Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e finales
  3. // Ajaccio/PSG (1-3)

Paris se sort du maquis presque indemne

Il leur aura fallu plus de 80 minutes pour se dégager du piège tendu par les Ajacciens, mais les Parisiens ont quand même réussi à composter leur billet pour les quarts de finale de Coupe de la Ligue.

Modififié

AC Ajaccio - PSG
(1-3)

J. Cavalli (27') pour AC Ajaccio , E. Cavani (53'), S. Aurier (80'), J. Bahebeck (83') pour PSG.


45 minutes à dormir. Et le reste à rattraper leur retard. Les Parisiens ont eu de la chance de ne se prendre qu'un seul but en première période parce que c'est toujours ça de moins à remonter. Dans ce genre de match, il faut savoir se réveiller à temps. Un peu comme le peloton sur les Champs-Élysées, et c'est exactement ce qu'a fait Paris. Sur une passe magique de Lucas, Cavani s'est chargé de mettre le premier, Aurier d'un coup de tête rageur le second, et Bahebeck tacle le troisième et dernier au fond des filets. Paris est en quarts. Ajaccio n'a pas su tenir le score.

Paris remanié…


Pour ce match, Laurent Blanc tente un pari honnête. Il lance un onze largement au niveau, mais sans ses cadres. Objectif : faire tourner sans trop prendre de risques après cette « série » de deux défaites d'affilée. Le seul problème avec ce genre d'équipe retouchée, c'est que ça manque un peu d'huile. Devant, le ballon tourne sans rien donner. Les Parisiens n'ont que des bribes d'occasion à se mettre sous la dent : deux frappes de Chantôme qui finissent dans les panneaux publicitaires, une autre de Marquinhos qui sort du stade, et cette tête de David Luiz qui frôle le poteau droit. Et derrière, sérénité n'est pas le maître-mot. Les défenseurs parisiens galèrent à se relancer et laissent des boulevards dans leur dos. Ajaccio n'en demandait pas plus. Sur un contre, Madri se cache derrière Aurier et reçoit un ballon lobé. Il crochète l'Ivoirien et tombe à l'entrée de la surface. Stéphane Lannoy désigne le point de penalty. Cavalli transforme. 1-0. Le traquenard corse est en marche. Laurent Blanc serre les dents.

Mais Paris avec fierté


D'ailleurs, l'entraîneur du PSG refuse à ses joueurs les traditionnelles interviews à la mi-temps. Il a un message à leur faire passer dans les vestiaires et il ne veut pas être dérangé. Un message clairement entendu. Au retour des vestiaires, les Parisiens sont plus hauts sur le terrain, plus agressifs et plus dangereux. Sur un coup franc de Lavezzi, ils touchent rapidement le poteau. La remontée est proche. Et sur un éclair de Lucas, Paris s'ouvre le chemin vers les quarts : une ouverture lumineuse pour Cavani qui n'a plus qu'à croiser son tir. Égalité. Paris se livre toujours plus et n'est pas à l'abri d'un contre. Mais on sent bien que le vent tourne. Sur un corner de Bahebeck, Serge Aurier s'engouffre entre deux défenseurs et cogne le ballon avec sa tête. On lui pardonne son penalty provoqué. Et en toute fin de match, Bahebeck finit le boulot. Sur une passe en profondeur de Lucas, il tacle le ballon et envoie définitivement Paris en quarts. Laurent Blanc peut souffler un peu.


Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 82
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi