En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. //

Paul Pogba en salle d’attente

À 23 ans, Paul Pogba est déjà un phénomène adulé du côté de la Juventus Turin. Pourtant, en France, on en attend sans doute trop du milieu de terrain. Du coup, à chaque sortie de la « Pioche » sous le maillot bleu, la copie n’est jamais assez bonne.

Modififié
C’est un postulat facile, mais il commence à prendre du poids dans l’opinion publique : Paul Pogba joue petit braquet en équipe de France. Après ses deux prestations contre le Cameroun et l’Écosse, des avis éclairés se sont élevés pour pointer du doigt les sorties de la « Pioche » . Trop facile pour certains, trop sûr de lui pour d’autres, pas assez investi quand les deux se retrouvaient au coin d’un bar pour en discuter. Bref, le joueur que le monde entier nous envie ne serait pas assez bon pour notre équipe nationale. C’est, en résumé, ce qui ressort des sorties en équipe de France du meilleur jeune de la dernière Coupe du monde. À la Juventus, celui qui vient de boucler sa quatrième saison italienne avec un quatrième titre de champion de suite est pourtant considéré comme un crack. Un cadre d’une institution. « Je n’ai jamais joué avec un jeune aussi fort » , disait de lui Andrea Pirlo. Mais en sélection, on préfère remettre en cause le Turinois. En octobre dernier, un débat a même vu le jour : est-il un titulaire indiscutable ? Si, si. Alors quand on voit le garçon adresser un caviar pour Olivier Giroud, sur un pas, depuis la droite du terrain, on se demande si le coton-tige n’a pas été poussé un peu trop loin dans l’oreille...

Surtout, on continue de juger des joueurs titulaires dans les plus grands clubs du monde – où leurs prestations ne souffrent d’aucun débat ni remise en cause – à la lumière de matchs amicaux sans enjeu contre des équipes en roue libre. Didier Deschamps, le sélectionneur, est obligé d’entendre les remontrances populaires. Pour autant, il ne les écoute pas : « Je ne me fais pas de souci pour Paul. Ce sont des ajustements pour qu’il soit le plus efficace. Ça demande des petites corrections » , disait-il après le Cameroun. Autrement dit : « Quand les matchs compteront vraiment, il sera là. » Parce qu’après tout, on a tendance à oublier que ce garçon, aussi talentueux soit-il, n’a que 23 ans et l’avenir devant lui. Où en étaient Zidane, Platini ou Djorkaeff au même âge ? Pogba a le défaut de ses qualités : on attend de lui qu’il marque des buts comme Thierry Henry, défende comme Patrick Vieira, relance comme Zidane avant d’être efficace comme Platini. Ça fait beaucoup. Pogba n’est aucun de ces joueurs-là. Il est unique.

Un maillon de la chaîne


En mars dernier, quand son cas divisait encore l’opinion publique, Deschamps comprenait l’excitation suscitée par le talent du garçon. « Il ne laisse personne insensible. Il a placé la barre très haut, on attend de lui qu'il soit toujours décisif, spectaculaire. L'attente est à la hauteur de ses qualités. » Mais, habitué à la vie d’une équipe nationale, « La Dèche » estimait que le prisme par lequel on jugeait son joueur n’était pas le bon. « C’est un milieu, certes, dans la création, mais s’il ne fait pas de chose décisive, ce n’est par pour autant qu’il n’est pas utile. Il peut faire des choses plus normales. Je n’attends pas qu’il marque deux ou trois buts. Il entre dans une expression collective avec d'autres joueurs qui ont énormément de qualités. » Pragmatique. Comme toujours. Dans le milieu à trois Pogba-Matuidi-Kanté, chacun a un rôle collectif. Et même si Pogba est celui du trio qui aimante le plus la lumière, il n’est pas la star de l’équipe pour autant. Il est là pour servir les autres. Ce que le joueur n’a jamais rechigné à faire.


En Bleu, et c’est le cas depuis la retraite de Zidane, il n’y a pas de star. Et surtout pas dans l’esprit de Deschamps qui, dans un entretien accordé à Tuttosport en octobre, expliquait qu’on en demandait sans doute trop à son numéro 15 : « Une star ? C'est vous qui le traitez ainsi, a déploré DD. C'est un grand joueur, il est jeune et il plaît beaucoup aux gens en dehors des terrains, aux jeunes pour sa façon de s'habiller, son look, ses cheveux. Tout ça fait qu'on parle de lui, en bien ou en mal. Paul a besoin de tranquillité. Il doit être traité comme une personne et non comme un personnage, au-delà de sa crête et de sa coupe de cheveux. En revanche, il doit travailler sur les phases défensives, même si ça ne lui plaît pas  » , lâchait Deschamps en guise de conclusion. Vendredi, contre la Roumanie, le Turinois serait du onze de départ. Il cristallisera encore certains avis, mais, au final, il sera l’un des garçons sur lequel il faudra compter pour débloquer un match fermé. Ne l’oublions pas, à 23 ans, Paul Pogba est en avance sur la concurrence. La seule chose dont il a réellement besoin, c’est de l’amour. Le reste, il s’en occupe.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 32
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
À lire ensuite
La faille de San Andrea