Présente ...

Présentation des groupes de l'Euro 2016

Le groupe B

Pays de Galles, Russie, Angleterre et Slovaquie.




Pays de Galles


Coach: Chris Coleman


Le premier à...

regarder Game of Thrones avec Christine Boutin

Arrivés en France avec la ferme intention de conquérir le royaume, les Gallois cherchent un peu partout une inspiration. Coup de bol, en ce moment, la sixième saison de Game of Thrones est diffusée en France. Et dans cette dernière, Daenerys Targaryen, reine de Meereen, reine des Andals, de Rhoynar et des premiers hommes, suzeraine des Sept Couronnes et protectrice du Royaume, Khaleesi de la grande mer herbeuse, déchire tout sur son passage. Elle est aidée de gros dragons qui la suivent un peu partout. Forcément, en entendant ça, les Dragons gallois sont tout foufous. Ils se rendent donc tous à Versailles, où ils ont rendez-vous avec une certaine Christine Boutin. Elle aussi a des vues sur le Royaume. Sauf qu'elle, son personnage préféré s'appelle Cersei Lannister. « Vous savez, elle aussi, elle fricote avec des gens de sa famille. »


Le 11 type

Wayne Hennessey

Chris Gunter, James Chester, Ben Davies, Ashley Williams (c.), Neil Taylor

Aaron Ramsey, Joe Allen, Gareth Bale, David Cotterill

Tom Lawrence


Deuxièmes du groupe B des qualifications pour l'Euro derrière la Belgique, les Dragons de Gareth Bale se pointent en France pour leur tout premier Euro. L'objectif ? Battre les voisins anglais et espérer se sortir d'une poule B relevée.

La carte postale


« Notre très cher prince,

Nous espérons que vous allez bien, et que la reine mère se porte bien également. Nous sommes actuellement en route pour le royaume de France pour y disputer une compétition internationale de football. La tâche ne sera pas aisée, mais nous espérons représenter au mieux la couronne et vous, notre très cher prince.

En parlant de couronne, nous étions justement en train de nous faire une petit réflexion. Nous savons que le pays de Galles vous a juré fidélité en 1301 après son annexion par Édouard II. Et nous ne voudrions pas changer le cours de l'histoire. Seulement, avec les copains, on se disait que si on arrivait à faire quelque chose, vous pourriez peut-être nous offrir un petit quelque chose en échange. On ne sait pas quoi, un peu de grandeur, que les gens respectent le pays de Galles. Changer d'emblème ? Offrir un titre de champion à Swansea ? Bref, quelque chose...

Nous nous emportons. Veuillez accepter nos excuses, Charles.

Bisous. »

Pourquoi ils vont...

perdre en huitièmes de finale


Après une phase de poule plus que médiocre, les Dragons accrochent la troisième place du groupe B en battant la Slovaquie. Le tirage au sort ne les épargne pas et, pour les huitièmes, Allen et consorts se farcissent les premiers du groupe C, les Allemands. Forcément, la tâche s'annonce compliquée pour les Gallois, qui n'ont même pas réussi à accrocher un nul contre l'Angleterre. Malgré un but précoce et un peu chanceux de Gareth Bale, Müller s'empresse de réduire l'écart, puis de doubler la marque avant la mi-temps. Les 45 minutes restantes se transforment en calvaire pour les anglophones, qui repartent la queue entre les jambes et avec cinq buts dans la besace. La marche était trop haute, titrera le Daily Post, tandis que le Bild-Zeitung fera sa une avec une photo du chanteur Günther accolée à celle de Chris Gunter, pris en flagrant délit de chat-bite dans les vestiaires. Oh, you touch my tralala.


L'inexpertise

Une agricultrice de l'avant-pays savoyard

Experte en poireaux.

« Ah, ils ont un poireau comme symbole, les Gallois ? Oh, c'est pas si mal, c'est un super légume, le poireau. C'est d'la fibre, et la fibre, c'est toujours bon. Puis ça se mange facilement, en soupe et en gratin, ça se prépare vite.

Le poireau fait pisser et soulage les constipations, autant dire qu'il agit de partout. Et puis, le poireau, il se cultive tout au long de l'année, on est sûr de ne jamais en manquer. Alors moi, je n'y connais pas grand-chose au foot, mais si ces braves gens mangent souvent du poireau, ils doivent être en forme. Ils devraient gagner du coup. Surtout si les autres mangent des saloperies.
 »


Ramsey le fossoyeur.

Les 23

Gardiens : Wayne Hennessey (Crystal Palace), Daniel Ward (Liverpool), Owain Fôn Williams (Inverness Caledonian Thistle).

Défenseurs : Ashley Williams (Swansea), James Chester (West Bromwich Albion), Ben Davies (Tottenham), James Collins (West Ham United), Chris Gunter (Reading), Neil Taylor (Swansea), Jazz Richards (Fulham).

Milieux : Joe Ledley (Crystal Palace), Joe Allen (Liverpool), David Vaughan (Nottingham Forest), Jonathan Williams (Crystal Palace), David Edwards (Wolverhampton), George Williams (Fulham), Aaron Ramsey (Arsenal), Andy King (Leicester).

Attaquants : Gareth Bale (Real Madrid), David Cotterill (Birmingham), Hal Robson-Kanu (Reading), Simon Church (Milton Keynes), Sam Vokes (Burnley).

Sélectionneur : Chris Coleman


3 bonnes raisons de les supporter


  • Les coups de génie de Gareth Bale.

  • Christian Bale, Catherine Zeta-Jones, Timothy Dalton, Gimli et Terry Jones sont gallois.

  • Les Dragons, c'est plutôt classe.
  • 3 bonnes raisons de les détester


  • Les courses sans fin de Gareth Bale.

  • Le pays a pour emblème le poireau.

  • T'es plus Lannister que Targaryen.
  • Le portrait français


    S’ils étaient :

  • une chanteuse française : Ariane.
    Un quart de siècle après avoir enregistré le générique français de la célèbre série animée Dragon Ball Z, la chanteuse revient pour signer le titre officiel qui accompagnera les Dragons gallois pendant toute la compétition. Comme à l'époque, elle va donc être amenée à chanter n'importe quoi avec un delay chiant à chaque fin de phrase. « Le gentil San Gohan  » – Oui, il est gentil, mais quel est le rapport avec la série dont le héros est Son Goku ? « Il a tous les pouvoirs » – Oui, enfin surtout celui de se transformer en lavette dans Dragon Ball Super. « Son père était un héros / Son esprit reste avec nous  » – Sachant qu'il ressuscite toutes les minutes, c'est plus facile pour son esprit de rester avec nous. Donc la chanson pour l'Euro, ça donnerait à peu près ça : « Les Dragons gallois (gallois gallois gallois), ils sont forts au rugby. Les Dragons gallois (gallois gallois gallois) battent tous leurs adversaires. Ryan Giggs était un héros, le grand le vaillant Mancunien. L'Europe saura bientôt, que son esprit reste avec nous. »


  • un plat français : une tarte aux poireaux.
    La tarte, c'est un peu l'astuce des mémés pour faire manger des légumes aux enfants. Ça a souvent une belle gueule et on y met un peu ce qu'on veut. Alors si bébé ne veut pas toucher au gratin de poireaux ou à la soupe verte trop épaisse et pleine de filaments, on met le poireau dans la tarte et on laisse la magie culinaire opérer. Et l'équipe de football du pays de Galles, c'est pareil. Personne n'a vraiment envie de la voir jouer, alors on l'a mise avec l'Angleterre et la Russie pour attirer les plus curieux. Mais au final, que ce soit en tarte, en soupe ou en gratin, c'est pas bon, le poireau.


  • un film français : La famille Bélier.
    Dans cette équipe comme dans La famille Bélier, tout le monde se repose sur une seule et même personne. Paul doit faire l'interprète au quotidien pour sa famille, sans quoi la ferme ne tournerait pas, et Gareth doit porter son équipe à bout de bras, sans quoi elle enfilera les défaites comme les perles. Mais Gareth, lui, veut vivre sa vie de footballeur accompli et chanter du Sardou pour l'expliquer à ses coéquipiers. « Mes chers copains, je cours, je ne m'enfuis pas, je cours.  » Bon au final, ça fera moins d'entrées au box office, mais qu'importe, ce sera émouvant.


  • une ville française : Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson.
    Ce n'est pas tellement pour le charme de cette petite bourgade, chef-lieu de canton de la Marne, que les Gallois ont tout intérêt à s'y installer, mais simplement parce qu'il s'agit du nom de commune le plus long en France. Et puisque les Gallois adorent ça, les noms à rallonge... Quoi, vous n'êtes jamais allé à Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch ?



    Par Gabriel Cnudde



  • Russie


    Coach : Leonid Slutsky

    Le 11 type

    Igor Akinfeev

    Dmitri Kombarov, Igor Smolnikov, Vasili Berezutski, Sergei Ignashevich

    Roman Shirokov, Denis, Glushakov, Oleg Shatov, Aleksandr Samedov

    Aleksandr Kokorin, Artem Dzyuba


    Comme avant chaque compétition internationale, on ne sait pas vraiment à quoi s'attendre avec l'équipe de Russie. Mais peu importent nos doutes : les Russes, eux, n'en ont pas. C'est le torse bombé qu'ils arrivent à l'Euro, en embarquant avec eux la moitié des effectifs du Zénith et du CSKA Moscou.

    La carte postale


    « Bonjour la France,

    Je suis un attaquant venu d'un pays froid. Je suis très grand, 1m96, brun, et j'ai un nom tout droit sorti des pays de l'Est. Je suis plus vif que ce que mon gabarit laisse deviner, et je joue dans un club qui dépense parfois beaucoup d'argent n'importe comment, qui domine son championnat, mais qui est incapable de franchir un cap en Ligue des champions. Moi-même, lors de cette Ligue des champions, j'ai beaucoup marqué en phase de poules, avant de me dégonfler quand le niveau de la compétition s'élevait.

    Lors des éliminatoires pour l'Euro, j'ai dû me farcir le groupe G. J'y ai brillé, en marquant presque un but par match, et en m'offrant même un quadruplé. Contre une petite équipe, le Lichtenstein. Car comme souvent, j'ai été beaucoup moins efficace face aux gros poissons.

    Mais non, je ne suis pas Zlatan Ibrahimovic. Je suis Artem Dzyuba, et tu me connais à peine, mais ce temps-là est terminé. Tu vas découvrir ma carrure de videur kosovar, ma technique aléatoire, et mes tirs un peu patauds à 5 mètres du but. J'ai vraiment hâte de te montrer tout ça, et qui sait, peut-être que je taperai dans l'œil d'un grand recruteur qui me donnera enfin ma chance dans un club non russe. Je le mérite, tu le sais bien.
    À très bientôt,

    за ваше здоровье, amis français !

    Artem Dzyuba / Артём Дзюба »

    Pourquoi ils vont...

    monter en puissance avant de faire une grande Coupe du monde 2018


    Les Français sont fiers comme des coqs en accueillant l'Euro 2016, alors imaginez ce qu'il se passe dans la tête des Russes qui s'apprêtent à organiser la Coupe du monde 2018. La Russie n'a jamais passé le premier tour d'un Mondial depuis la chute de l'URSS et, avant 2014, restait sur deux Coupes du monde où elle n'était même pas qualifiée. Au Brésil, les Russes alors menés par Fabio Capello sont passés à deux doigts de l'exploit et sont restés scotchés à la 3e place du groupe G à cause d'un autre exploit, celui de l'Algérie. Une belle dynamique à confirmer lors de l'Euro avant de recevoir en fanfare chez eux dans deux ans.


    L'inexpertise

    Andreï Kirilenko

    Ancien joueur NBA et actuel président de la fédération russe de basket.

    «  C'est vraiment formidable que notre équipe participe à cet Euro. En Russie, absolument tout le monde soutient l'équipe nationale et est concentré sur l'Euro. Après l'Euro 2008 où la Russie avait terminé 3e, l'intérêt des gens pour le football a vraiment progressé. Personnellement, comme tout le monde aujourd'hui, j'adore Artem Dzyuba. Mais mes joueurs préférés ont toujours été ceux du CSKA Moscou, les frères Berezutski, et Sergei Ignashevich. Mais je ne vibrerai pas pour un joueur en particulier, plutôt pour toute l'équipe. Et je connais bien Aleksandr Kokorin, généralement les basketteurs et les footballeurs s'entendent bien. On essaie toujours de se soutenir entre nous, au niveau des clubs ou au niveau national.
    Si on gagne, ça serait une immense réussite pour tout le pays. Ça serait gigantesque, le plus gros événement de ces 30 dernières années. Aujourd'hui, le football est vraiment le sport numéro 1 en Russie. J'avais remporté l'Euro de basket en 2007, et sur ce genre de tournoi majeur, un élément clé est la concentration. De plus, lors d'un Euro, il faut toujours bien démarrer. Il est donc très important d'être en bonne forme dès les trois premiers matchs.
    Et énormément de Russes aiment aller à Paris ou se détendre en France. Nos pays sont très liés l'un à l'autre, et je suis sûr que tous nos fans seront ravis de venir. En Russie, il y a beaucoup de fans de l'équipe de France depuis le Mondial 98, tout le monde se souvient de cette victoire. Et à l'Euro 2000, beaucoup de Russes vous soutenaient.
     »

    Les 23

    Gardiens: Igor Akinfeev (CSKA Moscou), Guilherme Marinato (Lokomotiv Moscou), Yuri Lodygin (Zénith Saint-Pétersbourg)

    Défenseurs: Aleksei Berezutski (CSKA Moscou), Vasili Berezutski (CSKA Moscou), Sergei Ignashevich (CSKA Moscou), Dmitri Kombarov (Spartak Moscou), Roman Neustädter (Schalke 04), Igor Smolnikov (Zénith Saint-Pétersbourg), Roman Shishkin (Lokomotiv Moscou), Georgi Shchennikov (CSKA Moscou)

    Milieux: Aleksandr Golovin (CSKA Moscou), Denis Glushakov (Spartak Moscou), Igor Denisov (Dinamo Moscou), Alan Dzagoev (CSKA Moscou), Oleg Ivanov (Terek Grozny), Pavel Mamaev (Krasnodar), Aleksandr Samedov (Lokomotiv Moscou), Oleg Shatov (Zénith Saint-Pétersbourg), Roman Shirokov (CSKA Moscou)

    Attaquants: Artem Dzyuba (Zénith Saint-Pétersbourg), Aleksandr Kokorin (Zénith Saint-Pétersbourg), Fyodor Smolov (Krasnodar)

    Sélectionneur : Leonid Slutsky

    3 bonnes raisons de les supporter


  • Parce qu’ils ont Poutine, et tu as peur.

  • Parce que tu dragues Valentina depuis des mois, et tu t'es dit que d'apprendre à épeler tous les noms de l'équipe en cyrillique te permettrait enfin de conclure.

  • Parce que lorsqu’ils déchireront tout durant leur Coupe du monde dans deux ans, tu pourras dire : « Je les ai toujours soutenus. »
  • 3 bonnes raisons de les détester


  • Parce qu’ils ont peut-être Poutine, mais jamais tu ne cèderas devant la barbarie. Comme OSS117.

  • Parce que tu es adhérent à Amnesty International.

  • Parce que pour toi, un pays qui est aux ¾ en Asie et à ¼ en Europe ne devrait pas participer à l'Euro.
  • Le portrait français


    S’ils étaient :

  • un chanteur français : Johnny Hallyday.
    Le chanteur bigger than life. Hors normes, écrasant, rouleau compresseur dans les charts et sur scène comme peut l'être la Russie dans un G8, et increvable comme ce pays à la riche histoire multi-séculaire. Et costaud sur la bouteille, en plus de ça.


  • un plat français : Le hachis parmentier.
    Les Russes aiment les patates, que ça soit dans leur assiette ou pour en faire de la vodka. Ça tombe bien, le hachis parmentier en est plein. Souvent considéré comme un plat bourrin et lourdaud, il est en fait plus fin et subtil qu'il n'y paraît, comme les Russes. En outre, le hachis parmentier traîne une sale réputation de plat fait pour être un mauvais surgelé. Parce que vous pensez vraiment qu'il fait -30 degrés toute l'année à Moscou ?


  • un film français : Léon.
    Léon est efficace, solitaire, ne parle pas beaucoup et laisse peu de chances à ceux qu'il doit éliminer. Mais Léon n'est pas uniquement ce colosse froid et est capable de sentiments passionnés et d'une rare noblesse d'âme. Prêt à mourir pour sauver la petite Mathilda, Léon ne recule devant rien pour protéger les siens. Léon, un film de Luka Bessan, avec Ivan Renov et Natalia Portmaneva.


  • une ville française : Mouthe.
    De grandes étendues sauvages recouvertes de neige quand le thermomètre descend en dessous de zéro, une chaleur étouffante en été, un froid qui peut descendre jusqu'à -40 degrés en hiver, sur le papier, Mouthe est une – toute petite – Russie de moins de 1000 habitants. Commune la plus froide de France, ce petit village à la frontière avec la Suisse fera une belle escapade pour les joueurs russes ayant le mal du pays au milieu de la compétition.


    мяч!
  • La charade


    Mon premier est la 9e lettre de l'alphabet.
    Mon deuxième est un terme désignant un film très violent, avec beaucoup de sang.
    Mon troisième est la fin du vrai prénom de Dark Vador.
    Mon quatrième est le verbe « faire » au présent aux trois premières personnes du singulier. Ou la « clochette » de Peter Pan.
    Mon cinquième veut dire « oui » en anglais, mais prononcé par quelqu'un qui n'a pas de dents.

    Mon tout est un gardien plutôt attaché au CSKA.
    Voir la réponse.

    Par Alexandre Doskov

    Angleterre


    Coach: Roy Hodgson

    Le 11 type

    Hart

    Rose, Cahill, Smalling, Clyne

    Henderson, Dier, Alli

    Lallana (ou Sterling), Rooney (ou Vardy), Kane.

    La carte postale


    « Oi M8s !!!

    Avec les gars, on vient d’arriver à Chantilly, notre camp de base pour l’Euro. Je peux déjà vous dire qu’on va bien s’emmerder. Moi qui pensais qu’on allait s’envoyer grave sur la Côte d’Azur, on se retrouve à la campagne, dans un bled paumé. En matière de fun, sur une échelle allant de Hull City à Magaluf, on est à -700. Ici, il n'y a rien, à part une réplique de la maison de Wayne, une forêt et des chevaux. Il paraîtrait qu’une nuit, Diego Costa a même été aperçu dans les écuries avec un couteau, pour choper sa saloperie de placenta. Ce gros dégueulasse. Sinon, à part ça, je m’inquiète un peu pour Shrek. Il a l’air tout triste. Depuis le départ de Stevie G, plus personne dans l’équipe ne comprend rien à ce qu’il dit. Du coup, il part souvent se balader tout seul. En même temps, vu son niveau cette saison, va falloir qu’il s’habitue au tourisme. Sinon, j’ai surpris Milner nu sur son balcon en train de terminer un sudoku niveau expert, le tout en écoutant du Schubert à balle. Il est vraiment spé, ce mec. À part ça, on ne va pas tarder à partir pour Marseille, pour jouer notre premier match face à la Russie. Pour se mettre dans l’ambiance, Joe, Delle et moi, on a décidé de mater la série éponyme, le House of Cards français qu’ils disent. On s’est endormis. Je profiterai néanmoins de notre passage à Lens pour descendre quelques pintes en souvenir du bon vieux temps. Il paraît que c’est le seul endroit qui sert de la vraie bière. Ces sales bourrins de frogs qui te mettent du sirop dans ta pinte et qui appellent ça un « Monaco » . Lol, les salauds. Bref, je vais devoir y aller. J’espère qu’on va sortir au premier tour, ou au pire en quarts, comme d’hab, pour que je puisse vous rejoindre à Benidorm. Au pire, N’Golo m’a parlé d’un technival de malade à Paris : « Up all night » , ou un truc comme ça. On ira se rincer les oreilles à la trance en gobant des extas comme des skittles. Tout ce qu’on aime, quoi.

    Je vous fais mille poutous, les frères. Et embrassez tout le monde à Sheffield.

    XXX,

    Jamie. »

    Pourquoi ils vont...

    encore faire les cochons sur la Canebière


    C’est bien connu, les Anglais aiment prendre des coups de soleil dans le Sud de la France. Particulièrement sur la French Riviera. Mais James Shayer, lui, préfère prendre des coups tout court à Marseille. Et pour cause. Lors du Mondial 98, ce hooligan à l’ancienne avait lancé une charge contre des supporters tunisiens, puis contre des policiers de la cité phocéenne, avant de se faire embarquer manu militari et d’être banni du territoire français pendant un an. De retour sur son île avec un surnom qui claque : « The pig of Marseille » , Shayer va prendre sept ans et demi de placard pour trafic de cocaïne, puis deux ans supplémentaires pour le braquage de deux semi-remorques remplis d’écrans plasma. Un joli casier judiciaire qui, aujourd’hui, la cinquantaine passée, le statufie comme l’un des VRP du « hoolibanditisme » britannique. Un porte-voix du nationalisme version English Defence League, aussi, qui tient absolument à revenir sur la terre de ses exploits d’antan. Histoire d’honorer de sa présence ce derby de la mâchoire cassée que pourrait devenir cet Angleterre-Russie censé ouvrir le bal au Vélodrome. Proche des Landskrona, ce groupe de hooligans du Zénith Saint-Pétersbourg qui réclame que les joueurs du club soient tous blancs et hétérosexuels, le gros cochon ne s’en est même pas caché dans une interview accordée au Daily Mail, en claquettes sur le perron de sa maison à Wellingborough : « Les Russes me fournissent les billets pour le match à Marseille, donc c’est plus que probable que je serai parmi eux en tribune. » Tout comme en ville, où il compte bien ratonner tout musulman qu’il croisera. « Les Russes les détestent aussi, non ? Donc l’Angleterre sera avec la Russie contre les musulmans…  » Et de préciser, pépouze, qu’il a tout à fait le droit de partir en croisade avec ses potes nazillons, puisqu’il ne fait pas partie des 2000 Brittaniques interdits d’Euro 2016. Les « Frogs » du Vieux-Port sont prévenus.

    L'inexpertise

    Michèle Vardi

    Retraitée.

    « Ah je ne savais même pas qu’il y avait un joueur qui s’appelait comme moi. Mais vous êtes sûr qu’il est anglais ? Ah d’accord, ça s’écrit avec un Y. Mais il est connu ? Ah, il a explosé cette année, d’accord. Bon, on va dire qu’il va marquer deux buts. Pour l’Angleterre, ça dépend contre qui elle va se battre, hein. J’en sais rien, j’imagine que les Russes sont forts, mais les autres… on va dire que les Anglais vont gagner, allez. Mais moi, je soutiens la France, à fond. Même si je connais rien, hein, je m’en fous complètement du foot. Mais ça ne fait rien, je suis très solidaire. (rires) Les Anglais ne peuvent pas avoir Jeanne d’Arc et l’Euro, hein, ils ne peuvent pas tout prendre ! »




    Les 23

    Gardiens : Hart (Manchester City), Forster (Southampton), Heaton (Burnley).

    Défenseurs : Bertrand (Southampton), Cahill (Chelsea), Clyne (Liverpool), Walker (Tottenham), Rose (Tottenham), Smalling (Manchester United), Stones (Everton).

    Milieux : Alli (Tottenham), Barkley (Everton), Dier (Tottenham), Henderson (Liverpool), Lallana (Liverpool), Milner (Liverpool), Sterling (Manchester City), Wilshere (Arsenal).

    Attaquants : Kane (Tottenham), Rashford (Manchester United), Rooney (Manchester United), Sturridge (Liverpool), Vardy (Leicester)

    Sélectionneur : Roy Hodgson

    3 bonnes raisons de les supporter


  • Votre « workbook » , celui que vous oubliez tout le temps en classe LV1, vous manque.

  • Vous avez fait des implants capillaires.

  • Vous êtes nul aux tirs au but.

  • 3 bonnes raisons de les détester


  • Vous ne tenez pas l’alcool.

  • Pour vous, le Crunch, c’est pas du chocolat.

  • Vous étiez né en 1966 et ça vous emmerde qu’ils aient acheté une Coupe du monde.
  • Le portrait français


    S’ils étaient :

  • un chanteur français : Grégory Lemarchal.
    Beaucoup de potentiel, mais ils n’iront pas au bout.

  • un film français : Moi, César, 10 ans et demi, 1m39.
    Ou plutot Moi, Marcus, 18 ans, 1m80.

  • une ville française : Calais ou Nice.
    Selon si les Anglais sont raccompagnés rapidement à la frontière ou s’ils se promènent.

  • Un plat français : Une ratatouille.
    Pas forcément d’aliment star, juste des trucs intéressants qui peuvent donner un mélange intéressant.


  • La charade


    Mon premier est ce que Robbie Fowler a véritablement sniffé après avoir marqué un péno contre Everton à Anfield en avril 1999.
    Mon second est ce que les hools russes ont répondu à la demande en mariage formulée par le « Pig of Marseille » .
    Mon troisième est ce qui a parfois rempli la caboche de Paul Gascoigne. Celle de David James aussi.

    Et grâce à mon tout, au tout début des années 2000, on a (presque) tous (presque) serré plein de ladies sur le dancefloor en fredonnant les sept jours de la semaine dans la langue de Shakespeare.

    Voir la réponse.

    Par Paul Bemer et Paul Piquard




    Slovaquie


    Coach : Ján Kozák

    Le 11 type

    Mucha

    Pekarík, Škrtel, Ďurica, Švento

    Hrovosky, Kucka, Hamšík, Weiss, Ďuriš

    Duda.

    La carte postale


    « Salut Bilou,

    Je suis bien arrivé à Vichy avec le reste de l'équipe. J'espère que je ne te manque pas trop. En tout cas, moins que tu ne me manques. J'aurais vraiment aimé que tu sois du voyage, mais c'était compliqué de te faire prendre l'avion. Et puis le coach a interdit aux autres de venir avec leurs épouses, je me voyais mal lui demander si mon chien pouvait m'accompagner. Mais si cela peut calmer ta déception, je pense que tu ne te serais pas plu, ici. À Vichy, les gens ont des chiens qui ne te ressemblent pas. Déjà, ils ont tous leurs quatre pattes, et des colliers en cuir. Ils se seraient moqués de toi, avec ton bandana et ta guibole manquante. Et puis, ils ont des pedigrees qui te feraient honte. Il se la racontent autant que leurs maîtres. L'autre jour, alors que je passais le temps en bossant un peu mes tricks de diabolo devant l'hôtel, un vieux monsieur a menacé de me dénoncer à la police, jusqu'à ce que je lui explique que je ne faisais pas la manche. Je me suis justifié en présentant mes papiers. J'ai eu beau essayer de le convaincre que depuis 1993, la Tchécoslovaquie n'existe plus, il n'arrêtait pas de me parler des Sudètes.

    Sur le site de la mairie, il est écrit qu'à Vichy, nous bénéficierons d'un « environnement calme, agréable à vivre… propice à des conditions optimales de séjour et de préparation » . Et c'est vrai que c'est calme. Beaucoup trop, même. J'ai voulu animer tout ça en jouant un peu de djembé, mais très vite, la police est arrivée, expliquant qu'elle avait reçu 28 plaintes anonymes. Hier soir, on est sortis avec les gars. Là encore, c'était très calme. Škrtel a eu beaucoup de succès auprès des filles du coin, mais la plus jeune avait 63 ans. Du coup, on n'est pas restés longtemps dans ce bar, surtout qu'on ne savait pas danser la valse.

    Tu me manques, Bilou.

    Ton Marek, qui pense fort à toi.

    PS : Ce matin, en pensant à toi, j'ai craché un peu de feu dans ma chambre d'hôtel. Les détecteurs d'incendie se sont déclenchés et m'ont arrosé. Si tu m'avais vu, en train de chialer sous cette pluie artificielle... C'était pitoyable, et en même temps assez beau. »

    Pourquoi ils vont...

    rentrer rapidement à la maison


    37,1% de la population âgée de plus de 60 ans, de l'eau à tous les repas, un maire à l'origine de Doctissimo, un festival de Scrabble comme principale manifestation sportive (2500 participants !), de l'eau à l'apéro, le couvent des Célestins comme principal monument historique, pas d'équipe de hockey sur glace, de l'eau au dancing, des sucreries locales vendues en pharmacie, des gens habillés avec des nappes. Les Slovaques ne tiendront pas plus de quinze jours à Vichy.

    L'inexpertise

    Peter Matousek

    Entraîneur des Tigres de Boulogne-Billancourt, une équipe de hockey qui rugit.

    « Bien que je sois tchèque, je suis né en Slovaquie. Donc parfaitement à même de vous parler, même si je n'y connais pas grand-chose en football. En ce moment, au pays, le football est à peu près aussi populaire que le hockey, c'est comme ça, lorsque l'équipe a de bons résultats. Mais notre fierté nationale, c'est le hockey. Avant, tout le monde pouvait jouer au hockey, c'était démocratique, ludique, les clubs donnaient les équipements. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, ce sont des joueurs de NHL qui offrent du matériel pour leur ancien club. On se débrouille comme ça. Donc au final, le hockey n'est pas le sport des riches, et le foot celui des pauvres. Ce que je peux vous dire sur l'équipe de foot, c'est qu'il n'y a pas une grande attente autour d'elle. Mais je pense qu'elle peut créer la surprise, comme lorsqu'elle avait battu l'Italie en 2010, en Afrique du Sud. Dans leur poule, ils peuvent battre le pays de Galles, la Russie et l'Angleterre. En Slovaquie, Marek Hamšík est bien sûr une énorme star, mais personne n'ose se coiffer comme lui, ce qui n'est pas plus mal. Je ne connais pas bien Vichy, où l'équipe est installée, je passe simplement à côté quand je me rends à Clermont-Ferrand. Et depuis l'autoroute, c'est difficile de se faire une idée. »



    Marek Tecktonik

    Les 23

    Gardiens : Matúš Kozáčik (Viktoria Plzeň), Ján Mucha (Slovan Bratislava), Ján Novota (Rapid Wien).

    Défenseurs : Peter Pekarík (Hertha Berlin), Milan Škriniar (Sampdoria), Martin Škrtel (Liverpool), Norbert Gyömbér (Roma), Ján Ďurica (Lokomotiv Moskva), Kornel Saláta (Slovan Bratislava), Tomáš Hubočan (Dinamo Moskva), Dušan Švento (Köln).

    Milieux : Marek Hamšík (Napoli), Juraj Kucka (AC Milan), Miroslav Stoch (Bursaspor), Vladimír Weiss (Al-Gharafa), Róbert Mak (PAOK), Patrik Hrošovský (Viktoria Plzeň), Ján Greguš (Jablonec), Viktor Pečovský (Žilina), Stanislav Šesták (Ferencváros), Ondrej Duda (Legia Warszawa).

    Attaquants : Michal Ďuriš (Viktoria Plzeň), Adam Nemec (Willem II).

    Sélectionneur : Ján Kozák

    3 bonnes raisons de les supporter


  • En lendemain de cuite, on aime bien se faire un petit bryndzové halušky, le plat national slovaque. Des nouilles de pomme de terre au fromage de brebis et du lard.
  • Un bon gros Big Mak, ça marche aussi. Avec du Kucka-Kula.
  • Vous détestez l’Italie et que vous gardez un super souvenir de 2010.

  • 3 bonnes raisons de les détester


  • Vous vous êtes fait agresser par Martin Škrtel dans une ruelle sombre.
  • Vous avez donné trop d’argent à la Croix-Rouge à cause d’Adriana Karembeu.
  • Vous êtes italiens et que vous gardez un mauvais souvenir de 2010.
  • Le portrait français


    S’ils étaient :

  • des chanteurs français : Peter et Sloane Bratislava.
  • un plat français : Le Kuckassoulet.
  • un film français : Le Mak.
  • Une ville française : Marek-en-Barœul.
  • La charade


    Mon premier est aveugle.
    Mon deuxième vient de l'Est.
    Mon troisième est en réserve.

    Mon tout travaille en Turquie.

    Voir la réponse.

    Par Mathias Edwards
    Rédaction

    Gabriel Cnudde, Paul Bemer, Paul Piquard, Alexandre Doskov et Mathias Edwards


    Édition

    Swann Borsellino, Julien Mahieu, Ronan Boscher et Gilles François


    Design et coordination technique

    Gilles François et Aina « Andy » Randrianarijaona


    Secrétariat de rédaction

    Julie Canterranne et Cécile Kremer


    Crédits photo



    Réactions (4)

    Poster un message
    par TheGoatKeeper il y a 5 moiss
    Les anglais, sils etaient un chanteur francais...superbe:)
    par carafe il y a 5 moiss
    C'est obligé la pub ? les petits enfants du bangladesh vous remercient.
    par Ligue3 il y a 5 moiss
    Celui là il va être hardcore. Je dirais Slovaquie et Pays de Galles, mais évidemment ce sont les rosbifs et les enfants de Poutine qui vont passer. Accroché jusqu'au bout ce groupe, probablement. Le Pays de Galles c'est comme l'Albanie, l'Autriche, la Croatie, ça peut taper du gros easy dand un bon jour.
    par Griseman il y a 5 moiss
    On se demande encore comment la Slovaquie a fait pour taper l'Allemagne vu leur ligne offensive https://lesyeuxdansleuro.com/2016/05/30 … slovaquie/

    Par contre le Pays de Galles a cranement sa chance à prendre. Ils ont un effectif cohérent porté par Bale, ils pourraient même prendre la 2ème place à la Russie https://lesyeuxdansleuro.com/2016/06/02 … de-galles/