Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Groupe E
  4. // Juventus/Chelsea

Paul Pogba, l'impatient

La révélation française de l’année, c’est lui. Paul Pogba, 19 ans, s’est déjà imposé au sein de l’effectif de la Juventus. Pas de doute, le capitaine de l’équipe de France U20 est prédit à un grand avenir. Portrait.

Modififié
Le 20 octobre dernier, la Juventus accueille le Napoli. Grosse affiche de Serie A, ce match oppose alors deux équipes à égalité de points, en tête du championnat. A la 81e minute, la Juve mène 1-0, mais le match n’est pas plié. À la 82e, il l’est. Paul Pogba, jeune milieu français de 19 ans, claque alors, en toute décontraction, une reprise de volée à l’entrée de la surface, pour parachever la victoire des Bianconeri. Onze jours plus tard, la Juve est en passe de concéder le nul, dans ce même Juventus Stadium, face à Bologne. Là encore, Pogba surgit en plaçant une tête, et donne les trois points à son équipe. L’Italie fait les yeux ronds. Comment un gosse de 19 ans, aussi doué soit-il, a-t-il pu s’imposer aussi rapidement au sein de l’effectif champion d’Italie ? La question est posée. En France, elle est toute autre. Plutôt du genre : Pogba, mais qui est-ce ? Car le joueur est un inconnu dans son pays. Ce qui n’enlève en rien un constat évident : le type a du talent.

L’embrouille Fergie avant la Juve

Si la France ne connaissait pas Paul Pogba avant son explosion à la Juve, cela résulte d’une certaine logique. Car le joueur n’a jamais disputé le moindre match en Ligue 1, déjà. Après un passage au Havre, il part très tôt (à 16 ans) à Manchester United, pour parfaire sa formation. Un choix judicieux pour apprendre aux côtés de grandes stars, sous l’œil bienveillant de Sir Alex. Quoique. Parce que le jeune Paul, la majorité venue, veut gambader avec l’équipe première. Mais le technicien écossais ne lui offre que sept bouts de matchs, pas plus. Fergie veut couver son talent, Pogba, lui, songe déjà à voler de ses propres ailes. Arrivant en fin de contrat, il décide donc, en compagnie de son agent Mino Raiola (le fameux), de mettre les voiles, direction Turin. Une décision que Sir Alex n'apprécie pas : « C’est décevant, parce qu’il nous a manqué de respect. Pour être honnête, si lui et son agent continuent de se comporter de la sorte, je suis content qu’il soit parti. Pour moi, ça ne fait rien » , déclarait l’entraîneur le jour de l’officialisation du transfert, aux micros de MUTV. Tu parles, Fergie était simplement dégoûté. Il connaissait la valeur de Pogba, et annonçait à qui voulait bien l’entendre qu’il serait un cadre des Red Devils dans le futur. Seulement Pogba n’est pas du genre patient. Après la pique de Fergie, il a réagi : « Je ne sais pas pourquoi il a dit ça. Un joueur de 19 ans qui dit non à Ferguson… il l’a peut-être mal pris. Il y a des choses sur lesquelles on ne s’est pas mis d’accord, mais je ne regrette rien. Le coach comptait sur moi, mais ne me faisait pas jouer, disant que j’étais trop jeune. Il me disait : "Ton heure viendra." Mais elle n’est pas venue. Je suis impatient. Maintenant, je veux devenir l'un des meilleurs joueurs au monde. » Bien sûr de lui, le gamin…

D’autant qu’il fait le choix de rejoindre la Juventus. Le champion d’Italie en titre, invaincu sur la saison 2011/2012. Un choix qui, sur le papier, n’est pas franchement adéquat pour un jeune joueur en quête de temps de jeu. Parce que l’Italie, historiquement, reste le pays où la jeunesse est cantonnée au banc, et où la plus grande vertu d’un talent est la patience. Alors certes, la Serie A a évolué, de ce point de vue. Le niveau du championnat et le climat économique ont poussé les stars à élire domicile sous d’autres cieux, ce qui a pour conséquence de voir davantage de jeunes dans les compos. Mais pour un club comme la Juve, avec une certaine obligation de résultat, le constat reste valable. Il n’y a qu’à demander à un Luca Marrone, milieu ultra-talentueux qui regarde ses aînés depuis le banc tous les weekends. Cet exemple interroge d’autant plus, quant au temps de jeu d’un Pogba, qui dès le début de saison a su se faire une place au sein d’un effectif pléthorique. Et même mieux, au sein d’un milieu de terrain fabuleux, composé par des Vidal, Marchisio, et surtout Pirlo.

Doublure de Pirlo en attendant le nouveau Vieira



Dans ce cas, c’est qu’il y a du talent, forcément. Parce que le milieu a disputé neuf matchs avec la Juve (deux de plus que la saison dernière avec MU, déjà…), et qu’il s’est donc montré décisif à plusieurs reprises. Un truc qui l’étonne lui-même : « Je suis surpris, oui, c’est venu vite, je n’avais pas imaginé ça » déclarait-il dans les colonnes de L’Équipe. Son rôle à la Juve est, en tout cas, relativement clair. Il est la doublure d’Andrea Pirlo. À 33 ans, le milieu italien ne peut plus se permettre de jouer deux matchs par semaine. Et c’est là que Pogba intervient. Même si son style de jeu est différent de celui de maître Andrea. « Il peut jouer en milieu défensif ou relayeur. C’est un joueur intéressant car défensivement, il est très solide, mais capable de se projeter vite vers l’avant. En plus, sur tout ce qui est coups de pied arrêtés, il est très dangereux, et il a un bon jeu de tête… C’est vrai qu’il a beaucoup d’arguments pour lui » , pointe Pierre Mankowski, son coach chez les U20. Du haut de son mètre 88, Pogba pousse à la comparaison avec Patrick Vieira. Logique, au regard du profil. Mais ceux qui l’ont vu jouer décriront un joueur avec une technique bien plus fine. « J’ai vu qu’on le comparaît à Vieira, mais moi, personnellement, j’aurais plus vu un Diaby. Paul est grand, mais il a un gros volume de jeu et une belle technique » , décrypte Nordine Raho, son ancien coach au Havre.

« Cela fait trois ans que je le connais, et il a énormément progressé depuis, et dans tous les domaines : technique, physique, mental… Dans tous les domaines, il s’améliore à toute allure. Et il a encore une grosse marge de progression » , affirme quant à lui Mankowski. Du talent et une marge de progression, Pogba en dispose. Néanmoins, il n’existe que depuis neuf rencontres. S’il est logique de le féliciter pour ses prestations, il est encore trop tôt pour parler d’équipe de France, par exemple. « Je dois encore franchir des paliers » , constate même l’intéressé. Progresser, ou grandir dans sa tête, selon certains. Ceux-là qui auront constaté que le milieu avait été sanctionné récemment par la Juve, pour deux retards à l'entraînement. Mais là encore, pour s’expliquer d’une erreur de jeunesse, Pogba surprend par sa maturité : « Conte a bien fait de m’exclure et me suspendre, ça me servira de leçon. » Oui, le jeune homme a aussi le sens des responsabilités. Pas pour rien que son sélectionneur lui a confié le brassard, d’ailleurs. « Même tout jeune, il était déjà mature. Je le faisais jouer avec les 17 ans, il en avait 15, et il était capitaine. Tout comme il l’est aujourd’hui en équipe de France. Il est vraiment en avance sur son âge. Parfois au centre, on avait des gamins qui étaient moins talentueux que lui, qui faisaient un peu du n’importe quoi dans leur comportement, mais lui est toujours resté à l’écart. Il ne s’est jamais mis dans des situations délicates. On sentait qu’il savait où il allait, que sa route était tracée » , argumente Raho. Et s’il doit encore progresser pour s’attendre à mieux, il est certain qu’il est à bonne école. Il ne faut pas oublier que les Français à la Juve, c’est aussi l’histoire d’une réussite.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17