Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 16 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Montpellier (2-0)

Paris s’assoit (provisoirement) sur le trône

Au terme d’un match globalement maîtrisé, mais où ils auront encore fait preuve d’absences et de laxisme à plusieurs occasions, les Parisiens réussissent à venir à bout de Montpellier (2-0). Et grimpent ainsi sur la première marche du podium.

Modififié

Paris Saint-Germain 2-0 Montpellier

Buts : Cavani (29e), Di María (48e) pour Paris

L’action est anodine. Le ballon dans les mains, Trapp regarde où il va l’envoyer. Il prépare son geste et balance sa frappe. Sauf que le ballon ne va pas très loin. À peine quelques mètres de là où il trouve le dos de Cavani avant de filer vers les buts parisiens. On était à deux doigts d’un csc plus que comique si Aurier n’était pas vigilant pour empêcher le ballon de franchir cette ligne. La scène, sans conséquence, reste pourtant symptomatique d’un PSG qui aime se faire peur. Qui ne paraît jamais totalement serein ni libéré. Pourtant, ce PSG-là, terriblement dévastateur quand il accélère, finit toujours par gagner. Comme ce samedi face à Montpellier. Et dans un sprint final vers le titre, c’est bien le plus important.

Cavani sur son 31


En recevant Montpellier, ce samedi après-midi, Paris a l’opportunité de monter, enfin, sur la première marche du podium cette saison. De façon provisoire, certes, mais tout de même idéal pour mettre la pression sur les Monégasques,qui se déplaceront à Lyon, dimanche. Certainement conscients de l’immense enjeu, à seulement cinq journées de la fin du championnat, les Parisiens réalisent toutefois un début de match quelconque. Même limite médiocre en défense, à l’image de ces deux situations chaudes pour Mounié et Sessègnon. La bonne vielle piqûre de rappel.

Car derrière, le PSG se décide enfin à accélérer. Et quand les Franciliens passent la seconde, ça va vite. Très vite. Comme sur cette superbe action collective entre Maxwell, Di María et Matuidi. Bien inspiré, l’international tricolore trouve le moyen de centrer dans les six mètres. Le terrain de jeu préféré de Cavani qui surgit pour ouvrir le score. Sur une bonne dynamique, libérés par ce premier but salvateur, les champions en titre ne peuvent pourtant pas s’empêcher de retomber dans leurs travers et de se faire des frayeurs inutiles comme cette tête d’Ellyes Skhiri qui heurte la transversale de Trapp. Symbole d’un laxisme trop récurrent dans les rangs parisiens.

Di María envoie sa classique


Encore marqués par ce qu’il s’est passé à Metz dans la semaine, les hommes d’Emery n’ont pas l’intention de vivre la même fin de rencontre. Alors il faut se mettre à l’abri. Rapidement. Ça tombe bien, car il ne leur faut pas plus de trois minutes dans cette seconde période pour faire le break. À la suite d’un bon pressing de Matuidi, Cavani claque une belle talonnade pour Di María qui enroule un petit bijou des vingt-cinq mètres. De quoi être enfin sereins ? Bah pas vraiment, non. Sur une situation anodine, Trapp foire son dégagement et trouve le dos de Cavani. Le ballon file vers les cages parisiennes, mais Aurier, qui a bien suivi, éloigne le danger. Ubuesque, encore une fois.


D'autant qu’en face, les Montpelliérains réalisent vraiment un match solide. En défense, déjà, où malgré les multiples occasions parisiennes, ils parviennent à limiter les dégâts, mais aussi en attaque où les dribbles de Boudebouz parviennent à foutre le bordel dans le camp francilien. S’il y en a un autre qui régale avec ses dribbles et ses gestes classieux, c’est bien Pastore, dont la coupe de cheveux contraste cruellement avec la beauté de son jeu. Peu importe, ses collègues et lui ont fait le taf. Et peuvent profiter de cette première place pendant au moins vingt-quatre heures.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Gaspard Manet
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 11:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! Hier à 09:42 OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
    Hier à 16:00 Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 4
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    Hier à 10:30 Gignac va prolonger aux Tigres 7 Hier à 10:00 Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2