1. //
  2. //
  3. // Troyes-Paris (0-9)

Champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion, champion

Les 60 points d'écart entre les deux équipes se sont fait sentir. Les Parisiens ont tout simplement écrasé les pauvres Troyens, histoire de décrocher le titre avec la manière (0-9).

Modififié
5k 156

Troyes 0-9 Paris

Buts : Cavani (13e et 74e), Pastore (17e), Rabiot (19e) et Ibrahimović (46e, 52e, 56e et 89e), Saunier (CSC, 59e) pour les Parisiens

Ça y est, le Paris Saint-Germain est officiellement champion de France pour la sixième fois de son histoire. Le 13 mars, à huit journées de la fin du championnat. Record d'Europe. Jamais une équipe n'aura autant maîtrisé son sujet que le PSG version 2015-2016. Depuis le mois d'août, les hommes de Laurent Blanc sont allés de démonstration en démonstration. Et évidemment, ils décrochent le titre cette après-midi sur leur plus large victoire de la saison. Sur un carton digne du Real Madrid ou du FC Barcelone en Liga. Sur leur plus belle démonstration de force, en somme. À tel point que même le public troyen s'est levé sur les buts du PSG. Car c'est ça le plus fou (ou le plus triste), que les adversaires du PSG en soient presque arrivés à devenir des admirateurs. En atteste le petit mot de félicitations pour la qualification en Ligue des champions accroché sur la porte du vestiaire parisien. Bref, le PSG a mis les formes pour décrocher son quatrième titre consécutif. Prochain objectif : la coupe aux grandes oreilles.

Six minutes pour plier la saison


Les Troyens n'auront fait illusion que cinq petites minutes, les premières de la rencontre. L'ESTAC entame bien le match et se crée les premières situations chaudes grâce à de bonnes combinaisons. Malheureusement, Fabien Camus, face au but, dévisse complètement sur un centre en retrait de Corentin Jean, très en jambes. Joueur, l'ESTAC forme un bloc compact très haut. Sauf que les Parisiens se régalent en jouant dans les dos des défenseurs. C'est sur un de ces longs ballons dans la profondeur que Thiago Silva trouve Cavani. L'Uruguayen remet en une touche pour Zlatan, très mobile, qui allume la première mèche de loin en force. Ça passe à côté, mais cette occasion marque l'enclenchement du mode « rouleau-compresseur » . S'ensuivent six minutes de pure folie.

D'abord, Edinson Cavani profite d'une erreur incroyable de Saunier pour ouvrir le score. Un coup de pouce qui ravit les Parisiens. C'est à ce moment-là que commence le show Javier Pastore. Sur une talonnade, El Flaco enchaîne un petit pont, un crochet, une feinte de frappe et un amour de ballon piqué pour tromper la vigilance de Dreyer. Deux minutes plus tard, l'Argentin reprend son rôle de passeur en trouvant Cavani d'une subtile louche. L'attaquant parisien bute sur le gardien troyen, mais qu'importe, Adrien Rabiot a suivi. 3-0. Le match est déjà plié. Les Parisiens peuvent finir la première mi-temps en marchant. Seul Zlatan a l'air encore obsédé par l'idée de marquer. Il en oublie même ses coéquipiers à trois reprises, notamment Cavani qui enchaîne les appels dans le vent.

Zlatan le centenaire


En face, l'ESTAC tente tant bien que mal de sauver l'honneur, et sollicite enfin Kevin Trapp juste avant la pause. Mais Nivet, Gueye et Jean sont trop imprécis. Au retour des vestiaires, la deuxième salve s'abat directement sur les Troyens. Alors que la moitié du banc parisien est encore dans les vestiaires, Zlatan ajuste tranquillement Dreyer du gauche. Cinq minutes plus tard, il lève son pied très, très haut pour reprendre le centre de Di María et claquer son 100e but en Ligue 1. La rencontre se transforme en match d'exhibition. Les Parisiens bénéficient d'espaces incroyables et en profitent pour faire encore un peu plus le spectacle. Cette fois-ci le Suédois privilégie le missile à l'entrée de la surface pour inscrire son troisième but du match.

Le triplé d'Ibrahimović aurait pu se transformer plus tôt en quadruplé si Saunier ne l'avait pas devancé pour marquer contre son propre camp. En un quart d'heure, l'ESTAC a pris quatre buts. Et le calvaire des Troyens est loin d'être terminé. Après une petite période d'accalmie, Karaboué commet une faute dans la surface sur Cavani. Pénalty logique et carton rouge cruel. Cavani marque en deux temps et pousse un cri de joie presque ridicule. Les Parisiens semblent enfin avoir un petit peu de pitié pour des Troyens écrasés, et lèvent un petit peu le pied lors du dernier quart d'heure. Il faut dire que la petite blessure de Thiago Silva fait régner une atmosphère particulière sur cette fin de match. Comme si tous les acteurs attendaient sagement la fin du match. Seul Zlatan, toujours aussi obsédé par le but, en rajoute une couche dans les derniers instants du match. Un but de plus, toujours. Le supplice des Troyens est enfin terminé. Paris est champion.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Kevin Charnay
  • Modifié

    Dans cet article

    souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
    Note : 1
    Victoire historique pour une équipe historique.
    Champion le plus précoce de l'histoire et de loin, record de victoires à l'extérieur et il reste encore un paquet de records à cette équipe légendaire à portée de main ; record de points, record de victoires sur une saison deux records qui nous appartiennent déjà mais qu'on peut exploser, plus gros écart sur le dauphin et enfin plus petit nombre de buts encaissés sur une saison (21 buts)

    Enfin et surtout avec ce nouveau titre de champion, cela porte à 28 le nombre de trophées glanés part le PSG ce qui en fait désormais le club le plus titré de France et ce avec une existence beaucoup plus réduite que les autres.

    Gloire au désormais plus grand club de France, prosternez vous devant le nouveau maître !!!
    green manba Niveau : Loisir
    Note : 2
    si toi aussi t as eu un petit pincement au coeur qui rate le dixieme... car tu voulais un score rond, les 9,90e au franc prix t emmerde.
    Ne nous emballons pas. Nous sommes encore en hiver. L'année dernière l'OM a été sacré champion d'hiver, et on a vu ce que ça a donné à la fin de la saison...
    Note : 4
    En fait vous êtes pas heureux du titre. Ça tout le monde s'en fout, il n'y a qu'a voir les joueurs du psg au coup de sifflet final. Vous êtes juste heureux que les autres supporters doivent en prendre acte (oui c'est l'effet que ça nous fait).

    Et bien si c'est ça ce que vous ressentez après votre 4eme titre, j'imagine même pas au 10 eme.
    Gros match de la défense troyenne qui est allée chercher ce titre avec ses tripes.
    Saint Jacky Niveau : DHR
    Note : 2
    Message posté par Ess06
    En fait vous êtes pas heureux du titre. Ça tout le monde s'en fout, il n'y a qu'a voir les joueurs du psg au coup de sifflet final. Vous êtes juste heureux que les autres supporters doivent en prendre acte (oui c'est l'effet que ça nous fait).

    Et bien si c'est ça ce que vous ressentez après votre 4eme titre, j'imagine même pas au 10 eme.


    Ah ah ah bien vu ! On est apparemment tous obligés d'être complètement sous le charme!
    Message posté par paul.la.poulpe
    Haha, ça marchait mieux avant ça. Y'a moins de +1 depuis le nouveau site. Faut être un peu plus fin maintenant.


    Ps: Blind, quel joueur!


    Je viens de te donner mon +1
    Conscient de la manipulation mais je peux pas m'en empêcher
    Romansochaux Niveau : CFA
    Note : 2
    Message posté par Georgesleserpent 2.0
    Clairement, non.
    Je pourrais tout à fait comprendre que les supporters d'autres équipes soient pas fous de joie lorsque Paris est sacré champion, mais là, déverser tant de haine, tant d'aigreur sur une équipe qui enchante la L1 (parce qu'il faut quand même s'imaginer la gueule qu'aurait la L1 sans ce PSG, vous visualisez ? Le truc abject), c'est tellement minable, médiocre, et encore je suis gentil.

    Le cas QSI est une nouvelle preuve que la France est pas un pays de foot.
    Dans n'importe quel pays, on parlerait du jeu pratiqué par le PSG avant de parler de l'origine de ses propriétaires, des montants dépensés, des salaires etc.
    Mais non, on est en France, donc on aime bien hurler à la colonisation dès lors qu'il y a un investissement étranger, on aime bien qualifier de bras d'honneur aux pauvres les hautes rémunérations de stars mondiales (comme si y avait ne serait ce que l'ombre d'un embryon d'un putin de lien de cause à effet), on adore rendre (de façon ultra manichéenne) responsable un seul organisme du dérèglement total d'un marché...

    Bref, je suis franchement triste pour vous, supporters parisiens. Vous méritez pas cette médiocrité qui s'acharne sur vous.


    Personnellement, je préfère une ligue 1 modeste mais ouverte, plutôt que de voir les supporters parigots pourris-gâtés (et les médias affidés qui ne parlent que du PSG à longueur de journée) chouiner parce que leur blé ne les rends pas sympathiques aux yeux du reste de la France.
    Si se pâmer devant l'ultra-dominant, c'est être un pays de foot, alors je préfère qu'on n'y connaisse rien.
    Apparemment à Troyes, les stadiers ont, avant le match, retiré les affiches à la gloire de l'ESTAC pour en placer d'autres du PSG et des abonnés ont été déplacés pour laisser place à des Parisiens. Le degré de bassesse pour flatter le patron est incroyablement élevé.
    bandinidakar Niveau : CFA2
    Pour ceux qui comme moi ont connu le bonheur des années 90 puis les saisons galères des années 2000, je t'assure que l'équipe actuelle me fait bander!!! Je ne répondrai pas aux pseudo théories selon lesquelles nous serions les seuls avec city et Chelsea a constituer une bonne équipe grâce à l'argent. Je ne poserai pas non plus la question de l'argent vertueux versus l'argent qui pue la mauvaise morale, j'ai passé l'âge...

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Tragic Mike
    5k 156