1. // Europa League – PSG/FC Séville (4-2)

Paris s'éveille

En 2006 et 2007, le FC Séville remportait deux fois la défunte Coupe UEFA. A cette époque-là, Paris était dans le ventre mou de Ligue 1 et ne disputait même pas l'Europe. Les choses ont bien changé. Mais maintenant que Paris peut rivaliser avec les cadors européens, le stade est à moitié vide.

Modififié
0 2
Il y a quelques années, un PSG-Séville en Coupe d'Europe aurait certainement déplacé les foules. Ce jeudi 2 décembre 2010, seulement 18.000 personnes ont bravé le froid parisien. Le Parc sonne bien creux. Pourtant, l'enjeu était là. Une victoire face aux Espagnols et le PSG empochait son ticket pour les 16èmes de finale de l'Europa League. Lors du tirage au sort en août dernier, personne n'aurait misé un kopeck sur cette éventualité. Et pourtant, les Parisiens ont réussi leur mission, en s'imposant 4-2 au terme d'un match un peu bizarre. Le PSG a dominé l'ensemble de la partie face à des Sévillans lointains parents de ceux que l'on avait l'habitude de voir en Liga ces dernières années. Pour la qualif, c'est donc dans la poche, quelque soit le résultat du dernier match en Ukraine face au Karpati Lviv. Et vu les conditions climatiques d'un mois de décembre en Ukraine, il est bienvenu que ce voyage se limite à une visite de la place Rynok, plus bel endroit de la ville.

Dès l'annonce des formations, les supporters donnent le ton. Applaudissements pour tous. Bronca pour Edel. Les supporters parisiens sont rancuniers et n'ont pas encore digéré la bourde du gardien à Lyon. Dans les gradins, pas beaucoup d'ambiance. Un mec insulte tous les gens qui passent en-dessous du virage : des stadiers aux ramasseurs de balle. Ça fait marrer les gens, mais ça ne fait chanter personne. Séville commence bien le match et prend à la gorge les Parisiens. Bodmer réplique et allume un premier pétard aux 25 mètres (12ème). Ça y est, ça réveille les supporters. « Séville, Séville, on t'encule » adressé aux sept supporters sévillans postés dans leur virage et qui ont pourtant l'air très gentils. Paris prend de l'assurance et met la pression sur la défense espagnole, qui devient subitement fébrile. Tellement fébrile qu'elle se reçoit un uppercut signé Bodmer (17ème), suivi d'un crochet du droit d'Hoarau (19ème), tous deux opportunistes sur corner. 2-0 après 19 minutes. Ici c'est Paris mon pote. La confiance parisienne est au top, à tel point que le PSG se prend pour le Barça : séquence de passes interminables, coups du sombrero, le public répond à coups de « Ole » . Surréaliste. A la demi-heure, le Parc se lâche : « Mais ils sont où, mais ils sont où, mais ils sont où les Sévillans? » . Bah ils sont là : Diego Capel centre pour la tête de Kanouté, qui trompe Edel. Les sept gentils supporters se réveillent et se reçoivent une bordée de sifflets. Ce but ranime le FC Séville, et quatre minutes plus tard, Perotti dépose Ceara sur l'aile gauche, centre au cordeau pour Kanouté qui anticipe Edel du bout de sa chaussure taille 44. 2-2, Paris retombe dans ses vieux travers : le spectre de La Corogne se profile. Peu coupable sur les deux buts, Edel reçoit une ovation ironique du Parc à chaque dégagement réussi. Le type qui insulte tout le monde, lui, préfère l'insulter. Normal. Kombouaré prépare déjà son discours pour la mi-temps, prêt à remotiver ses troupes. Mais Nenè s'en charge lui-même. Bien servi par Sessegnon, le Brésilien invente une merveille de frappe enroulée qui trompe Palop. 3-2, le Parc chavire, tous aux vestiaires.

Séville revient sur la pelouse avec la ferme intention d'égaliser. Dommage, c'est Paris qui score d'entrée. Chantôme récupère un ballon et lance Hoarau, qui prend de vitesse Escudé (oui oui, Hoarau qui prend quelqu'un de vitesse) et marque d'un bon pointard des familles. Ça énerve les Espagnols et l'Ivoirien Romaric tente de faire sa loi en fauchant deux fois de suite Chantôme. Pas de carton sur la première intervention. Pas de carton sur la deuxième. Monsieur Banti se fait copieusement huer par le stade et même par Antoine Kambouaré qui, lui, se fait exclure. Séville se rue à l'attaque. Ce score les obligerait à ne pas perdre face à Dortmund lors du dernier match de poule. Escudé, visiblement meilleur de la tête qu'au sprint, envoie un coup de boutoir sur un coup-franc de Perotti. Edel est battu, mais le ballon s'écrase sur la barre (59ème). Kanouté voudrait bien s'offrir un triplé, mais Edel lui barre la route à deux occasions (71ème et 77ème). Du coup, le gardien est en confiance et offre dans les dernières minutes un véritable show digne du meilleur spectacle d'Arturo Brachetti. A chaque fois que le ballon arrive vers lui, le portier attend qu'un joueur sévillan s'approche et se couche à terre au dernier moment en se roulant sur le ballon. Pas une, ni deux, ni trois, mais quatre fois de suite. Là, c'est carrément l'instant science-fiction. Même notre ami qui insulte tout le monde en reste sans voix. Une dernière occaz pour Luyindula sauvée de justesse par Escude (82ème) et le PSG s'impose 4-2, avec la manière. Séville confirme les lacunes montrées depuis le début de la saison en championnat, avec une défense parfois très limite. Paris a fait le boulot et réchauffé ses supporters, qui ne demandaient que ça. Les nuits d'ivresse européennes se poursuivront bien au printemps.



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Oui, effectivement ce fut un match assez étrange, d'autant plus que l'ayant vu sur W9, j'ai eu droit à l'interview de Dark Vador à la mi-temps (enfin Dark Vador, c'est beaucoup dire, c'était plutôt un mec de la chaîne avec un pauvre masque mal ficelé et une armure Jouet club)...
Edel est décidément impayable, le dernier quart d'heure fut un véritable cirque, digne des plus grands, Pfaff, Grobbelaar, Ravelli etc... Magnifique vraiment.
Sinon une confirmation, Nenê comme leader de l'équipe, et une surprise : Hoarau sait courir (parfois, et encore il faut que ce soit Escudé en face).
Y a plus qu'à assurer la première place du groupe et on se revoit au printemps les enfants!
bon vive psg mais pour l'ivresse on attendra qd meme au moins les quarts!
a part ça on va se servir d'Edel pour bien rigoler jusqu'a la fin de l'année!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Russie 2018 et Qatar 2022
0 2