En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 14e journée
  3. // Marseille/Bordeaux (3-1)

Payet tout bon, Carrasso tout seul

Maître à jouer d'un OM séduisant, Dimitri Payet a une nouvelle fois fait la différence. Esseulé dans ses buts, Cédric Carrasso a lui fait ce qu'il a pu, à savoir beaucoup, mais pas assez.

Modififié

Olympique de Marseille


Mandanda (7) : Le retour de l'OM qui gagne, c'est aussi le retour du Mandanda qui fait des arrêts décisifs. De toute façon, Steve a toujours su la mettre à l'envers à Cédric Carrasso.

Dja Djédjé (6) : Dja Djédjé est une belle mobylette drivée par Brice, un type qui ne sait pas faire de vélo. Le résultat est très drôle, mais plutôt convaincant.

Aloé (7) : Rarement pris à défaut en un contre un, sérieux à la relance et remonté comme un coucou, le minot a réussi son dépucelage en tant que titulaire au Vélodrome. Sa tête sur la barre aurait pu être la cerise sur le gâteau, mais il se consolera en se disant qu'il a été le patron de la défense phocéenne ce dimanche soir.

Fanni (5) : Tel un père de famille divorcé qui se respecte, Rod était chargé de garder son petit Baptiste ce dimanche soir. Tel un père de famille divorcé qui se respecte, Rod en a profité pour manger n'importe quoi, draguer une ou deux nanas au parc, envoyer une volée à l'entrée de la surface, le tout sans faire attention à son môme. Heureusement, Baptiste était très sage ce soir.

Mendy (4) : Il s'est excusé sur Twitter après le but de Lucas au Parc des Princes. Il optera certainement pour Facebook pour le but de Thomas Touré. Google+, Instagram, Snapchat, Tinder, Skyblog et MySpace attendent patiemment leur tour.

Imbula (7,5) : Impressionnant dans sa conservation du ballon et dans son abattage. S'il était un personnage de Mario Kart, Giannelli aurait tout le temps l'étoile. Par contre, pour devenir un vrai bon joueur, il va falloir apprendre à lâcher les carapaces plus vite.

Lémina (7,5) : Hyperactif au milieu du terrain, Mario a gratté d'innombrables ballons avant de gâcher une offrande de Barrada. Finalement, cela n'a été que partie remise, puisque son coup de tête égalisateur a relancé l'OM. La prestation aurait été parfaite si ces horribles cheveux étaient tombés suite au contact avec le ballon.

Barrada (5) : On va finir par se dire qu'il n'était pas au Qatar parce qu'il s'était perdu. Souvent sollicité, souvent brouillon, il s'est au moins trouvé un pote en la personne de Khazri, qui l'a étiré quand il fut pris de crampes.

Payet (8) : Vous êtes riches, vous vous mariez ? Dimitri Payet propose ses services pour tartiner le caviar de vos invités. Du gauche, du droit, de la tête et même des fesses, Dimitri fera de votre dimanche soir un instant inoubliable.
*Service à payer avant la prestation
** Artiste de profession, Dimitri ne garantit pas le niveau de sa performance. Espérez juste qu'il soit bien luné le jour où vous l'avez booké.


Thauvin (6,5) : L'année dernière, il avait mis deux Bordelais sur les fesses. Cette année, il s'est contenté d'un double contact sur Mariano, d'une pomme à la mi-temps et d'un travail défensif de titan. S'il n'est pas encore assez lucide devant, c'est aussi parce qu'il bosse pour Mendy en même temps. Le fameux job étudiant en plus de la fac. Une saloperie de rythme à prendre.

Gignac (6) : Un môme avec ses parents. À force de demander au ballon de rentrer dans les buts, il y a un moment où le ballon dit oui. Peut-être parce qu'il en a marre. Peut-être parce que Gignac se débrouille bien. Toujours est-il qu'avec ce pion important, Dédé rejoint Lacazette en tête du classement des buteurs.

Batshuayi (non noté) : Jaloux de Thauvin, il a profité de ses quelques minutes de jeu pour enrhumer Mariano et pour montrer à Pallois qu'il fallait remonter après un ballon récupéré. Une belle célébration pour son premier but avec l'OM. S'il marque pour la Belgique en finale de l'Euro 2016, ça devrait donner ça.

Omrani (non noté) Il y a deux ans, face à Bordeaux, Apruzesse était entré en jeu. Une pensée pour lui.

Girondins de Bordeaux


Carrasso (7,5) : Un grand classique : une sortie entre potes à onze dans un restaurant, dix mecs qui profitent que le onzième soit aux toilettes pour faire un resto basket. Ce soir, Cédric était celui qui sortait des chiottes. Celui qui a dû tout payer tout seul. Celui qui a fait la plonge avec classe.

Mariano (3,5) : Peut-être le latéral droit qu'il manquait au Brésil pour en prendre dix contre l'Allemagne.

Yambéré (4,5) : Le mec avait un maillot floqué du numéro 33, peut-être pour représenter sa région, et ça c'est assez cool. Mais ce qui est encore plus cool, c'est qu'il n'y avait pas son nom dessus et qu'il pourra toujours dire que ce n'était pas lui.

Planus (4,5) : Comme sa détente, en centimètre, sur le but de Lémina.

Pallois (4) : Valeur sûre des Girondins depuis le début de la saison, Pallois a décidé de se mettre au niveau de ses collègues le temps d'un match et d'une couverture horrible sur le but de Batshuayi. Cela dit, Nicolas aussi a un alibi : selon Stéphane Guy, Ludovic Pallois était sur la pelouse.

Poundjé (3,5) : Une pensée pour Diego Contento, ancien espoir du Bayern Munich, doublure de Maxime Poundjé.

Plašil (5,5) : Il a fait ce qu'il a pu, mais il savait que sans Geraldo Wendel, c'était foutu.

Sertic (6) : Une partie honnête. C'est rare à Marseille.

Khazri (6,5) : Insaisissable sur certains dribbles, Khazri a récupéré ses dents, mais a perdu la vue, en témoigne cette frappe improbable envoyée dans les tribunes du Vélodrome. Une cécité de passage également responsable d'un contrôle indigne d'un footballeur pro sur une vraie occasion de buts en première période.

Maurice-Belay (7) : Si le foot décernait le prix du meilleur second rôle, le nom de Nicolas Maurice-Belay serait gravé dessus tous les ans. Rarement décisif, mais souvent supérieur à son vis-à-vis, l'ancien Sochalien est une énigme à lui tout seul. Mais attention, une vraie énigme. Une de Mickey Parade.

Touré (7) : De l'activité, un but opportuniste et un enchaînement splendide amorti de la poitrine - reprise de volée. De Thomas Touré, on a d'abord vu le sexe, mais on voit désormais le niveau de jeu.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 17 il y a 7 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 29 il y a 9 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 79
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166