1. //
  2. //
  3. // Juventus–Manchester City

Paulo Dybala, de la puberté à la maturité

Depuis le début de saison, un homme à la tête d’enfant redonne des couleurs à une formation qui voyait la vie en noir et blanc. Son nom, c’est Paulo Dybala. Et c’est tout sauf une surprise.

Modififié
12 12
« Incredybala. » « Mais quel joueur, ce Dybala ! » « Juve : Dybala est ton prophète. » Ce week-end, après la victoire face au Milan, la presse italienne ne s’y trompe pas : un homme est sorti du lot, Paulo « babyface » Dybala. Déjà parce qu’il a inscrit le seul but du match. Mais pas uniquement. Au Juventus Stadium, il incarne également l’espoir. Après l’exode estival et les premiers résultats catastrophiques, les tifosi turinois n’avaient que peu de sources de réconfort. Plus de Pirlo, plus de Tévez, Marchisio blessé, Pogba en berne… Bref, un horizon bouché et peu de raisons d’y croire. Mais voilà, depuis quelques semaines, il se met à rentabiliser ses 32 millions d’euros, à jouer sans complexe, mais surtout à redonner le sourire et l’envie de tirer des plans sur la comète à tout un club.

Le porte-bonheur


En fait, ceux qui l’ont vu jouer à Palerme n’ont jamais eu aucun doute sur la future réussite du garçon et sa capacité à prendre la relève de l’Apache. Zamparini, son ancien président, le soutient corps et âme depuis son départ. Messi a dit de lui que c’était « le futur » et qu’on allait « en parler pendant des années » . Gianluca Vialli en a remis une couche dans Tuttosport : « Pour moi, il peut être le nouveau Tévez. Il a les qualités, le physique, les courses, il travaille pour l'équipe. Je vois dans ses yeux la lumière que seuls les champions possèdent. Il a le sens du collectif et sait faire la différence. » Des louanges par milliers, mais la seule vraie question qui subsistait, c’était : quand ? Quand ce talent va-t-il éclore ?

À ce propos, Allegri avait affiché son scepticisme : « Dybala doit encore grandir. La saison dernière, il était le leader de Palerme. La responsabilité est différente à la Juventus. » Sous-entendu : il y a Morata et Mandžukić devant lui dans la hiérarchie, il n’est pas encore tout à fait mûr. D’ailleurs, il ne commence pas tous les matchs en début de saison, et ne joue pas toujours à son poste. Surtout en C1. Et puis, il a fallu se rendre à l’évidence : en treize journées de championnat, quasiment à chaque fois qu’il a été titulaire, il a marqué. Contre la Roma, le Chievo, Bologne, l’Atalanta et le Milan. Et depuis peu, il fait même mieux : il permet à la Vieille Dame de reprendre un peu du poil de la bête et d’engranger des points. Preuve qu’il a très vite assimilé les critiques de son entraîneur. Preuve également qu’il est en train de grandir.

L'ombre de l'Apache


Et quand on commence à se faire remarquer, forcément, les comparaisons affleurent de toutes parts. En ce début de semaine, une question revient de partout : Dybala est-il le nouveau Tévez ? Les partisans du « pour » , statistiques à l’appui, expliquent qu’il est même plus fort que Carlos. Sur les treize premières journées, la fréquence de ses buts (1 but toutes les 130 minutes) est meilleure que celle de son prédécesseur (1 but toutes les 140 minutes). Les partisans du « contre » , comme son coéquipier Giorgio Chiellini, estiment « qu’ils sont tous les deux très différents » histoire de ne pas lui rajouter davantage de pression.


En tout cas, Paulo a tout mis en œuvre pour se faire sa place rapidement à Turin. En commençant par le physique : selon la Gazzetta, depuis son arrivée à la Juve, il a pris trois kilos de muscle pour répondre aux demandes tactiques et physiques de son entraîneur. Mais aussi (senti)mentalement. Devant les caméras, il fait toujours le timide et, sur Twitter, il ne cesse de réaffirmer son amour pour son nouveau club : « Une seule couleur va bien avec le noir. C'est le blanc. » Des paroles assurées qui ressemblent étrangement à celle d’un homme comblé. Et non plus à celles d’un adolescent tiraillé. Reste maintenant à confirmer ça par les actes, ce soir, dans la cour des grands, face à Manchester City.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Une des rares sources de satisfaction pour les supporters bianconeri cette saison.
Et le rose aussi va bien avec le noir Paulo non ?
Je suis toujours étonné par la capacité de la cellule recrutement à trouver des pépites, que ce soit en Amérique du Sud, dans les Balkans, ou dans les divisions italiennes inférieures. Il faut quand même se souvenir que Luca Toni, c'esy Palerme qui le découvre par exemple. Mais il faut croire.qu'utiliser Football Manager est judicieux (cf. l'interview de l'ancien recruteur de Nice d'il y a deux semaines).
FourThreeThree Niveau : CFA
Joueur frisson

Vista

Technique

pitié ne te brûle pas les ailes et ne prend pas le melon
Son plus beau geste pour moi depuis son arrivée à Turin c'est sa course et sa joie après son but contre Milan.
Je me souviens que certains ici voyaient déjà le flop avec l'arrivée de Dybala, qui si ma mémoire est bonne est arrivé à peu près en même temps que Mandzukic, autant ce dernier n'est pas un peintre, mais Dybala a vraiment ce quelque chose en plus. Il me rappelle un peu Aguero comme joueur, pas forcément dans le style de jeu en lui même mais c'est le même profil d'hommes.
Message posté par FourThreeThree
Joueur frisson

Vista

Technique

pitié ne te brûle pas les ailes et ne prend pas le melon


Vista ?

Ça m'a pas l'air d'être le trait qu'il met le plus en avant, pour le moment...
Non mais des surnoms pareils.
Dybala est plus proche de messi que tevez, c'est joueur très technique et c'est vrai qu'il doit gagner en puissance physique. Si tevez serait rester à eux deux ça aurait fait des ravages mais bon y a berrardi qui a aussi le même profil
luigi_di_biagio Niveau : District
Encore un joueur révélé par Palerme comme Toni, Barzagli, Zaccardo, Cavani, Grosso, Ilicic, Kjaer et en ce moment Vasquez. Par contre, jusqu'il y a deux mois, je lisais par-ci par-là qu'il n'était pas assez efficace et décisif. Visiblement le vent a tourné...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 12