En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Paulinho, le mystère de Guangzhou

À la suite de ses déclarations le week-end dernier, Paulinho devient une recrue probable pour le Barça. Le but ? Densifier le milieu de terrain catalan et redonner une chance à ce bulldozer de briller dans un top club.

Modififié
Dans la cité de Gaudí, l’été commence tout juste à pointer le bout de son nez que la ville connaît une forte hausse des températures. La faute à la canicule ? Oui, mais pas que. Ce dimanche, le quotidien Sport remplissait les kiosques de Catalogne avec en Une le visage de José Paulo Bezerra Maciel Júnior, plus connu sous le nom de Paulinho. Et pour cause : l’actuel milieu de terrain du Guangzhou Evergrande a lâché une petite bombe au moment de se confier au média brésilien Globoesporte : «  Nous avons été contactés avec mon agent par le FC Barcelone, explique le joueur. Il y a bien eu une offre, mais aujourd’hui je suis dans une période heureuse dans ma vie et dans ma carrière. Quand une telle opportunité arrive devant toi, c’est difficile de décider. Il y a beaucoup de choses que je dois mettre dans la balance pour prendre la décision et l'une d'elles est mon bien-être. D'abord, la vie que je mène avec ma femme en Chine. Nous aimons l'endroit, les gens et le club... Je suis très heureux qu’un grand club comme Barcelone s’intéresse à moi, cela n'a pas de prix. » Si l’intérêt pour Paulinho reste gratuit en soi, le passage à la signature devrait obliger les Blaugrana à payer la clause libératoire du joueur, fixée à 40 millions d’euros. Paulinho au Barça, serait-ce vraiment une bonne affaire ?

Un Grenier à dépoussiérer

Bras droit de Tite


D’après Sport, l’officialisation du transfert ne dépend plus que de l’accord du milieu relayeur, puisque de son côté, Ernesto Valverde s’est prononcé favorablement sur son recrutement. Une information qui ne manque pas de créer certaines moqueries sur les réseaux sociaux, où recruter un joueur de la Chinese Super League ne fait vraiment pas rêver grand monde, surtout quand on s’appelle le FC Barcelone. Oui, mais voilà, si on prend la peine de se pencher sur les dernières saisons vécues par Paulinho, il semblerait que la majeure partie de ces railleries soient clairement infondées. Titulaire indiscutable de l’équipe concoctée par Luiz Felipe Scolari depuis 2015, Paulinho a remporté quatre titres majeurs : la Ligue des champions d’Asie (2015), le championnat chinois (2015, 2016) et la Coupe de Chine (2016). Si l’Empire du Milieu n’est pas encore une référence en matière de football, il n’empêche que Petit Paul a acquis là-bas une mentalité de vainqueur, et même plus que cela. Toujours affûté, l’international auriverde (41 sélections) s’érige en pion essentiel du dispositif de Tite, sélectionneur du Brésil depuis plus d’un an. En témoigne sa prestation contre l’Uruguay en mars dernier, pour les éliminatoires de la zone Amsud au Mondial russe. Au stade du Centenario de Montevideo, Paulinho inscrit un triplé, dont une frappe de bison. Costaud.

Vidéo

La semaine dernière, Felipão était pourtant catégorique sur la possibilité de départ de sa pierre angulaire. « Paulinho ne part pas de Guangzhou, sa clause est fixée à 40 millions d’euros. (...) Ce n’est pas simple pour un club chinois de laisser partir un joueur si important à ce moment de la saison. Trouver un remplaçant est très difficile, étant donné la concurrence sur le marché et la nouvelle réglementation sur le marché. » Des propos qui font écho à la nouvelle taxe de 100% sur les transferts étrangers par le gouvernement local, et qui obligerait Guangzhou à de nouvelles folies. Toutefois, la prise de parole du joueur de 28 ans sur le dossier laisse entendre qu’un départ pour le Barça est tout à fait plausible. Un Barça qui connaît d’ailleurs très bien les capacités de Paulinho, lui qui avait déjà battu le Chelsea de Rafa Benítez en finale de la Coupe du monde des clubs en 2012 avec les Corinthians. Un Timão dont l’entraîneur principal s'appelait... Tite. Déjà.

M. Muscle au Barça


Reste désormais à savoir ce que le Barça compte faire de sa recrue si Paulinho se décide à signer le contrat proposé par les Culés. Doit-on y voir un abandon de la piste Marco Verratti, annoncé proche du Barça depuis le début du mois ? Pas vraiment. Les deux profils ne peuvent pas être perçus comme similaires, puisque la technique et la vista de l’Italien diffèrent de la puissance et l’impact physique proposés par le Brésilien. Si Paulinho vient au Barça la saison prochaine, il devra donc s’attendre à partager son temps de jeu dans un secteur déjà fourni, a fortiori si Verratti finit par s’engager au Barça à son tour. Pour le FC Barcelone, l’objectif de calquer son recrutement sur le mode de fonctionnement du Real cette saison, comprendre une seconde équipe grâce à son banc de touche, serait alors en bonne voie. Coincé avec Santos sur l’épineux futur de Lucas Lima, le Barça pourrait ainsi s’éviter un nouveau chapitre judiciaire et récupérer un joueur qui, malgré deux saisons à Tottenham, n’a encore jamais prouvé toute sa valeur en Europe. Bien entendu, une discussion avec Tite sera déterminante pour éviter que son avenir avec la Seleção ne s’assombrisse si l’aventure blaugrana tourne court. Mais pour jouer avec Neymar, Messi ou Iniesta, le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ?



Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
Salah, mèche à allumer?