En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 30e journée

Paris et Mandanda seuls au monde

Le PSG a collé neuf buts à Troyes pour devenir champion, mais surtout pour le fun. C'est beaucoup moins marrant du côté de l'OM, où Mandanda commence dangereusement à se sentir seul. Sinon, c’est le bordel à Bordeaux, et Nice a gagné à Montpellier, une première depuis plus d'une décennie.

Modififié

L'analyse définitive de la semaine : Le PSG n'a rien à faire en Ligue 1


Voilà, c'est fait. Paris est officiellement couronné champion, au bout de 30 journées. Avec 77 points au compteur, une seule défaite et cinq petits matchs nuls, le club de la capitale a pété tous les records pour remporter son quatrième titre d'affilée... le 13 mars. En hiver donc. Mais en vrai, le PSG s'en tape. Même s'ils ont démonté Troyes sur le score de 9-0 pour faire croire qu'ils souhaitaient fêter ça de belle manière, Ibra et compagnie étaient déjà champions dans leur tête au mois de septembre.


Alors, peu importe qu'ils ne puissent plus être rattrapés en mars, avril, mai ou janvier. Ce que veut Paris, c'est une ligue fermée pour pouvoir se frotter à un adversaire à sa mesure chaque week-end. Raison pour laquelle le Z a balancé un quadruplé sans sortir le sourire. En attendant, les hommes de Blanc iront se faire plaisir sur la scène européenne. Et continueront de fesser les autres équipes françaises pour les dégoûter.

La polémique de la machine à café : Sagnol doit-il démissionner ?


« L'envie de démissionner ? C'est très nouvelle génération ça : dès que cela devient difficile, on abandonne. Moi, je suis d'une génération où plus c'est dur, plus j'ai envie de travailler. » Willy Sagnol a beau monter sur ses grands chevaux et mettre en avant son courage, il ne convainc absolument personne. Ni son président, avec qui il se prend la tête toutes les semaines, ni les supporters, qui pleurent chaque saison un peu plus, ni ses joueurs, dont les oreilles ont de plus en plus de mal à entendre le message délivré par le coach. Car Bordeaux a encore mangé très cher en s'inclinant de quatre unités sur le terrain de Toulouse. En trois rencontres, les Girondins ont récupéré deux tristes points, encaissé neuf pions contre deux inscrits. Face à des équipes luttant pour le maintien, qui plus est. Largement suffisant pour remettre sérieusement en cause les aptitudes de l'ancien international tricolore. Même à huit journées de la fin du championnat.

Vous avez raté Lorient-Marseille et vous n'auriez pas dû


Bien sûr, le choix était cohérent. Deux équipes qui n'ont plus rien à jouer, un OM offrant des prestations toutes plus affreuses les unes que les autres, Moukandjo et Diarra absents, un terrain synthétique propice à un spectacle dégueulasse... Tous les arguments laissaient croire à une purge sans nom entre Lorient et Marseille.


Sauf que côté phocéen, il existe actuellement un homme capable de multiplier les miracles, même quand un individu nommé Rekik le laisse à l'abandon. Un homme qui mérite le coup d’œil, donc. Ce type monstrueux, c'est Steve Mandanda. Auteur de neuf arrêts, le portier a tout simplement sauvé sa team en sortant des parades aussi spectaculaires que le jeu marseillais est pauvre. Seul au monde, et sans Wilson.

Ils l'ont dit


Zlatan Ibrahimović, Paris Saint-Germain : « Pour le moment, je ne serai pas là l'année prochaine. Je profite d’être encore là. Je ne crois pas que les dirigeants puissent remplacer la tour Eiffel par ma statue. Même les dirigeants ne le pourront pas. Mais s'ils le peuvent, je resterai ici, je le promets ! » Mettre des quadruplés fait visiblement tourner la tête du Z.

Christophe Galtier, Saint-Étienne : « On a donné à cette équipe de Guingamp tout ce qu'il fallait leur donner pour qu'ils se remettent en confiance. (…) En plus d'être très inoffensifs, nous avons très mal défendu. Ce soir, nous n'avons rien fait. (…) Parmi les joueurs alignés, très peu ont montré l'envie d'être renouvelés. Nous n'avons aucune excuse. » Le retour du loft chez les Verts ?

Nasser al-Khelaïfi, Paris Saint-Germain : « Marquer neuf buts, c'est magnifique ! Mais ce n'est que la première étape de la saison, ce n'est pas fini. J'espère qu'on fera mieux que l'an dernier.  » On a pigé que tu voulais la C1, Nasser.

Jimmy Briand, En Avant de Guingamp : « C'est un petit clin d’œil pour remercier l'OL du très bon accueil la dernière fois.  » L'attaquant a en effet mimé le sigle du club lyonnais lors de son but. Contre l'ASSE, évidemment...

Gaël Danic, Bastia : « On a manqué de fraîcheur. On n'a pas l'effectif de Rennes, ni celui de Lille. » Quand on en est à idéaliser Lille, c'est qu'on va vraiment mal dans sa tête.

Yoann Gourcuff, Rennes : « Ma sortie est un choix sportif du coach.  » Ouf. En le voyant être remplacé à la pause, on a eu peur. Mais son équipe, menée de deux buts, a arraché le nul sans lui...

Le tweet


Même Aulas a tenu à féliciter Mandanda (qui lui a d'ailleurs répondu). Comme quoi, on n'en rajoute pas.

Le top 5


Vágner Love (Monaco) : Un doublé pour la recrue monégasque, malgré le nul décevant de son équipe. Le buteur retrouve petit à petit son niveau. Le temps de s'adapter à la vie nocturne princière.

Steve Mandanda (Marseille) : Avec un gardien aussi en forme, l'OM ne peut faire mieux que la 13e place. Où en seraient les Marseillais sans lui ? (Oui, oui c'est un copié-collé du week-end dernier.)

Wissam Ben Yedder (Toulouse) : Quelle abnégation ! Cette année, c'est la bonne, tu vas enfin partir, Wissam (oui, c'est un copié-collé du week-end dernier).

Zlatan Ibrahimović (Paris Saint-Germain) : On aurait pu mettre toute l'équipe parisienne, mais on a choisi le Z. Parce qu'il a marqué un quadruplé en marchant et dépassé la barre des 100 caramels en Ligue 1. Sûrement pour montrer que Gillet meilleur joueur du mois de février, c'est une belle blague.

Emiliano Sala (Nantes) : L'Argentin a enfoncé les Angevins, dont la deuxième partie de saison est catastrophique. Pas sympa.

La stat inutile


Onze ans que Nice n'avait plus battu Montpellier à la Mosson. Et si Hatem Ben Arfa n'avait pas été recruté récemment, ça aurait pu durer encore longtemps.

Le match dont on n'a pas parlé : Gazélec Ajaccio-Caen


Non, les petits Corses ne lâcheront rien. Après dix rencontres sans victoire, le Gaz' a renoué avec le succès en battant Caen sur le plus petit des scores. Un résultat qui leur permet de rattraper Reims, premier non-relégable, et de croire dur comme fer au maintien. Attention à vous, Bordelais...

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3