Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Nancy (1-0)

Paris sort les forceps contre Nancy

Longtemps bloqués par des Nancéiens très portés sur la défense, Paris a validé sa victoire grâce à un penalty de Cavani en fin de match. Pas très glorieux diront certains, mais sur le terrain, les Parisiens ont montré de belles choses et l'addition aurait pu être bien plus salée.

Modififié

PSG 1-0 Nancy

But : Cavani (80e, sp) pour Paris

Il est beau. Quoi qu'il fasse. Actif et impliqué dès les premières minutes, Javier Pastore donne l'air de planer sur le terrain, comme d'habitude. Ce n'est pas qu'il réussit tout ce qu'il entreprend, loin de là, et l'Argentin est même responsable de quelques ballons perdus. Mais ses courses sont douces, ses extérieurs du pied sont maîtrisés, ses dribbles sont des caresses, et le ballon remonte souvent de vingt ou trente mètres grâce à lui, l'air de rien. Autour de lui, Emery avait réservé d'autres cadeaux dans son onze de départ, et le retour de Krychowiak ou le dépucelage de Guedes étaient des curiosités qui méritaient un intérêt. Le Polonais a été discret, presque timide, et n'a duré qu'une mi-temps, tandis que le Portugais a tenté des choses pour montrer qu'il avait sa place dans cette grosse machine qu'est devenu le PSG, avant d'être remplacé par Ben Arfa. Et alors que Paris a une nouvelle fois archi-dominé contre une petite équipe venue dans la capitale pour bétonner derrière en priant pendant quatre-vingt-dix minutes pour ne pas se faire trouer, c'est Cavani qui a planté le seul but du match d'un penalty costaud.

Après le beau temps, la pluie, mais pas de buts


Le Parc est très loin d'être plein en ce samedi après-midi. La température peut être qualifiée de quasi douce, et la pluie qui pourrissait la vie des habitants de Paname depuis le début de la journée a eu la bonne idée de s'arrêter – pour quelques minutes – au moment du coup d'envoi. En bref, tout semble réuni pour une sieste de patron. Mais si les Parisiens lancent leur match sur des bases très calmes, il ne faut que cinq minutes à Lucas pour réveiller les feignants avec une course ultra rapide droit vers le but de Chernik, qui remporte le face-à-face.

Et le temps que tout le monde se dégourdisse les jambes, Faitout Maouassa va secouer la défense parisienne et tente le tir de vingt-cinq mètres au quart d'heure de jeu, en laissant à Trapp le soin de sortir une parade poster. Le genre d'arrêt de patron après lequel les caméras se braquent de suite sur le visage d'Areola, pour voir si une petite larme se met ou non à couler. Et alors que la pluie se remet à inonder le Parc, Pastore tente de vingt mètres, Chernik est vigilant, Guedes est à deux doigts d'ouvrir le score, Paris s'offre plusieurs situations dangereuses, marque un but refusé, et la mi-temps arrive tranquillement, presque en même temps que le retour du soleil.

La clef est à onze mètres


Pour la deuxième partie du spectacle, exit Krychowiak, bonjour Blaise Matuidi, appelé sous les drapeaux pour aider à percer le 6-3-1 nancéien. Après une mi-temps passée à monter en puissance, Guedes se projette fort devant et déboule dans la surface pour servir Cavani, mais le Matador loupe sa tête. Une énorme occasion de ratée, puis deux juste après avec la tentative puissante d'Aurier bien sortie par Chernik. Emmerdé à l'idée de faire simple, Cavani fête l'heure de jeu par une retournée acrobatique cadrée, mais peu dangereuse, et Paris continue d'assiéger la cage de l'ASNL sans réussir à ouvrir le score. Même Guedes seul et à bout portant bute sur l'un des quatre Nancéiens qui s'étaient foutus sur leur ligne.


Au milieu de tout ça, Nancy s'en remet à un contre vite et bien joué à la 75e pour avoir sa première occasion, brûlante, qu'Alexis Busin – entré trois minutes plus tôt – termine par une frappe qui fait double poteau. Pour faire sauter le verrou, Paris doit donc attendre qu'Aurier se fasse sauter la jambe par Chernik dans la surface, et que Cavani mette sereinement son péno. Les dernières tentatives de Nancy sont parfois intéressantes, mais trop tardives, tandis que les Parisiens tentent jusqu'au bout pour planter le deuxième. De toute manière, l'essentiel était assuré.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Alexandre Doskov, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:45 Leeds enchaîne 17
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    vendredi 17 août Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 168