cet homme extraordinaire. Nous en reparlerons sûrement demain.

Mais je sais que nous nous rejoignons plutôt sur ce point, nous l'avons déjà défendu ensemble face à la horde des cyniques au détour d'un article.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Ecoute, j'ai passé ma journée à penser à Maradona, et pas à Pelé. Et j'ai écrit beaucoup de merde, je me suis infiniment soulagé. A présent, je me sens terriblement léger. Je prends ça pour un bon signe.

Demain on parlera de Diego, mon ami.

J'espère que tu apercevras ton Diego dans mon Diego. En tous cas, je te dessinerais mon Diego.

Un mélange de gouache et d'aquarelle.

J'ai aucune légitimité pour le peindre, je suis un peintre sans pinceau ni toile. Et c'est ça qui encore plus beau.

Je vais te peindre un Diego à la glaire, s'il le faut avec mes matières fécales. Et je vous assure qu'à mes selles, il fera sens.
Patxikudelatxams Niveau : District
Pelé n'a certes jamais "corrigé" de guerre, mais il en a quand même arrétée une!
Une histoire que mon vieux père me racontait au coin du feu : Le foot à la télé n'ayant pas encore fait son apparition, et le monde entier ayant entendu parler d'un génie nommé Pelé, le Santos de faisait des tournées mondiales pour que tout le monde ait la chance de voir jouer le Roi.
Lors d'une tournée en Afrique, le Santos devait jouer au Congo, alors en guerre contre le Zaire. Le président Zaïrois avait alors demandé à ce que Pelé vienne également jouer dans son pays, il n'y a pas de raison!
Pelé aurait alors accepté, à condition qu'un cessez-le-feu soit signé durant les quelques jours de la tournée. Ce qui fût accepté...
On peut donc dire que Pelé a arrété une guerre!
mon conseil: ne raconte jamais ça a chuck norris si tu tiens à la vie...
6 réponses à ce commentaire.
Jemincruste1 Niveau : CFA
Diego - au delà du football qu'il a incarné dans toute sa splendeur - c'est la vie et la mort, c'est Dieu.

Évidemment qu'il doit être 1er, je ne pense pas qu'il y ait de contestation possible.

Après, il y a peut être débat (et encore) si l'on se limite à des considérations footballistiques, mais il s'agit là du classement de joueur le plus marquant.

Comme dit plus haut, je m'arrêterai là pour ne pas interférer davantage dans la discussion autour de cet immense joueur qu'était Pelé.
La première place de Maradona dans le top monde était justifiée (c'est subjectif mais rien d'anti-conformiste là-dedans, des journaux de sensibilité différente de sofoot ont déjà fait le même choix). Celle dans ceux qui ont marqué le foot sud-américain, l'est moins.
Le parcours avec Santos aurait du faire la différence en faveur de Pelé.
Il n'y a pas de polémiques.
Si c'est le joueur le plus marquante de l'Amérique du sud (et même de l'Amérique latine), c'est Maradona qui mérite d'être n°1 sans aucun doute. Ce type est la fierté de tout un continent.
Si c'est le meilleur footballeur, alors c'est Pelé. Parce que si il y a débat sur le niveau qu'ils ont atteint, il n'y en a aucun sur la durée de règne.
Le règne de Maradona, c'est 78-90, c'est pas rien, quand même...
Sans l'histoire du contrôle positif du mondial 1994, tu aurais pu rajouter un lustre à son règne car je suis persuadé que cette Argentine-là, extraordinaire du point de vue offensif, notamment, se serait imposée au final.
FredAstaire Niveau : DHR
Sans l'histoire de la main, peut-être l'Argentine ne se qualifiait pas et on leur retirait un lustre.
En 78, il n'est pas à la coupe du monde. Même s'il a dù être international dès 77. En 79, il est champion du monde junior.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@ FredAstaire, main ou pas main, l'Argentine 86 restait supérieure à l'Angleterre et surtout Diego était trop fort cet été-là pour laisser échapper le Mondial !

Sinon j'approuve totalement europa, l'Argentine 94, avec son milieu Simeone-Redondo-Maradona et Caniggia-Batistuta devant, était une énorme équipe et sans la suspension de Diego et la blessure de Caniggia, elle avait vraiment la gueule d'un futur vainqueur ! C'est d'ailleurs à partir de cette CDM que je suis devenu supporter de l'Albiceleste...
@ dorcia :

Non, il est pas à la coupe du monde 78. Mais il termine meileur buteur du championnat d'Argentine organisé cette année là, où évoluaient la quasi-totalité des futurs champions du monde.

Il n'est donc pas totalement absurde de considérer que son règne commence bien cette année.
En 78 c'est un joueur prometteur, à la manière d'un Yannick Stopypa.
Puis il a quelques trous d'airs lors de son arrivée en Europe aussi. Mais je ne veux pas rester là-dessus, Maradona fut exceptionnel. Mais au fond j'aime être iconoclaste.
La grande différence, c'est qu'un des deux a exploité tout son potentiel et à fait preuve de persévérance. Le second, on est encore en train de se poser la question.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Je pense au contraire que Diego a brûlé bien plus que son simple potentiel. Tu sais, il y a les montures qui voyagent loin et longtemps et puis il y a les Pégases qui se brûlent les pattes dès qu'ils touchent terre.

Sur les uns, tu parcours le monde, sur les autres tu peux apercevoir, l'espace d'un instant, l'absolu sans proportions qui dépasse le monde.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
J'ai peut-être mal compris ta comparaison, cela dit.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Je reviens pas sur le contexte sulfureux de la CDM 78 mais a posteriori j'ai toujours trouvé un peu dommage que Menotti n'ait pas sélectionné Diego et Bochini pour le Mondial argentin. Imaginez un milieu avec Ardiles + les deux 10 associés, Maradona et Bochini (ou éventuellement Beto Alonso à la place du meneur d'Independiente), et un trio d'attaque composé de Kempes en électron libre sur la gauche, Luque au centre et soit Bertoni soit Houseman sur l'aile droite : ça aurait fait une sacrée équipe !
Après avec des si d'autant que le résultat final ne laisse pas de regrets au "Flaco")... Et puis qui sait si Kempes aurait autant assumé son rôle de leader offensif avec les deux autres derrière lui ?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Bordel, quelle cacophonie !

Franchement cette équipe aurait eu le couteau entre les dents, le problème, c'est que n'importe qui aurait pu prétendre être Judith ou Charlotte Corday.

Ils se seraient poignardés dans le bain du vestiaire avant même de livrer match.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
La vérité, c'est qu'on se contrefout de qui est numéro 1, on a affaire à 2 des figures les plus populaires de l'histoire du football.

Pour ma part, Diego est investi d'une charge affective, profondément liée à cette croyance du Pibe de Oro, qui l'investit d'une aura quasi-mystique.

Pelé lui, est ce superbe gamin qui a abattu tous les Goliaths. C'est ce musicien éternel qui astique sa plus belle flûte pour entraîner son peuple loin de tout calvaire, vers des étendues où seules triomphent la danse et le chant des victorieux.

Pelé, c'est l'immortel Adonis qui se pavane sur son char de Carnaval au bras de danseuses exubérantes, pendant que Garrincha prend racine sur son trône, l'oeil vitreux et passablement abruti par cette parodie de passion.

J'admire la grandeur du Roi Pelé, mais je m'arrêterai en chemin, je n'irai pas pavaner dans les grandes étendues de la victoire.

Parce qu'en chemin des hommes se sont crucifiés et qu'ils sont toujours vivants. Ils saignent encore d'abondance, d'une espèce d'hémophilie passionnelle, lors que le Roi a décidé de ne plus jamais verser une goutte de son sang et - ce faisant - il est bel et bien mort depuis belle lurette.
12 réponses à ce commentaire.
Le Roi parmi les rois. Quelle carrière phénoménale. Il a tellement fait pour le football, sa popularité et son image.

Le gouvernement brésilien s'est aussi beaucoup occupé et servi de lui et de sa carrière.

70, c'est du grand football mais il a avec lui une équipe monstrueuse, pareil à Santos, il joue avec des mecs qui sont eux-mêmes les meilleurs.

Son impact partout à travers le monde, c'est un précurseur en tout.

Pour ce qui est de la comparaison avec l'Argentin, de mon avis Diego est encore un cran au dessus.
Diego encore 1er, vous auriez pu équilibrer le bazar en le foutant 2ème !
Je crois qu'il a fini 2eme du classement du plus beau but, derrière bergkamp, non ?
1 réponse à ce commentaire.
Midnight_City Niveau : DHR
Comment Pele ne peut pas être premier bordel !!!
Le contre-courant c'est sympa mais au vu de l'intitulé du classement, je vois pas comment Maradona peut se retrouver devant Pele
avanti partenope Niveau : DHR
Golpearon la puerta de la humilde casa
la voz del cartero muy clara se oyó
y el pibe corriendo con todas sus ansias
al perrito blanco sin querer pisó.

¨Mamita¨ ¨Mamita¨, se acercó gritando
la madre extrañada dejó el piletón
y el pibe le dijo riendo y llorando
¨el club me ha mandado hoy la citación¨.

¨Mamita querida ganaré dinero,
seré un Maradona, un Rojita, un Boye
dicen los muchachos del Oeste Argentino
que tengo más tiro que el gran Bernabe¨.

¨Vas a ver que lindo cuando allá en la cancha
mis goles aplaudan seré un triunfador
jugaré en la quinta, despues en primera,
yo sé que me espera la consagración¨

Dormía el muchacho y tuvo esa noche
el sueño más lindo que pudo tener
el estadio lleno, glorioso domingo
por fin en primera lo iban a ver.

Faltando un minuto iban cero a cero
tomó la pelota sereno en su acción
gambeteando a todos enfrento al arquero
y con fuerte tiro quebró el marcador.

Francisco Canaro,1945 (!!!!!!)
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Génial.
FredAstaire Niveau : DHR
Pour ceux qui comme moi, ne sont pas familiers avec la langue de Cervantes, traduction?
Ah tiens, Rojita, c'est marrant tout le monde l'oublie toujours celui-là.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Moi je comprends mais je parle pas ! C'est le drame de ma vie.
FredAstaire Niveau : DHR
Quand j'écoute Gardel, Charlo, Jorge Negrete, Lucho Gatica ou Javier Solis il me manque quelque chose de ne pas tout comprendre.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
C'est un conseil qui ne tient qu'à moi, de privilégier la musique avant toute chose. Le sens, le mental ne sont que des béquilles.

Chaque langue a sa propre musique. Du fond des larynx germains aux entrailles arabiques, des volutes italiennes aux syncopes slaves, toute les langues possèdent en-elles une musicalité qui excède de très loin le simple sens.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Dip, quand il parle de Rojita, il fait bien référence à Angel Clemente Rojas, l'ancien grand attaquant du Boca des 60's ? J'ai eu un doute car il était, il me semble, surnommé "Rojitas" et non "Rojita" (sans s)...
Une idole de la Bombonera au point d'être l'un des rares anciens du club à avoir droit à sa statue, avec Maradona, Riquelme et Palermo (y en a un autre, je crois, mais je sais plus qui c'est).

Et que dire de Mario Boyé ??! Encore un joueur qui n'aurait pas volé une petite place dans ce top. Légende xeneize lui aussi et membre de l'énormissime quintet offensif de l'Albiceleste de l'après-guerre (avec Di Stefano, Norberto Mendez, "El Charro" Moreno et Loustau), vainqueur de trois Copa America consécutives !
C'est comme ça que je le comprends, ça m'a fait penser à Rojitas en effet.
9 réponses à ce commentaire.
Balibalibalo Niveau : District
Moi je ne trouve pas ça complètement illogique. Bien sûr ça prête à discussion, mais de la à y voir quelque chose de scandaleux... Parce que même s'il est indéniable que Pelé a marqué la grande Histoire du football, sa réputation de joueur ayant marqué le plus le foot lui est contesté jusque dans son propre pays qui lui préfère Garrincha (à raison à mon avis, mais ce n'est que mon avis). Quand Maradonna est un Dieu vivant dans le sien.

Bien sur sa réputation d'être un des plus grands joueurs de l'histoire (je n'aime pas le principe de désigner LE plus grand, car impossible de comparer Et les postes, ET les époques) n'est pas scandaleux, mais il le doit autant à son talent qu'à la pub qu'il a fait de lui même et à toute l’énergie qu'il a consacré à démonter publiquement le moindre joueur ayant le potentiel pour lui arriver au torse. Encore récemment ses sorties sur Messi ou Neymar, quand d'un autre côté il désigne Robinho comme successeur.

Au final, à mon avis, Pelé est avant tout le Roi d'une époque. Il la première superstar à l'échelle internationale. Tout ses successeurs ont toujours été comparés à lui malgré la différence d'époque qui change toute la donne (qui peut dire si Pelé aurait été aussi monstrueux en jouant dans les années 80, ou aujourd'hui?). Et j'ai un peu l'impression qu'on le désigne comme le plus grand plus par principe et par tradition.
C'est sûr que s'il claquait des coups de boule quand il était serré de trop près il avait moins de mal à se démarquer
Ce commentaire a été modifié.
Note : 2
Je tenais à remercier @Dip pour le documentaire sur Pelé et Garrincha.
Je l'ai visualisé ce week-end, et j'ai passé un grand moment.

Ce documentaire prend le parti de présenter Pelé comme une sorte d'animal politique, aussi à l'aise la balle au pied que le nœud de cravate autour du cou.
Ce portrait colle en tout cas avec la suite de sa carrière, en tant que ministre et ambassadeur d'un peu tout et n'importe quoi. (http://theoriginalwinger.com/wp-content … ercial.png ; https://i.ytimg.com/vi/4aNdIILlsh8/hqdefault.jpg)

La part sombre de Pelé - qui lui donna aussi peut-être son mental de champion - étant sûrement qu'il ne cède que très peu à la dimension de partage ou qu'il ne se laisse aller au compliment tant que la première place n'est pas en jeu.
Il manque de bienveillance et je pense qu'il voit par exemple Neymar comme une certaine menace, ce qui explique peut-être son rapport ambigu entre adoubement et critiques nuançant son talent. (vous connaissez l'admiration que j'ai pour Neymar, une fois qu'il porte le maillot jaune)
Ce commentaire a été modifié 3 fois.
 //  15:55  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 1
J'approuve, je l'ai regardé aussi la semaine dernière suite au lien qui avait été généreusement donné par notre ami Dip (
le lien https://www.youtube.com/watch?v=3HiH_MrQtrg&t=1817s).
Un docu vraiment pas mal sur "la rivalité" Pelé/ Garrincha mais qui finalement, à travers le football et ces 2 légendes, apporte aussi un éclairage sur le Brésil des années 60, une période qui correspond au faste de la seleçao (de 58 de 70) où s'entrechoque 2 moments importants de l'histoire moderne du pays : ses mutations et espérances sous les présidences Kubitshcek et Goulart et les années noires de la dictature militaire.
Merci les gars, mais il faut plutôt remercier le mec qui l'a posté sur le tube, c'est lui qui a fait le job :)
De mon côté ça fait presque 15 ans que je le cherche en DVD, je suis toujours bredouille...
Dip vu que tu le spécialiste de doc d'ailleurs il y a quelques années ( presque 10 ans) on avait échangé sur le Vox sur un DVD a me transmettre que je n'ai jamais reçu... Tu as donc aussi ta part d'ombre l'ami !

Où puis-je trouver sur le net la video sur le duel Prost vs Senna ( dans la série les grands duels du Sport) à chaque fois que France 5 ou Arte l'a diffusé je me suis débrouillé pour n'être au courant qu'après diffusion.

@Alegria si tu peux aussi m'aider vu que je ne sais si Dip est fan de Senna. Ton Biopic avance ?
FredAstaire Niveau : DHR
Je l'ai enregistré sur une K7 S-VHS, lors de la diffusion sur Arte. J'ai voulu ensuite la convertir en DVD-RW, mais mon graveur est tombé en panne.
Si tu as le matériel , je veux bien te prêter ma cassette.
"Dip vu que tu le spécialiste de doc d'ailleurs il y a quelques années ( presque 10 ans) on avait échangé sur le Vox sur un DVD a me transmettre que je n'ai jamais reçu... Tu as donc aussi ta part d'ombre l'ami !"

Ah m..., mes excuses alors, j'ai pourtant l'habitude de tenir mes promesses, de quel doc s'agissait-il aerton?
Pour Senna, je ne sais pas, je ne suis pas très F1 :/
J'ai deux souvenirs d'enfant en dessous de mes six ans qui me reviennent facilement en tête :
- l'un est lorsque je criais sur les toits d'Oran avec mon cousin, mais on s'en fout un peu ici.
- le second est ce satané 1er mai 1994 avec cette voiture qui heurte le mur. Je ne sais pas trop pourquoi ce souvenir reste fort dans ma tête et je me souviens avoir été habité ce jour là d'une tristesse infinie. La tristesse intuitive, celle qui est la plus pure et la plus forte.
Cet été, alors que j'allais mal un soir, je me suis mis devant "Senna" de Asif Kapadia et j'ai passé un moment égal à ceux passés ici. Un moment d'absorption total où mon esprit était totalement phagocyté par ce visage extraordinaire et ce talent à jamais unique. L'aspect transcendantal de Senna est souvent mis en avant dans ce reportage, et c'est quelque chose qui me touche.
A la fin du reportage, je me disais que la vie est belle quand même. Je crois avoir eu quelques larmes qui sont montées.

J'aime beaucoup Senna, c'est juste intuitif et il a une place particulière dans mon histoire et dans mon coeur.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
@aerton

je l'ai mis de côté ce biopic hélas, pour le moment c'est irréalisable. J'espère que Dip pourra te procurer la vidéo car pour ma part, j'ai rien de bien pertinent à te proposer, désolé.
@Dip franchement je m'en rappelle plus sûrement, à propos de foot. Il y avait toi et Pierre Arrighi. Et le plus drôle je suis rentré en contact avec vous deux, cette année après plus d'un septennat de silence.
FredAstaire Niveau : DHR
Je parle bien sûr de "Pelé, Garrincha, les Dieux du football" de Jean-Christophe Rosé.
FredAstaire je suis a des milliers de km de toi en ce moment pour un certains temps au moins. Si tu peux le mettre sur youtube, ça fera le bonheur du plus grand nombre, même si je pense qu'il sera effacé rapidement. Les droits d'auteurs font sans doute que c'est impossible d'y accéder depuis une dizaine d'années.
A sorry je viens de voir ton message.
je cherche Prost vs Senna ( serie Grands Duels du Sport)
Merci Algiers, tu t'imagines l'émotion de ceux qui ont eu l'occasion de le voir en direct à la tv ou sur piste.
@aerton, ben justement, j'avais envoyé un DVD à Pierre concernant quelques vidéos des 50's que j'avais sur l'Uruguay (il m'avait même envoyé un bouquin en retour, très sympa de sa part). J'avais envoyé des trucs à Mustapha et à Nieso aussi dans le temps. Je suis désolé hein, j'ai dû vraiment te zapper pour une quelconque raison parce que j'aime pas faire des promesses en l'air (autrement je préfère la fermer). Si t'arrives à retrouver ce que c'était, je fais amende honorable et je te l'envoie au plus tôt :)
En parlant de Pierre, j'ai perdu contact avec lui depuis, je dois toujours avoir son mail quelque part ceci dit, je le relancerai un de ces 4. J'espère qu'il va bien.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
" Pelé, Garrincha, dieux du football " est un sublime documentaire pour comprendre Garrincha. Mais je doute fort qu'il aide à cerner la beauté de Pelé.
@Fred, excuse, j'avais pas capté ta réponse m'était destinée.
Merci pour la proposition, c'est vraiment gentil, mais je n'ai pas le matos pour lire une S-VHS :(
" Pelé, Garrincha, dieux du football " est un sublime documentaire pour comprendre Garrincha. Mais je doute fort qu'il aide à cerner la beauté de Pelé.
Du coup, je comprends mieux pourquoi Pelé m'a toujours été antipathique.
oh mais t'inquiète c'est pas grave. Pierre aux dernières nouvelles va bien son mail est toujours fonctionnel. Ah Mustafa quel grand connaisseur du Barca!
Mc Leod lui c'était le troll complet il ne jurait que par le foot anglais mais faut reconnaitre qu'il avait du talent même dans la provoc.
"oh mais t'inquiète c'est pas grave"
Ben si, maintenant ça me travaille...

Le mac aussi m'avait envoyé des bouquins de foot, il était là pour troller les 3/4 du temps mais au fond c'était un bon gars quand même (mac si tu nous lis).
Quant à Condor et celui que tu as pris pour lui, c'est ici que tu peux les suivre : http://solavancosport.fr/
@ O Alegria

Quel est cette histoire de biopic, si ce n'est pas trop indiscret ?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Senna a expliqué un jour sa préparation mentale avant un grand prix. Il fermait les yeux et visualisait mentalement ses trajectoires idéales.

Et - et c'est ça qui m'a tué (qui l'a tué ?) - il expliquait que parfois, il ressentait une telle synergie entre sa trajectoire et la piste, qu'il avait la tentation de fermer les yeux pour dessiner la courbe parfaite du circuit imprimé dans sa tête.

Abandonner son volant à Dieu.

C'est sur ce motif que j'aimerais construire son histoire. Mais un film de F1, c'est beaucoup trop coûteux et il est hors de question de le vendre à Besson et cie pour le voir réalisé par Yan Kounen ou Loulou Leterrier.

A la limite, je veux bien le laisser à Alain Cavalier. Ayrton divaguant en monologue au fond de son cockpit (ground control ?), façon Johnny Got His Gun, pourquoi pas ?



Senna avait coutume avant un grand prix de faire le tour du circuit sur un scooter, justement pour visualiser les spécificités de la piste. Ensuite c'était la concentration mentale avant les qualifications ou la course, moments au cours desquelles il visualisait mentale chaque courbe du circuit. Cette concentration est d'ailleurs émouvante à Imola, 15 minutes avant sa mort, car c'est la seule fois où il enlève le casque lors de ce rituel mystique, laissant transparaitre son visage d'Archange.

Les qualifications du GP de Monaco 1988 sont la seule fois probablement dans la carrière de Magic Senna, où il a eu l'impression d'aller au-delà de ses limites, où il a flirté avec l'inconnu, tout allait trop vite, il n'avait plus la maitrise de rien. Il fait la pôle une seconde et demi devant Prost. En formule 1 c'est un gouffre vertigineux, à Monaco circuit étriqué, c'est en principe impossible, quand c'est Prost ton adversaire, c'est tout simplement inimaginable. Pour ma part, je considère que c'est le tour de piste le plus surréaliste de l'histoire de la F1.
Il avait coutume avant un grand prix de faire le tour du circuit sur un scooter, justement pour visualiser le grand prix. Ensuite c'était la concentration mentale avant les qualifications ou la course , moments au cours desquelles il visualisait mentale chaque courbe du circuit.
Senna avait coutume, avant un grand prix de faire le tour du circuit en scooter, justement pour visualiser les spécificités de la piste. Ensuite, c'était la concentration mentale avant les qualifications ou la course, moments au cours desquelles il visualisait mentalement chaque courbe du circuit. Cette concentration est d'ailleurs émouvante à Imola, 15 minutes avant sa mort, car c'est la seule fois où il enlève le casque lors de son rituel mystique, laissant transparaitre son visage d'Archange.

Les qualifications du GP de Monaco 1988 sont la seule fois probablement dans la carrière de Magic Senna, où il a eu l'impression d'aller au-delà de ses propres limites, où il a flirté avec l'inconnu, tout allait trop vite, il n'avait plus la maitrise de rien. Il fait pôle position une seconde et demi devant Prost. En formule 1, c'est un gouffre vertigineux, à Monaco, circuit étriqué, c'est en principe impossible, quand c'est Prost ton adversaire, c'est tout simplement inimaginable. Pour ma part, je considère que c'est le tour de piste le plus surréaliste de l'histoire de la F1.
26 réponses à ce commentaire.
Un peu étonné. Même si je connais la dévotion de sofoot pour Maradona, j'étais quand même convaincu qu'il mettrait Pelé en 1.
Pour ma part, qui ait connu Diego mais pas Pelé, j'aurai mis le bresilien en 1 parce qu'il m'a quand même marqué de manière indélébile.
Son aura a dépassé la cadre du foot, et pouvait atteindre à un certain moment celle des Beatles.
Imaginons un seul instant qu'il ait joué en Europe (ce qui ajoute une dimension politique à son histoire vu qu'il a été bloqué par la junte militaire au pouvoir au Brésil a l'époque), qu'en aurait-il été de son statut ? D'autant que c'était la Juventus qui le voulait.
Y'a quelqu'un ici qui s'y connaît en uchronie ?
Techniquement il a été déclaré "trésor national inexportable" avant 1964, donc c'est un régime démocratique qui l'a bloqué et pas encore une junte militaire.
1 réponse à ce commentaire.
Porco Rosso Niveau : Loisir
C'est dingue ce non débat !

- Maradona a plus marqué l'Amérique du sud, le mec a vengé symboliquement tout un pays de l'humiliation d'une guerre;

-Il y a une religion à son nom avec plus de trois millions de fidèles;

- Le mec est pote avec Fidel Castro et Hugo Chavez (entre autres), en gros avec des grandes figures (qu'on aime ou pas) de son siècle en Amérique du sud;

Le type, dans la lignée de ce qui est écrit au-dessus a été reçu par tous les présidents argentins (qui cherchaient à se faire élire);

- Le bonhomme a fait rayonner le football sudam en Europe, il lui a donné un rayonnement en faisant gagner un club en pleine loose;

Il a représenté son pays en Europe en étant reçu (comme un officiel) par des types comme le roi d'Espagne;

- Le loustic a inscrit les deux buts les plus fous (chacun à sa façon) de l'histoire de la coupe du Monde;

- Le personnage était engagé politiquement pendant sa carrière et n'a jamais été policé;

- L'histrion a des origines amérindiennes, vient d'une famille très pauvre, il représente l'amsud avec ses défauts et ses qualités;

etc...

J'en oublie plein mais aux yeux des gens, le mec représente bien plus le continent que Pelé.

Enfin, je peux ajouter mon vécu pour avoir passé beaucoup de temps sur ce continent et de mes discussions avec des gens de différents pays, il ressort que Maradona a un truc en plus dans leur esprit.

Après je ne peux pas en faire une généralité mais bon ...
On peut abonder dans ton sens en se remémorant l'état des gens, dans le monde entier lorsque Diego était à la dérive, hospitalisé en réa, suspendu à la vie seulement par qqes fils de machine.
Je crois que même lui ne savait pas s'il voulait rester ou basculer.
Mais il a choisi de rester. Mine de rien, ça ne doit pas être donné à beaucoup de personnes.
1 réponse à ce commentaire.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 5 : les Lavezzigates
1k 34