En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Amiens-PSG (0-2)

Paris dompte la Licorne

Parfois bons, mais jamais étincelants, les Parisiens ont fait le nécessaire pour s'offrir le scalp d'Amiens et se qualifier en demi-finales de Coupe de la Ligue. Courageux et méritants, les Picards ont perdu leur gardien dès la première mi-temps à la suite d'une expulsion logique.

Modififié

Amiens SC 0-2 Paris Saint-Germain

Buts : Neymar (53e, sp) et Rabiot (78e) pour Paris

1/2 finales de Coupe de la Ligue : le PSG pour Rennes !

Les premiers ont gagné 6-1 dimanche dernier en Coupe de France contre Rennes, pendant que les seconds ont mangé un 6-1 contre Sochaux. Le PSG est le PSG, qui vient jouer un quart de finale de Coupe de la Ligue dans un stade de 13 000 places avec une attaque à 450 millions d'euros, le SC Amiens est le SC Amiens, sorti des tréfonds de la troisième division en deux saisons. La rencontre avait tout pour tourner au carnage, elle a accouché d'une victoire logique des Parisiens, mais tout en préservant la dignité des Amiénois. Sachant le principal fait du match n'a été ni le penalty de Neymar ni le but de Rabiot, mais bel et bien l'expulsion de Régis Gurtner, le gardien d'Amiens si précieux depuis le début de saison, tamponné par un carton rouge en trente-quatre minutes de jeu pour avoir salement taclé Mbappé en dehors de la surface. Une décision arbitrale incontestable, qui a évidemment mis du plomb dans l'aile à une équipe d'Amiens plus que vaillante.

Match animé, mais match nul


Le premier coup derrière la tête aurait pu arriver dès la neuvième minute, exactement comme à Rennes trois jours plus tôt. Lancé dans la profondeur, Mbappé n'avait eu qu'à ajuster Diallo avant d'ouvrir le score. Mais la Bretagne, ce n'est pas la Picardie. Alors quand il a vu Neymar débouler dans sa surface, l'excellent Régis Gurtner s'est employé à se coucher en moins de deux pour bloquer la frappe du Brésilien. Dix minutes plus tard, le gardien d'Amiens sort son deuxième plongeon du match pour attraper un ballon vicelard glissé dans la boîte par Meunier. Quasiment au même moment du match, Diallo allait chercher le ballon dans ses filets pour la deuxième fois. Autant dire qu'Amiens a démarré en faisant plus que limiter la casse, et a carrément empêché le PSG de se mettre sur orbite trop rapidement. Pour ce qui est d'avoir des vraies occasions et d'aller embêter Kevin Trapp, on repassera. Mais s'ils se font secouer par les dribbles, les passes ultra-rapides et la technique des gens de Lutèce, les gars de Pélissier réussissent leur opération survie et avancent dans la mi-temps la tête haute. Le tacle fatal de Gurtner et son expulsion ont beau assommer le public amiénois, le SC continue sur sa lancée et rentre au vestiaire en tenant le 0-0.

La Bouet de sauvetage ne suffit pas


Jean-Christope Bouet, gardien remplaçant entré à la place de Konaté et qui n'a même pas eu le temps de faire quelques foulées pour s'échauffer, boucle même la première période avec un arrêt sorti de nulle part sur une frappe de Mbappé. Mais la deuxième mi-temps est une autre paire de manches et les Aminénois, en pleine souffrance à cause de l'infériorité numérique, tirent la langue comme jamais. Monconduit fauche Neymar en pleine surface, et le Ney n'a plus qu'à mettre le péno au fond. Une minute plus tard, Mbappé fracasse le ballon et Bouet dévie comme il peut sur sa barre. Paris commence à dérouler et à enchaîner les occasions chaudes, Gakpé répond par une frappe cadrée mollassonne. Mais le PSG a beau donner l'impression de dominer le match et d'être passé en pilotage automatique, il ne tue pas la rencontre et devient de moins en moins tranchant dans le dernier geste. Et comme, en face, Amiens ne voit pas beaucoup le ballon, c'est tout le match qui devient vite ennuyeux. Marquinhos secoue la machine à quinze minutes de la fin en envoyant sa tête sur la barre, puis Rabiot met la sienne au fond dans la foulée avec l'aide du poteau. Ça fait 2-0, et la principale animation de la fin de match se nomme Christophe Nkunku, qui réussit l'exploit de prendre un jaune vingt secondes après être entré en jeu. Rideau.

Amiens SC (4-5-1) : Gurtner - El Hajjam, Adenon, Gouano, Avelar (Ielsch, 12e)- Monconduit, Fofana, Gakpé, Kakuta, Manzala (Gope-Fenepej, 76e)- Konaté (Bouet, 37e)
Paris Saint-Germain (4-3-3) : Trapp - Berchiche, Silva, Marquinhos, Meunier - Rabiot (Nkunku, 79e), Draxler (Lo Celso, 68e), Verratti (Alves, 79e) - Neymar, Mbappé, Di María




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3