Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Caen (3-1)

Paris sort les tripes de Caen

Nouvelle victoire à domicile pour le Paris Saint-Germain, qui n'a pas tremblé devant une équipe de Caen trop inférieure pour espérer autre chose qu'une défaite (3-1). L'anniversaire de Kylian Mbappé est réussi.

Modififié

Paris SG 3-1 SM Caen

Buts : Cavani (21e), Mbappé (57e) et Berchiche (80e) pour le PSG // Santini (89e) pour Caen.

Il est jeune, il est vif et il vole ballon au pied. Mais surtout, il s’est teint les cheveux pour fêter son dix-neuvième anniversaire, ce qui le rend encore plus visible aux yeux du Parc des Princes. Sans aucun doute, ce 20 décembre est un jour spécial pour Kylian Mbappé. En bon surdoué, l’international tricolore est devenu le prince de la ville l'espace d'une soirée, sa soirée. Des courses par-ci, des louches par-là... Sur un centre de Giovani Lo Celso, Kyky arme un plat du pied létal pour offrir un avantage de deux buts aux siens. L’heure de jeu n’est pas encore passée, mais Mbappé est en train de mettre Caen à l’heure de la fête. Oui, ce soir, l’étoile au sommet du sapin parisien était argentée.

Metz chante, Bordeaux et Sainté pleurent

Mbappé, objectif lune


Il y a certainement un désir de revanche dans ce PSG aligné par Unai Emery. Six mois après la dernière réception de Caen au Parc, un match qui avait été marqué par le maintien malherbiste grâce à Ronny Rodelin et la révérence de Sherrer Maxwell, les Parisiens souhaitent justifier leur fauteuil de leader. Edinson Cavani est à trois unités de devenir le meilleur buteur de l’histoire du club, Neymar veut capitaliser sur sa bonne performance contre Rennes, et Kylian Mbappé officialiser une possible reconversion en sosie de Sisqó. Premier servi pour lancer le bal de Noël, le natif de Bondy dribble Rémy Vercoutre, mais voit sa frappe s’envoler en tribune. De son côté, Neymar jongle et laisse ses deux compères faire le spectacle.

Lancé sur son côté droit, Mbappé se transforme en fusée et dribble les quilles normandes avant d’assurer son atterrissage sur la planète Cavani. À l’instinct, El Matador réalise une madjer à la vitesse de l’éclair pour tromper Vercoutre (21e). Un but qui lance les hourras du public, mais aussi la révolte caennaise, puisque la reprise de Rodelin oblige Trapp à faire valoir son statut de remplaçant de luxe. Une fois la rébellion contrôlée, les Parisiens manquent le break par Cavani, maladroit au moment de rejoindre les 152 buts de Zlatan. Pas grave, ce sera pour bientôt.

La bûche de Berchiche


Sans effectuer de changement pour la reprise des débats, les deux équipes se décident à passer au plat de résistance. Vercoutre fait la morale à Kyky, coupable d'avoir mis son orteil en avant sur une sortie dans les pieds du portier. En guise de réponse, Frédéric Guilbert essaie de jouer le trouble-fête, mais Trapp, lui, est impassable. La suite ? C’est Mbappé qui ouvre son pied et Paris qui prend le large (57e). Assez pour laisser sa deuxième lame s’autoriser des gourmandises : Lo Celso voit sa frappe en rupture déviée d’une claquette par Vercoutre, tandis que Stanley N’Soki s’offre une (bonne) première en Ligue 1.

En train de frôler l’indigestion, Paris voit Neymar taper le poteau. Emery demande à ce que ses joueurs tuent définitivement la rencontre. Draxler remplace Motta pour densifier l’attaque, et cela porte ses fruits : lancé par Neymar, Yuri Berchiche croise sa frappe et célèbre son premier but en Ligue 1 de manière assez sobre (81e). Une façon de souhaiter à Caen un prompt rétablissement sans trop en faire, puisque même Ivan Santini pourra réduire l'addition grâce à un penalty en fin de match (89e). Le tarif habituel, en somme.

Paris Saint-Germain (4-3-3) : Trapp – Berchiche, Thiago Silva, Marquinhos (N'Soki, 65e), Meunier (Nkunku, 81e) – Motta (Draxler, 69e), Lo Celso, Pastore – Mbappé, Neymar, Cavani. Entraîneur : Unai Emery.

SM Caen (5-3-2) : Vercoutre – Guilbert, Diomandé, Sankoh, Mbengué, Da Silva – Delaplace (Nkololo, 69e), Peeters (Bessat, 69e), Ait Benasser – Rodelin, Santini Entraîneur : Patrice Garande.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici



    Par Antoine Donnarieix, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
    À lire ensuite
    L'OL tout en douleur