En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 35e journée
  3. // Nantes/Marseille (1-1)

Pas de petit jaune pour Marseille

Nantes et Marseille n'ont pu se départager ce soir à la Beaujoire (1-1), au terme d'un match de bonne facture. Ce résultat nul n'arrange aucune des deux équipes, et surtout pas l'OM dans la course à l'Europe.

Modififié

Nantes - OM
(1-1)
S. Gakpé (65') pour Nantes , F. Thauvin (30') pour Marseille.


La Beaujoire accueillait ce soir un match plein d'enjeux entre deux monstres sacrés du championnat de France. L'Europe, pour les Olympiens, requinqués après leur passage à vide printanier et revenus à trois points de Lyon. Le maintien pour les Nantais, qui pouvaient officiellement en cas de victoire rempiler pour une seconde saison en Ligue 1, après avoir impressionné le week-end dernier contre Valenciennes (6-2). Titularisé à la place de Mathieu Valbuena, blessé à l'épaule, l'inénarrable Florian Thauvin jouait gros ce soir. D'un joli but, il a heureusement trouvé la solution pour relancer sa cote sur la Canebière et prouvé que son entente avec André-Pierre Gignac était bien réelle.

Moi Nicolita

D'ordinaire peu à l'aise à La Beaujoire, l'OM prend pourtant l'initiative après un début de match insipide. Les hommes de José Anigo sont en effet les premiers à inquiéter Rémy Riou, par l'intermédiaire d'André-Pierre Gignac (17e et 26e) et de Lucas Mendes, à deux doigts de marquer sur corner (28e). Deux doigts, c'est exactement ce qu'il a ensuite manqué à Rémy Riou pour détourner la frappe tendue et victorieuse de Florian Thauvin (32e), bien lancé dans l'espace par une jolie talonnade de Gignac. Auteurs par moments de belles combinaisons au milieu de terrain, les Nantais tentent alors de revenir, mais souffrent d'un manque d'inspiration chronique en attaque. Par deux fois servi par Gakpé, le maladroit Banel Nicolita adresse deux frappes trop enlevées en position idéale (22e et 35e). Même verdict pour Alejandro Bedoya, qui dribble Nicolas Nkoulou avant de frapper sur Steve Mandanda (42e).

Gakpé décalé

L'intensité du match ne fait qu'augmenter au retour des vestiaires, dans une seconde période débridée. L'imprécision dans le dernier geste, en revanche, demeure des deux côtés, comme l'illustrent les exemples de Cissokho (49e) et Thauvin (63e), pourtant bien servis dans la surface. La lumière vient finalement de Serge Gakpé, très en forme à la pointe de l'attaque et insaisissable grâce à ses décrochages fréquents. À l'entrée de la surface, légèrement décalé sur la droite, le Franco-Togolais arme une frappe puissante qui trompe un Mandanda pas inoubliable sur le coup (64e). Totalement relancée, la fin de match sent le KO, mais Rémy Riou, auparavant auteur d'une triste relance dans les pieds de Gignac (60e), s'interpose avec fermeté de la poitrine face à André Ayew (74e). Malgré une ultime frappe de Veretout (90e), plus rien ne sera marqué dans cette agréable soirée, animée sur la pelouse, triste sur le plan comptable.

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 10 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86