Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // France – Ligue 1 – Ce qu'il faut retenir de la 20e journée

Paris pique sa crise, Lyon en forme olympique

Les manifestations d'hommage et de soutien ont très logiquement éclipsé l'actu foot ce week-end. Séance de rattrapage des enseignements à tirer de cette 20e journée de L1, avec Lyon nouveau leader, Marseille et surtout PSG qui marquent le pas, un championnat qui s'étire et Caen seul décroché.

  • Une bande de quatre


    Le tout petit nul concédé hier par Monaco face à Bordeaux permet d'y voir plus clair en tête de cette Ligue 1, avec un groupe de quatre équipes désormais détachées : Lyon en nouveau leader, devant Marseille, Saint-Étienne et Paris, la bande se tenant en seulement 4 points et Monaco arrivant en cinquième position avec 5 points de retard sur le PSG. Ces quatre détachés sont aussi les équipes possédant les meilleures différences de buts du championnat. Lors de la prochaine journée, c'est Saint-Étienne qui a sur le papier le match le plus difficile avec un déplacement à Rennes, tandis que Lyon se déplacera à Lens, PSG recevant ETG et Marseille concluant la journée avec la réception de Guingamp. En scrutant la suite du classement, on observe un paquet de formations dense et compacte, neuf d'entre elles se tenant en 8 points, depuis le quatrième Monaco jusqu'au treizième Guingamp. Arrivent ensuite un trou de 4 points et six équipes en mode collé-serré, depuis Bastia le quatorzième (21 pts) jusque Lens l'avant-dernier (19 pts). Dernier et détaché avec 15 petits points, le SM Caen a du souci à se faire…

  • Vous avez raté Lyon-Toulouse et vous n'auriez pas dû


    Ce dimanche 11 janvier 2015 restera dans l'histoire. Nous étions près de 4 millions de concitoyens à marcher dans les rues de France. Et c'est vrai ce que disent les médecins : c'est bon pour le cœur de marcher ainsi. Alors forcément, la suite de cette 19e journée de L1 est passée un peu (beaucoup) au second plan. Si Nantes/Metz (0-0) était oubliable, c'est plus dommage pour le match qui a opposé Lyon à Toulouse à Gerland, avec une nouvelle belle démonstration de force de la jeunesse triomphante de l'OL. La large victoire 3-0, obtenue grâce à son redoutable duo d'attaque Lacazette (doublé) et Fekir (qui a achevé le suspense en inscrivant le troisième but dès le retour des vestiaires), permet aux hommes d'Hubert Fournier de squatter pour la première fois de la saison le fauteuil de leader. Un exploit pour une formation aux portes de la relégation à la fin de l'été et qui reste sur une série exceptionnelle de neuf succès d'affilée à domicile en L1. Même le grand OL version Juninho, Coupet and co n'avait pas réussi tel exploit. Ce neuvième succès ne souffre d'aucune contestation ni d'aucune réserve, avec une performance collective aboutie et une équipe type qui tourne à plein régime. Elle a pleinement les moyens de se concentrer d'ici le reste de la saison sur les deux tableaux qui lui restent : le championnat, avec un retour sur le podium qui semble désormais l'objectif minimum à accomplir, et la Coupe de France, avec un prochain déplacement à la Beaujoire pour affronter le FC Nantes qui va arriver vite.

  • L'analyse définitive du week-end


    Les Normands ne répondent plus. L'éphémère tube de l'été semble bien décidé à faire ce qu'il sait faire de mieux : l'ascenseur entre élite et deuxième échelon national, avec encore un retour en L2 qui devient de plus en plus inévitable à mesure des journées qui défilent sans victoire. Trois malheureux succès en 20 journées, dont un seul depuis août (2-1 contre Lorient le 25 octobre), c'est trop peu pour une équipe qui compte tout de même maintenant 5 points de retard sur le premier non-relégable, Metz. Samedi à Lille (défaite 1-0), aucune individualité n'est particulièrement à pointer du doigt, juste un collectif trop timoré, trop fébrile, trop malchanceux aussi. L'entraîneur Patrice Garande a-t-il les solutions ? « On a encore perdu, mais j'ai apprécié le contenu de l'équipe, a-t-il affirmé. Ils ne se sont pas désunis, ils n'ont pas lâché et c'est ce qui est important. » Grosse pression quand même pour le prochain match à domicile disputé samedi face à Reims

  • La polémique de la machine à café


    Les hommages aux victimes des attentats de ces derniers jours ont été nombreux et beaux sur les pelouses de la L1. Minutes de silence ou d'applaudissement poignantes et respectées, banderoles de soutien, chants dédiés… Une unanimité quasi sans fausse note. Quasi, car le public de Furiani a cru que c'était un moment opportun pour afficher un message accusateur adressé à ses adversaires du jour : « Le Qatar finance le PSG… et le terrorisme » . Liberté d'expression ? Peut-être. Mauvais goût ? Peut-être. En revanche, il n'y a pas matière à polémiquer sur le refus du Montpelliérain Abdelhamid El Kaoutari de porter le T-shirt « Je suis Charlie » lors de l'échauffement d'avant-match face à l'OM. « On ne mélange pas la politique et le sport » , a-t-il justifié après coup. Et c'est parfaitement son droit. On a suffisamment parlé de droit à la liberté pour ne pas s'offusquer d'un tel geste.


  • Le top 5


    Rachid Ghezzal. Même si Yoann Gourcuff parvient à revenir au top de sa forme, il va lui falloir cravacher pour retrouver son poste de meneur de jeu titulaire, occupé avec brio par Ghezzal ce dimanche, derrière le duo Lacazette/Fekir.
    Carlos Eduardo. Quand le Brésilien va, Nice va. Il a d'abord provoqué un penalty, avant d'offrir une passe décisive et de conclure pour une victoire 3-1 de l'OGCN, la première depuis trois mois à domicile.
    Julian Palmieri. Un doublé face au PSG dont une volée de maboule : le Bastiais a fait tomber l'ogre parisien en réalisant le match de sa carrière. Ça valait bien quelques larmes de joie au coup de sifflet final.
    Michael Frey. Il paraît que Lille se cherche un buteur sur le marché des transferts. L'info semble avoir motivé le Suisse Michael Frey, qui offre les 3 points à son équipe contre Caen et a proposé une entente prometteuse avec Nolan Roux sur le front de l'attaque.
    Romain Hamouma. Il est là, l'homme en forme de ce début d'année 2015 du côté de Saint-Étienne. Avec la bonne assise défensive du moment et un Hamouma en dynamiteur offensif, les Verts peuvent viser la qualification pour la C1, clairement.


  • Ils ont dit...


    « Le plus important pour moi a été de le voir mécontent à la fin du match parce qu'il avait l'impression qu'il aurait pu marquer d'autres buts si l'équipe avait continué à jouer. Et ça, ça me plaît. » Hubert Fournier à propos de Lacazette, Thierry Henry 2.0.
    « On ne va pas évoquer en permanence nos absents, il faut s'adapter. On ne peut qu'être inquiet pour la suite. » Sylvain Ripoll, pas tranquille après la défaite à Nice.
    « C'est un match référence pour voyager (…). On a senti un lien entre joueurs, une solidarité. » Florent Malouda est lui pour le coup bien rassuré après le nul 0-0 de Metz à Nantes.
    « À cinq défaites consécutives, en règle générale, l'entraîneur saute, donc vous pouvez imaginer que je suis content de ce résultat nul. » Pascal Dupraz aussi se contente laaarge du 1-1 obtenu par ETG face à Rennes, après 4 revers de suite en L1.

  • La stat


    703. La série d'invincibilité de Stéphane Ruffier en championnat s'est arrêtée à 703 minutes, avec le CSC de Cohade concédé face à Reims en fin de match. Le dernier but remontait au 9 novembre et la rencontre face à Monaco, marqué par Lacina Traoré.

    Par Régis Delanoë
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


  • il y a 2 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 2
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall