1. //
  2. // 36e journée
  3. // OL/PSG

Paris, le nouveau modèle économique ?

Quand le Paris-SG, nouvelle force de frappe financière depuis l'arrivée de QSI, rencontre l'OL, ancienne place forte économique du championnat de France, on a bien peur d'assister à un basculement du système. Et la prochaine arrivée à maturité de l'AS Monaco n'aide pas les choses. Aujourd'hui, le pognon reste le nerf de la guerre. En Ligue 1 plus qu'ailleurs.

Modififié
19 51
« L'argent n'a pas d'odeur mais la femme a du flair » aimait balancer en rythme le meilleur duo d'attaquants des années 90 : Calbo et Lino. Y'a pas à dire, Arsenik avait vu juste. Le pognon, ça aide vachement dans la vie. Ce n'est pas le Paris-SG qui dira le contraire, lui qui, depuis l'arrivée du Qatar dans sa vie fait la pluie et le beau temps sur le marché des transferts. Hasard ou pas, c'est à Lyon que ce nouveau PSG peut aller chercher son premier titre de champion de France depuis 19 ans. L'OL, le modèle économique par excellence des années 2000. Un club qui a tutoyé la France pendant un septennat. Une institution saine et prospère. Même une machine à cash avant de partir dans le n'importe quoi. On se souvient encore d'un mercato 2009 où l'arrivée de Claude Puel engendre un mercato d'été facturant 72 millions d'euros (Lisandro, Bastos, Gomis, Cissokho, etc.). L'OL, c'était ça lors de sa chute. Un club qui a fini par faire comme tout le monde : acheter cher. Pourtant, avant, les Lyonnais s'étaient spécialisés dans la "plus-value". A Lyon, on savait surtout bien revendre (Essien, Diarra, Tiago, Lloris, Abidal, Malouda). Il n'y a pas si longtemps, c'était Jean-Michel Aulas qui donnait le tempo du marché français. Un temps où les pépites du centre de formation de l'OL se vendaient à un très bon prix (Benzema, Ben Arfa, Rémy, Clément, Mounier).

Ça, le PSG, ne sait pas le faire. Pas encore. Pour le moment, le club de la capitale s'amuse surtout à braquer les championnats en délicatesse financière. L'heureux élu s'appelle la Serie A. Un championnat dans lequel toute la colonne vertébrale de l'équipe s'est forgée : Sirigu, Silva, Motta, Menez, Lavezzi, Pastore, Ibra et Verratti. Peu importe le prix ou le salaire, le PSG s'aligne. Le club paie cash et souvent avec des bonus. De l'extérieur, on avance que les Parisiens surpayent tout. C'est le lot des nouveaux riches. Sauf qu'aujourd'hui, le club galère pour donner une place à ses joueurs du cru. Chantôme et Sakho sont toujours là mais la relève se fait attendre. Concrètement, c'est quoi la nouvelle stratégie du PSG ? Un budget transfert sans limite. Des salaires astronomiques. Une marque que l'on veut développer sur les cinq continents, un marketing agressif et un lissage à l'extrême de l'image du club. Quitte à la rendre universelle et sans relief. Pas de personnalisation possible. Il faut que le petit Chinois, Arabe ou Sud-Américain se reconnaisse dans le club et ce qu'il dégage. Terminé l'image du titi parisien fan de son métro et de ses Buttes-Chaumont. Le PSG, c'est uniquement des symboles : la tour Eiffel, Zlatan, Germain le Lynx et les sponsors. Le reste, appartient au passé. Là où l'OL s'était donné toutes les peines du monde à d'abord devenir crédible sur la scène nationale avant de s'émanciper en Europe, le PSG a vraisemblablement fait l'inverse. Un choix osé. Surtout lorsque l'on n'est pas encore champion de France à trois journées de la fin, et alors qu'on a dépensé 150 millions d'euros sur le marché des transferts.

Monaco pour calmer le jeu

Alors oui, le PSG s'ennuie. Financièrement, il n'a pas de concurrence sur le territoire et ça sent. L'OM compte ses sous, l'OL se cherche un nouveau modèle économique, Lille et Saint-Etienne apprennent trop doucement. Bref, le club de QSI est seul. Trop seul. C'est pourquoi la remontée de l'AS Monaco peut amener une nouvelle émulation. Un stimulant. Les deux nouveaux riches pourront ainsi jouer des coudes et se tirer la bourre, financièrement parlant. L'ASM avec ses avantages fiscaux et la fortune de son patron russe. Le PSG avec ses armes actuelles. Tu achètes Falcao ? Ok, je note. Je relance avec un Cavani. A force d'être le seul à sortir sa carte bleue, le PSG s'est mis une sacrée pression. L'arrivée de Monaco devrait au moins permettre de partager les emmerdes et les reproches.

Cette fièvre acheteuse doit surtout s'accompagner d'un fil rouge local. Une assise sur laquelle poser son cul doré. Consolider les bases, c'est le minimum. L'OL avait compris ce fonctionnement avant tout le monde. Dans les années 2000, le modèle lyonnais n'avait pas d'équivalent. Une tête exécutive forte. Un conseiller du Président visible. Une hiérarchie évidente et, surtout, un seul patron : Jean-Michel Aulas. C'est son club, son pognon. Aujourd'hui, qui gère le PSG ? Le Qatar, Nasser, Leonardo ou Carlo Ancelotti ? Personne ne le sait. A moins que le big boss ne soit la monnaie... Un patron qui serait capable de ramener un Cristiano Ronaldo dans la capitale moyennant 94 millions d'euros. Une légère flatulence pour le Qatar. En tout cas, avant de (re)sortir la planche à billets, les Parisiens ont de nombreux dossiers sur le feu : le titre de champion, déjà. Le devenir d'Ancelotti, ensuite. L'OL n'a plus ce genre de problèmes. Après tout, avec ses conneries annuelles, Leonardo a bien réussi à faire passer Jean-Michel Aulas pour un dirigeant presque normal. Le con.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

curieux de voir le traitement mediatique et populaire de monaco et des ses millions russe...
sandro l'obèse Niveau : Ligue 1
Note : 6
Attention Mathieu Faure, la critique du modèle économique du PSG est très mal vue sur ce site. Heureusement, ton article est bien argumenté, ca devrait éviter de trop froisser les supporters du PSG, qui se rendent compte ainsi de l'évolution de leur club : dépenser, dépenser, sans rien former.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Bizarrement, je trouve la construction lyonnaise plus intéressante car fondée par le travail d'un président et d'une équipe dirigeante sur le long terme.
Alors certes, il y avait un côté moins bling-bling et une limite à ce modèle, mais il y avait là un modèle économique qui a pu être repris par d'autres clubs (notamment le Losc et l'OM).
Le PSG ne renvoie pour l'instant que l'image d'un club racheté où le pognon te permet d'aligner de grands noms qui semblent uniquement motivés par les 2-3 matchs intéressants de L1 et la ligue des champions.
Au final, pas de coupes, juste une ligue 1 finalement gagnée de manière moins aisée que ce qui était annoncé. Et peut-être une copie russe qui sera déjà ultra-efficace l'année prochaine.
Alors, oui, Paris est un exemple de domination économique, mais pas forcément un modèle pouvant inspirer d'autres clubs.
Comment peut-on parler d'un modèle économique quand on sait que celui-ci ne sera pas transposable aux autres clubs (hormis Monaco) ?
sandro l'obèse Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par yaat
curieux de voir le traitement mediatique et populaire de monaco et des ses millions russe...


Bah oui on va faire comment en prime du dimanche soir ? Paris - Evian Thonon ? Ou Monaco - Reims ? Si vous voulez voir un match de football (genre derbys, matchs couperets, etc...), Bein deviendra indispensable.

Quant au traitement médiatique pur, Monaco sera traité comme le PSG (c'est a dire pas trop mal). Au moins les parisiennes feront moins leur victime et ca c'est au moins une progression.
tontonBlaise Niveau : Loisir
L'OL, dernier vestige d'un continent engloutit (de pétrole allons savoir), n'est plus le prophète de la ligue 1 mais apparaît comme un vieux philosophe qui inspirerait de subtils commentaires, sans avoir les moyens d'effrayer personne. Le grand projet utopiste et universaliste de QSI (employant comme souligné dans l'article des méthodes assez extrêmes), marque la fin d'une époque, clairement. Pour le meilleur ou pour le pire.
La Ligue 1 est surtout en train de se transformer en championnat russe, où les milliardaires se battent à coup de poignons en achetant des joueurs qui n'en ont rien à battre de leur club et dans des stades quasiment jamais pleins.
pointu_du_gauche Niveau : DHR
« L'argent n'a pas d'odeur mais la femme a du flair »
Et Mathieu Faure est un sac à merde* .
ah putain* vite un moyen d'editer ses messages ..... le fait de pouvoir quoter le dernier message posté ca serait cool aussi . Embauchez un vrai webmaster quoi
C'est quoi cette attaque d'article ?
Quand on a aucun talent ou créativité, on évite de se réfugier dans les lieux communs du footeux macho.
ilguerriero_vidal Niveau : District
modèle économique mon cul oué ,ça balance juste des millions à tout va, il est où le mérite ?
Quand on parle de modèle économique pour nos clubs de foot en France, je rajouterais ici les mots viable financièrement et sportivement. Et qui y arrive ici ? Personne malheureusement.
Paris et Monaco peuvent dépenser comme ils veulent, deviendront viables sportivement mais non rentables, ou alors à terme pour le PSG via des recettes à l'international. Impossible pour Monaco, à cause du manque de recettes en billetterie et d'un manque d'attrait touristique.
Vanter les mérites du modèle lyonnais des années 2000 est une grosse erreur. Ils devaient à chaque fois vendre un joueur bankable à chaque fin de saison pour finir à l'équilibre. Deux-trois erreurs dans le recrutement et c'est terminé, comme c'est le cas actuellement, et le modèle s'effondre. C'est donc un modèle à fort risque.
St Etienne est viable économiquement avec son salary cap, mais sportivement ça a ses limites. Si le club monte et va en LDC, comment continuer avec un salaire max à 90K mensuel et attendre des résultats probants en coupe d'Europe. Idem pour d'autres clubs tels que Lorient dans une moindre mesure.
Les autres clubs sont comme Lyon, ils doivent vendre pour être à l'équilibre.
Je ne parle même pas de Marseille où le modèle et les perspectives sont tout simplement bancales.
Bref, je ne vois pas quel club en France peut être un modèle à la fois économique et sportif au niveau européen. Et ce n'est pas le FPF qui va changer quoi que ce soit, nous resterons bien le 5ème ou 6ème championnat européen.
C'est malheureux, mais je préfère personnellement voir un club non viable financièrement mais qui me donne du plaisir sportivement.
Et je valide avec le club de Pinault..
luciusfromvillage Niveau : District
Les crises de jalousie de Paris envers Monaco!
Rhaaa vivement la saison prochaine!
el pibe del pvc Niveau : District
à quand le rachat de l' Om ?
Champagn!!! Enfin un article de Mathieu Faure sans le mot "gonfle"...
tontonBlaise Niveau : Loisir
Paris, chaud soleil du Qatar, et Monaco, froid sibérien de Russie. Ca pourrait donner une sorte de guerre tiède.
ririquiquiquelme Niveau : DHR
Message posté par sandro l'obèse
Attention Mathieu Faure, la critique du modèle économique du PSG est très mal vue sur ce site. Heureusement, ton article est bien argumenté, ca devrait éviter de trop froisser les supporters du PSG, qui se rendent compte ainsi de l'évolution de leur club : dépenser, dépenser, sans rien former.


le modèle économique du psg ressemble fortement a celui du real madrid, une politique de stars ac une image de prestige (que le psg veut exploiter en parlant de "marque paris") . Ce projet est sincèrement assez pertinant connaissant le bassin de population (12 m) .A moyen terme il est probable que le club soit auto finance que ce soit par la billeterie, le merchandising et le sponsoring. De plus le club veut construire un nouveau centre d'entrainement, agrandir le stade ou en changer et ouvrir d'autres franchise (hand ,basket). Franchement il y a un gros travail et un grand club a paris est largement viable economiquement parlant a moyen terme.
Je pense qu'on pourra juger le modèle économique lyonnais lorsque le stade des Lumières sera sorti de terre, car la transition sportive est également lié à cet énorme projet plus qu'à trop d'erreur de recrutement. Avec 70% des titulaires issus du centre de formation, l'équipe 3ème : où est la crise du modèle Lyonnais? Il a juste a compté avec de nouveaux concurrents (une déloyale, ne parlons pas de "modèle" ^^) notamment l'OM qui fait une excellente saison... La force de ce modèle c'est qu'il retombe sur ses jambes malgré des choix sportifs malheureux (recrutement onéreux, coach avec qui ça passait pas...).
Message posté par sandro l'obèse
Attention Mathieu Faure, la critique du modèle économique du PSG est très mal vue sur ce site. Heureusement, ton article est bien argumenté, ca devrait éviter de trop froisser les supporters du PSG, qui se rendent compte ainsi de l'évolution de leur club : dépenser, dépenser, sans rien former.


Le Psg n'a jamais été réputé pour la qualité de son centre de formation. Très peu de joueurs en sont sortis avant même l'arrivée de QSI. Même avec la meilleure volonté du monde, l'arrivée des qatari n'allait d'un coup de baguette magique rendre le centre performant. Il y a suffisamment de reproches à leur faire pour ne pas en ajouter voire en inventer.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
19 51