Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Groupe F
  2. // Italie/Paraguay (1-1)

Parole à la défense

Trop vieux, trop usés, trop fatigués, les Italiens faisaient presque figure d'outsider face à un Paraguay ambitieux comme jamais. Au révélateur guarani, les Azzurri sortent plutôt la tête haute, comme leur adversaire. Une certitude déjà : il s'agissait bien du sommet du groupe F. Un sommet entre amoureux du beau tacle. 


Modififié
Voyage au bout de l'ennui. Rencontre entre attentisme cynique et hermétisme culturel. Une partie d'échecs à fasciner quelques sadiques du tableau noir. Ceux qui aiment faire mal, plutôt que de prendre plaisir. Mieux, ceux qui trouvent la jouissance dans la violence. Voilà ce qu'on pouvait attendre. En promo pour les ambitions de la Squadra Azzura, Fabio Cannavaro avait prévenu : « personne ne sait défendre comme l'Italie » . Il avait oublié de préciser que le Paraguay excelle aussi dans l'exercice.

Car dès les premières minutes, on comprit que le Guarani new age, doté d'une inédite abondance de biens offensifs, n'avait en rien abandonné ses convictions défensives, que son étanchéité, malgré une pluie battante ce lundi soir au Cap, restait bien son fil rouge, avec un milieu composé de quatre récupérateurs de formation. Face à des Italiens agressifs à l'entame, le Paraguay subissait, mais tout en contrôle glissé. La carence majeure des champions du monde en titre sautait déjà aux yeux : l'absence d'un créatif, car Simone Pepe ...

Mais voilà, l'Italie a toujours eu l'intelligence de se contenter des armes en sa possession, de ne pas surjouer. Alors, à défaut d'un Del Piero pour flinguer les hanches paraguayennes, on centre fuyant, on accroche un corner ou un coup-franc, et on fait confiance aux rôdeurs, Gilardino et Iaquinta pour sortir au moins une fois du bois. C'est finalement le défenseur paraguayen, Antonin Alcaraz qui
surprit le premier, en reprenant victorieusement de la tête un maître coup-franc frappé des 35 mètres, pour atterrir avec dommages dans la boîte (39e).



Buffon remplacé à la mi-temps



Faut-il pour autant jeter au bûcher l'Italie ? Certes, les Azzurri n'impressionnent pas, mais le collectif asthénique entrevu face au Mexique a retrouvé sa nécessaire agressivité, à l'image d'un Cannavaro saignant. Les circuits sont clairs, les transmissions souvent justes, Lippi a une équipe, à défaut d'un fluoriclasse, en attendant le retour de Pirlo. Dans d'autres pieds, la catastrophique relance d'un défenseur central guarani sur Montolivo, par exemple, aurait fait mouche (21e).

Dans un début de seconde période marqué par l'entrée en jeu de Marchetti venu relever Gianluigi Buffon, touché au nerf sciatique, le Paraguay affirmait ses ambitions : pressing haut et quelques semi-occasions. En face, le néant. Dans un milieu de terrain rendu injouable par la pluie et les tacles voraces des bourreaux de l'entre-jeu, Lippi se décide pour un peu de force de percussion avec Camoranesi. Quand son équipe s'enlise, le sélectionneur ne tarde pas à faire ses changements comme d'autres ...

Sans véritable faiseur de jeu, le Paraguay se sert de ses attaquants Barrios et Valdez -relevés par Santa Cruz et Cardozo en cours de deuxième période- comme force d'appui pour remiser sur des milieux lancés. L'Italie patauge, mais au moment où l'on s'y attend le moins, donc au moment où la Nazionale est la plus dangereuse, le barbu mode bucheron De Rossi sort lui aussi du bois pour couper un corner (63e). Un but contre le cours du jeu chacun, balle au centre. On repart bons amis, entre spécialistes qui savent prendre le plaisir là où il se trouve.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 78
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:14 La statue de Falcao 32 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 48
À lire ensuite
L'Italie tenue en échec