Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupe de la Ligue – VA/PSG

Paris gagnant

Victoire en costaud contre Lyon, affront lavé face à l'OM et place sur le podium de la Ligue 1, la vie est belle pour le PSG et son statut d'équipe de coupe avant d'affronter ce mercredi soir Valenciennes. Venant de Paris, c'est suspect.

Il fut un temps pas si lointain où les coupes servaient à sauver la saison du PSG. Cette année, pas de chance, Paris s'en tire plus mieux que moins bien. Et surtout le club de la capitale est dans une année impaire. 2004, 2006 et 2010, ce fut une Coupe de France. 2008, une Coupe de la Ligue. Rien entre. Enfin, le Paris Saint-Germain arrive dans le Nord avec un statut de nouveau riche, tout rasséréné qu'il est par sa victoire sur Marseille (2-1) dans le “classique” à la française et sa troisième place en championnat. Mais comme la France du sport, le club porte très mal la casquette de favori. Tant qu'il est outsider, ça va. Osez lui mettre un jour l'étiquette de candidat déclaré à un quelconque titre que le lendemain il s'écroule sous le poids de la pression ou de son ego parisianiste. Au choix, la saison 2000-2001 où l'équipe banlieue flambe beaucoup trop contre Rosenborg (7-2) en LDC pour garder les pieds sur terre ou en 2008-2009, saison durant laquelle le PSG a l'occasion de faire coup double la même journée : battre l'ennemi honni à la maison et prendre la tête du championnat. Rendez-vous manqués.

Philippe Montanier l'a bien compris. Capable au tour précédent de dire en conférence de presse que face à Boulogne-sur-Mer, club de Ligue 2, son équipe était outsider, le coach valenciennois réédite une fois encore son bluff et joue à fond la carte du Petit Poucet : « Paris réussit depuis trois ans, quatre ans, à faire ce que d'autres clubs comme Bordeaux ou Marseille ne parviennent pas à faire. À savoir garder ses meilleurs joueurs et en recruter trois tous les ans. Forcément, au bout de deux, trois ou quatre ans, cela permet à Paris d'avoir presque deux équipes type de L1 et lui permet de jouer sur tous les tableaux. Et je pense que ce sera très certainement la saison du Paris SG » . Et donc le match du PSG. Erding et Hoarau buteurs, Antoine Kombouaré de retour à Nungesser et un camp adverse décimé (neuf blessures et deux suspensions) avant même la bataille, qui oserait parier un kopeck sur le VAFC ?

D'autant qu'année bissextile ou pas, Paris reste une équipe de coupe. Une compétition sur 38 matchs, c'est beaucoup trop long pour contenir les vicissitudes de la vie parisienne. Alors qu'une petite coupe “France Télévisions-Point P Matériaux de construction” avec Xavier Gravelaine aux commentaires, c'est quatre petits matchs. Pas un de plus. Du coup, Mevlut Erding a fait le calcul : « Nous sommes à deux matches du Stade de France, nous allons donc tout faire pour aller au bout » .


Paramètre important : Valenciennes est aussi à deux matchs. Malgré un net regain de forme lors des quatre dernières semaines (une seule défaite en six matchs), les Nordistes ne peuvent espérer grand-chose de cette saison 2010-2011. Ils comptent donc beaucoup sur la coupe dorée pour inaugurer la salle des trophées du club. Désolé, mais champion de Ligue 2, ça compte pas. Jusqu'à présent, en Coupe de la Ligue, le club à la cigogne n'a jamais fait mieux qu'un quart de finale. Raison de plus pour croire que le match est perdu d'avance.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 6 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses