Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone/Eibar

Paulinho, au charbon

Décisif dans la victoire du Barça à Getafe, Paulinho est parvenu à profiter d’un temps de jeu limité pour montrer de quoi il était capable. Si le Brésilien laisse encore des questions en suspens quant à son intégration dans l’effectif, son rôle pourrait bien évoluer en cours de saison.

Modififié

Sa joie en dit long. Coupe iroquoise de circonstance et moustache bien installée au-dessus du sourire, Paulinho court vers le rond central pour célébrer son premier but sous les couleurs catalanes. Si le milieu de terrain est freiné dans sa course jubilatoire par Sergi Roberto, c’est bien dans les bras de Sergio Busquets que son trajet se termine. Au milieu de tous ces petits gabarits, l’international auriverde vient de trouver un homme à sa hauteur dans son équipe, histoire de pouvoir garder la tête haute. Une fois cette réalisation célébrée, l’équipe barcelonaise se regroupe ensemble dans sa moitié de terrain, et Paulinho adresse une dernière dédicace au ciel, le regard encore tourné vers le haut. Une bonne réplique quand on sait que, cet été, beaucoup de critiques tendaient à le tourner vers le bas.

La force dans la finesse


Interrogé dès le coup de sifflet final de la rencontre sur son état d’esprit revanchard à la suite de ce but, l’armoire catalane enterre illico la hache de guerre brandie par la presse à son égard. « Cette fougue dans la célébration, c’est lié aux circonstances du match. (...)Mon boulot, c’est de répondre toujours présent lorsque le coach fait appel à moi. Les moments difficiles sont des choses qui arrivent, aujourd’hui j’ai pu profiter du travail au préalable de Rakitić et marquer ce but important pour le collectif. Je suis très heureux. » Une analyse simple, mais réaliste.


Entré en jeu à un quart d’heure de la fin du match, Paulinho est arrivé dans la rencontre comme un bâton de dynamite face à un coffre-fort madrilène déjà bien abîmé. Lancé à pleine vitesse par Lionel Messi devant l’axe central de Getafe, le Brésilien se décale sur la droite et percute à l’épaule le très bon stoppeur togolais Djené. S'ensuivent une frappe croisée petit filet opposé et, donc, une précieuse victoire.

Vers une reconnaissance des siens ?


Débarqué pour 40 millions d’euros avec l’étiquette de première plus-value de l’histoire du championnat chinois, Paulinho s’installait alors en quatrième position des recrues les plus chères de l’histoire du club, ex-aequo avec David Villa et Marc Overmars. Un statut qui avait fait parler pas mal d’anciens au sein du club ché, mais surtout la référence du milieu de terrain blaugrana de 2006 à 2015, Xavi Hernández. « J’avais joué contre lui lors de la Coupe des confédérations (finale en 2013 remportée par le Brésil 3-0, ndlr) et il nous avait marqué brillamment au milieu du terrain, Iniesta et moi, se souvenait El Pelopo dans Marca cet été. Il est très fort. Si le Real Madrid investissait sur un tel joueur, il n’y aurait pas toutes ces critiques.  » Une sainte parole pour un homme qui charbonne dans l’ombre.


Mis en lumière à la suite du départ de Neymar, le recrutement du Barça est très vite apparu comme mauvais pour la plupart des supporters, déçus de perdre une de leurs stars. Frustrés, il leur fallait donc un martyr en la personne de Paulinho. Mais la vérité, c’est qu’après quatre journées, le Barça est seul leader de la Liga. Le temps de jeu de Paulinho progresse match après match, après des minutes jouées à Alavés, dans le derby contre l’Espanyol et lors du choc face à la Juventus en C1. Or, cette recrue est capable d’apporter bien plus que l’on croit à une équipe en recherche de perforateurs supplémentaires. Avec son physique de déménageur, Paulinho s’implique perceuse en main pour construire son étagère et gravir un à un les échelons de sa cote de popularité.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168
À lire ensuite
L'Inter marche à l'ombre