1. // La pépite du week-end
  2. //
  3. // Corinthians

Paulinho, parce qu’il n’y a pas que Neymar

Hier, le Temple du football, le Maracana, a rouvert ses portes. Et les artistes n’ont pas déçu. Oxlade-Chamberlain et Rooney ont inscrit deux buts magnifiques, mais le jeune Paulinho, pépite des Corinthians, s’est chargé d’égaliser en fin de rencontre.

0 19
« Oh non, pas Paulinho » . A croire que Bixente Lizarazu était un avant-gardiste. En 2011, dans la pub Parions Sport, le nom d’un Brésilien fictif est cité. Deux ans plus tard, Batistos n’existe toujours pas, mais Paulinho est bien là. Hier soir, au Maracana (excusez du peu), il a inscrit son troisième but avec le maillot de la Seleçao, mais déjà, certainement, l’un des plus beaux de sa carrière. Sur un centre de Lucas, il se coordonne à l’entrée de la surface et expédie une superbe reprise de volée au fond des filets de Joe Hart. La plus belle réplique possible au chef d’œuvre tout juste réalisé par Wayne Rooney. Une juste récompense pour un joueur qui, depuis son arrivée aux Corinthians en 2010, a déjà tout gagné avec son club : championnat national, championnat Paulista, Copa Libertadores et Mondial des Clubs. Protagoniste absolu des succès de son équipe, Paulinho veut désormais relever deux défis, et non des moindres : devenir l’une des pièces maîtresses de la Seleçao de Scolari, avec évidemment vue sur le Mondial 2014, puis conquérir l’Europe, en atterrissant directement dans l’un des clubs les plus hupés du Vieux Continent. Peut-être même, qui sait, dès cet été.

20 millions ou être patient

José Paulo Bezerra Maciel Júnior. Voilà le nom complet de celui que tout le monde connaît sous le nom de Paulinho. Profil : un milieu de terrain technique, habile avec le ballon (est-il vraiment nécessaire de le préciser ?), positionné en tant que milieu défensif mais qui n’hésite jamais à se projeter vers l’avant, comme on a pu le voir hier soir. En trois ans chez le Timao (il débute tout juste sa quatrième saison), Paulinho a déjà inscrit 25 buts toutes compétitions confondues, preuve de son apport sur le plan offensif. Des chiffres et des prestations qui vont déjà baver nombre de clubs européens. L’été dernier, l’Inter avait tout fait pour griller la concurrence et le faire signer avant que son prix ne flambe. Mais l’affaire avait finalement capoté. Au mercato hivernal, Manchester City et le PSG n’ont pas caché leur intérêt pour le milieu de terrain. Mais encore une fois, rien ne s’était concrétisé. Ces derniers jours, il semblerait que ce soit la Roma, qui entretient de bonnes relations au Brésil, qui ait tenté d’établir un contact, annonçant un nouvel été de convoitises.

Mais faire bouger Paulinho sera compliqué. En effet, son président, Mario Gobbi, a maintes et maintes fois réaffirmé son intention de ne pas le laisser partir avant le Mondial 2014. « Je ne le vendrai pas ; je l’ai déjà dit à maintes reprises, je ne veux pas qu’il quitte le club » a-t-il affirmé. Bon, en même temps, c’est aussi ce qu’avait dit le président de Santos à propos de Neymar… A l’heure actuelle, les Corinthians ne possèdent toutefois que 55% des intérêts du joueur, après avoir racheté la partie détenue par la banque BMG. Le reste est détenu à 45% par le fond Audax, représenté par l’agent Thiago Scurto. Lors des dernières négociations de contrat, réalisé en août 2012, la clause libératoire a été fixée à 20 millions d’euros, avec un contrat qui expire en 2015. Pour ceux qui veulent le faire signer dès cet été, il faudra donc faire flamber la carte bleue. Ou être patient.

Un tour en Lituanie et en Pologne

Bon, 20 millions d’euros, c’est bien, mais les vaut-il ? A priori, oui. Au Brésil, on dit le plus grand bien de Paulinho, son arrivée aux Corinthians correspondant avec le retour aux succès du Timao. De fait, avant que Paulinho n’arrive au club, les Corinthians n’avaient plus gagné le titre national depuis 5 ans, et n’avaient jamais remporté la Copa Libertadores. C’est désormais chose faite, avec un Mondial des Clubs en prime. Starifié depuis son arrivée dans l’ancien club de Ronaldo, Paulinho n’a pas toujours été sous les projecteurs. C’est une partie quasi « secrète » de sa carrière, mais le jeune Brésilien a déjà joué en Europe ! C’était en 2006. Paulinho est alors âgé de 18 ans, et décide de quitter son club formateur, la Juventus-SP, pour signer un contrat d’un an au FC Vilnius, en première division lituanienne. Il débarque en cours de saison, plante trois buts, et permet à Vilnius de terminer à la 7e position. La saison suivante, le début de championnat est prometteur. Mais le 12 août, son contrat d’un an prend fin. Plutôt que de le renouveler pour au moins aller jusqu’au bout de la saison (en Lituanie, la saison commence en avril et finit en novembre), il s’engage avec le ŁKS Łódź, club polonais qui va aujourd’hui être relégué en troisième division.

A l’époque, le club est en D1, et Paulinho effectue une saison pleine, avec 17 matches au compteur. A la fin de la saison, il cède toutefois à l’appel du pays et rentre au Brésil. Il s’engage avec Bragantino, en D2 brésilienne. Il dispute une saison là-bas, et se fait remarquer en inscrivant 7 buts lors des barrages, ce qui ne permet toutefois pas à son club de remonter en D1. Mais les recruteurs ont tout suivi. Quelques jours après la fin de la saison, les dirigeants des Corinthians déboulent avec leurs gros sabots, et enrôlent le milieu de terrain. Là-bas, il devient l’un des éléments clefs de l’équipe, se fondant parfaitement dans le dispositif mis en place, à l’époque, par Mano Menezes. Mais c’est véritablement avec l’arrivée aux commandes de Tite, en novembre 2010, que Paulinho va pouvoir exprimer tout son potentiel et devenir le joueur (convoité) qu’il est aujourd’hui. Cet été, il va falloir suivre les tractations le concernant. Pas sûr, en effet, que le PSG, le Real Madrid, et Manchester City, l’aient si rapidement rayé de leur petite liste.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le problème c'est qu'on ne les compte plus ces "jeunes perles brésiliennes prêtes à mettre le monde du foot à leurs pieds", les Neymar (à prouver au Barca), Pato (vite reparti au Brésil), Augusto (aussi vite reparti au Brésil), ou Ganso, Damiao toujours au Brésil...
Chriswillow Niveau : Loisir
Paulinho, Fernando, Lucas, Neymar, Damiao, Oscar, David Luiz...

La jeunesse dorée brésilienne qui ne gagnent pas de matchs...
Paulinho a la Roma ce serait exceptionnel. Mais avant de l'acheter faudrait peut-être que Sabatini trouve un entraineur, un gardien, prolonge Totti avant qu'il ne se barre, confirme De Rossi et Marquinho... et prenne la porte.
Walter Blanc Niveau : Loisir
Merci Eric de me faire decouvrir ce joueur il est pas mal, si tu peux en faire un autre sur le jeune Bernard tu serais gentil.

Cordialement Heisenberg.
Myros el matador Niveau : CFA
merci pour cet article!! J'ai a plusieurs reprise souligné mon incompréhension devant le fait qu'on ne parle jamais de ce joueur très bon (au brésil ok ok)! Voila c'est chose faite, il a vraiment un profil intéressant mais bon s'il était si fort porto l'aurait déjà acheter puis revendu!! Porto le gage de qualité du jeune joueur qui va confirmé en somme!
Godfather Niveau : CFA
Bon c'est vrai que de nombreux jeunes joueurs brésiliens ont été annoncés comme des perles ou futurs cadors qui vont tout défoncés (Ganso, neymar, Lucas, Oscar, Bernard, Ademilson, Arouca, Romarinho etc...). Alors s'il ne faut en prendre qu'un seul bien évidemment Neymar a le plus haut potentiel.

Mais je peux vous assurer 1 chose, celui qui prend Paulinho va récupérer un milieu de terrain box to box de très grande qualités physiques et techniques. Déjà, un pur milieu de terrain avec autant de poids offensivement je n'en avais pas revu depuis Lampard qui est sur la fin. Le club qui va récupérer Paulinho va véritablement se frotter les mains. C'est limite un clone de Ramirès de Chelsea mais avec un plus gros poids offensivement. Tactiquement Paulinho est parfaitement mûr contrairement aux brésilien en général qui doivent s'adapter tactiquement en Europe. Dans un milieu à 3 avec les Corinthians ou dans un milieu à 2 avec la Seleçao, ce joueur est en place. Seul problème Corinthians veut pas le lâcher et lui non plus veut pas quitter son pays. 2 ans qu'une ribambelle de clubs européens fait des pieds et des mains pour convaincre le club et le joueur !!! Avis aux amateurs...
Faudrait expliquer aux brésiliens que leur championnat n'a définitivement pas le niveau comparé aux ligues majeures d'Europe. J'ai l'impression qu'ils croient tous qu'il peuvent se permettre de rester au pays à siroter des caipi et avoir un niveau décent.
Sans parler des présidents qui sur vendent leurs joueurs à des tarifs de porcs... Faut qu'ils fassent gaffe, car si ils continuent de garder leurs joueurs et en vendre une petite partie à prix d'or, les jeunes générations des voisins (Colombie, Argentine, Uruguay) vont leur passer devant !
Chris-Sheva92 Niveau : DHR
Sérieusement j'adore le Brésil mais ils font peur à quelle équipe nationale digne de ce nom?

Le mondial est dans seulement un an, chez eux qui plus est, mais leur niveau n'est vraiment pas celui auquel on pourrait s'attendre.
neo_la_fifouze Niveau : DHR
Message posté par Walter Blanc
Merci Eric de me faire decouvrir ce joueur il est pas mal, si tu peux en faire un autre sur le jeune Bernard tu serais gentil.

Cordialement Heisenberg.


Pourquoi t'as une signature? On est pas sur un forum kikoolol ici, casse-toi avec ton fanboyisme de Breaking Bad.

(Désolé, je suis aigri aujourd'hui)
neo_la_fifouze Niveau : DHR
Attention, j'aime bien BrBa hein, c'est juste les signatures systématiques qui m'insupportent.
"Sur un centre de Lucas, il se coordonne à l’entrée de la surface et expédie une superbe reprise de volée au fond des filets de Joe Hart."

ou comment parler d un match qu on n a pas vu.... !
Il l'a pas mangé Paulinho ?
Eric on a vu le même match ou pas , parce qu'hormis son but qui lui sauve son match , Paulinho a été juste inexistant..il se cachait au milieu de terrain laissant la création du jeu à alves..complétement surcoté ce mec...
laudrup all night Niveau : Loisir
Message posté par OmarLittle
Faudrait expliquer aux brésiliens que leur championnat n'a définitivement pas le niveau comparé aux ligues majeures d'Europe. J'ai l'impression qu'ils croient tous qu'il peuvent se permettre de rester au pays à siroter des caipi et avoir un niveau décent.
Sans parler des présidents qui sur vendent leurs joueurs à des tarifs de porcs... Faut qu'ils fassent gaffe, car si ils continuent de garder leurs joueurs et en vendre une petite partie à prix d'or, les jeunes générations des voisins (Colombie, Argentine, Uruguay) vont leur passer devant !


discours de colon.
comment hausser le niveau d'un championnat sans garder ses meilleurs joueurs ?
comment garder ses meilleurs joueurs sans fixer des prix trop élevés ?
mais t'as raison, ça ne sert à rien de jouer pour l'équipe de sa ville, devant son propre peuple, le plus longtemps possible.
et puis forlan, seedorf et ronnie doivent être de gros blaireaux.
Message posté par laudrup all night


discours de colon.
comment hausser le niveau d'un championnat sans garder ses meilleurs joueurs ?
comment garder ses meilleurs joueurs sans fixer des prix trop élevés ?
mais t'as raison, ça ne sert à rien de jouer pour l'équipe de sa ville, devant son propre peuple, le plus longtemps possible.
et puis forlan, seedorf et ronnie doivent être de gros blaireaux.


Discours de colon ? Mwarf. Et si je dis que les joueurs africains doivent aller jouer en Europe pour hausser leur niveau de jeu, je suis raciste ? Typiquement le genre de petite pique gratuite qui me fait dire que t'es un peu co(lo)n.

Faudrait que tu réfléchisses plus loin que le bout de ton nez mon ami.

De un, si le colon s'est permis cette remarque, c'est parce qu'il aimerait bien voir le Brésil soulever la coupe du monde à la maison, "devant son propre peuple". Tu noteras que je reprend ton argumentaire, sauf que je l'élève à un niveau national. Parce que je te garantit que c'est pas en restant à la maison que les joueurs de la Seleção pourront faire face à l'Allemagne, L'Espagne, l'Italie etc...

Deuxièmement, je pense que tu te trompes. La première chose dont les clubs brésiliens ont besoin pour devenir un championnat vraiment important, c'est d'avoir assez d'argent et d'attractivité pour attirer les joueurs Européens au pays. Evidemment, dit comme ça, ça semble utopique. Mais quand tu vois les Anzhi, Zenith, Monaco etc... tu te dis que c'est possible. C'est pas en restant qu'entre brésiliens que le championnat va progresser. Parce que tu m'excuses, mais à partir d'un moment, comment ils font les Neymar, Oscar, Lucas etc... pour progresser si ils restent dix ans face aux même défenses friables ? L'Europe est actuellement une obligation si tu veux devenir vraiment l'un des meilleurs.

Et tu m'excuses, mais quel est le rapport entre ce que je dis et Forlan, Clarence, Ronnie etc... ? T'as pas un peu l'impression de sur-interpreter ce que je dis ?
Quel début de carrière absurde!
Suis-je le seul sinon à trouver qu'il ressemble physiquement à Brandao?
Ou que le but, hier, n'était pas si beau que ça, mis à part le fait que ce soit une reprise de volée. Par contre, le but d'Oxlade-Chamberlain, absolument superbe.
Lasourceprochedudossier Niveau : CFA2
Pour vraiment apprécier ce genre de buts, il faut, je pense, les voir en direct. Après coup tu t'y attends, ça perd de la magie. Mais en live, quand tu vois le ballon arriver lentement comme ça, le joueur tout seul armer sa reprise, tu sens le but de fou arriver mais tu as tellement peur que le ballon parte en tribunes, comme dans 90% des cas, que tu hurles lorsqu'il touche le filet. Toutes proportions gardées, ce but est dans l'esprit de la volée de Glasgow de ZZ.
Message posté par Paulouz
Eric on a vu le même match ou pas , parce qu'hormis son but qui lui sauve son match , Paulinho a été juste inexistant..il se cachait au milieu de terrain laissant la création du jeu à alves..complétement surcoté ce mec...


@Paulouz. Encore un tocard de facho, comme il y en a de plus en plus dans ce pays. Ton commentaire me donne envie de gerber.
Moi je préfère écouter un Brisbois ou un Courbis dans l' after foot plutôt qu'un type issu de la droite zemmourienne.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 19