1. //
  2. // 6e journée
  3. // Groupe A
  4. // PSG/Porto

Pastore, injuste bouc émissaire ?

Grandeur et décadence. Javier Pastore a connu les deux au PSG. Héros hier, pestiféré aujourd'hui, on parle même de départ pour l'Argentin. Mais ne tape-t-on pas trop fort sur un joueur à qui le club doit quand même pas mal de choses ?

85 51
Le mercato d’hiver approche, les rumeurs aussi. Et pas seulement celles qui parlent de Cristiano Ronaldo et José Mourinho au PSG, non. La dernière en date concerne un éventuel échange Pastore-Sneijder entre le club de la capitale et l’Inter Milan. Si une telle chose se produisait, qu’est-ce que cela voudrait dire ? Que Paris en aura eu ras le bol de Javier Pastore, seulement un an après l’avoir acheté 42 millions d’euros à Palerme ? Que le Parc des Princes n’en pouvait plus d’attendre le retour en grâce de son prodige annoncé ? Marre de son manque de combativité, de le voir perdre des ballons au milieu de terrain ou encore de ne plus le voir dribbler trois joueurs avant de marquer ? Mais l’échec de Pastore n’est pas celui d’un seul joueur, loin de là. D’ailleurs, peut-on vraiment parler d’échec ?

Si nul que ça, Pastore ?

Non. En regardant l'exercice 2011-2012 d’El Flaco, on se rend compte que ce dernier est quasiment victime d’une injustice. Le nombre de points qu’il gagne à lui seul la saison précédente est presque égal à celui qu’Edel Apoula a fait perdre à Paris l’année d’avant. Sans Javier Pastore en 2011-2012, le PSG aurait terminé troisième, au mieux. Avec un peu de chance, les hommes d’Ancelotti seraient passés à la trappe lors des barrages de la C1. Pas de Ligue des champions, pas d’Ibra ni de Thiago Silva ou de Lavezzi. L’ancien de Palerme est le point de départ du Paris version Al-Khelaïfi, tant par le montant de son transfert que par les qualités sportives dont il a fait preuve l’an passé.

Aujourd’hui, Pastore joue moins bien, est moins régulier et pas aussi décisif que par le passé. Il ne marque plus de chefs-d'œuvres à l'instar de ses buts à Évian et Montpellier en 2011. Soit ; mais cela ne fait pas de lui un gros naze. Une étiquette qui lui colle pourtant aux fesses depuis plusieurs mois à présent. La faute à l’hégémonique palette à Doudouce et à la place de la statistique dans le football. Le tout répondant à l’équation suivante : El Flaco marquait beaucoup l’an passé, donc c’était le meilleur joueur de Ligue 1. À l’inverse, s’il ne marque plus, ça fait de lui un mauvais joueur. Un raccourci trop facile compte tenu des capacités intrinsèques du joueur et de la situation du PSG.

Zlatan, Carlo et la confiance

Javier Pastore est un esthète, et expliquer son jeu avec des chiffres est un contresens total. D’un point de vue général, football et mathématiques ne font pas bon ménage. Le foot est une chose, la série Numbers une autre. Exemple : l’Argentin a terminé plusieurs rencontres avec un nombre de passes ratées considérablement élevé, notamment lors du premier Classique de la saison. Certaines découlent forcément d’erreurs individuelles de sa part. Mais d’autres facteurs essentiels entrent en jeu, comme le placement et le mouvement de ses coéquipiers par rapport au porteur du ballon. Or, à l’heure actuelle, le jeu du Paris Saint-Germain manque cruellement de mouvement, d’appels et de rigueur tactique, tant au milieu que devant. L’équipe n’est pas rodée, si tant est qu’il y ait une équipe. Offensivement, tout le monde mène sa petite vie - hormis Lavezzi, seul attaquant étrangement mieux servi que ses pairs par Pastore. Tout le monde décroche pour avoir le ballon, mais personne n’offre de réelle solution. Et avec Zlatan, c’est encore pire. On l'a bien vu l'année dernière lors de son association avec El Shaarawy. L'égo et les exigences du Suédois peuvent plomber le moral d'un excellent joueur au point de le rendre quelconque. Sur le terrain, le géant a beau faire la différence seul comme face à Nice, il n'empêche que, tactiquement, il empiète sur le territoire de Pastore qui, du coup, ne sait plus où se mettre. El Flaco est un meneur de jeu. Mais quel jeu peut-il mener dans ce PSG ?

Tant que Carlo Ancelotti ne réussira pas à trouver un onze type définitif dans lequel cohabiteraient Zlatan Ibrahimović et Javier Pastore, l’avenir de ce dernier au PSG semble fortement compromis. Et même si l’ancien technicien rossonero y parvenait, il ne serait même pas sûr que cela sauve le futur de son joueur dans la capitale. Car au-delà de l’implantation « géographique » de l’Argentin dans la formation parisienne, il y a un dernier problème : Pastore manque cruellement de confiance. Et apparemment, Carlo ne sait pas comment s’y prendre pour le sauver : « Il travaille pour revenir au top. Mais vous savez, je ne suis pas psychologue. » Et quand on voit qu’il sort son maigrichon à la mi-temps face à Troyes alors qu’il réalisait son meilleur match depuis longtemps, on veut bien le croire. Finalement, El Flaco a deux solutions. Retourner à la maison ou en Italie pour y briller tel un Lucho à Porto, ou... attendre l’arrivée de Mourinho - un vrai psy - à Paris. En revanche, s'il s'avère que même le Special One ne peut rien pour lui...

Par William Pereira
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Note : 5
Réquisitoire intéressant de la défense.
Les jurés se prononceront au 1er janvier pour savoir si Pastore est reconnu coupable d'homicide tactique au premier degré contre la Ancelotti team.
EquerreKeskias Niveau : District
Un manque de confiance peut-être,mais un manque de d'implication et de combativité c'est sûr et certain.Contre Nice,il n'est même pas à la retombée du ballon sur l'action du 1er but.Il n'essaie même pas de se battre pour le récuperer...Navrant.Il y a Lucas Moura qui arrive dans pas longtemps,et s'il n'y met pas un peu du sien il va le sentir passer.
Note : 2
Maintenant je comprends enfin ce que mes profs ont ressenti à chaque fois que j'arrivais 15 minutes en retard en cours avec des épis derrière la tête et une trace de chocolat dans le coin de la bouche en baillant à m'en décrocher la machoire...
"Sur le terrain, le géant a beau faire la différence seul comme face à Nice, il n'empêche que, tactiquement, il empiète sur le territoire de Pastore qui, du coup, ne sait plus où se mettre." Un argument qui fait mouche, parfois Zlatan dézone à mort et ça le prend aussi soudainement qu'une envie de pisser... Après le Mou savait faire cohabiter Sneijder en meneur de jeu avec Zlatan à l'Inter non ?
Note : 2
Soyons clair,

Le foot est un domaine ou tout le monde a le droit de dire n'importe quoi... puis son contraire 3 semaines plus tard.

Il y a 3 semaines ou ne disait que du bien de Ancolleti. Maintenant, Carlos est lapidé...
Note : 1
SUite de mon précedent post ( erreur d'envoi de ma part )

Pastore, c'est la meme chose. Adulé il y a Ans, plus bas que terre maintenant.

Mais la roue tourne, dans 2 mois, Sofoot nous reparlera de son Pastore comme le meilleur joueur de L1, et carlos sera le nouvel Einstein.
Note : 4
Pastore c'est juste l'anti-joueur moyen de ligue 1. Pas régulier, pas opiniâtre, pas combatif, on a compris. On a aussi compris qu'on les aime ces joueurs en France, les Balmont, Cheyrou, Chantome, Kallstrom, Jallet, et tant d'autres.

Lui son métier c'est de vendre du rêve, et c'est pour ça que je regarde du football. Je préfère mille fois voir le PSG perdre avec Pastore que gagner avec Motta ou Sissoko, parce que jusqu'à la fin y'a toujours espoir qu'il se passe un truc incroyable, et je ne parle pas d'une rotule sur la pelouse.

mackallaway Niveau : CFA2
Phage : tu n'exagères pas un peu? Sur ta liste de joueur, ok un Jallet ou un Chantome n'est pas forcément super "beau" à regarder techniquement mais ils mouillent le maillot. Balmont, c'est pareil, il est combatif, un pitbull sur le terrain. Etant pourtant anti-om, il faut reconnaitre que des petards sur gauche, il n'ya pas beaucoup de specialistes à part Cheyrou ou Kallstrom à son époque. Et honnetement, un Motta ou Sissokho, je connais beaucoup plus de chèvres à leur poste et peu de joueur capable de ressortir aussi proprement le ballon en France
Note : 2
Pastore n'a rien a faire à Paris. Au début j'étais heureux, par pur égoïsme, car à l'époque je devais me lever la nuit pour voir ce que ce petit prodige aller nous inventer pour le prochain match d'Huracan, ensuite il y a eu mes siestes de raccourcis le dimanche pour le voir avec Palerme, mais là enfin il venait à la maison, le voir sous mes yeux sans devoir attendre que l'Argentine soit en déplacement en Europe et que je fasse le déplacement. Mais en y réfléchissant bien il n'a rien à faire en France, et surtout pas à Paris, qui a surement le public le plus incompréhensible de France. Un public à te rendre schyzo, un jour t'es l'idole quand tu réussis un passement de jambe, et le lendemain t'es redevenu la pire des merdes en ratant un match ... Et puis ce profil type du bon joueur qui doit faire son quotat de kilomètre par match ... C'est bien de courir mais si tu ne sais faire que ça, autant aller en athlétisme...
Et à coté de ça, ça se paluche sur le premier joueur de futsal qui marque quelques but tout en technique, tout un contraste ... il est ou aujourd'hui El-Arabi ?
Bref Javier fait toi la malle, et tant pis pour mes nuits ou mes siestes, je ne te lacherais pas !
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Ce soir c'est le match le plus important du club depuis 8 ans ou environ.

Les clubs d'élite sont habitués à des tensions internes, à un vestiaire qui a une unité de façade, à des rumeurs quotidiennes sur le projet et l'avenir du club.

Mais cela ne les empêche pas d'effacer deux-trois matchs médiocres par une performance aboutie de 90 min, en réponse à des attentes lourdes.

C'est un peu le sursis perpétuel pour ces clubs à la masse salariale exorbitante, qui ont des problèmes de riches mais qui apprennent à jouer pour la gagne... au quotidien : autant dire que tous ceux qui parlent de titres n'y connaissent rien, ça commence par gagner des matchs où l'arbitre est hostile, des matches pourris, des matches à grand enjeu bref apprendre à gagner quelles que soient les circonstances.

Pastore est évidemment un faux problème, les supporters les plus ridicules sont ceux qui déclarent de façon péremptoire "il n'a rien à faire à Paris", comme si leur club de coeur était un club privé où le droit d'admission se mérite.

A la réflexion, il manque la même chose à ManCity et à Paris : des cadres qui créent un lien constant et fidèle avec le public, des "joueurs identitaires".

Même par les temps qui courent, les clubs d'élite préservent ces joueurs là... S'ils existent
Note : 2
Ben moi, même en tant que supporter de l'OM, je dois avouer que Pastore me fait bien plus bander* qu'Ibra ou autre dans ce championnat.

Sûrement parce qu'il est argentin et que je suis une groupie. Mais surtout parce que quand il veut, il est juste intouchable en France.

Donc viens te relancer chez nous, on a pas d'argent ni d'idées, mais t'auras au moins un supporter :D
Enfin je pense que se ressourcer en Italie lui ferait pas de mal à ce petit. Pourquoi pas en prêt avant de revenir ensuite au PSG ?
OK, soyons humanistes et tolérants, ne l'envoyons pas à l'échaffaud.
L'argument selon lequel le foot et les mathématiques sont deux domaines bien distincts, je l'admets même si les statistiques ne sont pas dénuées de tout sens. Cependant, partant de ce postulat pour ne pas accabler PASTORE, on ne peut pas nous balancer ses stats de la saison passée comme une preuve de quoique ce soit.
Admettre que ce joueur "a du ballon", pas de souci, personne ne le niera. Mais bordel, un argentin sans la moindre once de GRINTA, vous avez vu ça où?
Avant lui, le dernier argentin à Paname s'appelait Sorin, ne jouait pas au même poste et n'était pas tant médiatisé, mais lui, au moins, il mouillait le maillot!
Pour conclure, oui Ancelotti est navrant, oui Ibra ne facilite pas les choses en aimantant tout les ballons et dézonant régulièrement, mais Pastore est décevant par rapport au montant du transfert et de ce que la presse nous a annoncé.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr
85 51