1. //
  2. // Match en retard
  3. // PSG/Metz (3-1)

Paris sonne la messe

Paris n'a pas manqué l'occasion de prendre trois points d'avance sur Lyon au classement. Au terme d'un match globalement maîtrisé et à peine troublé par la réduction du score de Maïga, le PSG s'impose 3-1 et se rapproche du titre. Évidemment, inlassablement.

Modififié
8 119

PSG - Metz
(3-1)

M. Verratti (25'), E. Cavani (42'), van der Wiel (77') pour Paris S-G , M. Maïga (53') pour Metz.


Et si Paris n'avait eu qu'à attendre le bon moment pour accélérer ? Jamais devant, toujours au contact, le PSG se porte désormais au sommet de la Ligue 1. Et le pire, c'est que le club de la capitale n'a pas eu besoin de forcer ces dernières semaines pour se débarrasser de Lyon. Une volée face à Lille et, ce mardi, un match tranquille contre Metz suffisent désormais à envisager le titre comme une évidence. Car dans un Parc des Princes à l'ambiance de milieu de semaine, les Parisiens n'ont eu aucun mal à se débarrasser de Messins vaillants à défaut d'être talentueux. Appliqué, distillant son talent avec parcimonie, Paris a joué tranquille, sans excès, ne s'offrant qu'une quinzaine de minutes de frisson suite à la réduction du score de Maïga. Trop peu pour trembler, trop peu pour lâcher le trône. Un trône sur lequel Paris vient de poser une bonne fesse.

Verratti, seconde !


Pour Laurent Blanc, pas question de galvauder ce match, soit-il placé un mardi, soit-il contre un adversaire qui n'affiche pas les qualités d'un trouble-fête. Alors, hormis Sirigu qui a chopé la talalgie de Zlatan, c'est avec un milieu au complet et une ligne d'attaque ayant fait ses preuves contre le LOSC que le coach parisien s'apprête à reprendre la tête. L'effet, lui, s'il est moins fulgurant que contre les Nordistes, est tout aussi immédiat. Les Grenats sont privés de ballon et courent après les transmissions de la bande à Verratti. Et si la défense de Cartier reste unie, voire très prudente, l'ouverture n'est qu'une question de temps. Un temps qui ne résiste pas à Javier Pastore et ses pieds touchés par la grâce. Le décalage aux abords de la surface est parfait, le tir de Marco aussi. Ô surprise ! Les filets, si peu habitués à accueillir un ballon de l'Italien, en tremblent encore. Après ça, le PSG ne peut que dérouler. Et si Cavani laisse d'abord le cuir lui caresser les talons, la seconde ouverture, une nouvelle fois signée Pastore, est décisive pour l'Uruguayen, auteur d'un piqué maîtrisé au-dessus de Mfa. 2-0, circulez, Paris a pris le contrôle de la soirée.

Se faire peur, à peine


Oui mais voilà, Metz est mené sans avoir véritablement souffert. Alors, dos au mur, et la brise de la relégation sur la nuque, les hommes de l'Est se découvrent. Une bonne idée face à ce Paris qui adopte le rythme d'un sénateur. Bouna Sarr tire : râteau. Bouna Sarr déborde : bingo. Car, à la réception de la passe du feu follet grenat, Modiba Maïga s'échappe du marquage de Thiago Silva et place son crâne. Poteau, but, célébration empreinte de suffisance, et Metz s'apprête à faire trembler ce PSG si serein concernant les trois points. Mouais… Hormis une frappe offerte à Sirigu, Metz n'arrivera plus à forcer le verrou parisien tout en essuyant les quelques accélérations de Lavezzi et consorts. Finalement, Van der Wiel se chargera de clôturer les minces espoirs grenats. Débordement, ou plutôt boulevard, tir à peine croisé, légère erreur de Mfa : Paris file comme cette frappe, c'est-à-dire tout doucement, vers cette première place qui lui tendait si gentiment les bras. Plus que quatre matchs, et une petite cartouche à pouvoir griller, et le PSG le savourera pleinement. Rendez-vous est clairement pris pour mai.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cest-Saignon Niveau : Loisir
Caviar Pastore
Salut, juste pour dire que Paris est premier et le resteras jusqu'à la fin. Bonne soirée
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 1
3ème titre consécutif !

T.Motta-Verratti-Pastore l'axe magique !
"frappe offerte à Sirigu". C'est Douchez qui jouait ...
Problema ? Niveau : DHR
Le mardi soir ou comment regarder la fin du championnat pour ne voir que les caviars de Javier. Merci d'exister el flaco :)
LucaBrazzi Niveau : CFA
Parlons peu mais jouons bien . Que d'autres équipes s'en inspirent .
dizzymusictv Niveau : CFA
Note : 11
C'est pas un joueur de foot ce mec, c'est un chef d'orchestre.
Chaque toucher de balle est une nouvelle mélodie, chaque action qu'il initie c'est une partition.
Quand tu te dis que les attaquants transforment à peine 50% des passes qu'il donne. J'espère que ses pairs auront la sincérité de lui donner le trophée de meilleur joueur qu'il mérite plus que largement.
Message posté par Morsay
Salut, juste pour dire que Paris est premier et le resteras jusqu'à la fin. Bonne soirée


Salut Florian Cenzi
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Déçu des cadreurs de Canal +. Ils n'ont même pas trouvé Aulas en parcage visiteur en train de chanter pour encourager Metz
Lisandro Le Pez Niveau : CFA
Message posté par Morsay
Salut, juste pour dire que Paris est premier et le resteras jusqu'à la fin. Bonne soirée


Salut, juste pour dire que votre arrogance finira par vous péter à la gueule et que ce jour là je vais bien me marrer. Bonne soirée
vinceletah Niveau : CFA
Pastore m a irrite ce soir a chercher la passe decisive, celle qui va casser les lignes adverses sur presque tous les ballons qu'il a touche, parce que du coup il en a vraiment trop perdu des ballons... En meme temps il finit avec 3 passes décisives!
Lamine Turgut Niveau : CFA
Note : 17
F*** me I'm a Marco Pastorix !
Problema ? Niveau : DHR
Message posté par Lisandro Le Pez


Salut, juste pour dire que votre arrogance finira par vous péter à la gueule et que ce jour là je vais bien me marrer. Bonne soirée


Roh c'est de bonne guerre tu sais bien :)
Note : 18


Vous allez sortir ça combien de temps ?
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
Pastore ou comment passer d'une chèvre invisible à un des tout meilleurs milieux au monde actuellement, le tout en une saison.

Non, non, Blanc n'y est pour rien, c'est grâce au travail de profondeur d'Ancelotti
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Franchement si Simeone recrute Digne, l'Atletico gagne la ligue des champions. La meilleure équipe du monde sur coups de pieds arrêtés avec l'homme qui obtient 35 corners par match, c'est plié d'avance.
Metz c'est une place historique du foot français, j'ai de la peine. Bon évidemment il n'y a pas débat je suis content des trois points, ils étaient obligatoires pour le championnat. Mais quand même, je serais triste qu'ils descendent. Une bonne liguain avec le Red Star, le Paris FC, Strasbourg, Rouen, le Gazélec, Brest, Nîmes, Cannes, Toulon... ça serait beau.
Message posté par Lisandro Le Pez


Salut, juste pour dire que votre arrogance finira par vous péter à la gueule et que ce jour là je vais bien me marrer. Bonne soirée


Un lyonnais qui parle d'arrogance, si ça c'est pas l'hôpital qui se fout de la charité...

Bon sinon, un match qui donne peut-être le titre avec des buts de Verratti et de VDW, même Paul le Poulpe n'aurait pas pu le prévoir.

Et Pastore est magique.
dizzymusictv Niveau : CFA
Note : 1
Pfff putain, la caméra isolée sur Pastore. Le mec sa dégaine, il transpire l'élégance, il devrait jouer au foot en smoking en fait.
D'une classe zidanesque tout simplement, voilà, je l'ai dit.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Troyes, Bienvenu en Ligue 1
8 119