Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 4e journée
  3. // Paris /Saint-Étienne (5-0)

Paris explose Saint-Étienne

D'abord poussif puis étincelant, le PSG a facilement disposé à domicile de l'AS Saint-Étienne (5-0), grâce à une énorme erreur de Stéphane Ruffier et un triplé de l'incroyable Zlatan Ibrahimović. Avec ce très beau succès, les Parisiens montent sur le podium de la Ligue 1, un point devant leurs adversaires du soir.

Modififié

PSG - ASSE
(2-0)

S. Ruffier (24' csc), Ibrahimović (41') pour PSG


On l'avait un peu oublié, à force de voir son visage fermé et ses exploits répétés, mais Stéphane Ruffier est un homme ordinaire. Héros de la qualification des Verts jeudi dernier en Europa League, sélectionné en équipe de France quelques jours plus tôt, le portier stéphanois était l'atout numéro 1 de son équipe, privée de son capitaine Loïc Perrin. Un contrôle manqué et un but contre son camp plus tard, il a au contraire précipité la chute des siens face à un PSG jusque-là poussif et sans imagination (5-0). Toujours un peu ronflants en période estivale, les joueurs de la capitale ont profité de l'incroyable bévue du gardien international pour lancer idéalement une victoire plus facile qu'escomptée, et effacer avec la manière le triste match nul concédé à Évian.

Ruffier incontrôlable


Dans un début de match atone, mais animé par les subtiles simulations de Marco Verratti, aussi soyeuses que sa conduite de balle, le PSG ne se montre dangereux que sur coups de pied arrêtés. Par deux fois, Zlatan Ibrahimović tente sa chance de loin, mais ses frappes sont trop écrasées (11e, 17e). Omniprésent pour son retour, le géant suédois attendra la mi-temps pour parvenir à ses fins et claquer une tête rageuse sur un centre de Maxwell, laissant le portier des Verts brisé et impuissant (44e). Entre-temps, l'international suédois avait déjà hypnotisé le gendarme du Forez grâce à un pressing intense, provoquant en partie son erreur fatale (24e). Il aurait en outre dû obtenir un pénalty, si Clément Turpin n'avait pas épargné le supplicié du soir (59e). Embarqué sans retour dans une nuit solitaire, Ruffier encaisse les coups, la confiance en berne. Peu compatissant, son homologue Salvatore Sirigu se montre au contraire décisif à maintes reprises, en détournant notamment une superbe volée de Mevlüt Erding (35e) ou une frappe de près de Max-Alain Gradel (82e).

Zlatan indomptable


Au retour des vestiaires, l'opposition tant annoncée se transforme en corrida. Emmenés par un Ibrahimović de gala, bien secondé par Pastore ou Lucas, les offensives parisiennes percent et font terriblement mal à une arrière-garde remaniée. Avant de sortir sous les ovations du Parc, Zlatan marque par deux fois en deux face-à-face avec Ruffier (62e, 72e) et fête un nouveau triplé. Dans l'ombre du maître, Edinson Cavani se rappelle au bon souvenir des Parisiens d'une frappe limpide des 25 mètres qui fait mouche (63e). Transparents, dépassés, fatigués, les Stéphanois sont humiliés et lâchent psychologiquement. La fin de match n'est qu'une lente mise à mort, tempérée par la compassion de Laurent Blanc, qui fait entrer Bahebeck et Matuidi pour tenir le résultat sous les remerciements énamourés du public parisien. Grâce à ce succès éclatant, le PSG remonte sur le podium et s'apprête encore une fois à zlataner la compétition.

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25