1. //
  2. //
  3. // Saint-Étienne–PSG (0-2)

Paris galère, mais Paris record

Malmené durant le premier acte, le PSG a solidement repris le cours de la partie face à Sainté pour enchaîner un énième succès en Ligue 1 et asseoir un peu plus sa domination sur l’Hexagone. Facile dans le résultat, moins dans la performance.

Modififié
1k 52

AS Saint-Étienne 0–2 Paris Saint-Germain

Buts : Ibrahimović (61e et 90e) pour le PSG

À force de l’écraser, Paris a rendu la Ligue 1 peu attractive. À tel point que chaque semaine, la partie du champion annoncé se révèle sans réel intérêt une fois les passes d’Ángel Di María relayées à coups de Vine. Condamnés à jouer seuls, avec de simples faire-valoir en guise d’adversaires, les Parisiens filent donc vers les records sans qu’aucune résistance ne se fasse sentir. Pourtant, dans le Chaudron, et pour la première fois depuis des lustres, le PSG s’est fait bousculer, malmener, attaquer. Un fait suffisamment rare pour être souligné, mais surtout apprécié, car l’opposition des Verts a permis de mettre en lumière un dicton presque oublié lorsqu’il s’agit du PSG : pour faire un bon match, il faut être deux. Entre agressivité, déboulés solides et chevauchées fantastiques, c’est un véritable déluge qui s’est ainsi abattu sur le leader incontesté, mais pour une fois contestable. Quoi ? Aurait-on enfin assisté à la chute du roi ? Non, la révolution n’est pas encore survenue. Car à la manière du souverain écrasant la rébellion, Paris a pu compter sur son arme à catogan pour refréner les velléités du peuple d’un simple revers de pied. Frustrant, mais tellement classique.

Ambition gâchée


Si l’habit ne fait pas le moine, et encore moins Fabien, il est pourtant un indicateur des intentions d’un homme. Et avec son 5-4-1, autant dire que Christophe Galtier ne prête pas beaucoup à l’optimisme. Car tenter de résister au PSG, c’est avant tout limiter la casse et attendre le coup de boutoir inévitable. Mais au-delà de l’image, le système de Cricri s’avère plus chatoyant en mouvement. Avec des latéraux ultra-offensifs, le jeu des Verts s’anime magnifiquement dès le début de la rencontre. Malcuit et Tabanou en guise de détonateurs, et avec un milieu de terrain au summum de la bave aux lèvres, Sainté chahute un PSG qui s’attendait sûrement à une rencontre plus douce. Dès la première minute, une passe en retrait mal ajustée par Motta prouve même que la sérénité n’est pas capitale en ce dimanche soir. Un mal qui va se prolonger près de 60 minutes, entre une charnière Kimpembé-Marquinhos démontrant ses limites et un milieu de terrain bafouillant chaque sortie de balle. Dès lors, compliqué d’éviter les offensives. Grâce à Trapp, qui s’interpose magnifiquement sur un centre raté de Malcuit, et un tir masqué de Tabanou, le PSG s’en sort. Mais s’agace. Motta passe à deux doigts de l’exclusion, tandis que les hors-jeu se multiplient aux avant-postes. Autant dire que le PSG n’est pas dans son assiette ou, plutôt, trouve un adversaire en mesure de ne pas le laisser s’installer dans son train-train.

Victoire zlatanée


Oui mais voilà, le leader ne l’est pas pour rien. Et comme à chaque fois que Paris a pu voir se craqueler ses défenses, Paris réagit. Et le scénario du match se dessine. En grande majorité exaspérante, l’attaque de Laurent Blanc sait également se faire tranchante en quelques mouvements. Suite à une superbe louche de Di María pour Ibra, Sainté évite même le pire et voit ses défenseurs faire le mur sur leur ligne, alors que Lucas s’apprêtait à sceller l’ouverture du score (34e). Mais la mi-temps ayant fait son œuvre, le couperet ne fait qu’attendre son moment pour tomber. Les couloirs mieux gérés, le milieu de terrain vert quelque peu exténué par les efforts, Paris reprend sa vitesse croisière et avance lentement vers la victoire. Un bon débordement d’Aurier, le Zlat’ n’a plus qu’à pousser au fond (62e), et Sainté à ravaler ses ambitions. Car malgré des envies de retour, les Verts savent déjà le match perdu et se cassent les dents sans génie sur une arrière-garde plus solide que dans le premier acte. Le temps pour Ibra de soigner ses stats en se farcissant Ruffier à bout portant, encore une fois, et le PSG peut rentrer aux vestiaires la tête haute. Tout comme les Verts, qui n’auront pas démérité, mais restent à quai malgré cette belle performance. En même temps, le record de 32 matchs sans défaite de Nantes égalé ce soir par le PSG ne demandait qu’à s’acquérir avec un peu de difficultés…

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Raphaël Gaftarnik
  • Modifié

    Dans cet article

    Quelle 1ere mi-temps de Sainté, je suis parisien mais ils méritaient de prendre 1 point.
    Merci Marco, bisous
    Note : 1
    L'impression d'avoir fait plus que résister.
    Mais l'impression que dès que Paris accélère un petit peu, y'a plus rien qui résiste.
    Quel gouffre quand même.

    Par contre un vrai bon état d'esprit sur et en dehors du terrain, y'a quand même une relation assez drôle entre sainté et paris.
    Il s'y passe et s'y est passé toujours quelque chose ( elimination de Paris en CDL, coup de pied sur Ruffier, Roustes monumentales, égalisation à la toute fin de matuidi, duel Sall Ibra, Ibra qui aime venir jouer au Chaudron...).

    En tout cas enfin on est pas ridicule un dimanche soir.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Le mec qui aurait parié 100€ sur une victoire Parisienne à chaque match depuis le début de saison pourrait déjà avoir réalisé un joli bénèf!

    C'est décidé, je kiffe sur DiMaria! Voir chaque semaine ses performances est un régal. Il a des ballon à la places des globules rouges et blancs.
    C'est un pur sang footballistique qui galope élégament sur les vastes prairies de L1 et du Monde entier. Il est d'une justesse affolante.

    Je l'ai dit et le répète, il est le facteur plus qui peut emmener le PSG très loin. La Rolex qui fait rentrer au Fouquets.

    Verratti, il est rentré, il a tout changé, le 1er but arrive 5mn après son entrée. Le petit hibou a fait sa sortie nocturne.

    J'aime bien Stambouli. Au milieu des stylos Mont-Blanc de luxe de la trousse du PSG, il commence à trouver sa place. Benjamin Stabilo.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Note : 1
    J'ai une idée pour vous SOFOOT. Si les joueurs de foot étaient les stylos d'une trousse.

    On peut le travailler avec le PSG. On a déjà le joueur stylo plume, l'indispensable, celui avec lequel on écrit les histoires, qui permet d'obtenir des bonnes notes ou des titres. Après chaque performance graphique, on change la cartouche dont on collectionne la petite bille comme il empile les records. C'est forcément Zlatan.

    Le joueur taille crayon, qui récupère les déchets de ses partenaires, celui par lequel on peut se faire arracher un bout si on appuie trop. Sans lui, les crayons de papiers et de couleurs ne sont pas bien taillés pour piquer. C'est Tiago Motta celui ci.

    L'effaceur, avec le côté bleu qui peut dépanner pour écrire des belles choses de temps en temps. Il est à double usage, il peut défendre en effaçant les erreurs de ses coéquipiers, comme il peut briller en perforant les filets comme il remplirait avec brio une intéro surprise.
    Lui, c'est Matuidi.

    Le stylo tout neuf et qui doit compléter la panoplie. Celui dont on a vu la pub à la télé, qui doit faire la différence dans les rédactions cruciales ou les grands rdv. Au début il écrit bien, c'est propre et fluide. Puis il sèche, il ne glisse plus sur la feuille, il la bouffe... On finit par le laisser sur le côté.
    Vous aurez reconnu Cavani.

    Il y en a plein d'autres potentiels, mais mon inspiration flanche.
    Le dernier que je citerai, c'est ce stylo qu'on a depuis longtemps, on a toujours trouvé son écriture jolie, son style particulier. On l'a utilisé pour écrire des lettres d'amour, des poèmes courts et chargé d'émotions, des rimes d'écrivain. Il sort peu mais n'écrit quasiment que des chefs d'oeuvres, Javier Pastore.
    Message posté par doubleR
    L'impression d'avoir fait plus que résister.
    Mais l'impression que dès que Paris accélère un petit peu, y'a plus rien qui résiste.
    Quel gouffre quand même.

    Autant de situations et d'occasions sans réussir à en mettre une voir deux au fond, c'est compliqué. Ils ont eu les opportunités.

    Certes il y a un gouffre mais ce soir, ils sont dedans jusqu'à la 60ème et physiquement les 30 dernières sont très difficiles. S'ils mènent, çà donne un surplus d'âme.

    Je ne sais pas si c'est Paris qui accélère ou si les équipes françaises, physiquement, faiblissent toujours quand ils imposent un pressing de la sorte.

    Une petite possession de balle mais on a eu cette impression qu'ils ont bien utilisé ce temps. Mais çà pêche à la finition.

    C'était un petit paris ce soir. Ibra a beaucoup loupé malgré son doublé. Di Maria régale.
    Note : 1
    L'aigle royal parisien continue de causer des ravages sur le troupeau de brebis de la L1.

    C'est le vers stephanois qui en à pris ce soir pour sa pomme.

    Mais je vais rendre hommage à un adversaire qui nous à bien faire rire

    Malcuit le malin défend tant bien que mal les maladroits stephannois face aux malveillants parisiens.Hélas la froide malice des malandrins finira malgré tout par rendre notre recrue bien malheureuse.

    Sinon Verratti , Di Maria , Zlatan , Serge .... et toi aussi Kevin ... vous êtes des putins de patron !
    gronaldothe best Niveau : DHR
    Ahaha ibra qui chambre le public stéphanois après son but tout fait et après avoir fait un match ignoble... T'es un grand joueur de championnat et tu auras mis des buts fantastiques dans ta carrière mais n'oublie pas que tu auras été aussi l'un des attaquants les plus ridicule en ligue des champions et le facteur x qui aura fait perdre toutes ses équipe dans cette compétition...un comble pour un joueur qui se déclare comme le meilleur joueur du monde...
    A part ça Di maria qui était un fantôme à manchester est à un niveau incroyable à paris et si il y a un joueur que vous devez garder si vous voulez gagner un jour la LDC c'est bien lui!il est le joueur clutch qui faisait défaut au psg,manque plus qu'un attaquant qui en a vraiment dans le pantalon.
    joker7523 Niveau : CFA
    Note : 1
    Message posté par Danse, biatch!
    J'ai une idée pour vous SOFOOT. Si les joueurs de foot étaient les stylos d'une trousse.

    On peut le travailler avec le PSG. On a déjà le joueur stylo plume, l'indispensable, celui avec lequel on écrit les histoires, qui permet d'obtenir des bonnes notes ou des titres. Après chaque performance graphique, on change la cartouche dont on collectionne la petite bille comme il empile les records. C'est forcément Zlatan.

    Le joueur taille crayon, qui récupère les déchets de ses partenaires, celui par lequel on peut se faire arracher un bout si on appuie trop. Sans lui, les crayons de papiers et de couleurs ne sont pas bien taillés pour piquer. C'est Tiago Motta celui ci.

    L'effaceur, avec le côté bleu qui peut dépanner pour écrire des belles choses de temps en temps. Il est à double usage, il peut défendre en effaçant les erreurs de ses coéquipiers, comme il peut briller en perforant les filets comme il remplirait avec brio une intéro surprise.
    Lui, c'est Matuidi.

    Le stylo tout neuf et qui doit compléter la panoplie. Celui dont on a vu la pub à la télé, qui doit faire la différence dans les rédactions cruciales ou les grands rdv. Au début il écrit bien, c'est propre et fluide. Puis il sèche, il ne glisse plus sur la feuille, il la bouffe... On finit par le laisser sur le côté.
    Vous aurez reconnu Cavani.

    Il y en a plein d'autres potentiels, mais mon inspiration flanche.
    Le dernier que je citerai, c'est ce stylo qu'on a depuis longtemps, on a toujours trouvé son écriture jolie, son style particulier. On l'a utilisé pour écrire des lettres d'amour, des poèmes courts et chargé d'émotions, des rimes d'écrivain. Il sort peu mais n'écrit quasiment que des chefs d'oeuvres, Javier Pastore.


    Pas mal :), je m'incruste dans ton délire pour le trip :

    Il y'a aussi le stylo bic bleu ou noir, celui qui traîne sans bouchon depuis 5 ans voir plus dans un petit panier, il te sauve toujours dans ces moments ou bizarrement plus aucun autre stylo ne fonctionne, mais lui "ce" stylo il est là et il marche comme à la première heure! C'est le stylo maxwell.
    Le record nantais? C'est le mois d'avril, déjà la 32è journée?
    Les 17 degrés de cet aprème sont plus logique du coup...
    Sinon L. Blanc il doit avoir un problème salivaire, son aspiration chaque phrase achevée est exaspérante.
    joker7523 Niveau : CFA
    Note : 1
    Message posté par Danse, biatch!
    Tu m'plais toi, t'as un Univers, j'te veux dans ma Team, yeahhh!!!

    C'est ça que je voulais, que vous continuiez le délire!


    "Tu m'plais toi, t'as un Univers, j'te veux dans ma Team, yeahhh!!! "

    Toi tu regardes le palmashow ^^.
    PhoenixLite Niveau : Loisir
    Note : 2
    Message posté par Danse, biatch!
    J'ai une idée pour vous SOFOOT. Si les joueurs de foot étaient les stylos d'une trousse.

    On peut le travailler avec le PSG. On a déjà le joueur stylo plume, l'indispensable, celui avec lequel on écrit les histoires, qui permet d'obtenir des bonnes notes ou des titres. Après chaque performance graphique, on change la cartouche dont on collectionne la petite bille comme il empile les records. C'est forcément Zlatan.

    Le joueur taille crayon, qui récupère les déchets de ses partenaires, celui par lequel on peut se faire arracher un bout si on appuie trop. Sans lui, les crayons de papiers et de couleurs ne sont pas bien taillés pour piquer. C'est Tiago Motta celui ci.

    L'effaceur, avec le côté bleu qui peut dépanner pour écrire des belles choses de temps en temps. Il est à double usage, il peut défendre en effaçant les erreurs de ses coéquipiers, comme il peut briller en perforant les filets comme il remplirait avec brio une intéro surprise.
    Lui, c'est Matuidi.

    Le stylo tout neuf et qui doit compléter la panoplie. Celui dont on a vu la pub à la télé, qui doit faire la différence dans les rédactions cruciales ou les grands rdv. Au début il écrit bien, c'est propre et fluide. Puis il sèche, il ne glisse plus sur la feuille, il la bouffe... On finit par le laisser sur le côté.
    Vous aurez reconnu Cavani.

    Il y en a plein d'autres potentiels, mais mon inspiration flanche.
    Le dernier que je citerai, c'est ce stylo qu'on a depuis longtemps, on a toujours trouvé son écriture jolie, son style particulier. On l'a utilisé pour écrire des lettres d'amour, des poèmes courts et chargé d'émotions, des rimes d'écrivain. Il sort peu mais n'écrit quasiment que des chefs d'oeuvres, Javier Pastore.


    Il y a aussi celui capable de tout faire. De jouer en sentinelle, en DC, en latéral droit, sans jamais faillir et en étant capable de changer de rôle en un clin d'oeil.
    Lui, c'est Marquinhos, notre stylo 4-couleurs.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Message posté par GhostPsg
    L'aigle royal parisien continue de causer des ravages sur le troupeau de brebis de la L1.

    C'est le vers stephanois qui en à pris ce soir pour sa pomme.

    Mais je vais rendre hommage à un adversaire qui nous à bien faire rire

    Malcuit le malin défend tant bien que mal les maladroits stephannois face aux malveillants parisiens.Hélas la froide malice des malandrins finira malgré tout par rendre notre recrue bien malheureuse.

    Sinon Verratti , Di Maria , Zlatan , Serge .... et toi aussi Kevin ... vous êtes des putins de patron !


    Ton passage sur Malcuit est fort bien tourné/trouvé, comment ça s'appelle ce style en littérature?

    Toi aussi j'aime ton groove!
    Aldo Raine Niveau : DHR
    Note : 2
    Y'en a qui ont bien de la chance, assis au premier avec leur belle trousse neuve et tous leurs beaux crayons.

    Moi ma trousse est degueulasse avec des crayons bouffés, défoncés ou qui ne marchent plus, une gomme inutilisable a force d'écrire dessus, un taille crayon avec une putain de mine qui bloque tout et une règle molle n'ayant plus aucune forme. Ouais moi je suis au fond de la classe, je tiens pour lens.
    Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
    Note : 1
    Motta c'est plus la gomme rose et bleue. Côté rose il efface propre et joue classe, côté bleu il arrache le papier et les ballons ou chevilles adverses.
    Note : 2
    Il y a aussi le stylo Pilot que tu as acheté une petite fortune pour faire le malin mais qui au final tâche de partout et dont tu ne veux absolument pas te débarrasser.
    Sacré Lavezzi.
    Xavlemancunien Niveau : CFA
    Et du coup l'enculé qui vole les stylos c'est qui ?
    Note : 3
    Message posté par Xavlemancunien
    Et du coup l'enculé qui vole les stylos c'est qui ?


    Florentino Perez?
    PhoenixLite Niveau : Loisir
    Y a le stylo Pelé.
    L'ancienne gloire, l'ex-superstar de ta trousse, mais qui ne fait plus que baver.
    Note : 2
    Et le gros marqueur que tient la prof ? Il a l'air bourrin vu de loin mais une fois qu'il glisse sur le tableau c'est un vrai régal il est solide et fiable même si parfois il finit par avoir le trait moins clair en fin de cours. Vous l'avez reconnu c'est Serge Aurier !

    Sinon pour les jeux de mot littéraire j'ai trouvé ce super tableau explicatif :

    http://philo-lettres.fr/litterature_fra … figure.htm

    On sera tous moins bête !
    labastille Niveau : DHR
    Note : 3
    le critérium diaby et sa mine qui casse à chaque sortie ....
    Message posté par labastille
    le critérium diaby et sa mine qui casse à chaque sortie ....


    Ahah tres bon
    Note : 2
    Le stylo Lavezzi, celui qui a une playmate qui se dénude quand on le retourne.
    gregoirelenormand Niveau : DHR
    Note : 3
    Douchez le compas, il traîne dans ta trousse depuis des années mais tu l'utilise jamais
    winnicott Niveau : DHR
    Note : 1
    il y a aussi le stylo genre matmut ou mma, tu l'as pris dans la salle d'attente en te disant qu'il te servirait un jour. Mais ce jour venu c'est la roulette russe, il écrit 1 fois sur 6. J'ai cité Stambouli

    Message posté par read my mind
    Ça s'appelle le delermisme. Rapport à vincent delerme.


    +10
    PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    Le taille-crayon, sans les autres il sert à rien mais il passe son temps à tailler tout le monde.
    Joey Barton
    didier gomis Niveau : CFA
    Note : 1
    Le stylo vert Reynolds qui ne te sert jamais à rien. J ai nommé JC Bahebeck !
    Jean Michel Assaule Niveau : Ligue 2
    Ruffier, le jouet sexuel d'Ibra...

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Le Milan entasse l'Inter
    1k 52