En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // FC Barcelone-PSG (6-1)

Patrice Loko : « Je ne voudrais pas être dans l’avion du retour »

Vainqueur de la Coupe des coupes en 1996 avec le PSG, Patrice Loko revient sur le cauchemar vécu par les Parisiens ce mercredi au Camp Nou. Si le match aller est entré au panthéon des plus belles victoires de l’histoire du club, ce huitième de finale retour est à ranger tout en haut de la liste des pires soirées.

Modififié
Patrice, comment as-tu vécu le dernier but barcelonais dans les toutes dernières secondes ?
Je n’y croyais pas. (Il insiste) Je n’y croyais pas parce que je pensais vraiment qu’on allait se qualifier ce soir... Pfff, voilà, je n’y croyais pas. Mais quand je vois cette équipe de Barcelone qui a joué jusqu’au bout, elle mérite de gagner.

Est-ce qu'avant le match, tu imaginais, même pas que le Barça allait se qualifier, mais que les Catalans allaient asphyxier le PSG de la sorte ?
Oui, ça je le savais. Je l’avais dit à tous mes amis, je savais que ça allait être difficile, mais je pensais qu’on allait se qualifier en marquant un but. Malheureusement, il n’a pas suffi. Aujourd’hui, Paris est tombé sur un grand club.

Comment expliquer qu’on ait vu le PSG aussi souverain au match aller et aussi acculé devant ses buts, dès les premières minutes du match retour ?
Paris a joué un très gros match au Parc des Princes. C’était le match parfait. Ils ont marqué rapidement. Au match retour, Barcelone savait qu’il y avait quatre buts à remonter comme ils en ont l’habitude chez eux.

Tactiquement, qu’est-ce qui a fait la différence ?
Je pense que Paris a joué son jeu comme il devait le faire. Ils sont restés bien regroupés. Ils ont essayé de colmater les brèches parce que ça venait de tous les côtés, mais malheureusement, ils sont tombés sur une très très grosse équipe. Barcelone est resté dans le camp parisien pendant toute la première période, et heureusement qu’ils n’en ont marqué que deux.

En première période, les Parisiens n’arrivaient pas à aligner deux passes...
C’est sûr qu’ils la perdaient tout de suite, parce qu’ils étaient face à une équipe de Barcelone qui a harcelé, pressé haut, alors que les Barcelonais n’ont pas trop l’habitude de faire ce genre de choses. Je lisais dans L’Équipe que Domenech disait que Messi, ce n’était plus le même Messi, que ce n’était plus la même équipe de Barcelone que par le passé... Une bête blessée est toujours dangereuse.

Au match aller, on a beaucoup salué le travail du coach Unai Emery. Est-ce que selon toi, il a une part de responsabilité forte dans ses choix ?
« Franchement, je ne vois pas d’erreurs de l’entraîneur. Je trouve que Paris a fait le match qu’il fallait. »
Franchement, je ne vois pas d’erreurs de l’entraîneur. Je trouve que Paris a fait le match qu’il fallait. Ils ont défendu, Barcelone a joué beaucoup plus haut que d’habitude, ils ont été obligés de reculer.

Quels joueurs vous ont marqué ?

Moi, j’ai vu un grand Neymar. Il était partout, il a su marquer les deux buts à la fin et c’est encore lui qui donne le dernier but sur une belle ouverture. Et puis, l’efficacité de Suárez... Il n’y a pas faute sur le deuxième penalty, mais c’est la marque des grands joueurs, d’être là au bon moment. Je suis désolé pour les joueurs parisiens. J’ai déjà vécu ce genre de choses. Ils méritaient de se qualifier, mais Barcelone encore plus. La devise de Barcelone, c’est quoi ? Plus qu’un club. Bah, c’est ça.

Quel est le but qui a fait le plus mal ? Le premier au bout de deux minutes et trente-cinq secondes ?
Les Parisiens devaient s’attendre à se prendre un but. Ces derniers temps, Barcelone marque quatre, cinq buts dans tous les matchs. Ils savaient qu’ils allaient en prendre, le tout, c’était d’en marquer un. Je pense que le tournant, c’est peut-être le deuxième but barcelonais juste avant la mi-temps.

Encaisser une telle claque, est-ce que ça peut ruiner la saison du PSG ?
Non, parce que Paris a d’autres objectifs pour la fin de saison. Mais ils savaient qu’ils avaient un pied au tour suivant...
« Quand on est joueur, on sait admettre que l’équipe d'en face a été meilleure. »
Je ne voudrais pas être dans l’avion du retour parce que ça doit être mortel. Mais bon, quand on est joueur, on sait admettre que l’équipe d'en face a été meilleure. Faudra peut-être se rappeler qu’en Coupe d’Europe, il vaut mieux jouer le match aller à l’extérieur et le match retour à la maison parce que le public est là pour vous aider.

Comment faire pour se remettre d’une telle déconvenue ? Quelles sont les étapes pour arriver à redresser la tête ?
Peut-être que les joueurs vont s’appuyer sur cette défaite pour avancer. Paris aura des matchs difficiles en fin de saison, et ils savent qu’il ne faudra jamais lâcher jusqu’au bout. Il faut aller de l’avant : gagner tout ce qui est possible de gagner en France, et puis retravailler pour la saison prochaine.

Propos recueillis par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs