1. //
  2. // 36e journée
  3. // PSG/Guingamp (6-0)

Paris marche sur Guingamp et file vers le titre

Face à Guingamp, ce vendredi soir, les Parisiens n'ont pas fait de détail : une victoire 6-0, nette et sans bavure. De quoi se rapprocher, encore plus, du sacre national.

Modififié
8 100

PSG - Guingamp
(6-0)

E. Cavani (2'), Ibrahimović (16'), E. Cavani (51'), Maxwell (56'), E. Cavani (70'), Ibrahimović (90') pour PSG


Les losers d'hier deviennent parfois les héros d'aujourd'hui. Souvent critiqué, moqué pour sa maladresse devant le but, Edinson Cavani n'a pas vécu une saison de tout repos. Pourtant, depuis quelques matchs, l'Uruguayen n'a plus rien à voir avec le joueur que le Parc a sifflé à maintes reprises. Buteur en série, l'ancien Napolitain enchaîne les pions dans cette fin de championnat décisive. Ce vendredi soir, encore, il a fait trembler les filets. Trois fois. En tout début de match pour lancer les hostilités, en début de seconde période pour corser l'addition, puis en fin de match pour clore les débats. Son premier triplé sous les couleurs parisiennes. Alors évidemment, le Parc a scandé son nom. Comme pour se faire pardonner d'avoir douté de lui. Comme pour enterrer la hache de guerre. Car si Paris file fièrement vers son troisième titre de champion consécutif, Cavani y est bien pour quelque chose.

Un début en fanfare


En plein sprint final, dans une fin de saison des plus haletantes, le Paris Saint-Germain n'a pas de temps à perdre. Et s'ils n'étaient pas au courant, les Guingampais l'ont très vite compris, à leurs dépens, ce vendredi soir. On ne joue même pas depuis deux minutes, lorsque Cavani surgit aux six mètres pour parfaitement couper un centre de Serge Aurier, 1-0. À peine commencé, le match semble déjà plié, car loin de se contenter de ce but, les Parisiens enchaînent les occasions, exerçant un pressing plus qu'étouffant sur des Bretons totalement dépassés. Dans la tempête, la seule éclaircie guingampaise vient du pied droit de Beauvue qui envoie un superbe coup franc lointain sous la barre d'un Sirigu condamné à la claquette (13e).

Le frisson guingampais est à peine passé que, déjà, les locaux reprennent leur marche en avant et parviennent même à faire le break par Zlatan Ibrahimović, à la conclusion d'un superbe mouvement amené par l'intenable Marco Verratti. 18e minute de jeu, 2-0, le PSG aime se simplifier la vie. Visiblement dénués de pitié, les Parisiens continuent leur domination et Pastore est tout proche du troisième but, mais la frappe de l'Argentin est déviée par Lössl sur son poteau (27e). Derrière, l'intensité faiblit un peu jusqu'à la pause, la faute à un PSG déjà à l'abri et un EAG déjà au tapis.

Une fin en Z majeur


Après quinze minutes de pause où ils ont pu souffler, enfin, loin des attaques parisiennes, les Guingampais sont de retour dans l'arène. Et malheureusement pour eux, leur adversaire aussi, et il a toujours autant la dalle. Soucieux de soigner leur différence de buts, les locaux continuent de pousser, et Cavani, encore lui, profite d'une subtile déviation de Zlatan pour envoyer un missile sous la barre de Lössl (52e). 3-0, on se rapproche de l'humiliation. Surtout qu'à peine quatre minutes plus tard, Zlatan et sa patte de velours déposent une merveille de centre pour Maxwell qui vient participer à la fête d'un beau coup de casque (56e).

Déjà peu en vue dans cette rencontre, les visiteurs s'effondrent littéralement, écrasés par la puissance impressionnante d'un Paris Saint-Germain au sommet de son art. Dans ce match à sens unique, Paris ne lève pas le pied, multiplie les actions de grande classe et profite de la malice de Verratti qui joue rapidement un coup franc pour offrir sur un plateau un triplé à Edinson Cavani (70e). 5-0, cette fois ça y est, le point H comme humiliation est atteint, et plus encore lorsque Zlatan rajoute un 6e but sur penalty (90e). Le public du Parc des Princes profite de cette fin de match aux allures de spectacle, l'humeur est à la fête. L'odeur du titre commence à se faire sentir dans les narines parisiennes.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 7
Ouais là c'est plié. Félicitation vous le méritez
Lamine Turgut Niveau : CFA
Note : 21
Et merde !
Aulas va nous trouver un vice de procédure : ce n'était pas inscrit sur sa licence que "Cavani est efficace" ...

(fait chier de perdre un championnat là-dessus :-(
kim jung kill Niveau : CFA
Note : 10
Cavani no se vas
Note : 8
Le mec rédige l'article avant la fin du match, y'a plus de respect.

J'aimerai bien une petite liste de milieux de terrains meilleurs que Verratti cette saison, sur les 5-6 grands championnats.
Heureusement pour le suspens qu'on commence le championnat à la 30e journée :)
Note : 1
Lille et Guingamp, même combat.
Problema ? Niveau : DHR
Toutes mes pensées pour Guinguamp qui a littéralement coulé. Gros Paris dans tous les cas, le titre est pour eux c'est clair comme de l'eau de roche.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Je crois que j'ai résolu l'équation Zlatan:
Le physique de Jan Koller+les pieds de Dragan Stojkovic+les articulations de Jackie Chan+la personnalité de Balotelli=Zlatan Ibrahimovic.

Franchement son assist sur le second but... J'en ai vu des louches/centres qui atterrissent pile au second poteau, qui sont totalement hors de portée des défenseurs et du gardien, et qui sont parfaitement sur la tête du coéquipier dont tu as même pas vu, devant ta télé, l'appel. Mais là, je me souviens pas d'avoir vu un truc pareil. Surréaliste. Même dans mes délires les plus dingues, j'aurais pas imaginé cette passe.

Sinon le PSG a été magnifique. Sincèrement.
Aulas pourra dépôser autant de dossiers foireux qu'il le souhaite, si Paris joue à ce niveau les 2 derniers matchs pas grand chose pourra les détourner du titre.
Verratti ou sont tes limites ?? Parlez moi de Messi, pour moi il n'y a que Marco.
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 3
Paris Champion sans pression meilleur attaque du championnat .
Hoaroots & culture Niveau : DHR
Cet instinct de tueur de Cavani (si si !)
Merci le Parc aussi d'enc*ler Aulas, ça fait tellement plaisir.
" Que Zlatan se barre il est trop vieux trop lent trop râleur "
la montre Niveau : DHR
Quelqu'un connait le tour opérateur des guingampais?
Un week-end a Paris avec une place aussi privilégiée pour un match, ça m'intéresse.
Note : 5
Je sais plus trop quoi dire, du coup je vais dire "OK".
Air Beauvue
georgesleserpent Niveau : Loisir
Puis Veratti, que dire ?
Il lui manque plus que la frappe et le type n'aura plus de limites.
Son pressing est tellement efficace, c'est fou...
C'est bête, la fin du premier paragraphe est eronnée du coup :)
Sinon quel bonheur, le Cav qui met un triplé des familles, la passe dé surnaturelle du Z après un crochet à la Messi et le petit Marco au dessus du game. J'aime mon équipe, mes couleurs, mes joueurs, allez Paris !!
On peut vraiment parler de magie là non ?
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 14
A Noter encore le très bon match de Gros Serge et Sankharé t'es une salope .
Pour continuer à y croire, faut que Lyon gagne avec trois buts d'écart demain.

Mais bon...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 100