En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 12e journée
  3. // Lorient/PSG (1-2)

Paris évite le piège lorientais

Mené après une première période complètement ratée, le PSG a réussi à renverser la tendance et à ramener les trois points de Bretagne (2-1). Lorient a raté l'occasion de faire un gros coup.

Modififié

Lorient - PSG
(1-2)

R. Guerreiro (42') pour Lorient , E. Cavani (60'), J. Bahebeck (68') pour PSG.


Ce PSG est un brin agaçant. Quand il donne l'impression de s'emmerder face aux petits. Quand il manque cruellement d'envie et de sérieux. Ça, c'était le Paris de la première période, bousculé et très logiquement mené au score par des Lorientais pourtant à la ramasse en Ligue 1 (six défaites lors des sept derniers matchs). Le grand représentant de ce premier acte indigne de son effectif est Yohan Cabaye, complètement à la rue pendant son heure passée sur le synthétique. Puis, la bande au Président a décidé de prendre la rencontre au sérieux, et a alors renversé sans trop forcer des Merlus soudainement en grosse difficulté. La réussite a joué son rôle : Lorient n'a pas profité des erreurs rivales quand il en a eu l'occasion, Paris a mis au fond les deux seuls ratés de Benjamin Lecomte, le portier local. Avec son double visage, le PSG a eu ce qu'il voulait : ses trois points qui le rapprochent provisoirement de Marseille.

Apathie Saint-Germain


Au coup d'envoi, sous le célèbre soleil breton, Lolo continue son turn-over, notamment au milieu. Matuidi, Verratti et Maxwell sont de repos. Cabaye est donc là à la récup', et son après-midi commence fort mal. Jojo Ayew lui chipe un ballon devant la surface et se présente seul face à Sirigu. Miracle pour Yohan : le Ghanéen tire sur l'Italien, alors qu'il avait la place. Trop, peut-être. Le milieu cocorico ne sort pas la tête de l'eau et rate passe sur passe, mais les Merlus sont trop timides face au but, au grand désespoir de Didier Roustan, qui régale sur TV5 Monde. Paris se cherche, et ne se trouve pas. Lavezzi et Lucas lâchent les chevaux et tentent leur chance une fois chacun, Pastore cale des sombreros, mais pas grand-chose de plus. Apparemment, la Ligue 1 n'intéresse plus les Parisiens, qui la jouent comme un match amical entre potes. Tout le contraire des locaux, qui tirent dans toutes les positions possibles et imaginables, mais presque jamais en direction du cadre. Valentin Lavigne essaye lui de se jeter dans la surface, mais M. Thual avait tout vu. Bien tenté quand même. La paire Cabaye-Thiago Motta ne relance pas un ballon propre, le trio offensif ne touche pas une bille. Résultat, ce qui devait arriver arriva : Lorient finit par ouvrir le score, en toute logique. Un joli service d'Ayew pour Guerreiro (42e).

La mise en route


Quand le dauphin de l'OM décide de passer la vitesse supérieure au retour des vestiaires, Lecomte prouve qu'on peut porter un affreux maillot B&B et sortir des parades exceptionnelles. Lucas botte un corner, tête d'Aurier, premier arrêt réflexe pour Benjamin. Reprise de Thiago Motta, deuxième arrêt réflexe. Cavani peine autant que Cabaye à sortir de son début de saison morose. L'Uruguayen envoit une reprise dans l'Atlantique, l'ancien Lillois découpe inutilement Jojo Ayew. La balayette de la frustration. Pour sortir du traquenard, le PSG peut compter sur un Thiago Motta transformé et enfin précis. Et sur Pastore, toujours aussi classe. L'Argentin cale une louche pour l'Italien, Cavani est à la conclusion, en deux temps, pour ce qui doit être le but le plus moche de sa carrière (60e). Blanc et ses hommes respirent. Se tranquillisent. Verratti et Bahebeck entrent : le premier lance le second, qui devance la sortie du pauvre Lecomte et conclut en beauté (69e). Et si c'était lui, le meilleur numéro 2 derrière Zlatan ? Quoi qu'il en soit, Lorient est refroidi. Jouffre s'écroule dans la surface, péno ? Non, jaune pour simulation, encore. En bon spécialiste, Thiago Motta se permet même d'y aller de son commentaire. Les locaux finissent par pousser timidement, envoient de longs coups francs dans la boîte, en vain. La défaite est cruelle pour Ripoll et les siens.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40