1. //
  2. // Demi-finale
  3. // Evian TG/Lorient

Pascal Dupraz, les Croix et la bannière

Au club depuis plus de vingt ans, Pascal Dupraz a été de toutes les grandes émotions de l'équipe savoyarde. Du simple joueur, en passant par directeur sportif et bien sûr entraîneur, cet amoureux du football ne vit quasiment que pour Evian Thonon Gaillard. Il est en passe d'emmener les Roses visiter le Stade de France.

Modififié
29 8
« J'avoue avoir un peu de mal à y croire. Il y a vingt ans, on jouait dans un club de quartier en DH. Donc même le plus perspicace ne pouvait pas imaginer une seule seconde qu'il affronterait Beckham et Ibrahimovic  » . Thierry Taberner, l'un de ses plus fidèles compagnons de route, résume en quelques mots l'histoire invraisemblable de Pascal Dupraz et du FC Gaillard. Après s'être côtoyés au Sporting Club de Toulon à la fin des années 1980, les deux hommes se sont retrouvés à Gaillard, où Dupraz terminait sa carrière dans le monde amateur. L'évolution s'est ensuite faite en douceur. D'abord comme joueur, puis comme entraîneur-joueur au FCG pendant dix ans (1991-2000). Le natif d'Annemasse a ensuite fait le grand saut pour devenir coach à plein temps (2000-2009) sur le banc de touche de Croix de Savoie. Pour Rolland Courbis, qui l'a eu sous ses ordres à Toulon, le voir entraîner coule de source : « C'était un joueur passionné. Il se posait beaucoup de questions à l'époque. Il me questionnait énormément sur la tactique, le jeu. Il réfléchissait sans arrêt » . Même son de cloche pour Thierry Taberner au moment d'évoquer l'amour qu'a son ami pour le ballon rond. « Il a ce ressenti que beaucoup rêvent de posséder. Sur un contrôle, une prise de balle, il est capable de savoir si un joueur a un truc. Il se trompe rarement  » .

De la DHR à la L1

Un flair qui lui a notamment permis de s'entourer des meilleurs joueurs de la région, dès le début de l'aventure. « Il y avait un vrai esprit dans ce club et Pascal a su faire venir les talents du coin. Si le club en est là aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à lui  » , atteste Taberner « le chiffonnier » (surnom glané à Toulon ). Là, c'est la Ligue 1. Tout en haut du football français. Depuis son retour en Savoie, en 1991, Pascal Dupraz a vécu huit montées, une relégation, le sauvetage du club au bord de la faillite et l'investissement de Danone (2006), deux fusions, et donc, la découverte de l'élite. Folklorique et invraisemblable. Malgré cette progression éclair, l'enfant du pays garde la tête froide. Ce côté rocailleux, dur, symbole d'une sérénité de tous les instants, il le tient à la fois de ses racines savoyardes mais aussi de son parcours. « A la fin de sa carrière, il a quitté le monde professionnel pour revenir au monde amateur. Ce n'est pas forcément évident de retourner à la vie réelle, dans l'anonymat. Alors forcément, il est conscient de sa chance. Il sait qu'il est privilégié » , expose Thierry Taberner. Humble, les pieds bien ancrés sur la terre ferme, Pascal Dupraz possède ce recul nécessaire pour coacher, surtout à haut niveau. Comme il le dit si bien « Ici (en pays de Savoie), ce n’est pas l’accoutrement qui fait l’homme. Le paraître n’est pas savoyard.  »

Un homme profondément attaché à sa région


Le coach eviannais ne s'en est jamais caché. Il l'aime, sa Savoie. «  C'est vrai qu'il est très fier de ses montagnes. Et son caractère mystérieux représente assez bien le profil local » , confirme Taberner. Dupraz est un personnage complexe. Un homme intelligent qui peut parfois sembler froid mais qui n'en reste pas moins attachant. Ses conférences de presse suffisent à l'affirmer. Juste, direct, il use souvent d'un vocabulaire étonnant, fleuri. N'hésite pas à remettre à sa place un journaliste posant à nouveau une question déjà évoquée. Et fait preuve d'un second degré laissant entrevoir un humour décapant. « Pascal est un bon vivant. Il aime bien la bonne chaire, le bon vin. Et quand il faut déconner, on peut toujours compter sur lui. D'ailleurs, il ne sait pas skier. Il s'est arrêté au chasse-neige » , taquine Thierry Taberner. Peu connaissent cette facette. Car comme bon nombre de Savoyards, celui qui a travaillé pendant plusieurs années au Commissariat des réfugiés à Genève, prend le temps de jauger pour savoir à qu'il a vraiment à faire. Tout est question de valeurs. Celles de l'humilité et du respect. Des idéologies que l'on retrouve aisément dans son approche du football. Pas de place au clinquant. Sa seule fantaisie : un bonnet rose aux couleurs de l'ETG.


« Avant le match face au PSG, il m'a dit qu'ils allaient se qualifier aux penos »


Sa priorité, c'est le terrain. Vaincre pour se maintenir en Ligue 1. Ne pas se défiler, ne jamais quitter le navire, surtout quand les choses ne se déroulent pas comme prévu. Au soir d'une défaite contre Montpellier, un neuvième match sans victoire (0-1, 27ème journée), Pascal Dupraz avait expliqué avoir discuté avec son président au coup de sifflet final. Quelques jours après, il rétablissait la vérité : « Je ne présentais pas ma démission(...)Je m'en sens incapable, j'estime avoir les épaules suffisamment solides, je suis quelqu'un d'extrêmement convaincu et je vais me battre jusqu'au bout. Je voulais juste que l'on réfléchisse » . Pas question d'abdiquer. « Pascal n'est jamais aussi bon que dans l'adversité. Il sait trouver les mots pour vous motiver » , abonde Taberner, qui a évolué sous ses ordres à Gaillard. Comme lors de la réception du Paris Saint-Germain, en quart de finale de la Coupe de France, où personne ne donnait cher de la peau de l'ETG. « Avant le match, il m'a dit qu'ils allaient se qualifier aux penalties  » , poursuit son ami de longue date. Un côté devin, mystique, qui donne encore un peu plus de relief au sibyllin coach eviannais. Même si rien n'a filtré sur la demi-finale face à Lorient, le peuple rose a confiance en son prophète. Et en bon Savoyard qui se respecte, Pascal Dupraz ne rendra pas les armes. Jamais.

Par Anthony Davière
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il n'a pas un petit air de ressemblance avec Moscato ou je rêve ?
C'est bien la première fois que Pascal Dupraz côtoiera Alex Ferguson d'aussi près.
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Faut arrêter avec "Evianais" qui rapporte à une ville. Dans l'ETG Croix de Savoie, Evian n'est pas la vile d'Evian (où évolue le FC Evian) mais bien une marque, accolée aux deux villes du Chablais/Genevois que sont Gaillard et Thonon.
On ne dit pas les "Red Bullois" pour ceux de Salzburg ou New York donc pas "d'Evianais".
Pascal Dupraz a l'intelligence, à l'inverse de beaucoup, d'avoir compris que le club gagnait en lisibilité en fédérant la Savoie (73) et la Haute Savoie. Ainsi que l'embleme du Club, Croix de Savoie, qui est le blason de la Savoie (73), de Chambéry, et de la Savoie Propre (Chambéry Maurienne) alors que le Chablais, c'est un lion de sable sur argent. Il comprend que si on s'en tient à Annecy, au Chablais, il n'y a pas assez de supporter. Comme le démontre le match de ce soir, il y un nombre important de savoyards du 73 qui s'identifient au club, et qui vont faire le déplacement (40 minutes de voiture entre Annecy et Chambery).

Bon après, le passage déterministe sur la montagne, ça fait rigoler, y a que le Mont Blanc en Haute Savoie, le reste c'est des collines !

Ce soir, c'est l'exploit ! CROIX DE SAVOIIIIIIE ALLEZ ALLEZ ALLEZ ! Drole d'aller jusqu'au bout et de finir en Ligue 2. Le club a le Q serré et Dupraz aussi, plus que jamais en ce moment... si ce soir on l'emporte, tout est possible..
Article de bonne qualité mais pas assez objectif à mon gout, la source étant un de ses proches. Je tiens à signaler que Monsieur Dupraz est reputé dans notre région dans le monde du foot amateur. Et le portrait que vous dressez de lui n'est pas vraiment à l'image de sa réputation. Il est souvent décrié et défini comme imbu de sa personne, malhonnete, et capable des coups les plus bas pour se débarasser de personnes genantes dans son évolution. Pour le bien de tout le monde on gardera les exemples pour nous.

Dernière remarque, le club se trouve en Haute-Savoie et non pas en Savoie. Ca m'est égal personnellement mais certain pourrait se sentir blessé par cet amalgame!

Sinon a part ça merci SoFoot d'égayer chacune de mes journées!

Coeur avec les doigts
Attention là il prend la pause.
Message posté par Pierre du Bayern
Faut arrêter avec "Evianais" qui rapporte à une ville. Dans l'ETG Croix de Savoie, Evian n'est pas la vile d'Evian (où évolue le FC Evian) mais bien une marque, accolée aux deux villes du Chablais/Genevois que sont Gaillard et Thonon.
On ne dit pas les "Red Bullois" pour ceux de Salzburg ou New York donc pas "d'Evianais".
Pascal Dupraz a l'intelligence, à l'inverse de beaucoup, d'avoir compris que le club gagnait en lisibilité en fédérant la Savoie (73) et la Haute Savoie. Ainsi que l'embleme du Club, Croix de Savoie, qui est le blason de la Savoie (73), de Chambéry, et de la Savoie Propre (Chambéry Maurienne) alors que le Chablais, c'est un lion de sable sur argent. Il comprend que si on s'en tient à Annecy, au Chablais, il n'y a pas assez de supporter. Comme le démontre le match de ce soir, il y un nombre important de savoyards du 73 qui s'identifient au club, et qui vont faire le déplacement (40 minutes de voiture entre Annecy et Chambery).

Bon après, le passage déterministe sur la montagne, ça fait rigoler, y a que le Mont Blanc en Haute Savoie, le reste c'est des collines !

Ce soir, c'est l'exploit ! CROIX DE SAVOIIIIIIE ALLEZ ALLEZ ALLEZ ! Drole d'aller jusqu'au bout et de finir en Ligue 2. Le club a le Q serré et Dupraz aussi, plus que jamais en ce moment... si ce soir on l'emporte, tout est possible..


Annecy c'est la province du genevois, sinon rien à redire, 'peccable. A ce soir
Ps : y'a les Aravis, la plus belle chaîne du monde.
Ps2 : je viens de croiser les lorientais, sympas les gars. Ils m'avaient bien fait marrer l'année dernière au parc des sports, ils étaient une 30aine, se prenaient 2-0 et faisaient les c°ns dans le parcage.
salut les savoyards!!!
Comme le dit floque, Dupraz est loin d'etre apprecié dans le monde footballistique haut savoyard et savoyard.
En 99, je jouais en PHR avec mon petit club de la banlieue de Chambéry, et nous avions le Gaillard FC, qu'il s'appelait encore à l'epoque,dans notre poule mais c'etait la réserve puisque la 1ere venait de monté en CFA2, donc ils étaient assez fier et chambreurs à ce niveau, puisqu'à part eux personne n'evoluait au niveau national dans les 2 savoies, donc ils sont arrivés chez nous en se prenant pour des stars, nous ont bien pris de haut et pensait nous mettre une branlée dans notre petit mais beau stade. Resultat on gagnes 3-1, Dupraz n'etait pas venus, on etais en debut de saison.
Match retour à Gaillard on etais fin mars, eux etait 1er de la poule, nous luttions pour se maintenir,ont arrivent la-bas, la meme, ils se prennent pour des stars, nous regardent comme ci nous étions des moins que rien. Resultat on les pinent encore une fois 2-1. Cette fois Dupraz etait la, en rentrant au vestiaire à la fin du match, presque aucun joueur de Gaillard n'as daigné nous serrer la main. en arrivant dans leur vestiaire Dupraz les as pourris pendant 10 minutes, les murs en tremblaient, nous ont se fendaient bien la poire. les sandwiches et les boissons etaient posés devant la porte de notre vestiaire genre prenez vos sandwiches et cassez vous vite fait.
Amical les footeux à gaillard hein...
En effet pas joli comme comportement. J'ai un pote qui l'a eu comme entraîneur et en garde un souvenir ému. On fait rarement l'unanimité.

L'erreur c'était de virer Caso, b°rdel.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
29 8