En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 36e journée
  3. // PSG/Guingamp (6-0)

Paris marche sur Guingamp et file vers le titre

Face à Guingamp, ce vendredi soir, les Parisiens n'ont pas fait de détail : une victoire 6-0, nette et sans bavure. De quoi se rapprocher, encore plus, du sacre national.

Modififié

PSG - Guingamp
(6-0)

E. Cavani (2'), Ibrahimović (16'), E. Cavani (51'), Maxwell (56'), E. Cavani (70'), Ibrahimović (90') pour PSG


Les losers d'hier deviennent parfois les héros d'aujourd'hui. Souvent critiqué, moqué pour sa maladresse devant le but, Edinson Cavani n'a pas vécu une saison de tout repos. Pourtant, depuis quelques matchs, l'Uruguayen n'a plus rien à voir avec le joueur que le Parc a sifflé à maintes reprises. Buteur en série, l'ancien Napolitain enchaîne les pions dans cette fin de championnat décisive. Ce vendredi soir, encore, il a fait trembler les filets. Trois fois. En tout début de match pour lancer les hostilités, en début de seconde période pour corser l'addition, puis en fin de match pour clore les débats. Son premier triplé sous les couleurs parisiennes. Alors évidemment, le Parc a scandé son nom. Comme pour se faire pardonner d'avoir douté de lui. Comme pour enterrer la hache de guerre. Car si Paris file fièrement vers son troisième titre de champion consécutif, Cavani y est bien pour quelque chose.

Un début en fanfare


En plein sprint final, dans une fin de saison des plus haletantes, le Paris Saint-Germain n'a pas de temps à perdre. Et s'ils n'étaient pas au courant, les Guingampais l'ont très vite compris, à leurs dépens, ce vendredi soir. On ne joue même pas depuis deux minutes, lorsque Cavani surgit aux six mètres pour parfaitement couper un centre de Serge Aurier, 1-0. À peine commencé, le match semble déjà plié, car loin de se contenter de ce but, les Parisiens enchaînent les occasions, exerçant un pressing plus qu'étouffant sur des Bretons totalement dépassés. Dans la tempête, la seule éclaircie guingampaise vient du pied droit de Beauvue qui envoie un superbe coup franc lointain sous la barre d'un Sirigu condamné à la claquette (13e).

Le frisson guingampais est à peine passé que, déjà, les locaux reprennent leur marche en avant et parviennent même à faire le break par Zlatan Ibrahimović, à la conclusion d'un superbe mouvement amené par l'intenable Marco Verratti. 18e minute de jeu, 2-0, le PSG aime se simplifier la vie. Visiblement dénués de pitié, les Parisiens continuent leur domination et Pastore est tout proche du troisième but, mais la frappe de l'Argentin est déviée par Lössl sur son poteau (27e). Derrière, l'intensité faiblit un peu jusqu'à la pause, la faute à un PSG déjà à l'abri et un EAG déjà au tapis.

Une fin en Z majeur


Après quinze minutes de pause où ils ont pu souffler, enfin, loin des attaques parisiennes, les Guingampais sont de retour dans l'arène. Et malheureusement pour eux, leur adversaire aussi, et il a toujours autant la dalle. Soucieux de soigner leur différence de buts, les locaux continuent de pousser, et Cavani, encore lui, profite d'une subtile déviation de Zlatan pour envoyer un missile sous la barre de Lössl (52e). 3-0, on se rapproche de l'humiliation. Surtout qu'à peine quatre minutes plus tard, Zlatan et sa patte de velours déposent une merveille de centre pour Maxwell qui vient participer à la fête d'un beau coup de casque (56e).

Déjà peu en vue dans cette rencontre, les visiteurs s'effondrent littéralement, écrasés par la puissance impressionnante d'un Paris Saint-Germain au sommet de son art. Dans ce match à sens unique, Paris ne lève pas le pied, multiplie les actions de grande classe et profite de la malice de Verratti qui joue rapidement un coup franc pour offrir sur un plateau un triplé à Edinson Cavani (70e). 5-0, cette fois ça y est, le point H comme humiliation est atteint, et plus encore lorsque Zlatan rajoute un 6e but sur penalty (90e). Le public du Parc des Princes profite de cette fin de match aux allures de spectacle, l'humeur est à la fête. L'odeur du titre commence à se faire sentir dans les narines parisiennes.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 minutes Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs »
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 50
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7