Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Pastore Saint-Germain

Fou! Plus rien n'est impossible à Paris. Le club de la capitale poursuit son mercato avec une arrivée exceptionnelle, du genre de celles qui peuvent changer une saison, et même l'histoire du club. Déroulez le tapis rouge, Javier Pastore déboule à Paris.

Modififié
La folie, l'incrédulité, le rêve, la cerise sur le gâteau. Paris vient de réaliser un coup exceptionnel, inespéré. Un coup frisson. Et qui change radicalement tout. Le divin Pastore débarque dans la capitale. Oui. C'est donc désormais officiel : le PSG peut se payer le luxe de faire la nique à Chelsea, qui était sur le coup jusqu'au dernier moment, mais aussi au Real Madrid ou à la Roma. Oui encore. L'équipe qui, l'an dernier, avait du mal à sortir quelques centaines de milliers d'euros pour s'attacher les services de Sakha Tiéné, rentre aujourd'hui dans une nouvelle galaxie. Celle des clubs qui peuvent tout se permettre, même de lâcher un chèque de 45 millions d'euros pour l'un des meilleurs joueurs au monde. Car Pastore fait bien partie de cette catégorie-là. Son touché de balle, sa vista, sa frappe et ses gestes techniques ont enchanté la Serie A depuis son arrivée à Palerme, en 2009. Son arrivée dans le championnat de France, que personne n'aurait évoquée il y a quelques semaines sous peine de passer pour un fou, risque bien de donner un sacré coup de fouet à la Ligue 1. Un vaccin contre l'ennui, même, tant le Parc des Princes risque désormais de crépiter.

Faire la nique à Roman

Pastore a donc choisi Paris. Ce n'est pas un rêve. Il a choisi le PSG parmi une liste de clubs tous plus prestigieux les uns que les autres. Depuis le début du mercato, son nom a été accosté au Barça, au Real Madrid, au Milan AC, à la Roma, à Manchester City et enfin à Chelsea. L'étau s'est resserré dans les dernières semaines. Lorsque Maurizio Zamparini, le président de Palerme, affirme qu'un club vient de mettre 45 millions sur la table, tous les regards se tournent vers ce filou d'Abramovitch. Le joueur semble intéressé, et Andre Villas-Boas, le nouveau coach des Blues, serait plus que ravi de pouvoir insérer un joueur de ce calibre dans son onze. Et puis soudain. La folle rumeur.

Pastore aurait été approché par le PSG. Ça glousse à droite à gauche. « Le PSG, n'importe quoi » . Non, pas vraiment n'importe quoi. Car désormais, le club rouge et bleu a une flèche de plus à son arc : un certain Leonardo, qui, en plus des dollars qataris, semble avoir les mots pour convaincre les joueurs de se joindre à son projet. Le jour-même où sort la rumeur, Leo fait signer Jérémy Menez, Blaise Matuidi et Milan Bisevac. Trois recrues pour montrer qu'il ne déconne pas. Dans la foulée, Zamparini confirme. « J'ai eu Leonardo au téléphone. C'est une personne sérieuse qui comprend le football. Les nouveaux propriétaires du PSG veulent faire les choses en grand. Dans peu de temps, le club sera parmi les grands d'Europe. Et puis, Paris est une superbe ville. Voilà pourquoi je conseillerais à Pastore d'aller en France » affirme-t-il. La porte a été ouverte.

« Oui, je le veux »

Dans le courant de la semaine dernière, Zamparini (visiblement amoureux de Paris puisqu'il tombe d'accord avec le PSG sur le transfert du portier Sirigu) donne quelques indices supplémentaires. « L'officialisation du transfert de Pastore sera donnée dans quelques heures » laisse-t-il entendre, sans préciser, évidemment, la destination. D'ultérieures rumeurs et thèses se développent sur la Toile : Pastore aurait déjà dit oui, en off, à Leonardo. Un « oui » qui, ce soir, devient aussi solennel qu'une union. 19h, l'impossible information tombe sur le site officiel du joueur: « Vous pouvez officiellement annoncer que je serai bientôt un joueur du Paris Saint-Germain. Il ne reste plus que quelques détails à régler et la visite médicale à passer » Un détail, son prix: 45 millions d'euros et un contrat d'engagement sur quatre ans. Un coup de massue sur le championnat de France, et sur les rivaux du club francilien. Dans son coin, Antoine Kombouaré sort ses fiches. Pastore... Pastore... international argentin, d'accord. Chouchou de Maradona, bien... 11 buts en Serie A l'an passé et meilleur jeune du championnat, très bien... Cela ne rigole plus pour Antoine qui, en l'espace de quelques jours, se retrouve avec un effectif clairement armé pour aller chercher le titre, voire plus. Les grands joueurs ne font pas toujours les grandes équipes, certes. Mais cela aide. Surtout dans un tournoi auquel participent Nancy, Valenciennes et autres Dijon.


Final fantaisie

Qui plus est, Pastore est une recrue d'avenir. Celui que l'on surnomme “El Flaco” n'a que 22 ans, et joue déjà au haut niveau depuis ses 18 ans. Lorsqu'il débute avec Talleres, en 2007, il a l'air d'un enfant tout juste sorti du cocon familial. C'est peut-être cette dégaine enfantine et ce physique frêle qui a poussé Saint-Étienne, un an plus tôt, à le renvoyer chez lui après un stage de quelques jours dans la Loire. C'est à Huracan, en 2008, qu'il explose. Sa classe séduit et s'exporte jusqu'en Europe. C'est Palerme qui empoche la mise, et qui ose mettre 4,7 millions d'euros sur une promesse de 19 ans. Le flair. « Si je ne fais pas une plus-value sur ce joueur d'ici quelques années, je ne connais plus rien au football » affirme à ce moment-là Zamparini, visionnaire. La prophétie se réalise. Pastore se trouve comme un poisson dans l'eau dans son nouveau club, et devient titulaire avec l'avènement du coach Delio Rossi. Il enchaîne deux énormes saisons, transcendant le club sicilien aux portes de la Ligue des Champions, puis en finale de Coupe d'Italie. Des prestations qui font de lui la cible numéro 1 de beaucoup de grands clubs désireux d'apporter élégance et fantaisie à leur équipe. A ce petit jeu, c'est Paris qui, incroyablement, empoche la mise. Pastore est un joueur du PSG. Et ce n'est pas un poisson d'avril. Ni d'août.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Top 10 : Disparus en 2011