Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Metz (5-0)

Paris passe ses nerfs sur Metz

Quatre jours après sa déconfiture en Ligue des champions, le PSG s'est défoulé en rossant les Messins. Une mi-temps a suffi aux Parisiens pour en passer quatre au FC Metz, et tout le monde a pu profiter de la deuxième période pour faire dodo.

Modififié

Paris Saint-Germain 5-0 FC Metz

Buts : Meunier (5e), Nkunku (20, 28e), Mbappé (45e) et Silva (82e)

Pas facile de passer d'un huitième de finale de Ligue des champions contre le Real à un match anecdotique contre la lanterne rouge de Ligue 1, le tout en quatre jours et sans palier de décompression. Ça n'a pas empêché les Parisiens d'envoyer une nouvelle taule à un petit poisson du championnat, mais ça expliquait au moins les nombreux sièges vides dans les tribunes du Parc. Les supporters présents avaient tout de même assez de jus pour siffler Emery comme jamais avant le début du match, et pour applaudir la démonstration du PSG qui a plié l'affaire dès la première période. Ce samedi après-midi tranquille aura également été l'occasion de voir un Christopher Nkunku déchaîné qui s'est payé un doublé.

Premier doublé pour Nkunku


Peu importent les éliminations et les crises, certaines choses ne changeront jamais, à commencer par l'amour de Verratti pour les grigris dans sa propre surface. Forcé à jouer bas par le pressing haut des Messins, l'Italien démarre son match en tentant des choses compliquées à huit mètres de sa ligne de but. Ça ne perturbe pas Meunier plus que ça, et le Belge est à la récupération d'une frappe contrée de Mbappé pour ouvrir le score en cinq minutes d'une frappe croisée puissante. Touché, mais pas encore coulé, Metz continue à jouer haut et est vite récompensé par quelques belles occasions, comme ce tir de Dossevi dévié par Kimpembe qui vient tabasser la barre d'Areola. Alerté, Paris hausse le ton et met un peu de charbon dans la machine pour faire monter la pression. Conséquence quasi immédiate, un deuxième but qui tombe à la vingtième minute grâce à une frappe pied gauche de Nkunku, bien servi par Verratti. Et comme le jeunot aime l'équilibre, il plante le troisième du droit à l'entrée de la surface juste avant la demi-heure de jeu. Le suspense n'aura pas duré bien longtemps, et Mbappé clôt la mi-temps en plantant le quatrième par pure méchanceté gratuite.

Silva pour la forme


La deuxième mi-temps reprend alors que le match n'a plus aucun intérêt. Metz continue son pressing haut sans que ça serve à grand-chose, et Paris fait gentiment tourner en pensant à la suite. Le Parisien le plus bouillant reste Nkunku, qui croit à son triplé dur comme fer et qui bute sur Kawashima à bout portant, alors que Meunier lui avait mâché le boulot. Les occasions parisiennes continuent à pleuvoir, Metz ne cadre pas un tir, et les remplacements opérés de part et d'autre ne changent pas la physionomie du match. Petit fait à noter, les sifflets contre Di María lors de son remplacement, alors que les autres joueurs remplacés ont tous été applaudis. Kawashima a beau en avoir pris quatre en 45 minutes, il reste concentré jusqu'au bout et évite un crash trop violent aux siens en détournant frappe sur frappe. Le Japonais est bien le seul de son équipe à faire encore des efforts, puisque les rares incursions messines dans le camp parisien finissent toutes en eau de boudin. Thiago Silva se fait un petit plaisir et se prend pour Sergio Ramos en marquant de la tête sur corner, et l'arbitre peut mettre fin au massacre. Le PSG peut encore croire à une saison à plus de cent points, seul frisson qu'il lui reste en championnat.


Paris Saint-Germain (4-3-3) : Areola – Meunier, Silva, Kimpembe, Berchiche – Verratti (Lo Celso, 64e), Diarra, Nkunku – Di María (Weah, 71e), Mbapppé, Draxler (Rabiot, 71e). Entraîneur : Unai Emery.


FC Metz (4-5-1) : Kawashima – Selimovic, Niakhaté, Rivierez, Balliu – Poblette, Diagne (Rivière, 64e), Dossevi, Cohade, Milićević (Niana, 86e) – Roux. Entraîneur : Frédéric Hantz.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Alexandre Doskov, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico il y a 2 heures Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 14
    il y a 6 heures DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions