1. // France – Ligue 1 – 24e journée – PSG/Caen (2-2)

Paris pleure sa Saint-Valentin

‏Alors qu'il menait 2-0, le PSG a perdu sur blessure Cabaye, Marquinhos, Aurier et Lucas, finissant le match à neuf, et concédant finalement le nul dans le temps additionnel (2-2). On ne peut plus cruel à quelques jours du match contre Chelsea.

Modififié
28 131

PSG - Caen
(2-2)

Ibrahimović (3'), E. Lavezzi (39') pour PSG , J. Adéoti (88'), H. Bazile (90') pour Caen.


Le monde étant ce qu'il est, de nombreuses larmes sont versées à la Saint-Valentin. Malgré son statut de ville romantique devant l'éternel, Paris n'a pas échappé à la règle, le Parc des Princes ressemblant cet après-midi à un temple de cœurs brisés. Tout avait pourtant bien commencé : un but d'Ibra dès la première minute, Lavezzi qui double la marque juste avant la mi-temps. Sauf que les blessures se sont multipliées. Cabaye dans un premier temps, au bout d'un petit quart d'heure, puis Marquinhos à la mi-temps. Surtout, à la 70e minute, Aurier se pète à son tour, alors que Blanc vient d'effectuer son troisième et dernier changement. Paris est à dix, puis à neuf quelques minutes plus tard, les adducteurs de Lucas lâchant à leur tour. Ragaillardis face à une bête blessée, les Caennais se sont alors mis à jouer, inscrivant deux buts en toute fin de match pour arracher le nul. Sur son canapé, José Mourinho se réjouit de ne pas avoir joué ce week-end.

‏Deux buts pour, un blessé


Pour pouvoir gérer tranquillement, Paris devait rapidement ouvrir le score. Il n'aura fallu attendre qu'une minute et treize secondes. Au départ de l'action, Cabaye alerte d'une belle transversale Aurier, dont la qualité du contrôle permet un très bon centre. Au premier poteau, Ibrahimović coupe la trajectoire d'un chassé très aérien qui ne laisse aucune place à Vercoutre. Le Z peut enlever son maillot, musée Grévin style, même s'il prend un carton au passage, ce but est grandiose. Loin de se reposer sur ses acquis, le PSG continue à imprimer un rythme d'enfer, Cabaye mettant à deux reprises à contribution Vercoutre avec de grosses frappes, alors qu'Aurier est très actif dans son couloir. Paris joue haut, Paris joue vite, Paris joue bien. Malheureusement, le cow-boy Cabaye, très en jambe, s'arrête net à la quatorzième minute, sa cuisse l'ayant lâché, et quitte le terrain en larmes. C'est Rabiot qui prend sa place, Verratti passant devant la défense. Sauf que le BB Brune rate son entrée, ce qui permet à Caen de se créer sa première action. À l'entrée de la surface, Féret lui gratte le ballon dans les pieds, puis sert Sala, qui perd son duel avec un Sirigu venu à sa rencontre. Benezet tente ensuite sa chance, mais Verratti tacle pour contrer, et de frappes repoussées en frappes repoussées, Paris réussit à se dégager. Quoi qu'il en soit, le PSG a clairement baissé d'un ton, à mesure que le pressing caennais monte en intensité. Alors que la pluie commence à tomber, un nouveau joueur doit sortir en larmes du terrain, en la personne de Koita, remplacé par Bazile. De nouveau, la dynamique change de camp. Après avoir été tout près d'alourdir la marque sur un service d'Ibra, Lavezzi ne se rate pas la deuxième fois, bien décalé sur la gauche par un Lucas ayant fait la différence plein axe. El Pocho est même tout près du 3-0 quelques secondes plus tard, mais l'Argentin choisit de servir en retrait Zlatan, mal. Le PSG, peinard, peut rentrer sereinement aux vestiaires.

‏Trois blessés, deux buts contre


‏Sauf que Marquinhos, lui aussi touché à la cuisse, ne revient pas non plus sur la pelouse, suppléé par David Luiz. Forcément, Paris ronronne, ne voulant pas risquer de nouvelles blessures. Les duels sont moins engagés, les passes moins risquées. Verratti, dorénavant placé en 6, ne tente pas grand-chose. À chaque contact, Laurent Blanc se crispe. Dans ces conditions, les Caennais devraient se rebeller, mais ils se contentent de gentiment subir, sans trop en faire. Vercoutre est d'ailleurs encore obligé de s'employer avec une claquette sur une tête de Lavezzi à l'heure de jeu. Une action pourtant assez anecdotique, Paris manquant de présence devant, avec beaucoup moins de projections qu'en première période et un tout petit Lucas. Alors Ibra s'amuse. Le Suédois multiplie les gestes techniques, jongles, ailes de pigeon, extérieur, tout y passe. Blanc, lui, ne perd pas de vue l'échéance européenne : Matuidi cède sa place à Van der Wiel, Aurier glissant dans l'axe, David Luiz en 6. Un changement intervenu trente secondes trop tôt : Serge se déchire sur son premier dégagement dans l'axe. De nouvelles larmes, une civière, David Luiz qui redescend. Paris doit jouer les vingt dernières minutes à 10, alors que Caen peut y croire. À neuf même, Lucas se plaignant de l'adducteur. Si dans un premier temps, Blanc lui demande de rester sur le terrain, le Brésilien ne peut tout simplement pas tenir le coup. Les Normands poussent, encore et toujours. À l'énergie, le PSG tient le choc, se débattant contre les éléments. Verratti met même la main dans la surface, mais l'arbitre ne voit rien. Le sort s'inverse quelques minutes plus tard : Appiah met lui aussi la main dans la surface parisienne, toujours aucune réaction arbitrale, but de Salah derrière. Il reste quatre minutes irrespirables. Et sur un coup franc concédé à l'entrée de la surface par Ibra, Bazile envoie une superbe frappe en pleine lucarne. Malgré une ultime chance sur coup franc, Paris a laissé filé les trois points.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Appelle-moi Jack !!! Niveau : CFA
Aulas aurait déclaré qu'il n'y avait pas main sur le premier but caennais, qu'il fallait laisser travailler sereinement les arbitres, que c'était dans l'intérêt de tout le monde !
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 4
Saint Valentin chez les lynx ! 4 blessés, et Zlatan suspendu contre Monaco pour cause d'exhibitionisme !
Il y a une loi divino-astronomique qui dit de David Luiz : " Tu ne joueras point milieu de terrain".
Sladjan_Djukic Niveau : District
Toutes ses blessures... C'est la faute de la pelouse.
JohnnyGourcuff Niveau : DHR
Pas besoin de s'enflammer a Caen, ce n'était que Paris..
Matchus horibilis... le début était tellement bien pourtant. J'ai envie de pleurer...
JoeLeTaciturne Niveau : DHR
La grognasse ce soir elle va pas moufter ou ça va mal se passer!
Lorenzaccio Niveau : DHR
Un des pires désastres que le PSG ait connu depuis La Corogne ...
C'est limite s'il nous reste un onze potable pour mardi, sans aucune profondeur sur le banc...
CoreeeDuNord Niveau : Loisir
Pouahahahahahahahahaha, oh putain cette saison du psg de Laurent Blanc est mythique, mythique. Certains vont parler de malchance, mais quand 4 de tes joueurs se blessent au même endroit et de la même manière, la chance n'a rien à voir là dedans, c'est tout simplement la préparation du match qui a du être catastrophique et les résultats d'une gestion d'effectif ultra médiocre. Mais le meilleur ca reste ce changement à 23 minutes de la fin pour reposer qui... l'inévitable Blaise Matuidi !! Ah avec le match énorme qu'il sortait encore une fois, fallait le faire reposer c'est sur, il s'est tellement dépenser le marathonien. Blanc va surement enfumer son monde en parlant de gêne physique, mais ce sera vite oublié mardi quand Matuidi sera evidemment titulaire contre Chelsea. Alors que Lucas, c'est pas comme si ça se voyait depuis plusieurs matchs qu'il tirait la langue. Mais ce changement à 23mn alors qu'il te reste plus aucun changement derrière c'est du grand art, une nouvelle preuve que oui, on en fait trop avec Blanc, c'est un grand coach on vous dit, il a été champion avec Paris donc c'est un grand coach.

La dernière fois que Sirigu a fait gagner des pts à son équipe, ça doit être du temps où Paris avait un vrai public.
La honte encore ce soir quand David Luiz les mime en train de s'endormir, les propres joueurs en plein match qui se foutent de la tronche de leur public, mémorable. Mais JC Blanc l'a dit " on est libre de choisir le public que l'on veut "


Allez y So Foot censurez moi encore si ça vous fait plaisir et vous permet d'évacuer votre frustration, Chelsea s'occupera d'enterrer cette équipe et d'arrêter l'imposture Laurent Blanc. 4 joueurs qui se blessent au même endroit sans le moindre contact, y'a qu'avec Lolo Blanco qu'on pouvait voir ça. La préparation de ce match a du etre incroyable
La démotivation qui fera suite à l'élimination vs Chelsea ( continuez de jouer les naifs en vous rassurant avec de faux pretextes tant qu'elle n'est pas effective si vous voulez ) pourra peut être même les amener à perdre le championnat. Vous n'avez plus qu'à prier pour que ce soit lyon champion à votre place car si c'est l'OM, cette saison vous sera rabachée encore dans 50 ans
Le marabout de Drogba a encore frappé
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Super, on va encore se taper une polémique sur l'arbitrage dans les commentaires !

Plus besoin du CFC tiens
Lisandro Le Pez Niveau : CFA
ca me fait marrer les parigots qui pleurent la main caennaise alors que 5mn avant il doit y avoir péno pour Caen sur une main de Verratti.. Et je ne parle même pas du premier but qui n'aurait jamais dû être validé (jurisprudence Lilian Laslande époque AJA)
Note : 15
J'sais je l'ai déjà mis hier pour l'OM mais ça va encore mieux pour Paris:
http://www.standard.co.uk/incoming/arti … Vieira.jpg
Ed Deline Niveau : CFA2
Message posté par Appelle-moi Jack !!!
Aulas aurait déclaré qu'il n'y avait pas main sur le premier but caennais, qu'il fallait laisser travailler sereinement les arbitres, que c'était dans l'intérêt de tout le monde !


je suis lyonnais mais je t'avoue que j'ai ri quand même
Tiens Caen a remonté les deux buts.
J'en espérais pas tant. Il faudra pas déconner contre Lorient parce que là...
floyd pink Niveau : CFA
Et si Zlatan était en fait débile mental ?
Indépendamment de ses grandes compétences footballistique
Lamine Turgut Niveau : CFA
"Le ballon du match vous était offert par l'Infirmerie de l'Olympique Lyonnais SARL"
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
28 131