En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la 34e journée

Paris et Lyon s'aiment et se suivent

Installés en tête de la Ligue 1, Paris et l'OL continuent de se tirer la bourre avec deux nouveaux succès dans la course au titre. Derrière eux, la bataille fait rage pour la Ligue des champions, définitivement abandonnée par un OM en perdition. Fin de parcours également pour Lens, tandis qu'Évian a pris place dans la zone rouge. Pas une bonne nouvelle à quelques journées de la fin de la saison.

Modififié

Paris et Lyon, faux jumeaux

Ce week-end, Paris et Lyon ont poussé le mimétisme à son paroxysme. À égalité de points à l'entame de cette 34e journée, les deux prétendants au titre ont décidé de se suivre à la trace. Respectivement opposés au LOSC et Reims, le PSG et l'OL ont eu besoin de quatre minutes pour faire le break et filer tranquillement vers le succès. Trop facile ? Presque. Car si Paris a atomisé l'adversaire lillois en lui collant un set, Lyon a vécu une seconde période plus compliquée face aux Rémois, jouant par instants à se faire peur. Mais l'essentiel est là avec trois points qui, s'ils ne garantissent pas la première place aux Lyonnais en raison du match du PSG face à Metz en milieu de semaine, permettent aux hommes de Fournier de rester dans la course. Surtout, les performances des deux clubs ont permis de mettre en avant des individualités qui risquent de peser d'ici la fin de saison. Grâce à son 26e but en championnat, Alexandre Lacazette a ainsi battu le record de réalisations d'un Lyonnais sur un exercice, tandis qu'Ezequiel Lavezzi a inscrit un triplé. Une performance pour l'Argentin, si souvent décrié, mais qui prouve que son apport pourrait être capital en vue des derniers matchs. D'autant que Paris a toujours son destin entre ses mains, et compte bien ne plus lâcher la bride qui mène au succès. Un succès indispensable pour satisfaire supporters et objectifs du club, qui ne supporteraient sans aucun doute pas que le triplé échappe aux joueurs de la capitale.

L'analyse définitive du week-end

Il y a six mois, l'OM caracolait en tête de la Ligue 1. Il y a un mois, l'OM bataillait pour le titre. Il y a quelques semaines, l'OM pouvait dépasser le PSG en gagnant son duel face à l'ennemi. Désormais, l'OM va devoir s'accrocher pour la Ligue Europa. Car la saison du club olympien, si elle avait démarré en fanfare, a tout du cauchemar à quelques encablures de la fin. Pour preuve, cette incroyable défaite en ouverture de la journée face à Lorient. Imposant une parodie de défense à ses supporters, Marseille a coulé et profondément. Cinq buts encaissés, un retour vain puisque gâché par de nouvelles erreurs de l'arrière-garde et les hommes de Bielsa ont définitivement abandonné toute idée d'équilibre sur le terrain, mais aussi leurs ambitions de podium. Un constat cruel pour cette équipe qui avait tant emballée, mais qui n'avance plus, et même pire, se ridiculise à l'approche du terme. Comme diraient certains, en football, tout va très vite.

Vous avez raté Sainté/Montpellier et vous n'auriez pas dû

Déjà, sur le papier, l'affiche sentait bon. Distillé, le parfum de la Coupe d'Europe régnait en effet sur la feuille de match entre un Saint-Étienne à même d'aller chercher le podium et des Héraultais bien placés dans le peloton de chasse. D'ailleurs, dans le Chaudron, les hommes de Courbis ont été les premiers en action, bien emmenés par Lasne, Mounier et Barrios. Mais la maladresse du Paraguayen aura été fatale aux hommes de Courbis, trompé une fois par l'inévitable Gradel (20e) qui propulse les Verts à portée de Ligue des champions. Une belle opération, pas forcément logique à la vue d'une rencontre marquée par les mouvements montpelliérains, mais aussi par le geste de Romain Hamouma, presque auteur du but de la semaine avec un amorti poitrine-ciseau. Néanmoins, les trois points sont là. Alors le prix Puskás attendra.

Les extrêmes du week-end

Que la fin de saison va être longue pour le RC Lens… Condamné à la descente, le club nordiste ne cesse d'afficher ses faiblesses à mesure que le rideau s'apprête à tomber. 20es, place qu'il ne quitteront sans doute pas, les hommes de Kombouaré ont encore une fois joué les victimes expiatoires contre Monaco. Et si l'ASM n'en demandait pas tant, Ferreira Carrasco, lui, veut se refaire un petit tour de Ligue des champions. Un but, une passé dé pour le Belge avant un petit dernier de Silva et le club de la Principauté prend ses aises sur le podium, deux longueurs devant les Verts de Saint-Étienne, cinq sur l'OM. De quoi envisager la fin de saison avec confiance et, surtout, couronner le travail de Jardim, coach portugais aussi décrié que Bielsa avait été encensé. La routourne est impitoyable.

La polémique du week-end

« J'ose espérer que le PSG aura la décence de renoncer à sa tournée en Indonésie. » . Dans les colonnes du JDD, Richard Sédillot, l'avocat français de Serge Atlaoui, n'a pas hésité à en appeler à la solidarité avec son client. Cible de cette demande, le club de la capitale qui, en 2013, avait conclu un partenariat dans le pays afin de conquérir le marché asiatique. Mais l'effectif parisien, dont la tournée était prévue dans les trois ans, saurait-il s'affranchir des relations diplomatiques entre la France et l'Indonésie afin de satisfaire ses objectifs commerciaux ? Vaste débat auquel la morale impose nécessairement sa solution. Paris, en faisant fi des affaires publiques, se constituerait sans aucun doute l'image d'un monstre sans âme, privilégiant ses intérêts économiques. Pas le meilleur des coups de pub, même si la décision parisienne ne conditionne pour le moment en rien l'avenir de Serge Atlaoui. Un avenir que l'on souhaite nécessairement plus radieux.

Le top 5

Ezequiel Lavezzi (PSG) : Reparti avec le ballon du match face à Lille. Et donc, gros ambianceur du samedi soir parisien.

Jordan Ayew (Lorient) : Définitivement vengé de l'OM grâce à son doublé.

François Kamano (Bastia) : A donné son bon vieux funk lors de la victoire face à Évian. Un double buteur pas like U.

Claudio Beauvue (Guingamp) : Un but, une victoire, la belle vie. Mais également un problème de mythomanie évident lorsqu'il affirme avoir fait exprès de lober Vercoutre.

Anders Konradsen (Rennes) : Également lobeur, mais plus honnête en avouant qu'il voulait centrer contre Nice.

Ils ont dit

« Le week-end avait mal débuté pour nous, car vendredi soir, M. Bielsa avait décidé de se moquer du football et Lorient avait profité de ces largesses venues d'ailleurs. » Le week-end a mal fini pour Pascal Dupraz avec une défaite contre Bastia. De qui se moque-t-on ?

« On est très mal entré dans la partie. On a pris deux buts très tôt. Après, on n'a pas joué notre jeu. On a subi un peu.  » Un peu beaucoup, Divock Origi.

« On a été nuls en première période, ce n'était pas un bon match de notre part. Le coach nous a engueulés à la mi-temps, ça nous a fait du bien. » Lucas Deaux et la colère du Zak' qui permet à Nantes d'égaliser en fin de match contre Toulouse (1-1).


« J'aime le championnat de France, il est de qualité, et je suis libre. Donc s'il y a de bons projets, je pourrais être tenté de revenir en Ligue 1. Oui, j'ai vu qu'on parlait de moi à Marseille. C'est un grand club, donc intéressant. » Claudio Ranieri place ses pions après que l'OM en a pris cinq. Malin.

« Il a ensuite suffi d'un but venu d'ailleurs pour qu'on s'arrête de jouer. Ma déception et ma grande incompréhension viennent de là. On s'est liquéfiés, on a été incapables de réagir. Je comprends que les jeunes joueurs aient des difficultés, mais on a aussi des tauliers et dans ces moments-là, on doit pouvoir s'appuyer sur eux.  » Patrice Garande, sévère avec ses vieux après la défaite contre Guingamp (2-0).

« J'aimerais bien être à la place de Christophe Galtier, qui a une équipe réaliste. Je vais faire une petite crise de jalousie. » Rolland Courbis ne supporte pas de se faire piquer un bon coup.

Le tweet

La stat inutile

Trois buts, trois points.


⇒ Résultats et classement de L1

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 8
il y a 3 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 24 il y a 5 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 46 Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59