1. //
  2. // 31e journée
  3. // PSG/OM (2-1)

Paris prend sa revanche

Vainqueurs (2-1) peu convaincants de l'Olympique de Marseille les joueurs du Paris Saint-Germain, emmenés par un bon Ménez, rejoignent provisoirement Montpellier en tête de la Ligue 1. Les Marseillais eux, peuvent regretter le résultat final.

Modififié
7 10
PSG / OM : 2-1

Buts : Menez, Alex pour le PSG. Ayew pour l'OM

Les individualités au service du collectif contre un collectif dépourvu de ses individualités. Dans un match estampillé Ligue 1 qui ne rendra pas service aux ardents défenseurs du football hexagonal, les joueurs du Paris Saint-Germain ont profité de leur bonne entame de match et de leur bonne étoile pour rejoindre provisoirement Montpellier en tête du championnat. Très agressifs d’entrée de jeu, les Parisiens ont arrêté de jouer à la sixième minute, le but d'un Jérémy Ménez opportuniste qui catapulte une demi-volée contrée de Christophe Jallet au fond des buts de Steve Mandanda. Globalement dominateurs, les Marseillais n’ont pas su profiter des 84 minutes suivantes pour mettre fin à leur spirale de lose.

Paris, six minutes et puis s’en va

Joyeux Noël. Encore. Au moment de choisir les boules à accrocher à son sapin, Carlo Ancelotti n’a pas fait de détails. Au final, c’est un 4-3-3 sans véritable point façon Barça qu’aligne le technicien italien, avec Ménez, Pastore et Nêne dans les rôles principaux. Derrière son escouade de technicien, Carlo intercale son équipe de crados. Sissoko, Thiago Motta et Matuidi sont présents, au milieu du terrain, pour faire vivre à Marseille ce que les Parisiens avaient vécu au Vélodrome, c’est à dire une asphyxie physique. Pari gagné pour Ancelotti puisque les premières minutes accouchent d’un horrible spectacle, mélange de fautes, simulations et échanges verbaux musclés. Un scénario que le but de Ménez ne bouleverse pas. En fait, il faudra attendre un gros quart d’heure pour que le match de football commence enfin.

Et lorsqu’il s’agit de ballon, bizarrement, ce sont les Marseillais qui répondent présents. Excellent sur son couloir gauche, César Azpilicueta multiplie les débordements, tandis qu’André Ayew, toujours aussi individualiste mais toujours aussi intéressant, parvient tout de même à bousculer la défense parisienne. Et quand Momo Sissoko, rapidement sanctionné d’un carton jaune, laisse les chevilles des Phocéens tranquilles, les principales occasions sont pour les joueurs de Didier Deschamps. En témoigne ces deux frappes d’Amalfitano et d’Alou Diarra, après des bons débordements venus de la gauche. Dominateurs mais pas assez efficaces sur coups de pied arrêtés, à l’image de Stéphane Mbia, les coéquipiers d’un bon Nicolas Nkoulou rentrent aux vestiaires avec des regrets et quelques inquiétudes.

Alex répond à Ayew, Cheyrou vendange

Une mi-temps, pas de changement. Ni dans les compositions, ni dans la physionomie d’un match que l’OM continue à dominer maladroitement, en concédant des occasions aux Parisiens à la moindre accélération d’un excellent Jérémy Ménez. D’ailleurs, c’est encore l’ancien romain qui, d’un magnifique centre, trouve parfaitement Nêne au second poteau, qui manque sa volée face à Mandanda. Un raté que les Parisiens paient cash puisqu’à la 59ème minute, André Ayew, bien servi par une tête de Loïc Rémy, profite d’une erreur de marquage d’Alex pour égaliser d’un coup de boule bien placé. Marseille est récompensé, puis puni, immédiatement, par le fautif de l’action précédente. Oublié au second poteau sur un corner botté par Nenê, Alex surgit et devance Alou Diarra pour venir redonner l’avantage au PSG.

Pas sonnés, les Marseillais poussent encore. Pastore, invisible ce soir, cède sa place à Bodmer tandis que côté phocéen, Rémy et Amalfitano sont remplacés par Brandao et Gignac. Le premier se distingue d’ailleurs peu de temps après son entrée en jeu, sur un bon corner de Valbuena, sur lequel sa tête oblige Sirigu à une belle parade. Costaud, le portier parisien peut également remercier Benoît Cheyrou qui, bien décalé par Ayew, manque l’immanquable devant le portier italien une poignée de secondes plus tard. Désireux de conserver le résultat, Carlo Ancelotti sort Nêne pour Sakho quelques minutes avant que Momo Sissoko ne soit logiquement expulsé pour un deuxième jaune récompensant l’ensemble de son œuvre ce soir. C’est fini au Parc des Princes, la soirée se ponctue au son de quelques bombes agricoles, comme pour faire de ce match si important, une fête inoubliable. Sauf que ce soir, le PSG ne s’est pas imposé en champion.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Victoire injuste, un nul aurait été mérité vu le "bon" match de l'OM (dans la période actuelle...)
Décidément une ligue 1 bien triste...
Merci pour se commentaire inutile frank_zappa en gros si le match fini sur un 4-4 la ligue 1 est le plus beau championnat du monde,et si il finit sur un 0-0 le championnat est naz, on ne juge pas la qualité d'un championnat sur un seul match, merci. Pour en revenir au match Menez a vraiment tout donné et sans lui la victoire n'aurait pas été au rendez-vous, les Parisiens on su allez chercher la victoire avec courage face a de bons mais brouillon Marseillais
on voit clairement que ce psg n'est pas en confiance, après l'ouverture du score il se sont chiés* dessus et n'ont plus joué, pas aidés il est vrai par un pastore fatomatique et un nene donc le banc de touche ne lui sied pas si mal que ça finalement. et l'om que dire, beaucoup de joueurs essayent de tirer la couette vers eux histoire de trouver une bonne destination au mercato. Ah ce pauvre lucho qui etait moqué si souvent, il manque bien non ?
bon resultat du paris saint germain...paris merite la 1ere place qu il a occupe depuis le debut du championnat.merci a la cellule de com du psg pour ce magnifique tifo de debut de match...moche et honteux
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
la dernière phrase de l'article > you
On n'a pas vu le même match. Déjà sur le but d'Ayew, Maxwell est amplement plus fautif qu'Alex. Deuxièmement Paris a contrôlé le match en patron. Ils ont ouvert le score et dominaient les Marseillais techniquement, ces derniers se sont donc dit qu'il était temps de faire comme à l'aller, à savoir axer le jeu sur le physique. Cinq minutes à casser et simuler et hop le rythme du match a d'un coup changé. Finis les dribbles et unes-deux dans la moitié de terrain marseillaise. Sauf que depuis la dernière fois on a gagné Motta et que Sissoko et Matuidi ont retrouvé leur paire de couilles au fond du tiroir à chaussette. Bref, bataille du milieu de terrain gagnée par les Parisiens et les Marseillais se sont contentés de balancer des ballons comme ils pouvaient dans la surface. Ça a marché une fois mais pas deux. Satisfait du match, une victoire sous le signe du bleu de travail et les fillettes du match aller ont échangé leurs robes en dentelles contre des treillis et sont partis au contact le couteau entre les dents. Ça a payé. Victoire méritée.
@ Nes 1: c'est clair que So foot n'a pas vu le même match, mais après je ne dirais pas que nous nous sommes imposés en patron.
Ok le milieu de terrain à fait la loi mais derrière et devant c'était parfois limite.
Mais tu as raison on a vu des vrais guerriers; des mecs qui en voulaient. Et avoir un Motta au milieu ça change tout. Un mec comme lui est plus qu'utile même si tout le monde lui crache dessus.
En tout cas victoire très importante, j'attends mercredi avec impatience moi ...
N'oublions pas qu'hier au coup d'envoi, ds la compo du PSG : 9 joueurs sur 11 étaient nouveaux (Sirigu, Alex, Bisevac, Maxwell, Sissoko, Motta, Matuidi, Menez, Pastore). Il faut se rendre compte que c'est près de 90% de l'effectif. Normal dc que la mayonnaise ne prenne pas tout de suite.
Amoureux du foot, bonjour ! Vous n'avez pas aimé le désert footbalistique d'hier, consolez vous en regardant un vrai match! Sporting du Portugal VS SL Benfica: de l'engagement, de la technique, de l'ambiance...du vrai foot quoi...enjoy
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 10