En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Féminines
  2. //
  3. // 1/4
  4. // PSG-Barça (1-0)

Paris sort le Barça en mode petit bras

Le PSG a décroché son billet pour le dernier carré de la Ligue des champions féminine face à un FC Barcelone venu défendre. Sans génie mais avec un brin de réalisme et de réussite bienvenus.

Modififié

PSG 1-0 FC Barcelone

But : Cristiane (86e)

L'affiche aurait de quoi susciter l'effervescence autour du Parc des Princes. Chez les femmes, cela se passe dans un stade Charléty encore bien vide à 45 minutes du coup d'envoi. Aux abords de l'enceinte du Sud parisien, une quinzaine de musiciens tente de mettre l'ambiance à coups de tambour, le même groupe qui sera chargé d'ambiancer l'intérieur une demi-heure plus tard. Côté supporters, c'est un calme presque plat qui contraste avec l'agitation de Ludovic Giuly et de l'équipe de beIN Sports, qui alterne réglages, tests son, accolades et selfies en mode déconne. Si les salariés de la chaîne qatarie affichent un enthousiasme tout terrain malgré le crachin, l'ambiance générale rappelle le fossé de médiatisation entre les deux Ligues des champions de l'UEFA. À celle des hommes les paillettes, à celle des femmes une ambiance de Ligue 2, avec deux tribunes de drapeaux aux couleurs parisiennes et des virages totalement vides. Mais au moins, Germain le Lynx a eu le droit à une ovation des nombreux jeunes présents.

Attaque-défense stérile contre un Barça replié


Dès le coup d'envoi, les choses sont claires. Ce Barça-là ne se sent pas obligé de presser ni interdit de défendre bas. Pourtant, à la troisième minute, la gardienne Panos doit sortir une première parade sur un centre de Morroni côté gauche que Torrejón avait détourné dans le cadre. Une minute plus tard, un projecteur lâche. Ce qui n'empêche pas le public de s'exciter sur un débordement de Dali à droite, mais le centre est repoussé par la défense (7e). Sur le suivant en revanche, Cruz Trana place une tête piquée vicieuse que Panos sort d'une sublime extension verticale (9e). Paris a le pied sur le ballon, mais ne concrétise pas, faute de trouver des espaces dans une défense catalane bien regroupée. Et quand au quart d'heure de jeu, Cristiane y parvient, c'est Panos qui détourne en corner. Malgré les « allez Paris » qui résonnent, les Franciliennes sont de moins en moins tranchantes. Il faut attendre la demi-heure pour que Dali cadre à nouveau, mais Panos détourne. La suite est assez calme pour un PSG qui peine dans la dernière passe. Les Catalanes ne sortent qu'une fois juste avant la pause, sifflée juste après une nouvelle frappe trop molle de Dali.

Cristiane libère le PSG


La reprise offre le même schéma. Paris attaque une défense hermétique. Jusqu'à la 51e minute, quand Cruz Prana trouve enfin un décalage avec Cristiane, mais celle-ci croise trop sa frappe. Alors que les Blaugrana plient, mais ne rompent pas, les supporters parisiens donnent de la voix. Sans opposition, les seules soutiens catalans sont en tribune de presse. Peu avant l'heure de jeu, Erika parvient à s'imposer dans les airs sur corner, mais ne cadre pas. Cela ressemble de plus en plus à un mauvais scénario, avec un Barça qui fait déjouer Paris et commence à sortir. Sans folie, l'équipe de Farid Bentisti voit Latarre entrer en jeu à un quart d'heure du terme. Cinq minutes plus tard, elle est à deux doigts de plier le match à la suite d'un service en profondeur d'Hermoso, mais Berger fait la sortie qu'il faut. Un tournant, car c'est au moment où Paris est au plus mal que Rosanna, entrée 20 minutes plus tôt, adresse le premier centre en première intention du match. À la réception, Cristiane met la tête, et Panos se troue. 1-0 à la 86e, Barcelone ne reviendra pas, et le PSG s'offre une victoire poussive. Et comme seule la victoire est belle, une grappe de supporters chante « merci Paris » . Quand l'arbitre siffle la fin du match huit minutes plus tard, le soulagement est palpable : Paris s'est fait peur, mais Paris va continuer de rêver plus grand avec ses femmes. Aussi.

Par Nicolas Jucha, dans l'enfer de Charléty
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88