Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Bastia (5-0)

Paris met la main sur Bastia

Face à un adversaire inoffensif, le PSG a remporté trois points faciles et maintient la pression sur l'AS Monaco, avant son déplacement à Nancy. Bastia, de son côté, reste au fond du trou et, au vu de sa prestation collective, aura bien du mal à arracher son maintien en Ligue 1.

Modififié

PSG 5-0 Bastia

Buts : Lucas (32e), Verratti (35e), Cavani (76e et 89e) et Marquinhos (82e) pour Paris

Paris y croit-il encore ? Avant d'accueillir Bastia, la question se pose. Or pour le PSG, l'équation est simple : une victoire, c'est une pression maintenue sur Monaco, pas à l'abri d'une dépression post-Champions pour son déplacement à Nancy. Tout autre résultat qu'une victoire est en revanche un boulevard pour l'ASM, mais aussi une officialisation de renoncement pour les joueurs de la capitale. Mais quand l'adversaire, luttant pour sa survie, ne parvient à rien, c'est tout bénéfice pour Unai Emery, dont l'équipe consolide sa seconde place sans effort. Et reste par là même en course pour le titre.

But pas totalement clean de Verratti


Jean-Louis Leca fulmine. Il était venu aux nouvelles de Blaise Matuidi, tombé dans sa surface quelques secondes plus tôt et toujours pas relevé, quand Marco Verratti en a profité pour placer une frappe enroulée sous la barre (35e). Alors que le speaker félicite son buteur d'un jour, le gardien corse engueule l'arbitre et balance le ballon dans les tribunes de rage. Carton jaune inévitable. À 0-0, le geste du Hibou n'en serait que plus polémique, mais à l'approche de la pause dans ce PSG-Bastia, Paris a déjà ouvert la marque sur une action d'école conclue par Lucas sur un centre au cordeau de Matuidi (32e). Ce qui étouffe tout départ de feu. Avant ça, les hommes d'Unai Emery se sont bien procuré des situations, ont frappé sur le poteau via une mine de Lucas (20e), frôlé le cadre sur une tête de Thiago Silva (18e) ou obligé Leca à s'employer sur une tête cadrée de Thomas Meunier (3e). Malgré tout, c'est un PSG assez lent, ronronnant et peu inspiré, parfois approximatif dans ses transmissions, qui a profité pendant 45 minutes de la faiblesse d'une équipe corse peu entreprenante. Suffisant pour retarder le sacre de Monaco.

Paris enfonce le clou


Au retour des vestiaires, rien ne vient d'ailleurs contrecarrer la sérénité parisienne : Bastia est recroquevillé devant son but et les Parisiens se la jouent façon handball, en tentant de trouver des possibilités de frappes. La défense grince, mais tient plus ou moins le coup grâce à un bon El Kaoutari, qui intervient in extremis devant Matuidi par deux fois. Tout va bien pour Paris, sans besoin vital de marquer face à un adversaire qui, lui, en aurait bien besoin, mais ne semble pas pouvoir, ni même essayer. La session d'entraînement se poursuit avec une tête de Meunier détournée sur son poteau par Leca et, dans la foulée, une frappe de Julian Draxler un peu trop croisée (64e). Paris marque même deux fois de plus, par Edinson Cavani (70e et 72e), mais l'Uruguayen est hors jeu sur le premier et a contrôlé de la main sur le second. C'est à la troisième tentative, bien servi par Gonzalo Guedes fraîchement entré, que le Matador plante la troisième banderille (76e). Il est suivi quelques minutes plus tard par Marquinhos, qui enlève la jambe au dernier moment, mais vole quand un amour de balle piqué de Giovanni Lo Celso prend le chemin des filets (82e), puis boucle lui-même le massacre en toute fin de partie (89e). Heureusement pour Bastia, Lo Celso a fracassé la barre, Meunier loupé le cadre et Leca stoppé un penalty obtenu et tiré par Cavani. Sinon, la valise du club corse aurait été encore plus lourde à l'approche du sprint final pour le maintien en Ligue 1.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Nicolas Jucha, au Parc des Princes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall