Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 31e journée
  3. // PSG/OM (2-1)

Paris prend sa revanche

Vainqueurs (2-1) peu convaincants de l'Olympique de Marseille les joueurs du Paris Saint-Germain, emmenés par un bon Ménez, rejoignent provisoirement Montpellier en tête de la Ligue 1. Les Marseillais eux, peuvent regretter le résultat final.

Modififié
PSG / OM : 2-1

Buts : Menez, Alex pour le PSG. Ayew pour l'OM

Les individualités au service du collectif contre un collectif dépourvu de ses individualités. Dans un match estampillé Ligue 1 qui ne rendra pas service aux ardents défenseurs du football hexagonal, les joueurs du Paris Saint-Germain ont profité de leur bonne entame de match et de leur bonne étoile pour rejoindre provisoirement Montpellier en tête du championnat. Très agressifs d’entrée de jeu, les Parisiens ont arrêté de jouer à la sixième minute, le but d'un Jérémy Ménez opportuniste qui catapulte une demi-volée contrée de Christophe Jallet au fond des buts de Steve Mandanda. Globalement dominateurs, les Marseillais n’ont pas su profiter des 84 minutes suivantes pour mettre fin à leur spirale de lose.

Paris, six minutes et puis s’en va

Joyeux Noël. Encore. Au moment de choisir les boules à accrocher à son sapin, Carlo Ancelotti n’a pas fait de détails. Au final, c’est un 4-3-3 sans véritable point façon Barça qu’aligne le technicien italien, avec Ménez, Pastore et Nêne dans les rôles principaux. Derrière son escouade de technicien, Carlo intercale son équipe de crados. Sissoko, Thiago Motta et Matuidi sont présents, au milieu du terrain, pour faire vivre à Marseille ce que les Parisiens avaient vécu au Vélodrome, c’est à dire une asphyxie physique. Pari gagné pour Ancelotti puisque les premières minutes accouchent d’un horrible spectacle, mélange de fautes, simulations et échanges verbaux musclés. Un scénario que le but de Ménez ne bouleverse pas. En fait, il faudra attendre un gros quart d’heure pour que le match de football commence enfin.

Et lorsqu’il s’agit de ballon, bizarrement, ce sont les Marseillais qui répondent présents. Excellent sur son couloir gauche, César Azpilicueta multiplie les débordements, tandis qu’André Ayew, toujours aussi individualiste mais toujours aussi intéressant, parvient tout de même à bousculer la défense parisienne. Et quand Momo Sissoko, rapidement sanctionné d’un carton jaune, laisse les chevilles des Phocéens tranquilles, les principales occasions sont pour les joueurs de Didier Deschamps. En témoigne ces deux frappes d’Amalfitano et d’Alou Diarra, après des bons débordements venus de la gauche. Dominateurs mais pas assez efficaces sur coups de pied arrêtés, à l’image de Stéphane Mbia, les coéquipiers d’un bon Nicolas Nkoulou rentrent aux vestiaires avec des regrets et quelques inquiétudes.


Alex répond à Ayew, Cheyrou vendange

Une mi-temps, pas de changement. Ni dans les compositions, ni dans la physionomie d’un match que l’OM continue à dominer maladroitement, en concédant des occasions aux Parisiens à la moindre accélération d’un excellent Jérémy Ménez. D’ailleurs, c’est encore l’ancien romain qui, d’un magnifique centre, trouve parfaitement Nêne au second poteau, qui manque sa volée face à Mandanda. Un raté que les Parisiens paient cash puisqu’à la 59ème minute, André Ayew, bien servi par une tête de Loïc Rémy, profite d’une erreur de marquage d’Alex pour égaliser d’un coup de boule bien placé. Marseille est récompensé, puis puni, immédiatement, par le fautif de l’action précédente. Oublié au second poteau sur un corner botté par Nenê, Alex surgit et devance Alou Diarra pour venir redonner l’avantage au PSG.

Pas sonnés, les Marseillais poussent encore. Pastore, invisible ce soir, cède sa place à Bodmer tandis que côté phocéen, Rémy et Amalfitano sont remplacés par Brandao et Gignac. Le premier se distingue d’ailleurs peu de temps après son entrée en jeu, sur un bon corner de Valbuena, sur lequel sa tête oblige Sirigu à une belle parade. Costaud, le portier parisien peut également remercier Benoît Cheyrou qui, bien décalé par Ayew, manque l’immanquable devant le portier italien une poignée de secondes plus tard. Désireux de conserver le résultat, Carlo Ancelotti sort Nêne pour Sakho quelques minutes avant que Momo Sissoko ne soit logiquement expulsé pour un deuxième jaune récompensant l’ensemble de son œuvre ce soir. C’est fini au Parc des Princes, la soirée se ponctue au son de quelques bombes agricoles, comme pour faire de ce match si important, une fête inoubliable. Sauf que ce soir, le PSG ne s’est pas imposé en champion.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier