En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée
  3. // Lyon/Lille

Payet : la bonne paye ?

Du côté du LOSC, difficile cette année de s’accrocher aveuglement à un joueur. Martin, Kalou, Roux, Pedretti, tous déçoivent. Si Digne apportait jusque-là un des rares motifs de satisfaction, c’est bien Dimitri Payet qui permet à Lille de garder la tête haute.

Modififié
On a beaucoup parlé du cas Payet depuis son arrivée au LOSC : irrégulier, suffisant, timoré ou carrément mauvais. Tout est relatif. Dimitri n’a certes jamais été le leader que supporters et dirigeants attendaient qu’il soit, mais ces derniers mois sont loin d’être les pires. Avec un peu de franchise, ils pourraient bien même être ses meilleurs. Car, soyons clairs, depuis plusieurs journées de championnat, le garçon envoie de sérieux coups de pied dans le derrière (et de sérieux enroulés en lucarne) à ses coéquipiers trop mollassons. Autrefois critiqué et mis dans le même lot que les (très) décevants Martin et Kalou, le Réunionnais, recruté il y a un an et demi pour 8 millions d’euros à l’AS St-Étienne, aurait-il enfin appris à muscler son jeu avec les Dogues ?

Être le successeur d’Hazard

Point culminant de ce regain de forme : la confiance aveugle que semble lui accorder Rudi Garcia depuis quelques mois. Pas souvent titulaire la saison dernière - mais avec Joe Cole et Hazard en concurrent direct, pouvait-il s’attendre à mieux ? -, Payet enchaîne les bonnes performances depuis fin novembre. Des prestations qui ne surprennent pas le principal intéressé. « En fin de saison dernière, j’avais déjà retrouvé ma place dans l’équipe et une certaine efficacité. Depuis le début de cet exercice, j’ai plus de responsabilités avec le départ d’Eden Hazard. J’apprécie. C’est la première fois que j’arrive à être à la fois passeur et buteur » , déclarait-il récemment au micro de beIN Sport 1. Une analyse que partage également son entraîneur, Rudi Garcia : « Il est performant car il est bien physiquement, mais surtout il est en pleine confiance et il prend du plaisir à être utile à l’équipe. » Une manière aussi pour lui de démontrer que son intégrité envers le club n’a jamais eu besoin d’être remise en cause.

Les bonnes stats de Payet


La lecture de ses statistiques est probante : auteur de quatre buts sur les sept dernières journées de championnat, sept au total, autant de passes décisives, Payet est le deuxième joueur le plus efficace de Ligue 1, derrière Ibrahimović. Tranchant offensivement, il est également le joueur le plus utilisé par Garcia cette saison. Et si c’était ça qui avait tout changé pour lui ? Sans poste fixe la saison dernière, une fois à gauche, une fois à droite, l’ami Payet s’affirme cette année sur le côté gauche de l’attaque lilloise. Et ça tombe bien, ce poste était orphelin d’un leader technique depuis le départ d’Eden Hazard l’été dernier.

La force de Payet, c’est aussi ses buts. Tous plus somptueux les uns que les autres. Et ça, c’est la marque d’un joueur en pleine confiance. Toutefois, face à tant d’enthousiasme, une question se doit d’être posée : Payet, devenu indiscutable dans l’effectif lillois, peut-il enchaîner les matchs à ce rythme ? S’il veut jouer une coupe d’Europe l’année prochaine, disons qu’il n’a pas vraiment le choix.

Par Maxime Delcourt, à Lille
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88