Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Payet à l'OM, coup monstre malgré tout

Ça y est. Le feuilleton aura duré des semaines, fait une quinzaine de Unes, mais à la fin, Dimitri Payet quitte enfin West Ham pour revenir à l'OM. Un coup de maître pour le fameux OM Champions Project, même si les réserves sont nombreuses.

Modififié
« Nous avons Payet, et je ne crois pas que vous compreniez. » Même traduite en français bêtement, on reconnaît sans mal le chant des supporters de West Ham pour Dimitri Payet, qui a fait le bonheur de Youtube l'an dernier. S'ils n'ont pas envie de s'emmerder, les supporters phocéens vont peut-être reprendre la version française pour le premier match de la recrue au Vélodrome, vraisemblablement contre Guingamp le 8 février prochain. Parce que cela colle parfaitement à la situation du joueur et de ce transfert. Payet est de retour à Marseille, pour un mouvement à plus de 30 millions d'euros. Un coup retentissant qui n'est pas vraiment jugé en tant que tel. Ce sont d'abord les consultants des médias nationaux qui ont forcément trouvé à redire sur la manière de faire, avec ce bras de fer. À Marseille, il y a également des voix pour s'élever contre le prix du transfert, trop élevé, et des remarques sur la nécessité de recruter à ce poste alors que le point faible de l'équipe semble désormais se situer en défense centrale. Donc oui, vraiment, pour ses partisans, il y a de quoi se demander si les autres peuvent comprendre.

Qui y aurait cru il y a trois mois ?


Il faut pourtant se rappeler d'où le club marseillais revient. Quand Rudi Garcia est nommé, les vannes vont bon train quant à une éventuelle arrivée de Gervinho tant on sait que l'ancien entraîneur du LOSC aime rapatrier des joueurs qu'il a connus par le passé dans son nouveau club. Parmi les ex du nouveau boss marseillais, des noms comme Rami, Iturbe ou plus récemment Cabaye sont évoqués, mais celui dont rêvent les supporters de l'OM s'appelle bien Dimitri Payet. Un fantasme qui semble irréalisable à cette époque. Trois mois après, il est pourtant là, tout beau, avec sa crête. Le nouveau projet de l'OM a de la gueule ? Il a aussi un peu de réussite. Payet s'attendait à jouer dans une équipe qui profite de son passé pour devenir un challenger au big four, il se retrouve cette saison à lutter pour le maintien. La porte s'est donc ouverte et si les nouveaux dirigeants phocéens ont eu le mérite de s'y engouffrer, ils ont aussi pu compter sur Madame Payet qui a mis une pression de dingue à son mari pour retrouver le Sud de la France. C'est là-dessus que les Payet-sceptiques s'appuient : le joueur ne revient pas vraiment par amour pour l'OM, mais par contrainte conjugale, par opportunité. Comme par le passé, comme en 2015 où il a signé à West Ham parce qu'il n'avait pas pu être augmenté à l'OM, Payet a pensé à sa gueule. Et en revenant à un tel tarif, il a quelque part gagné, car ses conditions salariales vont suivre.


Un joueur majeur ne quitte jamais la Premier League


Un raisonnement qui doit faire sourire le nouveau président de l'OM Jacques-Henri Eyraud. Car lui, ce qu'il voit, c'est qu'il a réussi un sacré coup, peu importent les circonstances. Si l'on observe le marché des transferts, un footballeur qui quitte un club de Premier League n'a généralement que deux destinations possibles : la Chine ou un autre club de Premier League. Ceux qui quittent définitivement le Royaume pour un autre championnat européen sont en situation d'échec (Negredo, Filipe Luís, Eder, Paloschi, Gnabry, Škrtel...). Les Marseillais sont eux allés chercher un élément qui portait une équipe entière sur ses épaules. En Ligue 1, Payet sera le seul joueur à être dans la dernière liste des 30 nommés pour le Ballon d’or. Et le tout pour une somme qui ne dépassera pas les 35 millions d'euros, alors que le PSG en avait déboursé au moins 20 de plus pour Di María. Pour les adeptes de la revente qui bloquent sur l'âge de l'international français, JHE pourra simplement faire remarquer qu'il n'y a de toute façon jamais de garanties dans le football : ces mêmes Parisiens en savent quelque chose, eux qui avaient misé 42 millions sur Javier Pastore à vingt-deux ans...


Avec Payet, on défend moins, donc mieux ?


Quant à l'attitude de Payet, elle est là aussi tout bénef pour le fameux OM Champions Project. Alors que Zlatan avait déclaré il y a quelques mois que ce qui lui manquait le plus au PSG, c'était son salaire, le milieu offensif est lui prêt à aller au clash pour l'OM. Sacré symbole. À Marseille, personne n'ignore que Payet préférait le club de la capitale à ses débuts. Mais comme Ribéry, Drogba ou Cana, il s'est véritablement révélé avec le maillot phocéen et ne jure désormais que par lui. De quoi illustrer la devise « on ne naît pas marseillais, on le devient » . C'est à la fin de sa saison sous les ordres de Bielsa qu'il est devenu ce joueur incroyable, décisif à tous les matchs, et surtout capable de sortir un geste technique à chaque fois qu'on lui passe un ballon. Les Bastiais qui l'avaient affronté pour son dernier match au Vélodrome s'en souviennent encore. Les seules réserves recevables finalement sur sa venue concernent les manques de l'OM. Le 5e de Ligue 1 avait peut-être davantage besoin de défenseur, après avoir pris sept buts en deux matchs contre Monaco et Lyon. Mais avec Payet à la place de Cabella ou Sarr, les milieux lyonnais et monégasques n'auraient peut-être pas joué aussi haut, prenant le couloir gauche phocéen plus au sérieux, alors qu'Évra remplace dans le même temps Dória et Rekik. Dans un club dont la devise est « Droit au but » , la meilleure défense, c'est l'attaque. Et ça aussi, les autres, ils ne peuvent pas comprendre.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 11 minutes Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? il y a 58 minutes Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 2
il y a 2 heures Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 8 il y a 2 heures La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 46 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3