En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Marseille/Monaco

Pas si cramé, Ricardo Carvalho

Au garage depuis deux ans, la caravane Ricardo Carvalho a remis le moteur en marche à Monaco. Arrivé sur le Rocher cet été, le Portugais interroge. À 35 ans, est-il à la hauteur des ambitions du club de la Principauté ? Ses premières sorties laissent penser que oui. Reste à savoir si son physique suivra sur la durée.

Modififié
Son arrivée a fait peu de bruit. En tout cas, bien moins que celle de certains de ses nouveaux coéquipiers. Pourtant, Ricardo Carvalho a un CV qui force l’admiration. Son palmarès parle pour lui. Triple champion du Portugal, triple champion d’Angleterre, champion d’Espagne, vainqueur de la C1 et de la C3, le défenseur portugais a tout gagné. Mais à 35 balais, il arrive en fin de parcours. Alors, est-il à Monaco en pré-retraite avec le casino comme principal compagnon d’entraînement, ou a-t-il au contraire un rôle important à jouer dans la construction du nouveau riche de la Ligue 1 ?

La caravane au garage pendant deux ans

Dès son arrivée sur le Rocher, Carvalho a rencontré une majorité de sceptiques, pas convaincus par l’intérêt sportif de son recrutement. Il faut dire que l’ancien joueur du Real reste sur deux saisons blanches à Madrid. Trahi par un genou fatigué, il n’a été utilisé qu’à 17 reprises en Liga ces deux dernières années, voyant Ramos puis Varane lui piquer sa place dans l’axe. Une expérience difficile pour un joueur habitué à être l’un des deux premiers choix, à Porto comme à Chelsea. « J’ai mis du temps à recouvrer mes moyens, reconnaissait-il dans le JDD il y a quelques jours. J’aurais pu partir, mais je me suis accroché. Si j’ai peu joué l’an passé, au moins je n’ai pas été blessé. » Au-delà de son faible temps de jeu et de son état physique, c’est la raison de son transfert à l’ASM qui pose question. Pour beaucoup, il ne doit son arrivée en Principauté qu’à l’influence de son agent, un certain Jorge Mendes. Celui qui gère les intérêts de Cristiano Ronaldo aurait ainsi fait de Carvalho une condition sine qua non au recrutement du package Falcao-Mountinho-James Rodríguez. Le type d’arrangement que Monaco avait déjà connu en 2004 en recrutant Diego Perez pour récupérer plus facilement Ernesto Chevanton. « J’aurais pu aller deux ans aux États-Unis ou dans le Golfe, évoluer jusqu’à la retraite sans pression. Mais j’ai besoin d’adrénaline, du haut niveau. J’ai encore les jambes » , assure pourtant Carvalho.

Abidal-Carvalho, vieux mais efficaces


Son début de saison lui donne raison. Titularisé lors des trois premières journées de championnat, Carvalho a déjà rassuré certains de ses détracteurs. Dans le rythme, rarement battu dans les duels, il compense son manque de vitesse par une grande intelligence de jeu et un bon placement. Le Portugais, qui aime défendre debout, est pour l’instant épargné par les arbitres. Peu sanctionné, il n’a pas encore reçu le moindre carton. Seule erreur notable en 270 minutes de jeu, son retard sur Camara face à Montpellier, pour ce qui est à l’heure actuelle l’unique but encaissé par Monaco. Preuve aussi de sa bonne entente avec Éric Abidal. « Jouer avec lui est facile, c’est une grosse personnalité et il est affûté » , confirme Carvalho. Malgré une moyenne d’âge de 34 ans, la charnière centrale monégasque fait le boulot, et plutôt bien. Reste à savoir comment elle se comportera quand son équipe sera dominée dans l’entrejeu et privée du ballon, ce qui n’a que très rarement été le cas jusque-là. Début de réponse dimanche à Marseille, premier gros calibre qui se dresse sur la route de l’ASM, avant Paris le 22 septembre. En attendant d’être confronté aux meilleurs attaquants du championnat, le Portugais s’impose doucement mais sûrement comme un titulaire en puissance, aux dépens du prometteur Isimat-Mirin. « Je n’incarne pas l’avenir, mais je suis toujours prêt à donner un coup de main » , conclut Carvalho. Tant que la caravane roule, tout roule.

par Quentin Moynet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 26 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17