En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Reims (4-1)

Paris et Zlatan brisent des Reims

Serein et très peu inquiété, le PSG glâne une nouvelle victoire en Ligue 1 face à Reims et se rapproche chaque jour un peu plus de l'officialisation de son titre. Une balade.

Modififié

Paris Saint-Germain 4-1 Stade de Reims

Buts : Van der Wiel (11e), Zlatan (43e, 68e), Cavani (45e) pour le PSG // Oniangue (34e) pour Reims

Paris est une fête. Surtout lorsqu’il évolue en Ligue 1. Quelques jours après le match abouti de Chelsea, le PSG se devait de revenir aux joies des joutes hexagonales. Forcément moins angoissant, Thievy Bifouma n’étant pas Diego Costa, El Kaoutari n’étant pas Gary Cahill. Alors, libéré de son premier acte européen, et voyant le spectre de l’affaire Aurier s’écarter, le PSG a décidé en cet après-midi maussade de se détendre. Dès lors, quoi de mieux qu’un Pocho pour lancer les hostilités. En partance pour la Chine, Ezequiel Lavezzi est ainsi venu faire ses adieux au Parc et a offert un joli moment avant même le coup d’envoi. Une belle ovation, quelques larmes contenues et Pocho se retrouvait balancé dans les airs par le onze titulaire au milieu de la pelouse. L’ultime hommage à l’ambianceur du groupe, et le début d’une partie presque parfaite pour un PSG aussi détendu que l’Argentin face à une vodka-pomme.

Le jeu en marchant


Sur la feuille de match, Laurent Blanc a d’ailleurs opté pour le super moit’-moit’. Une moitié de titulaires de Chelsea, une autre de coiffeurs pour laisser souffler quelques cadres. Ainsi, avec des ailes renouvelées (Kurzawa, Van der Wiel), un Matuidi au repos et un Cavani d’attaque, le PSG présente tout de même une belle gueule dans son antre dégarnie. Et joue sur un rythme de sénateurs. Les petits gestes s’enchaînent, les petites passes aussi, et Reims ne touche pas une bille malgré des Parisiens qui ont décidé de laisser le bouton « accélération » tranquille. Forcément, c’est Marco Verratti qui régale dans son style si particulier, tandis que Zlatan Ibrahimović régente les offensives en position de numéro 10. Une confirmation, s’il en fallait une, que Paris n’a rien à craindre de Reims, et même pas des rushs de Mickaël Tacalfred, capitaine quelque peu abandonné dans l’agressivité. Et Paris peut dérouler. Dès la 11e minute, une passe du Suédois au catogan troue la défense rémoise, et permet à Van der Wiel de conclure d’un plat du pied assuré. Une première action pour un premier but qui confirme une impression terrible : Paris n’a besoin de jouer qu’à 10% de ses capacités pour l’emporter.

Zlatan x2


Pourtant, quelques ombres viennent assombrir le tableau idyllique. Sur un coup franc rémois, c’est Kevin Trapp qui vient confirmer sa schizophrénie. Impressionnant en Ligue des champions, l’Allemand rate sa sortie, tamponne Kurzawa, et permet à Prince Oniangue de placer le bout de son crâne pour remettre Reims à flots. Dans un second temps, le remplacement de Di María par Lucas laisse craindre le pire. Et pourtant, rien de tout ça n’est important. Une simple douleur musculaire pour l’Argentin, et surtout, un score de parité qui ne va pas supporter la classe de Zlatan Ibrahimović. À l’origine et à la conclusion, le vieillard le plus efficace de France inscrit le second but parisien à cinq minutes de la pause, juste avant de récidiver à la passe pour conclure les débats trois minutes plus tard. Une petite déviation subtile suffit à lancer Edinson Cavani, et les minces espoirs rémois se noient dans le tir du Matador. 45 minutes de jeu, une démonstration, du plaisir, des sourires : Paris peut déjà penser à son samedi soir sur Periscope. La seconde mi-temps, elle, se fera en streaming. Avec quelques lags, sans gros frisson, mais avec un moment fort lorsque la connexion internet marche à plein. D’une simple transversale, Zlatan est trouvé au second poteau, et, bien que hors jeu, s’en va réaliser son double-double d’une volée puissante. 4-1, une série préservée, un Zlatan toujours intouchable, une avance de points monstrueuse : oui, Paris détient tout ça. Et si la fête ne peut être officiellement lancée, nul doute qu’elle arrivera très tôt dans la saison. Pocho reviendra sûrement pour l’occasion.


Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Raphaël Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure Une ex-formatrice défonce la Goal Line Technology (via Brut Sport) il y a 2 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 27
    il y a 4 heures Dupraz quitte le TFC 109 il y a 5 heures Robinho en route vers Sivasspor 35 il y a 8 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 17
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7