1. //
  2. //
  3. // Toulouse-Bordeaux

Pascal Dupraz, le casque bleu

Il manquait à la Ligue 1. Et c’était réciproque. Voilà le retour du meilleur entraîneur-rappeur français sur un banc de touche. Mais il n’a pas toujours été le sanguin que l’on connaît. Pascal Dupraz sait aussi faire preuve de diplomatie. Notamment durant ses vingt années de service à l’ONU, au Haut Commissariat pour les réfugiés.

Modififié
136 7
La saison 2014 n’a pas seulement été marquée par le Zoo de Kaaris, ou les « te déshabille pas, je vais te violer » tout aussi fleuris de JUL. Non, cette année 2014 a aussi et surtout été marquée par les punchlines tout en finesse de Pascal Dupraz, poète itinérant des conférences de presse : « Je suis content parce que l'espace d'un instant, les mécréants vont fermer leur gueule. J'espère qu'ils vont fermer leur gueule encore un paquet de fois. » Ou encore : « On va prendre des fessées. Et personnellement, les fessées, ça ne me plaît pas trop. Peut-être que certaines personnes s'en réjouissent, de prendre des fessées… Pas moi ! Il y a des boîtes spécialisées pour ça, mais moi, je n'y vais pas, dans ces boîtes-là. » Bref, des citations qui n’ont rien à envier à la scène française. Un talent certain pour l’uppercut verbal que Pascal Dupraz a longtemps dû camoufler sous un costume cravate dans les bureaux de l’ONU à Genève.

« À cette époque, j’ai passé plus de temps avec Pascal qu’avec ma femme »


Au début des années 90, Salvatore Mazzeo et Maryan Bacquerot sont à la tête du FC Gaillard, ancêtre de l’ETG, en division d’honneur régionale. Le premier, maire-adjoint de la ville, et le second, directeur des relations humaines à l’ONU de Genève, n’hésitent pas à faire jouer leurs relations pour leur mercato : « En fait, ils cherchaient des joueurs en fin de carrière, un peu sur le retour, raconte Jacques Veggia, entraîneur de l’époque. Et ils leur proposaient une place dans le système des Nations unies pour leur reconversion. Et ça marchait plutôt bien. » La preuve avec Pascal Dupraz. Le meneur, bagarreur et avant-centre du FC Gueugnon est séduit par l’idée, ce qui lui permet aussi de rentrer du côté de chez lui, dans sa Haute-Savoie natale.


Cinq ou six autres joueurs de l’équipe entrent aussi à l’ONU. Dont un de ses vieux compagnons de route, Thierry Taberner, qu’il a déjà côtoyé du côté de Toulon : « Pascal m’a parlé de cette opportunité à l’ONU. Je l’ai donc rejoint. À l’époque, je passais plus de temps avec Pascal qu’avec ma femme. Par amitié, mais aussi pour le foot et le travail. » La semaine, en journée, les deux compères trient le courrier, prennent le café et les repas ensemble, passent surtout leur temps à parler foot et à débriefer les matchs de la veille. Certains soirs de la semaine, ils se retrouvent à l’entraînement. Et le dimanche, forcément, ils sont présents pour les matchs. Bref, ils ne se quittent plus.

« Thierry, j'ai pas de slip. Tu m’en prêtes un ? »


Et encore plus à partir de 1993, année de la montée du FC Gaillard en Division d'Honneur et de la nomination de Pascal au poste d'entraîneur-joueur. Au Haut Commissariat pour les réfugiés, les deux hommes commencent également à prendre leurs marques : « On a parfois croisé les haut placés, Ban Ki Moon, etc. Mais on ne les côtoyait pas, explique Thierry Tarberner. Pascal mettait des cravates parfois, mais c’était surtout pour se la péter. » Malgré tout, le travail du Haut-Savoyard évolue. Il s’occupe maintenant du matériel informatique : « Réception et acheminement sur le terrain pour le distribuer dans le monde entier. » Et ce, même s'il y est bien moins à l’aise que sur une pelouse : « Quand il est arrivé pour la première fois dans le bureau d’une dame pour réparer je ne sais pas quoi, il a ouvert un escabeau, mais n’a pas réussi à le refermer. Du coup, il est ressorti de la pièce en tirant l’escabeau sans le fermer. Ça a fait un bruit de fou. C’était marrant. »


Si Pascal Dupraz est bien plus discret dans les couloirs de l’ONU qu’en conférence de presse, son naturel revient toujours le hanter. Comme le raconte Thierry Taberner, pas avare en anecdotes : « Une fois, Pascal devait passer la visite médicale, comme tous les deux ans à l’ONU. Il vient me voir et il me dit : "J’ai pas de slip. Tu m’en prêtes un ?" Du coup, on est allé aux toilettes et je lui ai passé mon slip pour pas qu’il se retrouve à poil. » Bref, Pascal n’est pas vraiment ce que l'on peut appeler un homme de bureau, mais une chose est certaine : il bosse comme un acharné, plus de 40h par semaine selon ses dires. Auxquelles viennent s’ajouter celles de son nouveau poste d’entraîneur à partir des années 2000 alors que le FC Gaillard monte en CFA 2.

Son rêve de Premier League


Il prend également largement part aux différentes fusions, évolutions et ascensions du club que l’on connaît aujourd’hui comme l’Évian Thonon Gaillard Football Club. Tout en conservant son poste à l’ONU jusqu’à la montée en National en 2004. Jacques Veggia : « Il faut dire que le système de retraite et de couverture maladie y sont exceptionnels. » Ce qui est loin d'être la seule raison pour son ami Thierry : « On se retrouvait parfois au milieu de réunions où des gens nous faisaient des "Power Point Presentation" en anglais et il suffisait qu’on se regarde pour avoir envie de rire. Mais voilà, on essayait quand même d’être sérieux. Et puis ces jobs à l'ONU nous ont surtout permis d'apprendre une langue étrangère. Les trois quarts du boulot se faisaient en anglais. » Une idée judicieuse. Surtout quand on apprend un lundi soir de cette année sur J+1 que son rêve ultime est d'entraîner en Premier League. Peut-être. Mais avant ça, il y a le challenge toulousain. Et ça commence dès ce samedi soir, avec le Garonnico.

Par Ugo Bocchi
Modifié

Dans cet article

Blaise Pogba Niveau : Loisir
Contrat aux Nations-unies grâce au dirigeant du FCTG qui se trouve être DRH de l'ONU à Genève… Gros salaire et belles prestations sociales pour apparemment ne pas faire grand chose…et tout le monde trouve ça normal. Elle est bien belle celle-là.
C'est peut-être un très bon entraîneur et un type très bien -je ne le connais pas, mais bon là ça me pique un peu hein.
Acharné à plus de 40h semaine ? Je dois être un fou furieux alors. Encore plus avec un salaire au lance pierre.
Note : 1
Bon je vais faire un beau hors-sujet mais hier a eu lieu en national un derby alsacien entre Colmar qui lutte pour ne pas descendre et le Racing qui grâce à sa victoire 3-0 a récupéré la place de leader, derby pour lequel près de 2000 supporters strasbourgeois se sont déplacés avec à la clef un parcage tel qu'on en voit rarement en ligue 1. Ca aurait pu faire l'objet d'une brève non ? Un peu décu par le fait que Sofoot qui se veut le chantre du foot populaire, ne l'ait même pas évoqué.
Queen Lana Del Rey Niveau : Loisir
Note : -1
c'est so psg ici tu savais pas ?
Message posté par Queen Lana Del Rey
c'est so psg ici tu savais pas ?


Oh c'est trop mignon :) Il est tout frustré...

Il a regardé le match mercredi soir, seul chez lui, sur un stream de mauvaise qualité, il a hurlé de bonheur sur le but de Diego Costa le visage déformé par la rage et puis sur le but d'Ibra le ciel lui est tombé sur la tête...il s'est laissé choir dans son fauteuil pris d'une violente dépression. A la fin du match il a du se rendre sur le forum sofoot pour tenter de dénigrer la qualif du psg contre "un chelsea qui ne valait rien et puis de toute façon paris se fera laminer par le barca au prochain tour et bla bla"

bisous mon pote courage un jour la vie tourner pour toi j'en suis sur
Sacré Pascal...le mec qui tape le slip de son pote déjà porté, qui est pistonné pour un emploi fictif à l'onu et qui pense que 40h par semaine ça fait de lui un bourreau de travail...
super travail avec le TFC bravo

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
The Toffee time
136 7