1. //
  2. // 16e
  3. // journée
  4. // PSG/Évian TG (4-0)

Trois jours après le gain de la première place de son groupe en C1 face à Porto, le PSG a relevé un peu plus la tête en battant une équipe d'Évian liquéfiée sous la pression. Convaincants, les hommes de Carlo Ancelotti reprennent provisoirement la place de dauphin.

Modififié
0 50
PSG - Évian Thonon Gaillard: 4-0
Buts : Zlatan (28e), Lavezzi (31e), Motta (81e) et Gameiro (84e) pour le PSG

Pascal Dupraz est un homme lucide. La veille de la venue de l'ETG au Parc des Princes, le coach savoyard fait le vœu de voir ses hommes à 150% et un PSG en panne d'imagination. Un discours de circonstance réchauffé plus d'une fois cette saison, mais tellement vrai. Sans créativité et tristes à mourir, ses hommes ont été défaits sans briller quand Paris a proposé une belle palette lors de cette partie d'attaque-défense. Symbole de la domination parisienne, deux constats qui en disent long sur les intentions des visiteurs ce samedi. Dans les dix premières minutes de jeu, l'infatigable Christophe Jallet joue uniquement un ballon dans son propre camp. Pis, il faut attendre la 24e pour voir Yannick Sagbo et consorts s'approcher du « box » de Sirigu sur une action construite, brillamment envoyée sur le ramasseur de balles par Rabiu, docteur ès transversales en touche.


Lavezzi, 3000e rugissant



Si le premier quart d'heure de jeu se résume à des Parisiens bien en jambes tentant de contourner le mur rose dressé en 4-5-1, est-il nécessaire de nommer l'unique danger pour Bertrand Laquait ? Pastore pas (encore) dedans, Ménez peu touché, Paris s'en remet encore et toujours à Ibrahimović. D'abord d'un high-kick de l'extér' non cadré sur un ballon par-dessus la défense de Motta, puis d'une tête piquée que l'ancien portier de Charleroi et Nancy détourne du pied, façon Thierry Omeyer. Lorsqu'il n'est pas à la conclusion, le Suédois donne une petite leçon de décrochage à Benzema et crée de savants décalages avec ces déviations qu'il chérit tant. Qu'il soit en mode killer ou accélérateur de particules, Zlatan prend trop de place pour la charnière Koné-Mongongu. La preuve en trois minutes à la demi-heure.

Comme contre Toulouse (2-0), Kiev (4-1) ou Sochaux (2-0), Paris va plier l'affaire avant la demi-heure de jeu. Sollicitant un une-deux pour provoquer un centre, Jallet est servi magnifiquement par la talonnade de Javier Pastore. Son offrande envoyée au cordeau est une formalité pour le géant scandinave, venu couper aux six mètres. D'autant plus géant et grand seigneur que ce dernier offre le 3000e but de l'histoire du club de la capitale à Lavezzi, seulement trois minutes après. Sur une transversale de Ménez, l'infernal numéro 18 remporte son duel aérien avec Koné... de la poitrine (!), pour remiser sur l'ancien Napolitain qui, après une feinte de frappe, règle son compte à Laquait au point de pénalty, avec l'aide du poteau. Pour le plus grand bonheur d'un Jean-Marc Ayrault venu s'offrir un petit répit avant de dévoiler les conclusions du dossier Florange.

Ibra, 54% des buts du PSG

Non content d'écrire les stats de l'histoire du club, Lavezzi manque de peu de rejouer le scénario d'un but de légende de l'existence du Parc avant la pause, celui du tandem Peydros-Loko lors de l'épopée nantaise de 1995. Le redoublement de passes aériennes entre lui, Pastore et Ménez est de toute beauté, mais sa tête smashée en guise de dessert est claquée en corner par Laquait. La fin du football champagne. Au retour des vestiaires, Pascal Dupraz met enfin les intentions et change son dispositif. Avec les entrées de Tié Bie et Khlifa, un passage en 4-4-2 et un onze qui se tient plus haut, l'ETG réussit l'exploit de passer plusieurs minutes hors de son camp de base. Mais pour parler de danger, on repassera. Les seules frappes de Sorlin et Khlifa ne décoiffent en rien Salvatore l'apollon et sur une offensive-éclair partie de la droite, Jallet sert Ibra pour son quinzième but. Enfin croit-on, le poteau empêchant M. 54% (Ndlr : 14 sur 26 des buts parisiens for him) de terminer le boulot.

Même en tentant de sauver les apparences via la grinta, Évian ne peut vraiment pas test, à l'image de Mbarki et ses deux matchs en L1 cette saison répondant à un Zlatan taquin. «  Mais t'es qui toi, putain ? » semble se dire la bestiole en regardant le Tunisien de haut. L'objet de ses moqueries va baisser un peu plus la tête une fois la 80e passée. Juste avant de céder sa place, Motta conclut une partie propre d'un but facile sur un service trois étoiles de Pastore, après une action encore venue de la droite. Tout juste quatre minutes avant que Kevin Gameiro ne marque dès son premier ballon touché, après un bon travail conjoint de Ménez et Ibrahimović, pour asseoir son statut de deuxième meilleur buteur parisien. Tout sourire, l'ancien Lorientais a pris son pied en à peine dix minutes. Grosso-modo le laps de temps où aura existé le premier non-relégable dans ce match.

Par Arnaud Clément
Modifié

Rhôôôô le titre, mon dieu...
Rhôôôô, comment ça fait plaisir quand ils jouent comme ça...
Et quand même, on aura vu Ibra faire une tête !
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Note : 3
Bravo, bon match. Enfin un score qui reflète la physionomie du match.

Par contre, petit message à Carlo:

Cher Carlo

Tu sais, que tu mette 0 ou 11 français sur le terrain, les gens détesteront toujours autant Paris. Donc t'as pas à te prendre la tête. Alors, là, c'était Evian, çà va, mais contre Lyon par exemple, tu m'enlèveras:

- Menez, y en a marre qu'il tourne 100 fois autour de lui même, qu'il touche 30 fois la balle avant de la donner, qu'il ralentisse autant le jeu.

- Chantome, qui ne fait pas une passe à plus de 10 mètres, qui manque cruellement de technique, d'impact, de vista, de jeu entre les lignes, bref, d'un peu de tout.

- Jallet, qui ne sait pas centrer (sauf à ras de terre). Quoi que VDW ne fait pas mieux, alors met qui tu veux !

Bref, ne met que Matuidi et éventuellement Sakho, même si je préfère Alex. Surtout contre le gros Gomis, c'est exactement ce qu'il faudra.

Amicalement.

Le prince des ténèbres
Note : -6
+1 si toi aussi, t'as kiffé ta race en mattant ce putain de match
Note : 1
Et personne n'a une petite pensée émue pour Gameiro qui se fait royalement engueuler à la 91e minute pour une passe (certes décisive surement) ratée? Le mec vient d'entrer, marque et se prend une soufflante. Tout ça en 1min30 ahah xD
on dirait qu'ils ont compris le mot implication....
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Note : 1
HeyTiko,

Ouais çà peut paraître ouf. Mais déjà le but de Gameiro bon...tous les forumeurs so foot la mettent. C'est bien pour les stats, mais c'est tout. Gam's ne gagne aucun crédit sur ce match

Et sur la passe en retrait, il manque cruellement de vision et de sens de jeu, le défenseur bloquait complètement la solution Pastore, je sais pas ce qu'il a cherché à faire. Zlatan est vraiment seul en retrait

Mais bon, c'est vrai qu'Ibra pouvait laisser couler pour cette fois
Note : 3
Rien à dire, un vrai match de prétendant au titre, une première mi temps archi dominée et une seconde plus ou moins maitrisée avec un score un peu flatteur mais pas scandaleux du tout.
Il faut savoir reconnaitre aussi quand Ancelotti fait les choses biens et son changement de formation est une réussite (en même temps faut pas être un génie pour voir que jouer avec trois milieux défensif c'est plus dur pour mettre de buts) mais le résultat est la.
Et si en plus Javier retrouve le niveau qui est le sien, moi je suis comblé !
Mention spéciale a Motta, pour un retour c'est bluffant comme prestation, les places vont valoir cher au milieu, j'irai bien avec une doublette matuidi-motta qui semble assez complémentaire
LeParcCetaitMieuxAvant Niveau : Loisir
Note : 3
Quel plaisir mon dieu !
Je vous trouve injuste avec Pastore.
Je suis le seul a trouvé qu'il a encore fait un match magnifique ?
Des ouvertures sublimes, une réel présence défensive, cassement aucun déchet technique. Il recommence a me régaler le petit !
On retiendra le bon retour de Motta ! Si seulement il pouvait retrouver un physique. Il a un peu disparu en seconde période.
En revanche + 1 pour le PSG petit surdoué qui n'en branle pas une. Faut arrêter de s'endormir en début de seconde période la ! Ça va nous jouer des tours encore ...
Aller en reprend la marche en avant vamooooos
Note : 2
@ Le prince des ténèbres
Pas d'accord avec toi pour Ménez, il fait un plutôt bon match (même si il souffre de la comparaison avec Lavezzi mais il reste largement au-dessus du niveau Ligue 1).
Par contre, entièrement d'accord avec toi pour Chantôme et Jallet.
Encore Jallet ça va parce qu'il apporte pas mal offensivement et il reste meilleur que Van der Wiel (mais si VDW revient à son niveau, je donne pas cher de sa peau vu comment il carotte 3-4 centres évidents cette aprèm')
Par contre, Chantôme j'avais honte pour lui : c'est un peu le mec qui se retrouve dans l'équipe des bons en sport parce qu'il est le pote du chef d'équipe mais qui fait tâche à chaque fois qu'il touche le ballon (surtout vu la qualité du jeu développé ce soir).
Un milieu Motta-Matuidi serait parfaitement équilibré !
A part ça : putain ça fait du bien de voir le PSG jouer comme ça, j'ai pris mon pied comme rarement !
Xavier Pasteur Niveau : Loisir
Motta, la première recrue de la mi saison. Il nous avait manqué.

Cette équipe elle pue la classe quand elle veut. A confirmer contre Lyon, faut pas oublier que c'était Evian en face.

Mais ça fait du bien de voir du jeu !
Note : 2
Ah, quel plaisir quand même !

100% d'accord avec Al Bundy sur T. Motta: c'était le chaînon manquant - calme, puissant, précis, agressif, rassurant, jouant vers l'avant, plein d'autorité - et je rêve de le voir associé avec Verratti qui sera bientôt revenu à son magnifique niveau du début de saison. On aura alors un milieu de terrain superbe.

Zlatan et Pastore en forme, c'est la classe mondiale : on garde Lavezzi qui continue de prendre ses marques, on enlève Menez qui m'a agacé tout le match et on met Lucas, ça peut faire des étincelles.

100% d'accord aussi avec la marginalisation des Français/francisés (genre Nene), hormis Matuidi qui a le bon état d'esprit : on accuse injustement les stars recrutées de ne pas se motiver pour la L1 et ne vouloir briller qu'en LC, alors que Zlatan, Silva, Motta, Lavezzi et autres Verratti sont l'incarnation même de l'esprit compétiteur. Carlo a jusque là voulu combiner le court, le moyen et le long terme en préservant une identité française, en mettant un Français capitaine, en faisant jouer les Français (Sakho, Rabiot, ...). Bilan, il s'est affaiblit et le Qatar veut le virer. Conséquence, il privilégie le court terme, mise sur les étrangers, et il se remet à gagner. On s'en fout de ces Français qui se sentent exclu par les Italophones : Paris est une ville internationale autant que française et ses joueurs n'ont pas à être Français.
Partenaires
Vietnam Label Le kit du supporter Trash Talk basket
0 50