Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG-Nice (4-1)

Paris et Zlatan en promenade avant City

Une première bastos à bout portant. Une deuxième à l'entrée de la surface sur coup franc. Une troisième en fin de match. Zlatan a encore fait parler la poudre aujourd'hui. Il est le grand artisan de la victoire parisienne. En face, Ben Arfa a bien essayé de répondre, mais pas facile de concurrencer Ibra quand il est dans cette forme-là.

Modififié

PSG 4-1 Nice

Buts : Ibrahimović (15e, 34e, 82e) David Luiz (48e) pour Paris // Ben Arfa (18e) pour Nice

C'était le sparring partner parfait avant le quart de finale face à Manchester City. L’OGC Nice est une équipe bien en place, joueuse, plutôt réaliste, mais pas trop non plus. Histoire de ne pas se démoraliser avant un grand rendez-vous. Bref, juste ce qu’il fallait à Paris avant mercredi. Zlatan s’est mis en confiance avec un triplé tout en puissance, dont un but sur coup franc, ça méritait d'être souligné. David Luiz a pu se rendre compte qu’il avait encore du boulot face à un Hatem Ben Arfa plutôt bien en jambes. Il a également triplé la marque d'un coup de tête sur corner. Matuidi, Thiago Motta et Rabiot se sont bien décrassés et ont pu réviser leurs gammes. Et pareil pour tous les autres. Bref, Paris est fin prêt pour son grand soir.

Un coup franc d'Ibra qui finit ailleurs que dans le mur


Quinze minutes, c’est le temps qu’il faut aux Parisiens et aux Niçois pour se mettre en route. Quinze minutes à faire tourner, à s’échauffer, à endormir le Parc… Avant de le réveiller sans prévenir. Une première fois sur une ouverture anodine de David Luiz pour Zlatan qui contrôle en bout de course et bombarde Cardinale dans un angle fermé. 1-0. Une seconde fois sur une avancée plein axe d’Hatem Ben Arfa sans que personne ne l’attaque et qui se termine de la plus belle des manières, dans la lucarne de Trapp. 1-1. Une troisième fois sur un pétard d’Ibrahimović sur coup franc à la demi-heure de jeu, le premier marqué par le Suédois depuis décembre 2014. 2-1. Sinon, le reste de la première période est une longue succession de passes latérales de la part des Parisiens, quelques imprécisions de la part de Zlatan, Matuidi et Ongenda devant les cages, une série de dribbles improbables de Lucas et des courses en avant de Ben Arfa, toujours aussi peu marqué par les joueurs de la capitale. La trêve internationale est passée par là, c’est certain. Les jambes sont lourdes, les automatismes sont rouillés, le pressing est timide, mais ce n’est peut-être pas plus mal ainsi. Au moins, on voit des buts et ça permet surtout aux Parisiens de se remettre en marche tranquillement.

Le coup de casque de David Luiz, le coup de chapeau d'Ibra


La seconde période part sur les mêmes bases que la première. De la possession parisienne, des largesses défensives niçoises et des grosses mines du Suédois. C'est d'ailleurs à la suite d'un de ses enchaînements contrôle poitrine, frappe du gauche que Nice concède le corner à l'origine du break parisien. Ongenda à la baguette, David Luiz à la finition. 3-1. Quelques minutes plus tard, Ibra passe à pas grand-chose du triplé, mais Koziello sauve les siens d'un naufrage sur sa ligne. L'une des rares démonstrations d'enthousiasme de la part des Niçois en seconde période. Sinon, le sparring partner se contente de défendre et d'attaquer en contre. Ben Arfa a encore du carburant, Germain et Pléa ont tous les deux l'occasion de sauver l'honneur, mais ne réussissent jamais à tromper Trapp. Finalement, Ibra aggravera même la marque en fin de match sur un énorme travail de Rabiot et une frappe croisée du gauche. 4-1. Une bien mauvaise opération pour les Niçois qui laissent à Lyon l'occasion de monter sur le podium. Il suffit de regarder le visage de Claude Puel pour se rendre compte à quel point.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Ugo Bocchi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure Le record de penaltys en Coupe du monde déjà égalé 3 il y a 2 heures Ce streaker australien va vous épater 8
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    il y a 9 heures La réaction de Jimmy Durmaz aux attaques racistes 32
    Podcast Football Recall Épisode 34 : La Russie accusée de dopage, l'Angleterre déroule et la révolution chez les Bleus Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais